Renault Floride et Caravelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caravelle et Floride.
Renault Floride
Renault Caravelle
Renault Floride et Caravelle

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1958 - 1968
Production 117 039 exemplaires
Classe cabriolet
Usine(s) d’assemblage Creil
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 4 cylindres
Position du moteur Arrière
Cylindrée 845 cm3, 956 cm3 et 1 108 cm3
Puissance maximale 34 à 58 ch
Transmission Propulsion, BV3 et 4
Poids et performances
Poids à vide 712 à 845 kg
Vitesse maximale 125 à 145 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes
Freins 4 freins tambour puis à disque
Dimensions
Longueur 4 250 mm
Largeur 1 580 mm
Hauteur 1 350 mm
Chronologie des modèles
Précédent aucun Renault 15 et 17 Suivant

La Renault Floride est une voiture à deux portes coupé ou cabriolet fabriquée par le constructeur Renault à partir de 1958 et dessinée par Pietro Frua. Dérivée de la Dauphine, la Floride en possède le moteur arrière et le soubassement.

La Caravelle se distingue de la Floride par son toit surélevé. Le modèle a porté les deux noms selon le pays de commercialisation.

Une Renault Caravelle
Renault Caravel 03.jpg

Coupé et cabriolet Floride[modifier | modifier le code]

La face avant avec des clignotants ronds présente en son centre la couronne déjà vue sur la Dauphine. Le moteur de 845 cm3 est le « Ventoux » "spécial" de la Dauphine Gordini. La boîte de vitesses est à trois rapports (4 rapports en option). Les freins sont à tambours à l'avant et à l'arrière, les roues à voile plein et l'électricité est en 6 volts.

Le marché nord américain étant particulièrement visé, la Floride y est exportée avec quelques modifications sous le nom de « Caravelle » pour ménager la susceptibilité des autres États de l'union[1].

Une Renault Floride
Renault Floride S white vr.jpg
Renault Floride S white hr.jpg

Coupé Caravelle et cabriolet Floride S[modifier | modifier le code]

À partir de 1962 et jusqu'en 1963, la Floride s'offre de gros changements : nouveau moteur 956 cm3 à cinq paliers de 48 ch (monté quelques mois plus tard sur la Renault 8, c'est le fameux « moteur Sierra » plus connu sous le nom de « Cléon-Fonte » élaboré par l'ingénieur René Vuaillat, qui sera fabriqué dans l'usine Renault de Cléon pendant 50 ans), quatre freins à disques (une première sur une voiture française), boîte à trois vitesses entièrement synchronisée, électricité en 12 volts, fermeture des ouïes latérales et apparition de crevés de capot sur la partie arrière car le radiateur est désormais placé derrière le moteur.

Si le cabriolet conserve le hard top optionnel de la Floride, le coupé, qui prend le nom de Caravelle, présente un nouveau dessin du pavillon permettant de loger quatre personnes.

Coupé et cabriolet Caravelle 1100[modifier | modifier le code]

Une Caravelle 1100 vue de l'arrière. Les aérations sur le capot sont le signe du moteur de Renault 8.

La Caravelle 1100 se distingue grâce à l'inscription Caravelle sur la face avant. La planche de bord reçoit un garnissage en simili, la lunette arrière de la capote est plus large et de nouvelles couleurs apparaissent. Le hard top reprend désormais le dessin du coupé Caravelle de la série précédente.

Moteur 1 108 cm³ de 55 ch issu de l'Estafette, carburateur Solex avec starter automatique, boîte à quatre rapports entièrement synchronisée et vase d'expansion en laiton situé dans l'aile arrière droite.

Coupé et cabriolet Caravelle 1100 S[modifier | modifier le code]

Renault Caravelle 1100 S

À partir des modèles 1966, le moteur passe à 57,5 ch grâce à un carburateur Weber double corps. Le tableau de bord comprend des cadrans ronds avec un compte-tours. Le vase d'expansion est en verre à côté du radiateur. Sur le capot arrière, le sigle 1100 disparaît au profit d'un monogramme Renault. Pour 1967, losange Renault sur le masque avant et clignotants avant rectangulaires.

Coupé et cabriolet Caravelle 1300[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Auto Plus n°1182, 2 mai 2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]