Mildred Didrikson Zaharias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mildred Didrikson Portail athlétisme
Babe Didrikson - page 323.jpeg
Babe Didrikson lors des Jeux olympiques de 1932
Informations
Disciplines basket-ball, athlétisme, baseball, golf
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine
Naissance 26 juin 1911
Lieu Port Arthur
Décès 27 septembre 1956 (à 45 ans)
Taille 1,69 m
Poids 57 kg
Surnom Babe
Club Dallas Cyclones (basket-ball)
Records
Records du monde du lancer du javelot, du 80 mètres haies, du saut en hauteur en 1932
Distinctions
• Élue au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis en 1974
• Élue au Temple de la renommée de l'IAAF en 2012
Palmarès
Jeux olympiques de 1932 2 1 0

Mildred Ella "Babe" Didrikson-Zaharias, née Mildred Ella Didriksen le 26 juin 1911 à Port Arthur (Texas) et décédée le 27 septembre 1956 à Galveston (Texas), était une athlète et une joueuse de golf américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Officiellement née en 1911 bien qu'elle revendiquât 1914 comme son année de naissance, elle est originaire d'une famille d'immigrants norvégiens. Elle est dirigée vers le sport par son père, charpentier de profession, qui considère l'exercice physique comme une vertu obligatoire à la bonne santé.

Dès son adolescence, elle était réputée pour ses performances athlétiques, ce qui convinquit une compagnie d'assurance de Dallas de lui offrir un poste de secrétaire. Cette société attendait de cette jeune athlète qu’elle représente ses couleurs au sein de son équipe de basket-ball[1]. Durant cette carrière de basketteuse, elle réalisa l’exploit de marquer plus de 100 points lors d’une rencontre avec les Dallas Cyclones.

Elle pratiqua également d’autres disciplines, le tennis, la gymnastique, le ski, le baseball, et même la boxe et le football américain.

Son nom a été changé de Didriksen à Didrikson[2].

En 1938, Mildred Didrickson épouse le lutteur George Zaharias.

Athlétisme[modifier | modifier le code]

Elle décide de représenter les couleurs de sa société aux championnats d’athlétisme par équipes. Ces championnats servent de sélection pour les Jeux olympiques de 1932. Constituant l’équipe à elle seule, elle participe à huit épreuves, en remporte six dont trois en établissant le record du monde. Ces trois records sont établis dans les disciplines du 80 mètres haies, du javelot et du saut en hauteur[1].

Bien qu’ayant obtenu sa qualification pour les jeux dans cinq épreuves en reportant chacune d’entre elles aux sélections américaines (le 80 mètres haies, le poids, le saut en longueur, le saut en hauteur et le javelot), elle doit se limiter à seulement trois disciplines, en raison d'un règlement qui limitait à ce chiffre le nombre d'engagements possible pour une femme en athlétisme.

Elle s'y aligne ainsi sur les trois disciplines du 80 mètres haies, du javelot et du saut en hauteur. Pour sa première épreuve, elle remporte le concours du javelot avec un jet à 43,68 mètres établi à son premier essai.

Puis, elle remporte sa deuxième médaille d'or en établissant, en 11 s 7, le record du monde du 80 mètres haies.

Sa dernière épreuve est le saut en hauteur. Elle et sa compatriote Jean Shiley établissent un nouveau record du monde en franchissant 1,65 mètre. A 1 mètre 68, elles échouent toutes les deux[3]. Pour les départager, les juges montent la barre à 1,67 mètre. Elles franchissent la barre toutes les deux à leur premier essai. Mais là, un juge décréta que le saut était non conforme: à l'époque, il était stipulé que les pieds devaient franchir la barre avant la tête. Ce règlement sera modifié en 1939. Des images prouvèrent par la suite que son saut était conforme. Elle devra ainsi se contenter de la médaille d'argent[1],[4].

En juin 2012, Mildred Didrikson Zaharias est intronisée au Temple de la renommée de l'IAAF[5].

Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

record du monde[modifier | modifier le code]

  • record du monde du javelot en 1932
  • record du monde du 80 mètres haies en 1932
  • record du monde du saut en hauteur en 1932

Elle perd après les Jeux son statut d'amateur, pour avoir posé pour une publicité automobile. Elle arrive alors à entrer dans une équipe de baseball masculine[3].

Baseball[modifier | modifier le code]

Elle s'est également essayée à la discipline du baseball. Son surnom de « Babe » lui a été attribué en référence au grand joueur américain Babe Ruth : elle frappe de cinq coups de circuit lors d'une seule rencontre[1]. Elle joue alors pour le House of David Club[6], club de la communauté religieuse de la House of David, obligeant ses membres à porter la barbe, fut-elle un postiche. C'est clairement du baseball loisirs. La réputation de sportive omnisports permet toutefois à Didrikson de participer à un match exhibition où elle est lanceuse face aux Cardinals de Saint-Louis[6].

Golf[modifier | modifier le code]

En 1935, elle commença à se spécialiser au golf. Un an après, elle dispute son premier tournoi et remporte sa première victoire dès son deuxième tournoi. En raison de ses gains en baseball et basket-ball, elle est qualifiée comme professionnelle[7].

Elle dispute ainsi un tournoi professionnel de la PGA, le Los Angeles Open. En 1938, elle fut la première femme à passer le cut d'un tournoi masculin lors du Los Angeles Open. Il faudra attendre Annika Sörenstam, Suzy Whaley, et Michelle Wie pour voir de nouveau une femme participer à un tournoi masculin.

Requalifiée amateur en 1942, elle remporta 5 victoires en tant qu'amateur sur le circuit professionnel, dont 4 tournois majeurs. Durant la saison 1946-1947, elle remporta 17 des 18 tournois amateurs auxquels elle participa.

Redevenue professionnelle, elle fait partie des membres fondateurs de la LPGA, elle est l'une des joueuses majeurs de ce circuit. Elle est ainsi la première de l'histoire de la LPGA à atteindre dix victoires. En 1950, elle réalise ce qui constitue à l'époque le Grand Chelem: U.S. Open, Titleholders Championship et Western Open. Cela la place en tête du classement des gains pour cette même année.

En 1951, elle sera introduite dans le « Hall of Fame » du golf. D'août 1952 à septembre 1955, elle officie en tant que présidente de la LPGA.

LPGA (41)[modifier | modifier le code]

  • 1940 (1) Western Open (en tant qu'amateur)
  • 1944 (1) Western Open (en tant qu'amateur)
  • 1945 (1) Western Open (en tant qu'amateur)
  • 1947 (2) Tampa Open, Titleholders Championship (en tant qu'amateur)
  • 1948 (3) All American Open, World Championship, U.S. Open
  • 1949 (2) World Championship, Eastern Open
  • 1950 (8) Titleholders Championship, Pebble Beach Weathervane, Cleveland Weathervane, Western Open, All-American Open, World Championship, U.S. Open, 144-hole Weathervane
  • 1951 (9) Ponte Verde Beach Women's Open, Tampa Women's Open, Lakewood Weathervane, Richmond Women's Open, Valley Open, Meridian Hills Weathervane, All-American Open, World Championship, Texas Women's Open
  • 1952 (5) Miami Weathervane, Titleholders Championship, Bakersfield Open (tied with Marlene Hagge, Betty Jameson and Betsy Rawls), Fresno Open, Women's Texas Open
  • 1953 (2) Sarasota Open, Babe Zaharias Open
  • 1954 (5) Serbin Open, Sarasota Open, Damon Runyan Cancer Fund Tournament, U.S. Open, All-American Open
  • 1955 (2) Tampa Open, Peach Blossom Classic

les tournois Majeurs de la LPGA sont en gras.

Autres victoires[modifier | modifier le code]

  • 1946 : US Open amateur féminin
  • 1947 : British Open amateur féminin

Maladie[modifier | modifier le code]

En 1953, un cancer du colon lui est diagnostiqué. Elle se fait opérer et revient à la compétition en 1954. Après seulement un mois après son opération, elle remporte un nouveau tournoi majeur, le 10e. C'est sa 3e victoire à l'U.S. Open.

Son cancer récidive en 1955, et elle décède le 27 septembre 1956 à Galveston.

Carrière posthume[modifier | modifier le code]

En 1999, l'Associated Press la désigne Woman Athlete of the 20th Century. La même année, le magazine sportif américain Sports Illustrated la choisit comme Athlète féminine du siècle.

Associated Press confirme ainsi le titre de « Plus grande athlète de la première année moitié du 20e siècle » qu'elle lui avait attribué en 1949.

Ces récompenses sont complétées par les titres d'athlètes de l'année 1931, 1945, 1946, 1947, 1950 et 1954, toujours attribués par Associated Press.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d D'Athènes à Athènes, l'Équipe
  2. "Didrikson was a woman ahead of her time" sur ESPN
  3. a et b Gilles Navarro, Les riches heures de l'athlétisme, Mango Sport,‎ juin 2003, 30 - "Babe" Didrikson, sportive surdouée p. (ISBN 2-84270-398-7)
  4. La fabuleuse histoire des Jeux olympiques, Robert Parienté, Guy Lagorce
  5. (en)« Didriksen, Johnson and O'Brien to be inducted into the IAAF Hall of Fame », sur iaaf.org,‎ 6 juin 2012 (consulté le 7 juin 2012)
  6. a et b (en) Leslie A. Heaphy et Mel Anthony May, Encyclopedia of Women and Baseball, Jefferon (NC), McFarland, 2006, p, 92, (ISBN 0786421002)
  7. (en) Biographie de Zaharias sur le site de la LPGA


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • This Life I've Led: My Autobiography, by Babe Didrikson Zaharias, New York, 1955
  • Babe: The Life and Legend of Babe Didrikson Zaharias, by Susan Cayleff, 1996.
  • Why Michael Couldn't Hit and Other Tales of the Neurology of Sports, by Harold L. Klawans, 1996