Peugeot 203

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peugeot 203
Peugeot 203
Une Peugeot 203 berline

Marque Drapeau : France Peugeot
Années de production 1948 - 1960
Production 685 828 exemplaires
Classe Familiale
Usine(s) d’assemblage Sochaux, France
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 4 cylindres en ligne
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 1 290 cm3
Puissance maximale 45 ch
Couple maximal 8.8 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses 4 rapports non synchronisés
Poids et performances
Poids à vide 950 kg
Vitesse maximale 120 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 36,5 s
Consommation mixte 8 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline
Cabriolet
Coupé
Break
Fourgonnette
Camionnette
Châssis Monocoque
Suspensions Avant : ressort à lame
Arrière : 2 ressorts hélicoïdaux
Direction À crémaillère
Freins 4 tambours
Dimensions
Longueur 4 350 mm
Break : 4 530 mm
Largeur 1 620 mm
Hauteur 1 560 mm
Empattement 2 580 mm
Break : 2 780 mm
Voies  AV/AR 1 348 mm  / 1 320 mm
Chronologie des modèles
Précédent Peugeot 202 Peugeot 403 (7CV)
Peugeot 204 (indirectement)
Suivant

La Peugeot 203, apparue en 1948, est une automobile de tourisme développée par le constructeur français Peugeot. Rapidement disponible en plusieurs versions (cabriolet, coupé, ou utilitaires), elle commence sa carrière en 1949, alors que la France se relève de la guerre. Unique modèle commercialisé par Peugeot jusqu’en 1954, la 203 est le symbole de la renaissance de la firme de Sochaux.

Contexte et genèse[modifier | modifier le code]

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’industrie automobile française est en ruine, à l’image de ses usines. La firme de Sochaux rêvait de pouvoir concurrencer la Citroën 15 Six, en proposant une voiture dotée d’un moteur V8, sorte de 22 CV à la mode Peugeot. Le projet 802, commencé en 1940, est finalement abandonné, car voué à l’échec en raison des restrictions et des pénuries sur le marché d’après-guerre. Il est donc décidé de partir de zéro et de proposer un projet moins ambitieux et plus réaliste. Le cahier des charges de la nouvelle Peugeot est une voiture de 10 CV, aussi puissante qu’une 11 à 14 CV d’avant-guerre, dotée d’un confort supérieur aux standards précédents. Une place prépondérante à la sécurité doit être faite avec une meilleure tenue de route et, surtout, un freinage efficace et renforcé. La précédente 402 a une mauvaise réputation en ce domaine. Dans le même temps, il est décidé de concevoir une gamme complète autour d’un seul modèle, décliné en plusieurs versions, faute de moyens. Bien des constructeurs se contentent de remettre en production, en le modernisant ou pas, un modèle existant avant la guerre. Le pari audacieux et sage de Peugeot, avec la 203, fait le bonheur de la marque et de ses fidèles.

Les premiers salons automobiles de l’après-guerre voient naître une foule de petites voitures (Panhard Dyna, Renault 4CV, Citroën 2CV, etc…). Quant à la voiture moyenne traditionnelle, il n’y a guère que la Traction Avant et la Simca 8. C’est précisément sur ce créneau que Peugeot se présente à la presse et aux concessionnaires, en octobre 1947, sa « 203 ». La présentation officielle au grand public a lieu à Paris, lors du salon de 1948[1].

Sa fabrication commence quelques semaines plus tard pour s’achever 12 ans après, le 26 février 1960[2]. L’usine est organisée pour une production journalière de 300 véhicules, mais la limitation des attributions des matières premières ne permet que d’atteindre 100 unités quotidiennes, en avril 1949[3]. On arrive à 200 véhicules/jour, au début 1950[4]. Au total, plus de 685 000 exemplaires, toutes versions confondues, sortent des chaines de Peugeot.

La gamme 203[modifier | modifier le code]

Née en 1948, la 203 engendre une large gamme[4],[2].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les versions tourisme de la 203 (berline, berline découvrable, cabriolet et coupé) sont établies sur 2,58 m d’empattement, avec une suspension arrière par ressorts hélicoïdaux, d’abord sous l’appellation « 203 », puis sous celle de « 203 C » (septembre 1954, boite de vitesses entièrement synchronisée).

Berline[modifier | modifier le code]

La gamme est composée d’une « berline Luxe » (dotée d’un toit ouvrant et d’un chauffage-dégivrage) et d’une « berline Affaires » (beaucoup plus dépouillée) qui disparaît en 1958. En 1956, la « berline Luxe Simple » apparaît sans toit ouvrant.

  • Berline Luxe et Luxe Simple : 455 994 exemplaires ;
  • Berline Affaires : 11 278 exemplaires.

Berline découvrable[modifier | modifier le code]

Peugeot 203 berline découvrable.

Un an après les débuts de la 203, la berline découvrable voit le jour au Salon de Paris de 1949. Commercialisée en finition Luxe, elle bénéficie de sièges en cuir, à partir de septembre 1950. Élégante, la voiture n'en a pas moins une carrière courte, qui s'achève fin 1954, alors que le cabriolet se maintient au catalogue jusqu'en 1956. Malgré cette fin précoce, la 203 n'en reste pas moins la plus diffusée des berlines découvrables françaises, avec une production de 11 514 exemplaires[4]. Un chiffre honorable, si on le compare aux 25 218 familiales construites. En l'absence de version découvrable de l'Aronde, la 203 se trouve sans réelle concurrence dans sa catégorie. De plus, elle est proposée à un prix raisonnable qui, lors de son lancement, s'établit à 525 000 francs, contre 490 000 francs pour la berline. La plateforme ayant besoin d’être renforcée, la production se fait donc avec un léger décalage[5].

Cabriolet[modifier | modifier le code]

Pub pour la 203 au Vietnam, 1952.

Le cabriolet 203 est présenté au Salon de Paris de 1951, à cause d’une gestation différée par rapport à la berline. Ce cabriolet a un équipement supérieur, dont une sellerie cuir, à trois coloris (noir, bleu ou rouge). En octobre 1954, il prend l'appellation de Grand Luxe, un titre justifié par une finition encore améliorée. La grille de calandre incorpore des phares antibrouillard, tandis que les ailes sont décorées de sabots chromés. Divers aménagements complètent la présentation : volant spécifique, montre électrique, double pare-soleil, pneus à flanc blanc, etc ... Finalement, le cabriolet 203 est construit à 2 567 exemplaires, jusqu'en octobre 1956[4], où il cède la place à son homologue de la gamme 403 [6].

Coupé[modifier | modifier le code]

Un an après l'apparition du cabriolet, soit au salon de 1952, est lancé le coupé, qui achève de compléter la gamme 203. Malheureusement, sa ligne est peu réussie par la faute d'un pavillon assez maladroitement dessiné, trop haut et trop court. Accueilli fraîchement par la clientèle, il ne répond pas aux attentes de Peugeot et disparaît du catalogue en 1954. C’est la version la moins produite de la gamme 203, avec seulement 953 exemplaires[4].

Familiale[modifier | modifier le code]

Des barres semi-elliptiques sont adoptées comme solution pour la suspension, afin de libérer le plancher des versions utilitaires. La production est stoppée en 1956.

Utilitaire[modifier | modifier le code]

La version longue (2,78 m) est réservée aux utilitaires. Elle est suspendue à l’arrière par des ressorts semi-elliptiques : commerciale, camionnette, fourgonnette, fourgon tôlé, ambulance et plateau-cabine. Un peu plus de 157 000 utilitaires sont produits.

Aspect extérieur[modifier | modifier le code]

Avec son look de petite américaine, la 203 jouit d'une ligne des plus réussies. Sa forme bi-corps et sa poupe fast back évoquent, en particulier, les séduisantes sedanets américaines de la General Motors. Elle adopte ainsi une ligne plus classique que celle de la génération 202, qui, dans les années 1930, s'inspirait de la Chrysler Airflow.

La ligne générale de la 203 n'évolue pratiquement pas durant les 12 ans de production. Seuls quelques détails esthétiques particularisent les différents millésimes, tandis les portes avant s'ouvrent vers l'arrière jusqu'au terme de la carrière de la voiture.

Habitacle[modifier | modifier le code]

Sobre et dépouillé, l'habitacle offre un confort assez rustique ; il bénéficie cependant d'un chauffage efficace. Le tableau de bord est redessiné pour le salon 1952, après que les sièges avant ont perdu, en 1950, leur dossier tubulaire, assez dangereux pour les enfants assis à l'arrière. La 203 est la première voiture française produite en série équipée de sièges couchettes. 98 % des berlines 203 sont équipées du toit ouvrant de série. Dotée d'une surface vitrée plus importante que les précédents modèles, la 203 est jugée claire et lumineuse, par rapport à la production de l’époque, et notamment de la sombre Traction Avant.

Moteur et transmission[modifier | modifier le code]

Moteur de 203

Ce moteur moderne consomme peu d'essence (7,5 à 9 litres)[1], grâce à sa conception, mais aussi à l'emploi d'une boîte de vitesses avec une 4e surmultipliée, qui permet à la 203 de rouler à plus de 115 km/h, à un régime relativement bas[3].

Grâce à sa culasse en Alpax, qui permet de réaliser de bons échanges thermiques et qui autorise pratiquement de toujours rouler au régime maximum du moteur, les résultats obtenus par les préparateurs prouvent que la 203 reste bien en dessous des possibilités multiples de son moteur[3],[7].

Ce moteur poursuit sa carrière en version 54 ch jusqu’en 1966, sur la 403-7 avec 201 705 exemplaires supplémentaires[3].

La boîte de vitesses ne mérite pas les éloges du moteur. Peugeot rencontre des difficultés pour doter sa 203 d’une boîte correcte. En effet, elle est des plus capricieuses, refusant parfois de passer d’une vitesse à l’autre quand le climat lui déplait[4]. La deuxième vitesse est trop courte et, par souci, d’économie d’essence et afin d’abaisser le régime moteur, le bureau d’études fait le choix d’une quatrième surmultipliée. La boîte et le moteur y gagnent en durée de vie, mais y perdent, surtout, en nervosité. On y ajoute la maniabilité inhabituelle (aujourd'hui) du levier au volant et la faiblesse de synchronisation des vitesses (ramené dans le contexte de l'époque) entraînant des craquements (défaut corrigé en 1955 avec l’adoption de la boîte C2 de la future 403).

Autres 203 et dérivées[modifier | modifier le code]

Darl’mat[modifier | modifier le code]

L’une des premières transformations de 203 (et l’une des plus répandues aussi) fut l’œuvre d’Emile Darl’mat, concessionnaire Peugeot à Paris. Il a déjà réalisé la brillante « 402 Darl’mat », et on peut imaginer qu’il travaille avec l’accord tacite de l’usine. La « 203 Darl’mat » (250 exemplaires produits entre 1949 et 1954) [3] est dérivée de la berline de série. Elle est plus basse de quatorze centimètres, grâce à un abaissement des longerons avant, une modification de la suspension et une refonte totale de toute la partie supérieure de la caisse. Ce n’est pas seulement une très jolie voiture, car sa mécanique a également subit une profonde modification : alimentation par deux carburateurs, augmentation du rapport volumétrique et quatre tubulures séparées pour l’échappement[3]. Le moteur développe un peu plus de 50 ch réels, et la voiture approche les 140 km/h chrono, en version client[Note 1].

Darl’mat transforme aussi quelques cabriolets, moins réussis esthétiquement, et étudie également cinq coupés en plastique (1951) et un coupé sport en aluminium (1953), toujours sur base 203[3].

Ces voitures sont, aujourd’hui, des must pour les collectionneurs[8].

Constantin[modifier | modifier le code]

Constructeur du célèbre compresseur portant son nom (plus exactement, un surpresseur ou compresseur à basse pression), Constantin se spécialise dans le gonflage des voitures de série et réalise des dérivés sportifs de la 203 à partir de 1951. Extrapolé de la berline, son coach (réalisée chez Darl’mat…), abaissé de quinze centimètres, est construit sur une plate-forme renforcée. Avec une cylindrée portée à 1 425 cm3 (alésage 79), la 203 Constantin donne 90 ch à 5 000 tours (deux fois plus que le modèle d’origine) et roule à 160 km/h[3]. Mais quand le compresseur souffle, la pompe à essence débite plus, d'où une consommation qui peut aller jusqu'à 25 litres aux cent kilomètres[8].

Il en dérive quelques versions plus ou moins élaborées, à carrosserie spéciale[Note 2].

Morand[modifier | modifier le code]

Max Morand (professeur de physique générale à la Sorbonne) étudie et développe une tubulure d'admission à longue branches rectilignes, réchauffée par circulation d'eau et collecteur d'échappement à sorties droites. Montée sur un moteur de 203 totalisant plus de 100 000 kilomètres, la transformation Morand permet d'obtenir une vitesse de 137 km/h (0-100 km/h en 22,1 au lieu de 36,5 s)[3].

Accessoires[modifier | modifier le code]

La 203 n’échappe pas à la mode qui veut, au cours des années 1950, qu’on personnalise les voitures de série. Certaines d’entre elles sont affublées d’enjoliveurs de toutes sortes et, en particulier, de calandre. Certaines calandres sont assez esthétiques. La Darl’mat adopte un style « Studebaker de Levallois ou de Puteaux », assez discutable[3].

Succès sportifs[modifier | modifier le code]

C'est avec ce modèle, en général préparé par des équipages privés, que Peugeot entame une longue série de succès en rallyes et raids d'endurance. Ces victoires contribuent à forger cette image de fiabilité et de solidité qui font la réputation de la marque.

On peut citer le raid Paris-Le Cap, couvert en 17 jours, en 1950, par André Mercier et Charles de Cortanze, et le rallye Redex Round Australia, où, en 1953, les douze 203 engagées terminent brillamment et donnent à Peugeot une renommée durable en Australie.

En 1951 F. De Cortanze est lauréate de la Coupe des Dames du Rallye Monte-Carlo.

En 1952 Alfred Bolz remporte le premier Jugoslovanska Alpska Voznja (rallye de Yougoslavie)[9].

La même année Eino Elo est vainqueur de la seconde édition du rallye de Finlande (alors appelé Jyväskylän Suurajot). L'année suivante il termine second de l'épreuve, toujours sur 203, et en 1954 c'est au tour de Pentti Virtanen de finir à la même place.

En 1954 J.J.Feeney gagne la classe B du Rallye Safari, et en 1959 il récidive en classe A cette fois, toujours sur 203[10].

En 1954 toujours, C. Mandron et Abelin sont lauréats de catégorie au Rallye des Lions (après l'avoir été l'année précédente déjà, sur Renault 4CV).

En 1955 Lars Egeberg (jr) empoche le Rallye Viking avec Amund Böhle[11].

Dans les années 1950 toujours, Darl'mat conçoit une 203 surbaissée et survitaminée (80 ch), pour participer à des rallyes, puis un autre hybride de Peugeot 203 et de Darl'mat de course pour concourir aux 24 heures du Mans, dernière des réalisations d'Émile Darl'mat.

En 1960 enfin, Jean-Pierre Hanrioud remporte une victoire de classe au Rallye Liège-Rome-Liège, en 1300 cm3 GT, sur une version spéciale prototype ayant appartenu à Roger de Lageneste.

Héritage[modifier | modifier le code]

203
203

Véritable icone roulante des années 1950, aux côtés de la 4 CV et de la 2 CV, la 203 apporte sa contribution au processus de motorisation de masse de la France d'après-guerre, et est même, notamment avec sa structure monocoque, la seule voiture moderne de classe moyenne jusqu'à l'apparition de la Simca Aronde.

Moderne et fiable, telles sont les deux qualificatifs qui caractérisent parfaitement la 203, en même temps qu'ils expliquent son succès légitime. Sa réputation de voiture increvable lui vaut une forte fidélisation de la clientèle à travers le monde, ainsi que le titre de championne de la cote sur le marché de l'occasion.

La conception saine et logique de la 203 permet à Peugeot d’en extrapoler, d’abord, la 403 puis, dans une certaine mesure, la 404.

Musée Peugeot, Sochaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La 203 Darl’mat coûte 1 200 000 F de l’époque, la 203 berline luxe toit ouvrant : 445 000 F en octobre 1948, 675 000 en février 1952 et 715 000 en février 1960 »
  2. La 203 Constantin coûte 139 000 F de l’époque, la 203 berline luxe toit ouvrant : 445 000 F en octobre 1948, 675 000 en février 1952, 715 000 en février 1960 »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gilles Bonnafous, « Peugeot 203 », sur Motorlegend,‎ 24 avril 2006 (consulté le 23 août 2010), p. 1
  2. a et b Gilles Bonnafous, « Peugeot 203 », sur Motorlegend,‎ 24 avril 2006 (consulté le 23 août 2010), p. 3
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Peugeot 203 Revue technique automobile, éditions E.T.A.I.
  4. a, b, c, d, e et f Peugeot 203-403, par Dominique Pagneux, éditions Rétroviseur, 1996
  5. Gilles Bonnafous, « 203 berline découvrable », sur Motorlegend,‎ 3 novembre 2005 (consulté le 23 août 2010), p. 1
  6. Gilles Bonnafous, « Cabriolet 203 », sur Motorlegend,‎ 3 novembre 2005 (consulté le 23 août 2010), p. 1
  7. « Peugeot 203 », sur Autoweb (consulté le 22 août 2010)
  8. a et b Gilles Bonnafous, « Peugeot 203 », sur Motorlegend,‎ 3 novembre 2005 (consulté le 23 août 2010), p. 1
  9. 1952 Miscellaneous Rallies
  10. 1959 Miscellaneous Rallies
  11. Bilsporthistorie 1955

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article

  • Le guide la 203, par Dominique Pagneux, éditions E.T.A.I., 2004. (ISBN 2-7268-9384-8)
  • Peugeot 203-403, par Dominique Pagneux, éditions Rétroviseur, 1996. (ISBN 2-84078-041-0)
  • Peugeot 203 Revue technique automobile, éditions E.T.A.I., 2000. (ISBN 2-7268-9915-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :