Valeriy Brumel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valeriy Brumel Portail athlétisme
Informations
Disciplines Saut en hauteur
Période d'activité Années 1960
Nationalité Drapeau de l’URSS soviétique → Drapeau de la Russie russe
Naissance 14 avril 1942
Lieu Razvedki, oblast d'Amour, RSFS de Russie
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Décès 23 janvier 2003 (à 60 ans)
Lieu Moscou
Drapeau de la Russie Russie
Taille 1,85 m
Entraîneur Pyotr Stein, Vladimir Dyatchkov
Records
• Améliore à six reprises le record du monde du saut en hauteur de 1961 à 1963
Palmarès
Jeux olympiques 1 1 0
Championnats d'Europe 1 0 0
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brumel.

Valeriy Nikolayevich Brumel (en russe : Валерий Николаевич Брумель, Valeri Nikolaïevitch Broumel), né le 14 avril 1942 dans le village de Razvedki (oblast d'Amour), en Sibérie, et mort le 26 janvier 2003 à Moscou, est un athlète soviétique spécialiste du saut en hauteur.

Il a marqué durablement la discipline dès le début des années 1960 en améliorant à six reprises le record du monde et le faisant progresser de cinq centimètres en trois ans à peine, sa meilleure marque de 2,28 m, établie en 1963, n'est améliorée que huit ans plus tard. Vice-champion olympique en 1960, il devient champion d'Europe en 1962 avant de remporter le titre olympique en 1964.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Originaire de Razvedki, village de Sibérie à la frontière avec la Chine, le jeune Valeriy Brumel débute le saut en hauteur à l'âge de douze ans. Il apprend à sauter avec la technique du rouleau ventral et franchit rapidement 1,65 m en 1956 puis 1,75 m dès l'année suivante. Formé à Lougansk, en Ukraine, où il réside avec sa famille, il suit les conseils de Pyotr Stein, son premier entraineur, qui le pousse à une préparation physique intensive basée sur la musculation des jambes aux poids et haltères. En 1958, âgé alors de 16 ans seulement, il passe de 1,75 m à 1,95 m. Bénéficiant d'une bourse d'étude à Moscou, il entame une collaboration avec l'entraineur Vladimir Dyatchkov, grand spécialiste soviétique de la discipline. Ce dernier s'attelle alors à améliorer sa technique de course d'élan et d'appel, et corrige par ailleurs les défauts de synchronisation de ses mouvements. Les premiers résultats se font sentir rapidement : il réalise 2,01 m, 2,03 m, puis 2,08 m lors de la saison 1959. Sixième seulement des Championnats d'URSS de 1960, Brumel se distingue sur le plan international en franchissant 2,13 m, puis en établissant le 13 août 1960 à Moscou un nouveau record d'Europe du saut en hauteur avec 2,17 m. Âgé de 18 ans seulement, il améliore d'un centimètre la précédente meilleure marque continentale de son compatriote Iouri Stepanov.

Médaillé olympique à Rome[modifier | modifier le code]

Valeriy Brumel fait partie des trois sauteurs en hauteur soviétiques sélectionnés pour les Jeux olympiques d'été de 1960, fin août à Rome, en compagnie de Robert Shavlakadze et Viktor Bolchov. L'Américain John Thomas, qui a récemment amélioré par trois fois le record du monde de la discipline avec 2,17 m, 2,18 m et 2,22 m est le grand favori du concours. À la lutte avec les trois Soviétiques à l'amorce d'une barre à 2,16 m, Thomas essuie trois revers successifs, contrairement à Shavlakadze et Brumel qui parviennent à franchir cette hauteur. Valeriy Brumel s'incline finalement au nombre d'essais face à son compatriote mais obtient à 18 ans seulement la médaille d'argent olympique, son premier titre international majeur[1]. Il poursuit sa saison en améliorant à plusieurs reprises son record personnel, réalisant successivement 2,18 m fin septembre à Odessa et 2,19 m en octobre à Lougansk. Fin octobre 1960 à Oujgorod (Ukraine), le Soviétique établit un nouveau record continental avec 2,20 m et manque à trois reprises le record du monde de 2,23 m de Thomas.

Période de domination, records du monde[modifier | modifier le code]

La période de domination de Valeriy Brumel débute en 1961 et s'étendra jusqu'en 1964. Au début de l'année 1961, le Soviétique réalise 2,21 m puis 2,25 m lors de réunion en salle de Leningrad, performance constituant le meilleur saut jamais réalisé en salle mais n'étant pas encore considéré comme un record du monde par l'IAAF. Il effectue ensuite une tournée hivernale aux États-Unis où il domine à plusieurs reprises son rival John Thomas. Fin juin à Moscou, le Soviétique établit le premier de ses six records du monde en réalisant la performance de 2,23 m, soit un centimètre de plus que la meilleure marque mondiale détenue par Thomas depuis 1960. Moins d'un mois plus tard, toujours à Moscou, Brumel améliore d'un centimètre son propre record mondial avec 2,24 m. Il participe fin août aux Universiades d'été de Sofia où il remporte largement le concours devant son compatriote Igor Kashkarov, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 1956. Il franchit à son troisième essai une barre à 2,25 m et signe à cette occasion son troisième record du monde consécutif en moins de trois mois[2]. Il conclut la saison 1961 après avoir enregistré onze sauts au delà des 2,20 m.

Vladimir Dyatchkov décide en début de saison 1962 d'augmenter les séances d'entrainement de Valeriy Brumel en renforçant notamment le travail musculaire en vue d’acquérir une course d'élan plus rapide et un appel plus efficace. Le Soviétique est chronométré à 10 s 5 sur 100 mètres et réalise 7,65 m au saut en longueur. Il débute sa saison fin juillet 1962 à Palo Alto, à l'occasion de la rencontre États-Unis-URSS. Il y remporte le concours devant John Thomas et établit un nouveau record du monde avec 2,26 m. En pleine Guerre froide, les 80 000 spectateurs américains présents lors de cet évènement réservent au Soviétique une standing ovation de près de cinq minutes[3]. Favori des Championnats d'Europe d'athlétisme disputés début septembre à Belgrade, Brumel remporte son premier et unique titre continental en franchissant la hauteur de 2,21 m, devançant nettement le Suédois Stig Pettersson (2,13 m) et son compatriote Robert Shavlakadze (2,09 m)[4]. Quelques jours plus tard, à Moscou, il signe le cinquième record du monde de sa carrière avec 2,27 m, réalisé dès sa première tentative.

Le 21 juillet 1963 à Moscou, Valeriy Brumel participe à la rencontre internationale URSS-États-Unis, devant 95 000 spectateurs et sous les yeux du Premier soviétique Nikita Khrouchtchev et de l'ambassadeur américain Averell Harriman, en pleine négociation du traité d’interdiction des essais nucléaires. Il remporte sous la pluie le concours et établit à cette occasion son sixième et dernier record du monde en franchissant la hauteur de 2,28 m, soit une hauteur supérieure de 43 centimètres à sa propre taille (1,85 m). Cette performance ne sera améliorée que huit ans plus tard par l'Américain Pat Matzdorf, dernier recordman du monde avec la technique du rouleau ventral. Début septembre à Porto Alegre, Brumel remporte pour la seconde fois les Universiades d'été en effaçant une barre à 2,15 m.

Titre olympique en 1964[modifier | modifier le code]

Valery Brumel observe une longue période de repos avant le début de la saison 1964. Handicapé par une tendinite chronique au genou provoquée entre autres par la multiplication de ses sauts lors des trois dernières années et par l'intensité de ses entrainements, il fait son retour sur les pistes en juin 1964 à Zurich où il franchit 2,24 m avant d'échouer par trois fois à 2,29 m. C'est invaincu depuis 1961 qu'il se présente début octobre aux Jeux olympiques de Tokyo. Qualifié difficilement pour la finale avec 2,03 m réussi à son dernier essai, le Soviétique n'est pas au mieux en finale en ne passant 2,14 m qu'au troisième essai. Il se reprend par la suite en réalisant 2,16 m au premier essai, alors que les Américains John Thomas et John Rambo doivent s'y reprendre à plusieurs fois. Enfin, Brumel et Thomas réussissent 2,18 m à leur première tentative. Plus aucune barre ne sera franchie et Brumel devient champion olympique au nombre d'essais[5].

Accident de la route[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre 1965 à Moscou, quelques jours après une compétition disputée au Stade de Colombes, Valeriy Brumel est victime d'un accident de la route. Acceptant l'invitation d'un ami de le ramener chez lui, la motocyclette dérape sur la chaussée glissante et percute un mur de protection en pierre. Le Soviétique souffre de multiples fractures au tibia et aux chevilles, ainsi qu'un sectionnement à 80 % du tendon du pied gauche. Ayant évité l'amputation, Brumel recommence à marcher en janvier 1966 et quitte l’hôpital en octobre, un an après le drame. En mai 1968, il subit une nouvelle opération chirurgicale qui consiste à lui poser un appareil permettant à l'os de se reformer et à sa jambe de retrouver sa longueur normale. Quasiment rétabli en fin d'année 1968, Brumel décide de reprendre la compétition dès l'année suivante. Il parvient à franchir 2,00 m en 1969 et atteint les 2,06 m en 1970, date à laquelle il met définitivement un terme à sa carrière sportive.

Il meurt en 2003 et est inhumé au cimetière moscovite de Novodevitchi.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Résultat Performance
1960 Jeux olympiques Rome 2e 2,16 m
1961 Universiade Sofia 1er 2,25 m
1962 Championnats d'Europe Belgrade 1er 2,21 m
1963 Universiade Porto Alegre 1er 2,15 m
1964 Jeux olympiques Tokyo 1er 2,18 m

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Épreuve Performance Lieu Date
Saut en hauteur 2,28 m Moscou 21 juillet 1963

Records du monde[modifier | modifier le code]

Hauteur Date Lieu
2,23 m 18 juin 1961 Moscou
2,24 m 19 juillet 1961 Moscou
2,25 m 31 août 1961 Sofia
2,26 m 22 juillet 1962 Palo Alto
2,27 m 29 septembre 1962 Moscou
2,28 m 21 juillet 1963 Moscou

Records d'Europe[modifier | modifier le code]

Hauteur Date Lieu
2,17 m 13 août 1960 Moscou
2,18 m 17 septembre 1960 Odessa
2,19 m 9 octobre 1960 Lugansk
2,20 m 25 octobre 1960 Oujhorod
2,23 m 18 juillet 1961 Moscou
2,24 m 19 juillet 1961 Moscou
2,25 m 31 août 1961 Sofia
2,26 m 22 juillet 1962 Palo Alto
2,27 m 29 septembre 1962 Moscou
2,28 m 21 juillet 1963 Moscou

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Concours du saut en hauteur des Jeux olympiques de 1960 », sur todor66.com (consulté le 28 mai 2011)
  2. (en) « Résultats des Universiades d'été de 1961 », sur gbrathletics.com (consulté le 28 mai 2011)
  3. (en) Frank Litski, « Valery Brumel, Russian Set High-Jump Marks, 60, Is Dead », sur nytimes.com,‎ 28 janvier 2003 (consulté le 28 mai 2011)
  4. (en) « Résultats des Championnats d'Europe d'athlétisme de 1962 », sur todor66.com (consulté le 28 mai 2011)
  5. (en) « Fiche de l'athlète », sur sports-reference.com (consulté le 29 mai 2011)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La fabuleuse histoire de l'Athlétisme, Paris, Minerva, 2003 (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :