Alpine A108

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alpine A108
Alpine A108
Berlinette Alpine A108 « Tour de France ».

Marque Drapeau : France Alpine
Années de production 1958[1] - 1965[1]
Classe Sportive
Usine(s) d’assemblage Dieppe
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 4 cylindres en ligne
Position du moteur Arrière
Cylindrée 845 cm³
904 cm³
998 cm3
Transmission Propulsion, BV3, BV4 et BV 5 rapports[1]
Poids et performances
Poids à vide Coach : 530
Berlinette : 520 kg
Vitesse maximale de 145 à 185 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coach 2 places
Coupé 2+2 places
Berlinette
Cabriolet
Dimensions
Longueur Coach : 3 700
Berlinette : 3 780 mm
Largeur Coach : 1 450
Berlinette : 1 450 mm
Hauteur Coach : 1 270
Berlinette : 1 120 mm
Chronologie des modèles
Précédent Alpine A106 Alpine A110 Suivant

L'Alpine A108 est la descendante directe de l'A106.

Présentée au Salon de Paris de 1957[2], celle qui aurait dû s'appeler, dans la logique Alpine, A109 du fait du partage des composants mécaniques de la Dauphine (type R1090 et suivants) est une évolution de l'A106. En effet, si la carrosserie du coach est conservée, le moteur de la 4 CV est remplacé par celui de la Dauphine Gordini.

En 1960[1], le cabriolet et le coupé 2+2 (2 places +2) adoptent un châssis-poutre. Celui-ci est formé d'une poutre (d'où son nom) ayant à chaque extrémité un berceau qui supporte le moteur (à l'arrière) et les organes de direction (à l'avant). Cette géométrie sera utilisée jusqu'au dernier modèle A610.

Sur le coupé 2+2 en partie assemblé par Chappe et Gessalin comme le coach, l'empattement est allongé de 7 cm, la coque est boulonnée au châssis et non pas scellée comme pour les autres modèles[1]. La mécanique reste inchangée soit le 845 cm3 de 37 ch réel, soit le 904 cm3 de 53 ch réel. Moins d'une centaine seront produits jusqu'à la fin en 1965.

L'A108 joue un rôle important dans l'histoire d'Alpine car c'est sous cette forme que va naître la berlinette. Au Tour de France automobile de 1960, Jean Rédélé aligne deux berlinettes A108 (le modèle de série prendra d'ailleurs le nom de berlinette « Tour de France » jusqu'en 1969).

La berlinette se présente comme la version fermée du cabriolet, cependant l'avant à phares englobés est nouveau. Produite à partir de l'automne 1960[1], elle supplanta le coach et prépara la place pour la nouvelle venue : l'A110.


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Christian Descombes, Alpine, Label bleu, série et compétition, éditions E.P.A.
  2. Dominique Pascal, Alpine. Berlinette, A310, Prototypes, Monoplaces, éditions E.P.A.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alpine. Tous les modèles. Toutes les années, par Dominique Pascal. Massin éditeur. (ISBN 2-7072-0204-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :