Sebastian Coe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Sebastien Cauet.
Sebastian Coe Portail athlétisme
Sebastian Coe Monaco 2011.jpg
Sebastian Coe en 2011
Informations
Disciplines Demi-fond
Période d'activité 1975-1990
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Britannique
Naissance 29 septembre 1956 (57 ans)
Lieu Chiswick
Taille 1,75 m
Club Hallamshire Harriers
Haringey AC
Entraîneur Peter Coe
Records
Ancien détenteur des records du monde du 800 m, du 1 000 m, du 1 500 m, du Mile et du relais 4 × 800 m
Distinctions
Élu au Temple de la renommée de l'IAAF en 2012
Prix Prince des Asturies des sports
Palmarès
Jeux olympiques 2 2 0
Championnats d'Europe 1 2 1

Lord Sebastian Newbold Coe, KBE (né le 29 septembre 1956 à Chiswick, Londres) est un athlète britannique qui est devenu un homme politique au sein du parti conservateur.

En tant qu'athlète, il remporte quatre médailles olympiques, dont deux titres sur 1 500 mètres en 1980 et 1984, ainsi qu'un titre de champion d'Europe du 800 mètres en 1986. Il a également constitué, avec son compatriote Steve Ovett, l'un des plus beaux duels de l'athlétisme. En 1979, il devient le premier athlète à cumuler les records du monde du 800 m, du mile, et du 1 500 m. Sebastian Coe entre en politique après sa carrière sportive, et occupe un siège de député pour le parti conservateur de 1992 à 1997.

En 2005, il est à la tête du comité de candidature de la ville de Londres pour l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2012. Son charisme permet de faire en partie la différence avec la candidature de Paris 2012 lors du vote final du comité international olympique en faveur de Londres le 6 juillet 2005 à Singapour. Il est ensuite le Chairman (président) du Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques d'été de 2012 (LOCOG).

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Né en 1956 dans le quartier de Chiswick à Londres, Sebastian Coe débute l'athlétisme à l'âge de 14 ans au sein du club local des Hallamshire Harriers. Entrainé par son père, Peter Coe, il remporte en 1975 son premier titre national junior sur 1 500 mètres, avant de se classer troisième des Championnats d'Europe juniors, à Athènes, en 3 min 45 s 1[1]. Auteur de 1 min 47 s 7 sur 800 mètres en 1976, il décroche son premier titre international majeur en début d'année 1977 en enlevant le 800 m des Championnats d'Europe en salle de Saint-Sébastien, en Espagne, dans le temps de 1 min 46 s 5. Il confirme son rang durant l'été 1978 en battant le record de Grande-Bretagne du 800 m en 1 min 44 s 25, puis en prenant la troisième place des Championnats d'Europe de Prague derrière l'Est-allemand Olaf Beyer et l'autre Britannique Steve Ovett. Quelques jours plus tard, à Londres, il bat en 1 min 43 s 97 le record britannique que lui avait ravi Steve Ovett.

Premiers records du monde[modifier | modifier le code]

Poursuivant ses études d'histoire de l'économie à l'Université de Loughborough[2], Sebastian Coe devient, durant l'été 1979, le premier athlète à cumuler les records mondiaux du 800 mètres, du mile, et du 1 500 mètres. Le 5 juillet, lors des Bislett Games d'Oslo, il établit un nouveau record du monde du 800 m en 1 min 42 s 33, améliorant de plus d'une seconde l'ancienne meilleure marque mondiale détenue depuis la saison 1976 par le Cubain Alberto Juantorena[3], alors que de 1962 à 1979, le record mondial du 800 m n'avait progressé de que de 9/10 de seconde[4]. Deux semaines plus tard, toujours à Oslo, le Britannique bat le record mondial du Mile en 3 min 49 s 0, soit quatre centièmes de moins que le temps du Néo-zélandais John Walker établi lors de la saison 1975[5]. Puis, le 15 août 1979, Coe établit sur la distance du 1 500 m son troisième record mondial en l'espace de 41 jours en signant le temps de 3 min 32 s 03 lors du meeting de Zurich. Il améliore à cette occasion de 13 centièmes de seconde le record mondial du Tanzanien Filbert Bayi[6]. Il est élu sportif britannique de l'année 1979 par la rédaction sportive de la BBC.

Titre olympique (1980)[modifier | modifier le code]

Sebastian Coe (dossard 254) lors des Jeux olympiques d'été de 1980

En 1980, Sebastian Coe bat le record du monde du 1 000 mètres de l'Américain Rick Wohlhuter en 2 min 13 s 40, et devient à cette occasion le premier athlète à détenir simultanément les records mondiaux des quatre principales épreuves de demi-fond. Aux Jeux olympiques de Moscou, auxquels il participe malgré les consignes de boycott de Margaret Thatcher, il échoue face à Steve Ovett sur le 800 mètres au terme d'une course tactique remportée en 1 min 45 s 40. Coe se classe deuxième en 1 min 45 s 85 après avoir été débordé par son compatriote à deux cent cinquante mètres de l'arrivée[7]. Aligné cinq jours plus tard en finale du 1 500 mètres, Coe prend sa revanche en décrochant son premier titre olympique dans le temps de 3 min 38 s 40, devant l'Allemand Jurgen Straub et Steve Ovett, après avoir lancé une accélération à l'entrée de la dernière ligne droite[8]. Fin août à Coblence, Steve Ovett reprend le record mondial du 1 500 m de Sebastian Coe en 3 min 31 s 36.

Le 10 juin 1981, à Florence, le Britannique améliore de 61/100 son propre record mondial du 800 mètres en parcourant la distance en 1 min 41 s 73, après être passé en 49 s 9 au 400 m. Cette performance ne sera égalée qu'en 1997 par le Danois Wilson Kipketer. Moins d'un mois plus tard, à Oslo, Coe porte le record du monde du 1 000 m à 2 min 12 s 18, puis celui du Mile à 3 min 48 s 53. Dépossédé peu après de ce record par Ovett (3 min 48 s 40), Coe reprend son bien le 28 août 1981 au Mémorial Van Damme de Bruxelles en signant le temps de 3 min 47 s 33. Sélectionné dans l'équipe d'Europe lors de la troisième édition de la Coupe du monde des nations, à Rome, il s'impose facilement sur 800 m en 1 min 46 s 16.

Blessures et retour au sommet[modifier | modifier le code]

Mais les ennuis physiques perturbent son ascension l'année suivante. Victime d'une fracture de fatigue au pied, il ne retrouve pas son état de forme de la saison précédente en subissant une défaite sur 800 m face à l'Allemand Hans Peter Ferner lors des Championnats d'Europe d'athlétisme d'Athènes. Quelques jours plus tard, un examen médical lui révèle une mononucléose[9].

Il établit la troisième performance mondiale de l'année 1983 en réalisant 1 min 44 s 80 à Oslo, mais doit mettre prématurément un terme à sa saison après avoir été victime d'une nouvelle infection, la toxoplasmose, lui faisant passer plus d'un mois à l’hôpital. Il déclare forfait pour les premiers Championnats du monde d'athlétisme, à Helsinki.

Deuxième titre olympique (1984)[modifier | modifier le code]

De retour sur les pistes d'athlétisme en 1984, il se classe deuxième du 800 m, derrière Peter Elliott, lors des Championnats d'Angleterre, mais obtient néanmoins sa qualification pour les Jeux olympiques de Los Angeles. Participant aux deux épreuves de demi-fond, comme à Moscou quatre ans plus tôt, il est largement dominé par le Brésilien Joaquim Cruz sur 800 m (1 min 43 s 00 contre 1 min 43 s 64) mais obtient néanmoins sa deuxième médaille d'argent consécutive sur la distance. Quelques jours plus tard, Sebastian Coe remporte la finale du 1 500 m en 3 min 32 s 53, devant Steve Cram et l'Espagnol José Manuel Abascal après que l'Américain Steve Scott s'est effondré aux 1 000 m et que Steve Ovett s'est effondré sur le bord de la piste après une crise d'asthme[10]. Auteur d'un nouveau record olympique, Coe devient le premier athlète à conserver son titre olympique dans cette épreuve. Il déclare à cette occasion : « Revenir d'une année olympique, c'est très difficile. ce fut une terrible bataille mentale. Après tous les soucis et tous les doutes qui m'ont assailli depuis 1982, j'éprouve un bonheur plus intense qu'à Moscou »[11]

Champion d'Europe (1986)[modifier | modifier le code]

Forfait pour les Jeux du Commonwealth de 1986, Sebastian Coe décroche lors de cette même saison son premier titre continental à l'occasion des Championnats d'Europe de Stuttgart où il s'impose en finale du 800 m en 1 min 44 s 50, devant ses deux compatriotes Tom McKean et Steve Cram. Coe se classe par ailleurs deuxième de la finale du 1 500 m, devancé au sprint par Cram. Le 7 septembre 1986 à Rieti, Coe établit la meilleure performance de sa carrière sur 1 500 m en 3 min 29 s 77. Il souffre d'une tendinite en 1987 et doit déclarer forfait pour les Championnats du monde de Rome. En 1988, mal remis d'une infection pulmonaire contractée lors d'un stade en altitude, il n'est pas sélectionné pour les Jeux olympiques de Séoul suite à son échec en séries du 800 m des championnats nationaux. Il établit néanmoins l'un des meilleurs temps de sa carrière sur la distance, quelques jours plus tard, à Coblence, en 1 min 43 s 34.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Auteur de 1 min 43 s 38 en 1989 à Berne, Sebastian Coe honore son ultime sélection en équipe nationale à l'occasion de la Coupe du monde des nations de Barcelone. Il se classe deuxième de l'épreuve du 1 500 m derrière le Somalien Abdi Bile.

Après son échec aux Jeux du Commonwealth d'Auckland, il met un terme à sa carrière d'athlète en 1990 lors de son jubilé au meeting londonien de Crystal Palace.

En 2012, il est intronisé au Temple de la renommée de l'IAAF[12].

Membre d'institutions sportives internationales[modifier | modifier le code]

Sebastian Coe en 2012

Coe est devenu dès 1981 membre de la première commission d'athlètes mise en place par Juan Antonio Samaranch, puis de la commission sport pour tous. Il a été un des porte-paroles des athlètes au congrès du Comité international olympique de Baden-Baden en 1981. En 2003, il devient président de l'EAAA (association anglaise d'athlétisme amateur) puis membre du conseil de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF). Il en est le vice-président depuis 2007[13].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1990, il est élu député et siège à la Chambre des communes. Deux ans plus tard, il entre au Parlement anglais et siège en tant que député de Falmouth et Camborne de 1992 à 1997, pour le parti conservateur[14]. Il devient secrétaire général du gouvernement en 1996. Il est l'un des proches de William Hague, le candidat défait par Tony Blair en 1997, puis abandonne toute fonction après la seconde victoire de Blair en 2001.

Il est devenu pair à vie en 2000 comme baron Coe, de Ranmore dans le comté de Surrey.

En 2002, il est anobli et devient Lord Coe de Ranmore. En 2006, il est fait chevalier commandeur (KCBE) de l'Ordre de l'Empire britannique[15] dans la liste d'honneurs.

Suite à la découverte de la maladie dont est atteinte sa mère, la PSP (paralysie supranucléaire progressive) il s'engage dans l'association « The Association PSP » pour aider à lutter contre cette maladie rare et orpheline[16].

Président du comité d'organisation de Londres 2012[modifier | modifier le code]

Succédant à l'américaine Barbara Cassini, il a milité avec succès depuis le 19 mai 2004 (décision du CIO du 6 juillet 2005) pour que Londres accueille les Jeux olympiques d'été de 2012[17]. Il a ensuite pris la présidence du LOCOG, le comité organisateur des Jeux olympiques de Londres[18].

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve
1975 Championnats d'Europe juniors Athènes 3e 1 500 m
1977 Championnats d'Europe en salle Saint-Sébastien 1er 800 m
1978 Championnats d'Europe Prague 3e 800 m
1979 Coupe d'Europe des nations Turin 1er 800 m
1980 Jeux olympiques Moscou 2e 800 m
1er 1 500 m
1981 Coupe d'Europe des nations Zagreb 1er 800 m
Coupe du monde des nations Rome 1er 800 m
1982 Championnats d'Europe Athènes 2e 800 m
1984 Jeux olympiques Los Angeles 2e 800 m
1er 1 500 m
1986 Championnats d'Europe Stuttgart 1er 800 m
2e 1 500 m
1989 Coupe du monde des nations Barcelone 2e 1 500 m
1990 Jeux du Commonwealth Auckland 6e 800 m

National[modifier | modifier le code]

  • Championnats de Amateur Athletics Association[19] :
    • 400 m : vainqueur en 1979
    • 800 m : vainqueur en 1981, deuxième en 1977
    • 1 500 m : vainqueur en 1989, deuxième en 1984

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Épreuve Temps Date Lieu
800 m 1 min 41 s 73 10 juin 1981 Florence
1 000 m 2 min 12 s 18 11 juillet 1981 Oslo
1 500 m 3 min 29 s 77 7 septembre 1986 Rieti
Mile 3 min 47 s 33 28 août 1981 Bruxelles

Records du monde[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, il a battu neuf records mondiaux en plein air[20].

Épreuve Temps Date Lieu
800 m 1 min 42 s 33 5 juillet 1979 Oslo
1 min 41 s 73 10 juin 1981 Florence
1 000 m 2 min 13 s 40 1er juillet 1980 Oslo
2 min 12 s 18 11 juillet 1981 Oslo
1 500 m 3 min 32 s 03 15 août 1979 Zurich
Mile 3 min 49 s 0 17 juillet 1979 Oslo
3 min 48 s 53 19 août 1981 Zurich
3 min 47 s 33 28 août 1981 Bruxelles
Relais 4 × 800 m 7 min 03 s 89[Note 1] 1982

Meilleures performances de l'année[modifier | modifier le code]

800 m (en plein air)[21]
Année Temps Date Lieu Rang[Note 2]
1975 -
1976 -
1977 1 min 44 s 95 9 septembre 1977 Londres 4
1978 1 min 43 s 97 15 septembre 1978 Londres 2
1979 1 min 42 s 33 5 juillet 1979 Oslo 1
1980 1 min 44 s 7 7 juin 1980 Hull 2
1981 1 min 41 s 73 10 juin 1981 Florence 1
1982 1 min 44 s 48 18 août 1982 Zurich 2
1983 1 min 43 s 80 28 juin 1983 Oslo 3
1984 1 min 43 s 64 6 août 1984 Los Angeles 5
1985 1 min 43 s 07 25 août 1985 Cologne 4
1986 1 min 44 s 10 11 juillet 1986 Londres 7
1987 -
1988 1 min 43 s 93 28 août 1988 Coblence 7
1989 1 min 43 s 38 29 août 1989 Berne 2
1990 -
1 500 m (en plein air)
Année Temps Date Lieu Rang
1975 -
1976 -
1977 -
1978 -
1979 3 min 32 s 03 15 août 1979 Zurich 1
1980 3 min 32 s 19 13 août 1980 Zurich 4
1981 3 min 31 s 95 7 juillet 1981 Stockholm 2
1982 -
1983 3 min 35 s 17 24 juin 1983 Paris 19
1984 3 min 32 s 39 22 août 1984 Zurich 2
1985 3 min 32 s 13 21 août 1985 Zurich 8
1986 3 min 29 s 77 7 septembre 1986 Rieti 1
1987 -
1988 3 min 35 s 72 31 août 1988 Rieti 20
1989 3 min 34 s 05 16 août 1989 Zurich 7
1990 -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Record du monde du relais 4 × 800 m établi avec Peter Elliott, Garry Cook et Steve Cram
  2. Classement établi par l'IAAF en fonction des meilleures performances de l'année

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Parienté et Alain Billouin, La fabuleuse histoire de l'Athlétisme, Minerva, 2003, p.229
  2. Parienté et Billouin 2003, p.233
  3. (en) « Progression du record du monde masculin du 800 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 23 décembre 2011)
  4. Parienté et Billouin 2003, p.230
  5. (en) « Progression du record du monde masculin du Mile », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 23 décembre 2011)
  6. (en) « Progression du record du monde masculin du 1 500 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 23 décembre 2011)
  7. (en) Todor Krastev, « Résultats du 800 m des Jeux olympiques de 1980 », sur todor66.com (consulté le 23 décembre 2011)
  8. (en) Todor Krastev, « Résultats du 1 500 m des Jeux olympiques de 1980 », sur todor66.com (consulté le 23 décembre 2011)
  9. Parienté et Billouin 2003, p.236
  10. Gilles Navarro, Les riches Heures de l'Athlétisme, Mango Sport,‎ 2003, 44, Sebastian Coe, le "quinze cents maître" p. (ISBN 2-84270-398-7)
  11. Parienté et Billouin 2003, p.202
  12. (en) « Vice-Presidents and athletics legends Bubka and Coe to be inducted into IAAF Hall of Fame », sur iaaf.org (consulté le 25 juin 2012)
  13. (en) « IAAF Council Members - Sebastian Coe », sur iaaf.org (consulté le 23 décembre 2011)
  14. (en) Mark Orlovac, « Profile: Lord Coe », sur bbc.co.uk,‎ 31 décembre 2005 (consulté le 25 décembre 2011)
  15. (en) The London Gazette - Order of the British Empire, 31 December 2005
  16. (en) « The Association PSP » (consulté le 25 décembre 2011)
  17. JO d'été de 2024 : la France candidate ?, Le Figaro, 12 avril 2012.
  18. (fr) « Le conseil du LOCOG », sur london2012.com (consulté le 25 décembre 2011)
  19. (en) « Palmarès des championnats de l'AAA », sur gbrathletics.com (consulté le 4 décembre 2011)
  20. (en) « Profil de Sebastian Coe », sur uka.org.uk (consulté le 25 décembre 2011)
  21. (en) « Meilleures performances mondiales de l'année », sur apulanta.fi (consulté le 23 décembre 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La fabuleuse histoire de l'Athlétisme, Minerva,‎ 2003, 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)
  • Gilles Navarro, Les riches heures de l'athlétisme, Mango Sport,‎ 2003, 133 p. (ISBN 2 84270 398-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :