Renault Scénic II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renault Scénic II
Renault Scénic II
Renault Scénic 7 places

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 2003 — 2009 :
Phase 1 : 2003 — 2006
Phase 2 : 2006 — 2009
Production > 1.3 millions exemplaires
Classe Monospace compact
Usine(s) d’assemblage Drapeau de la France Douai
Moteur et transmission
Énergie Essence ou Diesel
Moteur(s) 4 cylindres en ligne
Position du moteur Transversale avant
Cylindrée de 1 461 à 1 998 cm3
Puissance maximale de 80 à 165 ch (soit 59 à 121 kW)
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle ou Automatique
Poids et performances
Consommation mixte de 5,8 à 8 L/100 km
Émission de CO2 de 135 à 200 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Bicorps 5 portes
Dimensions
Longueur 5 places : 4 300 mm
7 places : 4 490 mm
Largeur 1 810 mm
Hauteur 1 627 mm
Empattement 2 736 mm
Voies  AV/AR 1 510 mm  / 1 506 mm
Volume du coffre de 695 à 1 990 dm3
Chronologie des modèles
Précédent Renault Scénic I Renault Scénic III Suivant
Article principal : Renault Scénic.

La Renault Scénic II, apparue dans les concessions en 2003, est la deuxième génération du monospace du constructeur français Renault. Suite au succès de la première génération, le concept du monospace compact est largement repris amélioré par les autres constructeurs automobiles si bien que la Scénic doit désormais faire face à la concurrence. L'Opel Zafira et la Citroën Xsara Picasso sont ainsi ses principales rivales.

Contrairement à la précédente génération, la Scénic II est déclinée en deux versions : une version courte 5 places de 4,30 m et une version longue 7 places de 4,49 m. « À peine plus long, moins haut et beaucoup plus large »[1], le Scénic II opte pour une silhouette plus dynamique tout en préservant l'habitabilité.

Design[modifier | modifier le code]

Alors que, suite au succès de la Renault Scénic I, la concurrence s'est largement accaparée le concept de monospace compact, il est désormais difficile pour Renault de renouveler voire innover dans ce segment[1]. La Scénic II adopte pourtant un profil plus dynamique, marqué par des lignes tendues, et dégage une impression de robustesse[2].

Se démarquant sensiblement de la première génération, les traits anguleux suggèrent que le designer de Renault s'est inspiré de l'Espace[2]. Adoptant par ailleurs la calandre et la lunette en corolle de la Mégane II, le style de cette Scénic s'éloigne fortement de l'aspect « bonhomme » de la précédente génération[1].

À l'intérieur, le design de la planche de bord est entièrement nouveau. Par ailleurs, alors que la Scénic I souffrait d'une finition qui laissait à désirer, en raison des cadences de production pour satisfaire les commandes nombreuses, la qualité des finitions et des matériaux de cette Scénic est en hausse[2].

Il a subi un léger restylage extérieur en 2006.

Habitabilité et confort[modifier | modifier le code]

La Scénic version longue propose 2 à 7 places.

La Renault Scénic II affiche des dimensions à peu près similaires à sa devancière. À peine plus longue mais surtout plus large, elle conserve un « excellent » compromis entre habitabilité et encombrement. La Scénic II offre pour l'époque, dans sa catégorie, le meilleur espace aux jambes pour les passagers arrière. Si elle est enfin moins haute de 5 cm, elle dispose en réalité de 22 mm de plus de garde de toit[1].

En ce qui concerne le coffre, la Scénic II voit sa capacité s'accroître d'une vingtaine de litres en 5 places et du double une fois les trois sièges AR enlevés. Le volume du coffre est ainsi proche de celui du Citroën Picasso mais en deçà du Volkswagen Touran qui se démarque avec un volume de 695 à 1990 litres[1].

Une des particularité du nouveau Scénic est sa déclinaison, non plus uniquement en 5 places, mais en 7 places, pour 800 € de plus[3].

Châssis, structure et comportement[modifier | modifier le code]

Structure avant d'une Renault Scénic II.

Reprenant les trains roulants de la Mégane, la Scénic offre un bon comportement routier grâce à des amortisseurs équilibrés entre fermeté et confort. En revanche, elle est soumise à une légère prise de roulis dans des virages serrés[2].

Moteurs et transmission[modifier | modifier le code]

Récapitulatif de la gamme[modifier | modifier le code]

   1.4 16V 1.6 16V 2.0 16V 136 2.0 Turbo 16V 165 1.5 dCi 80 1.5 dci 105 1.9 dCi 120 1.9 dCi 130 2.0 dCi 150
Énergie
Essence
Essence
Essence
Essence
Diesel
Diesel
Diesel
Diesel
Diesel
Cylindrée
1 390 cm ³
1 598 cm ³
1 998 cm ³
1 998 cm ³
1 461 cm ³
1 461 cm ³
1 870 cm ³
1 870 cm ³
1 995 cm ³
Puissance
98 ch
(72 kW)
115 ch
(85 kW)
136 ch
(100 kW)
165 ch
(121 kW)
80 ch
(59 kW)
105 CV
(74 kW)
120 ch
(88 kW)
130 ch
(96 kW)
150 ch
(110 kW)
Consommation
7,2 ℓ/100 km
7,2 ℓ/100 km
8,0 ℓ/100 km
n.c.
5,0 ℓ/100 km
n.c.
5,8 ℓ/100 km
6,0 ℓ/100 km
7,0 ℓ/100 km

Défauts de fiabilité[modifier | modifier le code]

Les moteurs développés par Renault au début des années 2000 connaissent plusieurs faiblesses mécaniques parfois sévères. Ces problèmes sont bien connus de la marque puisqu'au printemps 2006 sont mises en place des mesures d'après-vente destinés à corriger ces défauts[4]. Le moteur Renault 1.9 dCi type F9Q de 120 ch notamment, est affecté de problèmes de fiabilité de son turbocompresseur pouvant entraîner la casse du moteur[4]. Renault ne prend néanmoins en charge la réparation que si la voiture a moins de 150 000 km[4]. Il est également sujet au coulage de bielle(s) ainsi qu'en témoignent des propriétaires[5]. Le moteur 1.5 dCi peut également être affecté des mêmes problèmes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e François Chapus, « Renault Scenic II : que le roi demeure », sur Caradisiac,‎ 17 juin 2003 (consulté le 31 octobre 2009)
  2. a, b, c et d « Essai/ Renault Scénic II : une nouvelle mouture convaincante », sur Autodeclics (consulté en 31 décembre 2009)
  3. Jean-Philippe Jourdan, « Renault Scénic & Grand Scénic restylés (2006) », sur Challenges.fr,‎ 18 juillet 2006 (consulté en 31 décembre 2009)
  4. a, b et c Manuel Cailliot, « Fiche fiabilité Renault Laguna 2 (De 2001 à 2007) », sur Caradisiac.com
  5. [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :