Hassiba Boulmerka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hassiba Boulmerka Portail athlétisme
Informations
Disciplines 800 mètres et 1500 mètres
Nationalité Drapeau de l'Algérie Algérie
Naissance 10 juillet 1968 (46 ans)
Lieu Constantine, Drapeau de l'Algérie Algérie
Taille 1,58 m
Entraîneur Amar Bouras
Palmarès
Jeux olympiques 1 0 0
Championnats du monde 2 0 1
Championnats d'Afrique 4 0 0

Hassiba Boulmerka, née le 10 juillet 1968 à Constantine, est une athlète algérienne, spécialiste des courses de demi-fond (800 mètres et 1 500 mètres). Elle est la première à apporter une médaille d'or olympique au sport algérien, médaille obtenue aux jeux de Barcelone. Elle est également double championne du monde du 1 500 m. Elle a également siègé durant une période au sein de la commission des athlètes du Comité international olympique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

En 1986, elle découvre les compétitions internationales lors des championnat du monde de cross-country, terminant à la 80e place.

Elle obtient ses premiers résultats internationaux lors des championnats d'Afrique 1988 où elle remporte l'or. Plus tard dans la saison, elle échoue sur les deux épreuves du 800 m et du 1 500 m au stade des demi-finales[1].

Elle est de nouveau couronnée lors des championnats d'Afrique 1989. Elle termine sa saison avec une septième place lors de la Coupe du monde des nations disputée à Barcelone[2].

En 1991, elle se positionne parmi les meilleures spécialiste mondiales avec une victoire lors du Golden Gala de Rome[2]. Lors des mondiaux de Tokyo, elle remporte le titre[3]. Elle rejoint la tête dans le dernier tour pour devancer la coureuse d'URSS Tetyana Dorovskykh, qui remporte le 3 000 m durant ces mêmes championnats[2]. Durant les mêmes championnats, le même jour, son compatriote Noureddine Morceli remporte également son premier titre mondial, sur la même épreuve du 1 500 m. La victoire de Boulmerka est également symbolique: elle devient la première africaine à devenir championne du monde d'athlétisme.

Sa victoire est diversement appréciée dans son pays. Son tour d'honneur enveloppé du drapeau algérien flatte le sentiment patriotique de beaucoup. Elle est également un symbole pour le sport féminin arabe. Mais dans un pays où le fondamentalisme prend une grande importance, ce symbole de sportive lui vaut d'être de devenir la cible des extrémistes. Elle répond à ceux-ci qu'elle est croyante et pratiquante, mais qu'elle refuse de porter le hidjab: « Aussi vrai qu'il est impossible de se rendre à la mosquée en short, il est impossible de courir en hidjab »[4]. Elle subit également des désagréments plus mesquins : après les mondiaux de Tokyo, elle se trouve licenciée par un bureaucrate de la société nationale où elle est employée, sous le prétexte d'absences répétées et injustifiées[4].

Elle connaît un début de saison 1992 peu en rapport avec ses possibilités. Elle quitte également un stage d'entraînement qui se déroule peu de temps avant les jeux de Barcelone. La finale de ceux-ci est menée sur un rythme rapide par la représentante de la Communauté des États indépendants (CEI) Lyudmila Rogachova. Boulmerka, qui est restée dans son sillage, la dépasse dans les derniers 200 mètres[5]. Elle vient d'apporter à son pays la première médaille d'or olympique de son histoire[6].

Son début de saison 1993 est perturbé par des problèmes personnels : son père, victime d'une attaque cardiaque, est évacué vers la France[7]. Elle doit également s'entraîner principalement à l'étranger, en raison des menaces des extrémistes. Elle subit également des pressions de sa fédération pour participer aux Jeux méditerranéens, compétition où elle remporte le 800 m. C'est blessée qu'elle se présente aux mondiaux de Stuttgart, avec deux orteils dont les ongles sont tombés. C'est avec des chaussures percées pour ne pas risquer la surinfection qu'elle concours. Malgré cette blessure, elle termine à la troisième place[7],[8].

Elle retrouve le haut niveau mondial la saison suivante, obtenant de bons résultats lors des meeting européens. En fin de saison, elle termine seconde de la Finale du Grand Prix derrière la Canadienne Angela Chalmers, puis prend sa revanche la semaine suivante sur celle-ci lors de la Coupe du monde des nations de Londres[9],[10].

