Wang Junxia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom, le nom de famille, Wang, précède le nom personnel.
Wang Junxia Portail athlétisme
Informations
Disciplines Fond
Nationalité Drapeau : République populaire de Chine Chinoise
Naissance 9 janvier 1973 (41 ans)
Lieu Jiaohe
Taille 1,60 m
Poids 45 kg
Distinctions
• Élue au Temple de la renommée de l'IAAF en 2012
Trophée Track and Field de l'athlète de l'année en 1993
Palmarès
Jeux olympiques 1 1 -
Championnats du monde 1 - -

Wang Junxia (née le 9 janvier 1973 à Jiaohe) est une athlète chinoise spécialiste des courses de fond. Elle est l'actuelle détentrice des records du monde du 3 000 mètres et du 10 000 mètres.

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle commence à courir à l'âge de cinq ans, en 1978[1].

En 1992, elle finit deuxième des championnats du monde junior de cross-country, devancée par l'Anglaise Paula Radcliffe. Elle devient au cours de la saison estivale championne du monde junior du 10 000 mètres à Séoul devant l'Éthiopienne Gete Wami et la Kényane Sally Barsosio.

Mais c'est en 1993, à vingt ans, qu'éclate son talent. En avril, elle bat le record d'Asie du marathon en h 24 min 7 s. Un mois plus tard, elle bat un autre record d'Asie, celui du 3 000 mètres en min 27 s 68. Peu connue du grand public, elle arrive aux championnats du monde de Stuttgart en tant que favorite du 10 000 m. Quelques jours après l'inattendu triplé chinois sur le 3 000 m féminin, remportée par sa compatriote Qu Yunxia, elle prend part à la finale du 10 000 m. Elle remporte aisément la finale devant sa compatriote Zhong Huandi et l'inexpérimentée Kényane, de quinze ans, Sally Barsosio. Elle se détache au huitième kilomètre et parcourt les derniers mille mètres en min 43 s.

Quelques semaines plus tard lors des championnats nationaux à Pékin, elle pulvérise trois records du monde en l'espace de cinq jours :

  • Le 8 septembre, elle explose le record du monde d'Ingrid Kristiansen du 10 000 m de 42 secondes en 29 min 31 s 78. Elle devient ainsi la première femme à descendre sous les trente minutes sur la distance.
  • Le 11 septembre, elle termine deuxième du 1 500 mètres derrière Qu Yunxia dans une course à record. Qu gagne en min 50 s 46 (actuel record du monde) et Wang finit en min 51 s 92, ce qui reste aujourd'hui la quatrième performance de tous les temps.
  • Le 12 septembre, elle améliore le record du monde du 3 000 m dans la deuxième série en min 12 s 19. Ce record venait d'être battu par sa compatriote Zhang Linli dans la première série.
  • Le 13 septembre, elle remporte la finale du 3 000 m et améliore une nouvelle fois le record du monde en min 6 s 11.

En fin d'année, elle remporte également la coupe du monde de marathon en h 28 min 16 s à Saint-Sébastien.

En 1994, le prix Jesse Owens lui est décerné pour ses remarquables performances sur l'année 1993[réf. nécessaire]. Elle gagne les Jeux asiatiques sur 10 000 mètres à Hiroshima en 30 min 50 s 34.

En 1995, une dizaine d'athlètes, avec à leur tête Wang Junxia, se rebellent contre les conditions déplorables que leur fait subir leur entraîneur Ma Junren. Plus tard il admettra battre les plus récalcitrantes ou les moins performantes, s'arrogeant les gains de leurs victoires et notamment les Mercedes[2] (offertes par l'IAAF à chaque vainqueur aux Mondiaux de Stuttgart[3]). Pendant un moment, Junxia s'entraine seule avant de rejoindre Mao Dezhen pour préparer l'échéance olympique d'Atlanta.

En 1996 aux Jeux olympiques, Wang gagne le 5 000 mètres en 14 min 59 s 88 et finit deuxième du 10 000 m en 31 min 2 s 58, une seconde derrière la Portugaise Fernanda Ribeiro. Elle arrête sa carrière après ces Jeux et se marie avec Zhan Yu.

Puis les informations sur l'ancienne athlète deviennent lacunaires. En 2001, The Guardian rapporte que Wang vit de manière anonyme à Pékin[2]. En 2008, Wang et son mari sont retrouvés aux États-Unis, où ils habitent à Denver, dans le Colorado[4]. En 2012, elle indique au journal espagnol El País qu'elle est en train d'écrire son autobiographie[4].

Ses records mondiaux du 3 000 et du 10 000 n'ayant depuis jamais été approchés, en mars 2012, Wang Junxia est l'un des douze premiers athlètes intronisés au Temple de la renommée de l'IAAF[5].

Polémiques[modifier | modifier le code]

D'énormes suspicions de dopage portent sur les performances qu'elle a réalisé en 1993 comme sur celles de nombreux sportifs chinois au cours de la décennie. Dans la province du Liaoning, l'entraîneur Ma Junren (en) avait formé une équipe de coureuses de demi-fond exceptionnelle. À base de "soupe de sang de tortue à carapace molle" et d'une discipline de fer, digne des troupes d'élite, ses athlètes vont réussir des performances extraordinaires[6].

Décrié, soupçonné, Junren sera, plusieurs fois, démis de ses fonctions puis réintégré[6]. Ainsi en 2000, il est écarté de l'équipe olympique chinoise, après que six de ses athlètes aient échoué à des tests antidopages[7], mais quelques mois plus tard, il a de nouveau un poste important dans la délégation chinoise qui participe aux Mondiaux d'Edmonton[2]. Cependant, il n'obtiendra jamais les mêmes résultats qu'à Stuttgart[6].

Le caractère exceptionnel des performances et le doute qui les entoure ont déclenché les critiques lorsque l'IAAF nomma Wang dans les douze premiers membres de son Hall of Fame[7].

Records[modifier | modifier le code]

Épreuve Temps Date Lieu Note
1 000 m 2 min 33 s 3 11 septembre 1993 Beijing
1 500 m 3 min 51 s 92 11 septembre 1993 Beijing
2 000 m 5 min 29 s 41 12 septembre 1993 Beijing Record d'Asie
3 000 m 8 min 6 s 11 13 septembre 1993 Beijing Record du monde
5 000 m 14 min 51 s 87 5 mai 1996 Nanjing
10 000 m 29 min 31 s 79 8 septembre 1993 Beijing Record du monde
Marathon 2 h 24 min 7 s 4 avril 1993 Tianjin

Palmarès[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Résultat Discipline Temps
1992 Championnats du monde de cross-country junior Boston 2e Cross-country 13 min 35 s
Championnats du monde junior Séoul 1er 10 000 m 32 min 29 s 90
1993 Championnats du monde Stuttgart 1er 10 000 m 30 min 49 s 30
Coupe du monde de marathon San Sebastien 1er Marathon 2 h 28 min 16 s
1994 Jeux d'Asie Hiroshima 1er 10 000 m 30 min 50 s 34
1996 Jeux olympiques Atlanta 1er 5 000 m 14 min 59 s 88
2e 10 000 m 31 min 02 s 58

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur www.iaaf.org, consulté le 22 janvier 2011.
  2. a, b et c (en) « Ma's army on the march again », sur sport.guardian.co.uk, The Guardian,‎ 24 juillet 2001 (consulté le 2 septembre 2013)
  3. « Partie de poker menteur », chronique de Marc Ventouillac, publié dans le quotidien L'Équipe du lundi 12 août 2013.
  4. a et b Athletics Weekly, 13 December 2012, p. 62
  5. (en) « IAAF Hall of Fame created – First 12 Members announced », sur www.iaaf.org, IAAF,‎ 8 mars 2012 (consulté le 8 mars 2012)
  6. a, b et c « Par ici la bonne soupe ! », chronique de Marc Ventouillac, publié dans le quotidien L'Équipe du mercredi 14 août 2013.
  7. a et b Simon Hart, « Scandal as controversial Chinese athlete Wang Junxia enters IAAF Hall of Fame », telegraph.co.uk,‎ 9 mars 2012 (consulté le 23 juillet 2013)