Noureddine Morceli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noureddine Morceli Portail athlétisme
Informations
Disciplines Demi-fond
Période d'activité 1988 - 2000
Nationalité Drapeau : Algérie Algérien
Naissance 28 février 1970 (44 ans)
Lieu Ténès - wilaya de Chlef
Taille 1,75 m
Club MC Alger
Entraîneur Abderrahmane Morceli
Records
Ancien détenteur des records du monde en plein air du 1 000 m, du 1 500 m, du Mile, du 2 000 m et du 3 000 m
Distinctions
• Trophée IAAF de l'athlète de l'année en 1994
• Intronisé au Panthéon de l'athlétisme de l'IAAF en 2013
Palmarès
Jeux olympiques 1 0 0
Championnats du monde 3 0 0
Championnats du monde en salle 1 0 0

Noureddine Morceli (arabe : نور الدين مرسلي), né le 28 février 1970 à Ténès, est un athlète algérien spécialiste des courses de demi-fond. Vainqueur de quatre titres de champion du monde du 1 500 mètres, dont un en salle, de 1991 à 1995, il devient le premier athlète algérien masculin à remporter un titre olympique, sur cette même distance, lors des Jeux olympiques de 1996, à Atlanta. Il établit par ailleurs sept records du monde (cinq en plein air et deux en salle) sur des distances allant du 1 500 m au 3 000 m. Il est élu athlète de l'année en 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

Né en 1970 à Ténès, membre d'une famille de neuf enfants, Noureddine Morceli découvre l'athlétisme à l'âge de sept ans en suivant à la télévision le parcours de son frère aîné, Abderrahmane Morceli, champion d'Algérie du 1 500 m, qui se classe quatrième de la Coupe du monde des nations à Montréal[1]. A douze ans, en 1982, alors que son frère est contraint de mettre un terme à sa carrière pour cause de blessure, le jeune Noureddine participe à sa première compétition de course à pied, une épreuve de masse de 3 km le long de la plage de Ténès. Il remporte son premier titre national cadet de cross-country en 1986, et détient déjà des records prometteurs sur le demi-fond avec 1 min 50 s au 800 m et 3 min 50 s 7 au 1 500 m. À dix-huit ans, en 1988, il se classe neuvième de la course juniors des Championnats du monde de cross-country d'Auckland, avant de décrocher la médaille d'argent du 1 500 m lors des championnats du monde juniors, à Grand Sudbury au Canada, derrière le Kényan Wilfred Kirochi. Malgré ces performances, il n'est pas retenu dans l'équipe d'Algérie en vue des Jeux olympiques de Séoul.

Bénéficiant d'une bourse d'étude en éducation physique au Riverside College, en Californie, il signe le temps de de 3 min 37 s 87 sur 1 500 m en 1989. Il est également chronométré à 46 s 85 sur 400 m et à 1 min 44 s 79 sur 800 m. Il se distingue sur le plan international dès l'année suivante, à l'âge de vingt-ans, en réalisant le temps de 3 min 32 s 60 à Bologne, puis en devançant à quatre reprises l'Est-allemand Jens-Peter Herold, champion d'Europe du 1 500 m en 1990.

Au sommet du demi-fond mondial[modifier | modifier le code]

Son premier succès international en catégorie senior intervient en début de saison 1991 à l'occasion des Championnats du monde en salle de Séville où il domine l'épreuve du 1 500 m en 3 min 34 16, devançant au final de plus d'une seconde l'Espagnol Fermín Cacho[2]. Quelques jours auparavant, l'Algérien avait établi le premier record du monde de sa carrière, toujours sur la piste couverte de Séville, en 3 min 34 s 16[3]. Invaincu sur 1 500 m lors de la saison estivale, réalisant notamment à deux reprises deux chronomètres proches des 3 min 31 s, il figure parmi les favoris à la victoire finale lors des Championnats du monde en plein air de Tokyo. Le 1er septembre 1991, Noureddine Morceli décroche son premier titre mondial en bouclant son 1 500 m en 3 min 32 s 84, devançant largement Wilfred Kirochi (3 min 34 s 84) et Hauke Fuhlbrügge (3 min 35 s 28)[4].

Au printemps 1992, l'Algérien bat le record du monde en salle du 1 000 mètres avec un temps de 2 min 15 s 26, mais voit sa saison freinée par une douleur au dos. En mauvaise forme physique à l'amorce des Jeux olympiques d'été de 1992 de Barcelone, il se qualifie pour la finale du 1 500 m mais se retrouve englué dans le peloton d'une course tactique remportée au sprint par Fermín Cacho en 3 min 40 s 12 seulement. Noureddine Morceli ne termine qu'à une décevante septième place en 3 min 41 s 70[5]. Quatre jours après les Jeux, à Monaco, il signe la meilleure performance mondiale de l'année en 3 min 32 s 75, puis confirme son état de forme à Zurich en établissant un nouveau record d'Algérie en 3 min 30 s 75. Le 6 septembre 1992, à Rieti, pour son ultime course de l'année, Morceli bat de 62/100 le record du monde du 1 500 m détenu depuis la saison 1985 par le Marocain Saïd Aouita, en établissant le temps de 3 min 28 s 86, et en couvrant les 300 derniers mètres en 41 s 56[6].

Record du monde du mile, deux nouveaux titres mondiaux[modifier | modifier le code]

En 1993, il remporte le titre des Jeux méditerranéens, à Narbonne, devant Fermín Cacho, et réalise à cette occasion la meilleure performance mondiale de l'année sur la distance en 3 min 29 s 20[7]. Auteur, peu après, de 2 min 13 s 73 à Villeneuve-d'Ascq sur 1 000 m, il échoue de peu dans sa tentative du record du monde du 3 000 mètres en signant le temps de 7 min 29 s 24 à Monaco.
Parallèlement, par l'intermédiaire de son manager Amar Brahmia, il négocie avec le président de l'IAAF, Primo Nebiolo, une prime pour la participation des meilleurs athlètes aux Mondiaux. Bien qu'il n'ait à aucun moment envisagé de ne pas s'y rendre, l'appréhension de sa défection lui permet d'obtenir une compensation financière, versée à un organisme caritatif (ce coup médiatique a contribué à l'apparition officielle de primes financières, lors des Mondiaux suivants)[8].
Le 22 août, il conserve son titre du 1 500 m à l'occasion des Championnats du monde de Stuttgart en 3 min 34 s 24, distançant de plus d'une seconde l'Espagnol Fermín Cacho et le Somalien Abdi Bile[9]. Crédité de 3 min 46 s 78 sur le Mile, cinq jours plus tard lors du meeting ISTAF de Berlin, l'Algérien établit un nouveau record du monde de la discipline le 5 septembre 1993 à Rieti en parcourant la distance en 3 min 44 s 39, améliorant de près de deux secondes la meilleure marque mondiale détenue depuis 1985 par le Britannique Steve Cram[10],[11]. Vainqueur de la finale du Grand Prix, à Londres, il est désigné athlète de l'année par le magazine Track and Field News, et est élu sportif mondial de l'année par le journal L'Équipe.

Durant la saison 1994, qui ne donne lieu à aucun championnat international majeur, Noureddine Morceli, se teste sur des distances supérieures. Après avoir établi la meilleure performance mondiale de l'année sur 1 500 m le 8 juillet 1994 à Villeneuve-d'Ascq en 3 min 30 s 61, il établit un nouveau record du monde du 3 000 m en 7 min 25 s 11, le 2 août à Monaco, en parcourant notamment le dernier kilomètre en 2 min 23 s 9[12]. Il réalise par la suite la meilleure performance de sa carrière sur 5 000 m en 13 min 03 s 85 lors du meeting de Zurich. Vainqueur de la finale du Grand Prix, au Stade Charlety de Paris, en 3 min 40 s 89, devant le Burundais Vénuste Niyongabo[13], il remporte le 1 500 m de la Coupe du monde des nations de Londres (3 min 34 s 70), permettant à l'équipe d'Afrique de s'adjuger la première place du classement général final[14]. Il reçoit en fin de saison 1994 de la part de l'IAAF le trophée de l'athlète masculin de l'année, succédant au palmarès au hurdler britannique Colin Jackson.

Il maintient sa domination mondiale en 1995 en remportant onze victoires en onze courses. Améliorant le vieux record mondial du 2 000 m de Saïd Aouita, début juillet à Paris, en 4 min 47 s 88, il se distingue le 12 juillet 1995 lors du Meeting Nikaïa de Nice en abaissant de près d'une seconde et demie son propre record du monde du 1 500 m en 3 min 27 s 37, après avoir bouclé son dernier 400 m en 53 s 8[15]. Désireux de remporter une troisième couronne mondiale d'affilée, l'Algérien domine une nouvelle fois tous ses concurrents lors des Championnats du monde de Göteborg qu'il remporte facilement en 3 min 33 s 73 au terme d'une course tactique. Derrière lui, apparait l'espoir marocain Hicham El Guerrouj, deuxième de la course en 3 min 35 s 28[16].

Titre olympique[modifier | modifier le code]

Aux Jeux olympiques d'Atlanta, le duel attendu sur 1 500 m entre Noureddine Morceli et Hicham El Guerrouj, détenteur de la meilleure performance mondiale de l'année en 3 min 29 s 05, tourne à l'avantage de l'Algérien qui parvient à contrôler la course et l'emporter en 3 min 35 s 75, devant Fermín Cacho et Stephen Kipkorir[17]. El Guerrouj, pourtant placé aux avants postes de la course dans le sillage de l'Algérien à l'entame du dernier tour, chute lourdement après avoir été déséquilibré par l'algérien. Quatre ans après son échec de Barcelone, Morceli décroche son premier titre olympique et devient le premier sportif algérien masculin titré dans cette compétition, le même jour que son compatriote Hocine Soltani, vainqueur du tournoi de boxe dans la catégorie poids légers.

Noureddine Morceli ne parvient pas à remporter une quatrième couronne mondiale consécutive. Lors des Championnats du monde 1997 d'Athènes, l'Algérien termine au pied du podium du 1 500 m derrière Hicham El Guerrouj, Fermín Cacho et Reyes Estévez, en 3 min 37 s 37[18]. Il établit néanmoins le temps de 3 min 30 s 23 sur la distance, quelques jours plus tard, lors du meeting de Zurich. Après une saison 1998 sans performance notable, exceptée sa victoire aux Goodwill Games sur le mile, il parvient à se qualifier pour les Championnats du monde de 1999, à Séville, mais s'incline au stade des demi-finale dans le temps de 3 min 37 s 32 malgré son temps d'engagement de 3 min 30 s 91 réalisé quelques jours plus tôt à Charlety.

Morceli met un terme à sa carrière d'athlète à l'issue des Jeux olympiques d'été de 2000, à Sydney, où il termine douzième et dernier de sa demi-finale. Treize ans après, il est élu au Temple de la renommée de l'IAAF[19].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
1988 Championnats du monde juniors Sudbury 2e 1 500 m 3 min 46 s 93
1991 Championnats du monde en salle Séville 1er 1 500 m 3 min 41 s 57
Championnats du monde Tokyo 1er 1 500 m 3 min 32 s 84
1992 Jeux olympiques Barcelone 7e 1 500 m 3 min 41 s 70
1993 Championnats du monde Stuttgart 1er 1 500 m 3 min 34 s 24
Finale du Grand Prix Londres 1er 1 500 m 3 min 31 s 60
1994 Finale du Grand Prix Paris 1er 1 500 m 3 min 40 s 89
Coupe du monde des nations Londres 1er 1 500 m 3 min 34 s 70
Goodwill Games Saint-Pétersbourg 1er 1 500 m 3 min 48 s 67
1995 Championnats du monde Göteborg 1er 1 500 m 3 min 33 s 73
Finale du Grand Prix Monaco 1er 1 500 m 3 min 28 s 37
1996 Jeux olympiques Atlanta 1er 1 500 m 3 min 35 s 78
Finale du Grand Prix Milan 2e 1 500 m 3 min 39 s 69
1997 Championnats du monde Athènes 4e 1 500 m 3 min 37 s 37
1998 Goodwill Games Uniondale 1er 1 500 m 3 min 53 s 39

Records[modifier | modifier le code]

Records du monde[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, Noureddine Morceli améliore cinq records mondiaux en plein air et deux en salle

Records du mondes battus
Épreuve Temps Date Lieu
En plein air
1 500 m 3 min 28 s 86 6 septembre 1992 Rieti
3 min 27 s 37 12 juillet 1995 Nice
Mile 3 min 44 s 39 5 septembre 1993 Rieti
2 000 m 4 min 47 s 88 3 juillet 1995 Paris
3 000 m 7 min 25 s 11 2 août 1994 Monaco
En salle
1 000 m 2 min 15 s 26 22 février 1992 Birmingham
1 500 m 3 min 34 s 16 28 février 1991 Séville

Records personnels[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Temps Date Lieu
En plein air
800 m 1 min 44 s 79 29 juillet 1991 Annaba
1 000 m 2 min 13 s 73 2 juillet 1993 Villeneuve-d'Ascq
1 500 m 3 min 27 s 37 12 juillet 1995 Nice
Mile 3 min 44 s 39 5 septembre 1993 Rieti
2 000 m 4 min 47 s 88 3 juillet 1995 Paris
3 000 m 7 min 25 s 11 2 août 1994 Monaco
5 000 m 13 min 03 s 85 17 août 1994 Zurich
En salle
1 000 m 2 min 15 s 26 22 février 1992 Birmingham
1 500 m 3 min 34 s 16 28 février 1991 Séville
Mile 3 min 50 s 70 20 février 1993 Birmingham

Meilleures performances de l'année[modifier | modifier le code]

Noureddine Morceli détient la meilleure performance mondiale de l'année sur 1 500 m six années consécutivement de 1990 à 1995. Il termine ailleurs à cinq reprises en tête des bilans mondiaux de fin d'année sur l'épreuve du mile en 1991, et de 1993 à 1996. Il est invaincu sur ces deux distances de 1992 à 1996.

1 500 m (en plein air)[20]
Année Temps Date Lieu Rang[Note 1]
1988 3 min 40 s 41 16 juillet 1988 Gateshead -
1989 3 min 37 s 87 12 septembre 1989 Verone -
1990 3 min 32 s 60 18 juillet 1990 Bologne 1
1991 3 min 31 s 00 27 juin 1991 Helsinki 1
7 août 1991 Zurich 1
1992 3 min 28 s 86 6 septembre 1992 Rieti 1
1993 3 min 29 s 20 20 juin 1993 Narbonne 1
1994 3 min 30 s 61 8 juillet 1994 Villeneuve-d'Ascq 1
1995 3 min 27 s 37 12 juillet 1995 Nice 1
1996 3 min 29 s 50 28 juin 1996 Paris 2
1997 3 min 30 s 23 13 août 1997 Zurich 6
1998 3 min 33 s 58 30 août 1998 Rieti 21
1999 3 min 30 s 91 21 juillet 1999 Paris 5
2000 3 min 38 s 41 25 septembre 2000 Sydney -

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Classement établi par l'IAAF en fonction des meilleures performances de l'année

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Noureddine Morceli, Algérie », sur Confédération africaine d'athlétisme (consulté le 27 décembre 2011)
  2. (en) « Résultats des Championnats du monde en salle de 1991 », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 26 décembre 2011)
  3. (en) « Progression du record du monde en salle du 1 500 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 26 décembre 2011)
  4. (en) « Résultats des Championnats du monde de 1991 », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 26 décembre 2011)
  5. (en) « Résultats des Jeux olympiques de 1992 », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 26 décembre 2011)
  6. (en) « Progression du record du monde du 1 500 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 26 décembre 2011)
  7. (en) « Meilleures performances mondiales de l'année 1993 », sur apulanta.fi (consulté le 26 décembre 2011)
  8. « Partie de poker menteur », chronique de Marc Ventouillac, publié dans le quotidien L'Équipe du lundi 12 août 2013.
  9. (en) « Résultats des Championnats du monde de 1993 », sur iaaf.org,‎ 22 août 1993 (consulté le 26 décembre 2011)
  10. (fr) Philippe Van de Weyer, « Morceli atomise le record du monde du Mile à Rieti : 3.44.39 », sur lesoir.be,‎ 6 septembre 1993 (consulté le 27 décembre 2011)
  11. (en) « Progression du record du monde du Mile », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 26 décembre 2011)
  12. (en) « Athletics: Morceli sets world record: Algerian rules 3,000m », sur independent.co.uk,‎ 3 août 1994 (consulté le 27 décembre 2011)
  13. (en) « Palmarès de la finale du Grand Prix de 1994 », sur gbrathletics.com (consulté le 27 décembre 2011)
  14. (en) « Palmarès de la Coupe du monde des nations », sur gbrathletics.com (consulté le 27 décembre 2011)
  15. (en) Duncan MacKay, « Morceli cuts down 1500m world record », sur The Independant,‎ 13 juillet 1995 (consulté en 274décembre 2011)
  16. (en) « Résultats des Championnats du monde de 1995 », sur iaaf.org,‎ 13 août 1995 (consulté le 27 décembre 2011)
  17. (en) Todor Krastev, « Résultats du 1 500 m des Jeux olympiques de 1996 », sur todor66.com (consulté le 27 décembre 2011)
  18. (en) « Résultats des Championnats du monde de 1997 », sur iaaf.org,‎ 6 août 1997 (consulté le 28 décembre 2011)
  19. (en) « Bolt and Fraser-Pryce are crowned 2013 World Athletes of the Year », sur www.iaaf.org (consulté le 16 novembre 213)
  20. (en) « Meilleures performances mondiales de l'année », sur apulanta.fi (consulté le 23 décembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]