Reinhold Messner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Messner.
Reinhold Messner Climbing pictogram.svg
Reinhold Messner in Koeln 2009.jpg
Reinhold Messner en 2009
Contexte général
Sport Alpinisme
Biographie
Naissance 17 septembre 1944 (69 ans)
Lieu de naissance Tyrol du Sud, Italie

Reinhold Messner, né le 17 septembre 1944 dans le Tyrol du Sud est un alpiniste italien, considéré par beaucoup comme l'un des meilleurs du XXe siècle[1]. Il est réputé pour avoir réalisé la première ascension en solitaire de l'Everest, qui plus est sans apport d'oxygène, et pour être le premier à avoir gravi les quatorze sommets de plus de 8 000 mètres. Il est l'auteur d'une soixantaine d'ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reinhold Messner naît le 17 septembre 1944 à Bressanone, dans la province autonome de Bolzano au Trentin-Haut-Adige en Italie. Sa langue maternelle est l'allemand et il apprend à parler couramment l'italien[2]. Il grandit à Funes et passe sa jeunesse à arpenter les Alpes, ce qui le mène à éprouver une grande admiration pour les Dolomites. Son père, Josef, est enseignant et se montre strict, parfois même sévère, avec Reinhold. C'est lui qui le mène à son premier sommet à l'âge de cinq ans.

Reinhold a huit frères et une sœur. Plus tard, il escaladera quelques sommets et effectuera des explorations en Antarctique respectivement avec ses frères Günther et Hubert. Alors qu'il commence à gravir des montagnes à 13 ans avec Günther, âgé de 11 ans, une décennie plus tard ils sont déjà considérés parmi les meilleurs grimpeurs d'Europe[3].

Dans les années 1960, inspiré par Hermann Buhl, il devient un des premiers et des plus ardents défenseurs du style alpin dans l'Himalaya. Il considère en effet que la pratique habituelle de l'alpinisme, qu'il qualifie de « tactique du siège », est irrespectueuse de la nature et de la montagne.

Le 29 juin 1970, son frère décède dans la descente du Nanga Parbat, deux jours après avoir ouvert une nouvelle voie et atteint le sommet. Reinhold est amputé de six orteils[3] et se voit fortement critiqué pour n'avoir pas rebroussé chemin alors que Gunther l'avait rejoint en dépit des consignes[4]. Le film Nanga Parbat, réalisé en 2010 par Joseph Vilsmaier, est basé sur son récit des événements[5].

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Reinhold Messner a accompli de nombreuses « premières », notamment l'ascension du « toit du monde » sans l'aide de l'oxygène en 1978 (avec Peter Habeler), l'Everest en solitaire en 1980, les 14 sommets de plus de 8 000 mètres (tous sans oxygène), les Sept sommets, c’est-à-dire les points culminants des sept continents (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique, Europe, Asie, Antarctique et Océanie).

Reinhold Messner est le premier alpiniste qui a insisté sur l'importance d'une préparation stricte (sports d'endurance, alimentation) avant d'aller affronter les hautes altitudes.

Principales ascensions[modifier | modifier le code]

La face nord de l'Eiger
  • 1970 : première ascension du Nanga Parbat (8 126 m) par le versant du Rupal, le plus difficile, avec son frère Günther Messner. Lors de la descente, Günther meurt (on retrouvera son corps en juillet 2005) et Reinhold perd plusieurs orteils. Depuis lors, il se consacrera à l'alpinisme, lui qui se considérait surtout comme un spécialiste de l'escalade.
  • 1972
    • première ascension du Manaslu (8 156 m) par la face sud.
    • ascension du Nowshak (7 492 m).
  • 1973
    • première ascension du Monte Pelmo (3 168 m) par la face nord-ouest.
    • première ascension de la Marmolada (3 342 m) par le pilier ouest.
  • 1974
    • ouverture d'une nouvelle voie sur la face sud de l'Aconcagua (6 960 m).
    • ascension de la face nord du l'Eiger (Suisse, 3 970 m) en seulement dix heures.
  • 1975 : première ascension en style alpin du Gasherbrum I (8 068 m).
  • 1976 : ascension du mont McKinley.
  • 1978
    • première ascension du Kilimandjaro (5 893 m) par le Breach Wall.
    • première ascension avec Peter Habeler du mont Everest (8 848 m) sans oxygène. Cet exploit était auparavant considéré comme physiologiquement impossible pour un être humain à cause de l'altitude.
    • ascension du Nanga Parbat en solo. Il devient à cette occasion le premier homme à avoir escaladé un 8 000 de son pied jusqu'à son sommet d'une seule traite. Pour réaliser cet exploit, il emprunta le versant du Diamir, en choisissant tant pour la montée que pour la descente une voie nouvelle. Au camp de base, il n'avait l'assistance que d'un médecin et d'un officier de liaison.
  • 1979 : première ascension du K2 en style semi-alpin.
  • 1980 : première ascension de l'Everest en solitaire.
  • 1981
  • 1982
    • ascension du Kangchenjunga (8 598 m).
    • ascension du Gasherbrum II (8 035 m).
    • ascension du Broad Peak (8 047 m). Il est ainsi le premier homme à gravir trois sommets de plus de 8 000 m en une même saison.
  • 1983 : ascension du Cho Oyu (8 201 m), après avoir échoué une première fois l'année précédente.
  • 1984 : ascension du Gasherbrum I puis du Gasherbrum II sans retour au camp de base. C'est la première fois qu'on enchaîne ainsi deux sommets de plus de 8 000 m.
  • 1985
    • première ascension de l'Annapurna (8 091 m) par la face nord-ouest.
    • ascension du Dhaulagiri (8 167 m).
  • 1986
    • ascension du Makalu (8 481 m).
    • ascension du Lhotse (8 501 m). Il devient ainsi le premier homme à avoir gravi les quatorze sommets de plus de 8 000 m.
    • ascension du massif Vinson (4 897 m), point culminant de l'Antarctique. Messner devient ainsi le premier homme à avoir gravi les points culminants des sept continents sans apport d'oxygène (Amérique du Nord, du Sud, Afrique, Europe, Asie, Antarctique et Océanie).
  • 1992 : ascension du Chimborazo (6 310 m)

Les 14 8 000[modifier | modifier le code]

Reinhold Messner est le premier homme à avoir conquis l'ensemble des 8 000.

Année Montagne
1970 Nanga Parbat (8 125 m)
1972 Manaslu (8 163 m)
1975 Gasherbrum I (8 080 m)
1978 Everest (8 848 m), Nanga Parbat (8 125 m)
1979 K2 (8 611 m)
1980 Everest (8 848 m)
1981 Shishapangma (8 027 m)
1982 Kangchenjunga (8 586 m), Gasherbrum II (8 034 m), Broad Peak (8 051 m)
1983 Cho Oyu (8 188 m)
1984 Gasherbrum I (8 080 m), Gasherbrum II (8 034 m)
1985 Annapurna (8 091 m), Dhaulagiri (8 167 m)
1986 Makalu (8 485 m), Lhotse (8 516 m)

Expéditions « pédestres »[modifier | modifier le code]

À partir des années 1980, Messner se livre à de nombreuses expéditions pédestres.

En 1986, il traverse le Tibet oriental, du Kham à Lhassa. Reinhold Messner prétend avoir vu un yéti lors de cette expédition[6]. En 1987, il traverse à pied de grandes étendues du Bhoutan et du Pamir.

En 1988, malgré les moqueries, Reinhold Messner entreprend une expédition au Tibet sur les traces du Yéti, une créature anthropomorphe qu'il aurait lui-même aperçu lors d'un précédent voyage. À la fin de son expédition, Messner conclut que la légende de « l'abominable homme des neiges » provient d'un véritable animal qui terrifierait les populations locales depuis des générations. Selon l'alpiniste, il serait apparenté à l'Ours bleu du Tibet. Lors des premières expéditions occidentales dans les années 1930, l'ours, appelé chemo par les sherpas, a été transformé en « homme sauvage ». Cette théorie n'a pas été du goût de la communauté cryptozoologique. Messner a publié son expédition sous le titre Yéti, du mythe à la réalité.

En 1990, il réalise la traversée de l'Antarctique (départ de Patriot Hills, arrivée à Mac Murdo en passant par le pôle) avec Arved Fuchs en 92 jours (2 400 km) en tirant des traîneaux. En 1991, il traverse le Bhoutan d'est et ouest. En 1992, il réussit avec son frère Hubert une traversée en diagonale du Groenland (2 200 km). En 2004, il effectue la traversée du désert de Gobi à pied (2 000 km).

Autres activités[modifier | modifier le code]

Plan du Messner Mountain Museum de Firmian.

Reinhold Messner a par ailleurs été élu en 1995 au Parlement européen sur une liste Verts / Alliance Libre Européenne.

Depuis 2003, il se consacre au projet de la réalisation d'un ensemble de musées consacrés à la montagne (les MMM, Messner Mountain Museums). Plusieurs sont aujourd'hui ouverts (à Bolzano, Sulden, etc.)

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Reinhold Messner: On top of the world, The Independent, 13 juin 2006
  2. (en) Extrem Europa, Live, no 3, Vienne, 1er février 2008, page 16
  3. a et b (en) Caroline Alexander, Murdering the Impossible, National Geographic, novembre 2006
  4. (en) Christopher Rhoads, The controversy surrounding Reinhold Messner, The Wall Street Journal, 11 décembre 2003
  5. (en) Kate Connolly, Nanga Parbat film restarts row over Messner brothers' fatal climb, The Guardian, Londres, 19 janvier 2010
  6. (de) Reinhold Messner, Yeti – Legende und Wirklichkeit, Francfort, S. Fischer, 1998 (ISBN 3-596-14737-9).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]