Jean-Baptiste Piron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Piron.

Jean-Baptiste Félicien Louis Joseph Piron (né le 10 avril 1896 à Couvin - mort le 4 septembre 1974 à Uccle) est un général de l'armée belge. Il fut le commandant de la 1re brigade belge, dite brigade Piron, des Forces belges libres qui combattirent auprès des Alliés lors de la libération de l'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale et entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Piron est admis à l'âge de 17 ans en 1913 à l'École militaire. Il participe à la Première Guerre mondiale où il subit son baptême du feu à Sint-Margriet-Houtem comme chef de peloton au sein du 2e bataillon du 2e régiment de ligne. Il combat lors de la bataille de l'Yser et est promu lieutenant en mars 1916. Il change de régiment mais en octobre 1917 est hospitalisé à Cabourg pour une appendicite. Inapte pour quelques mois pour servir dans l'infanterie, il devient observateur à la 6e escadrille de reconnaissance. Il sera blessé suite à un atterrissage forcé. À la fin de la guerre, il est nommé capitaine à l'âge de 22 ans. Il poursuit alors sa carrière militaire reprenant ses études à l'école Militaire puis à l'école de Guerre, ce qui le pousse vers un poste à l'état-major du 2e corps d'armée à Anvers. Il rejoint ensuite un régiment de grenadiers puis, nommé commandant, intègre le régiment de cyclistes frontière à Henri-Chapelle. En mars 1936, nommé major, il intègre un régiment de grenadiers.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre, en septembre 1939, il intègre l'état-major du 5e corps d'armée. En mai, l'armée belge est défaite en 18 jours et capitule le 28 mai. Les officiers belges sont internés à nl:Maria-ter-Heide mais Piron s'en évade. En avril 1941, il quitte la Belgique et après un très long périple via Marseille, l'Espagne et Gibraltar, il débarque à Greenock en Écosse le 6 janvier 1942.

À cette date, une unité belge a déjà été constituée en Angleterre mais n'est pas opérationnelle. Après un court passage à l'état-major des forces terrestres belges, en avril 1942, il est nommé officier supérieur chargé de la formation du 1er bataillon de fusiliers, d'une batterie d'artillerie et de l'escadron blindé. Pour diriger l'ensemble, il crée alors son propre petit état-major avec le lieutenant René Didisheim (né le 5 janvier 1907, docteur en droit) et le commandant Cannepeel. Il retourne à l'état-major des forces belges qui viennent d'être mises officiellement à la disposition des Alliés, soit 2 ans après leur constitution. En décembre 1942, suite à un entretien avec le Premier ministre belge en exil, il prend le commandement de ce qui est devenu le 1er groupement belge qu'il va continuer à former en vue d'un débarquement en Europe. En avril 1943, il est nommé lieutenant-colonel, puis quelques jours avant l'envoi de ses troupes en Normandie, colonel. Fin juillet et début août, sa brigade débarque en Normandie. À son grand dam, l'état-major allié l'avait laissé en réserve, ne prévoyant de l'utiliser que lors de la libération de la Belgique. C'est sur sa pression que la brigade, désormais appelée Brigade Piron, débarque plus tôt en Normandie pour combattre en France. Alors que les principaux combats en Normandie sont sur leur fin, la brigade libère la côte est du Calvados, Cabourg, Trouville-sur-Mer, passe la Seine et s'apprête à combattre pour la libération du Havre quand elle est retirée du front. Début septembre, elle est envoyée en urgence, sur le front qui avance rapidement dans le nord de la France, les troupes alliées commençant à entrer en Belgique. La brigade suit les troupes britanniques pour la libération de Bruxelles et participe à la libération de la Belgique, à la bataille des Ardennes et aux durs combats en Hollande fin 1944 - début 1945.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

En septembre 1945, Jean-Baptiste Piron est nommé aide de camp du Prince Régent. Il commande alors la 2e division d'infanterie belge. Il est promu Général-Major en décembre puis en décembre 1946, il prend le commandement des troupes belges d'occupation en Allemagne. Un an plus tard, en décembre 1947, il est nommé Lieutenant-Général. En janvier 1951, il devient chef de l'état-major de la Force terrestre belge puis président du comité des chefs d'état-major (équivalent de chef d'état major des armées belges) ainsi qu'aide de camp du roi Baudouin. Il prend sa retraite en juillet 1957 après plus de 45 ans d'armée et 2 guerres.

Il meurt le 4 septembre 1974, à 78 ans le jour anniversaire de son entrée dans Bruxelles libéré. Il est enterré dans la pelouse d'honneur 40-45 du cimetière de Molenbeek-Saint-Jean, commune de la Région de Bruxelles-Capitale.

En souvenir...[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site privé de la Brigade Piron