De nouveau, comme en 1992, sa préparation pour les mondiaux de Göteborg de 1995 n'est pas idéale. Elle termine la finale avec son meilleur temps de la saison. Sa victoire, la seule de la saison, lui offre son second titre mondial[9].

De nouveau, son début de saison 1996 est mauvais, avec des temps équivalents à ceux qu'elle réalisait en 1989. Elle se rend toutefois aux jeux d'Atlanta avec l'espoir de conserver son titre olympique. Cependant, lors de sa demi-finale, elle est victime d'un accident de course à la cloche annonçant le dernier tour : elle se retrouve privée d'une chaussure puis quitte la piste et termine non qualifiée avec une entorse à la cheville[11].

Elle court encore la saison la saison 1997 mais ne défend pas son titre mondial. En 1998, année où sa mère décède, elle n'arrive plus à supporter l'entraînement et elle décide de mettre un terme à sa carrière de sportive[7].

Post-carrière[modifier | modifier le code]

Elle a occupé pendant une période un poste au sein de la commission des athlètes du Comité international olympique.

Désormais femme d'affaires, elle dirige la société Hassiba Boulmerka International qui fait l'intermédiaire entre les laboratoires pharmaceutiques et les pharmacies, la représentante exclusive de Diadora en Algérie et une entreprise de réalisation de murs-rideaux et de composite aluminium.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Discipline Résultat Performance
1988 championnats d'Afrique Annaba 800 m 1re 2 min 06 s 16
1 500 m 1re 4 min 12 s 14
1989 championnats d'Afrique Lagos 800 m 1re 2 min 06 s 80
1 500 m 1re 4 min 13 s 85
Coupe du monde des nations Barcelone 1 500 m 7e
1991 jeux méditerranéens 800 m 1re
1 500 m 1re
Championnats du monde Tokyo 1 500 m 1re 4 min 02 s 21
1992 jeux olympiques Barcelone 1 500 m 1re 3 min 55 s 30
1993 jeux méditerranéens 800 m 1re
Championnats du monde Stuttgart 1 500 m 3e 4 min 04 s 29
Finale du Grand Prix Londres mile 5e 4 min 28 s 06
1994 Finale du Grand Prix Paris 1 500 m 2e 4 min 01 s 85
Coupe du monde Londres 1 500 m 1re 4 min 01 s 05
1995 Championnats du monde Göteborg 1 500 m 1re 4 min 02 s 42
1997 Finale du Grand Prix Fukuoka mile 11e 4 min 28 s 06

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hassiba Boulmerka », sur www.sports-reference.com (consulté le 30 septembre 2009)
  2. a, b et c (en) « Career highlights: 1500m World title in 1991 », sur www.sporting-heroes.net (consulté le 30 septembre 2009)
  3. (en) « 3rd IAAF World Championships in Athletics Tokyo », sur http://www2.iaaf.org (consulté le 30 septembre 2009)
  4. a et b « Portrait: Boulmerka, l'Algérie qui court », sur hebdo.nouvelobs.com,‎ 19 janvier 1995 (consulté le 30 septembre 2009)
  5. (en) « Career highlights: », sur www.sporting-heroes.net First Algerian to win Olympic gold (consulté le 30 septembre 2009)
  6. « La dimension remarquable de Hassiba Boulmerka », sur www.humanite.fr,‎ 1er juin 1998 (consulté le 30 septembre 2009)
  7. a, b et c « Hassiba Boulmerka : Des pistes des stades au monde des affaires », sur www.algerie-femme.com (consulté le 30 septembre 2009)
  8. (en) « 4th IAAF World Championships in Athletics Stuttgart », sur www2.iaaf.org (consulté le 30 septembre 2009)
  9. a et b (en) « Career highlights: 1995 Worlds bring a second gold », sur www.sporting-heroes.net (consulté le 30 septembre 2009)
  10. (en) « 5th IAAF World Championships in Athletics Göteborg », sur www2.iaaf.org (consulté le 30 septembre 2009)
  11. (en) « Career highlights: Disappointment in Atlanta », sur www.sporting-heroes.net (consulté le 30 septembre 2009)
  12. « Hassiba Boulmerka reçoit le 1er Panthéon de la Gloire du sport en Afrique »,‎ 27 février 2007 (consulté le 22 septembre 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]