MG A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MGA
MG A

Marque Morris Garage
Années de production 1955-1962
Production 101 321 exemplaires
Classe Voiture de sport
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 Cyl
Cylindrée 1489 à 1588 cm3
Puissance maximale 68 à 108 ch
Poids et performances
Vitesse maximale 155 à 182 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Chronologie des modèles
MGB Suivant

La MGA (MG Type A) est une automobile de la marque Morris Garage (MG) construite entre 1955 et 1962. Cette voiture a fait de la firme d'Abington le leader mondial du marché de la voiture de sport. Elle succédait aux roadsters de la série T lancés en 1937.

Historique[modifier | modifier le code]

Après guerre, MG était passée sous contrôle de la firme British Motor Corporation dont le président Leonard Lord (1896-1967) préféra pendant plusieurs années donner la priorité à une autre de ses marques, Austin, pour développer la nouvelle marque Austin-Healey. Il ne validera le lancement de la nouvelle MG A qu'en 1954 suite à l'effondrement des ventes des vénérables MG série T.

En 10 mois, l'équipe technique va concevoir la nouvelle voiture en s'appuyant sur les travaux menés depuis 1950 lorsque le styliste Sydney Enever (1906-1993), promu en 1954 ingénieur en chef, avait conçu pour les 24 Heures du Mans (1951 et 1952) un prototype UMG 400, basée sur la MG TD, mais aux lignes modernes qu'ils jugent facilement adaptable à un modèle routier, il était dénommé EX172 en 1951 et EX179 en 1952. Un nouveau châssis est adopté, plus large et surbaissé, autorisant la montage d'une carrosserie aux lignes fluides. Elle fut présentée dès l'automne 1955 et adoptait le nouveau look d’après guerre.

Côté mécanique par contre, point de révolution : le moteur est un 4 cylindres culbuté. L’ensemble boîte-moteur est issu de la berline Magnette. L’adoption d’un châssis aux longerons écartés par rapport à la TD permet d’abaisser la position de conduite. Le châssis est rigidifié grâce notamment à un arceau d’auvent caissonné. L’essieu arrière est rigide et la suspension avant est montée sur pivots avec des amortisseurs à leviers faisant office de triangles supérieurs. Initialement elle est équipée de 4 freins à tambour hydraulique.

MGA-arriere.jpg EM MG 5791.jpg EM MG 5790.jpg

Production, commercialisation et évolutions[modifier | modifier le code]

101 321 MGA furent produites de 1955 à 1962. La production de MGA s’arrêta en 1962. La MGB allait prendre le relais.

Dès l'automne 1955, les MG A sont exportés vers les États-Unis. Leur vitesse (100 milles/heure) et un prix abordable ont assuré leur succès auprès d'une clientèle américaine alors entichée des petits roadsters britanniques. 80 % de la production des MG A furent au total exportés vers le marché nord américain.

Certaines lacunes poussèrent MG à présenter plusieurs évolutions de la Type A. D'abord l’arrivée du coupé 2 places en 1956, puis une éphémère première version MGA Twin Cam (1958) qui se révéla trop fragile, mais qui était il est vrai, plutôt destinée à la compétition qu’à la conduite quotidienne[1]. Ensuite une montée en puissance avec la MGA 1600 dotée d'un bloc plus souple, d'un équipement moins spartiate et de freins à disque à l'avant.

  • MGA 1500 Twin Cam (1955-1959) et coupé (1956), avec le moteur « Austin B-Series 1489 cm3 Twin Cam » et 4 freins à tambour, produite en 58 750 exemplaires.
  • MGA 1600 (1958-1960) et coupé, avec le moteur « Austin B-Series 1588 cm3 Twin Cam », produite en 2 111 exemplaires.
  • MGA 1600 MKII (1960-1962) et coupé, avec le moteur « Austin B-Series 1622 cm3 Twin Cam », produite en 8 719 exemplaires.
  • MGA 1600 MKII De Luxe (1960-1962) et coupé, avec le moteur « Austin B-Series 1622 cm3 Twin Cam », produite en 311 exemplaires.
MGA Coupé
MGA Coupé

Automobile MG A 001.jpg Automobile MG A 003.jpg

Divers[modifier | modifier le code]

Le volant de type sport à l'anglaise était à quatre branches resserrées et le tableau de bord présentaient plusieurs manomètres.

Plusieurs modèles de voiture MG A furent utilisés dans plus de 80 films, séries et documentaires depuis 1958 (voir liste).

Compétition[modifier | modifier le code]

La MG A fut utilisée pour mettre au point des prototypes de compétition :

  • Le MG EX175 (1952) était aussi basé sur la MG EX172 Le Mans de 1952. Il fut construite en deux exemplaires dont un fut utilisé pour les tests en soufflerie de la carrosserie et des accessoires, mais les tests ne furent pas concluants. La deuxième voiture équipée d'un pare-brise de type bulle, courut en 1954 à Bonneville Salt Flats (États-Unis) en classe F. Conduite par George Eyston (1897-1979), elle y établit le nouveau record de vitesse à 246 km/h. Cependant, le EX179, équipé du nouveau moteur « Austin B-Series 1500 cm3 Twin Cam » (double arbre à cames) lui fut préféré en 1956 pour améliorer à nouveau le nouveau record officiel de vitesse à 274 km/h (285 km/h lors des tests). C'est ce même EX179, équipé d'un moteur « Austin 948 cm3 », qui fut aussi choisi pour courir en 1956 et en 1957.
  • Le MG EX182, dénommé HMO 6, fut développé à partir de 1954 sur la base d'une MG A et du prototype EX175 pour courir dans la série B. Construit en 4 exemplaires, dont 2 participèrent aux 24 Heures du Mans en 1955. Conduit par Steve Dixon, le prototype 41 participa en 1956 aux Mille Miglia, au RAC Rally et à l'Alpine Rally. Le prototype 39 conduit par Dick Jacobs fut détruit dans un accident aux 24 heures du Mans et le prototype 40 termina 17e et participa en 1957 à plusieurs autres courses (Mille Miglia, Nurburgring, Goodwood, Rheims, Crystal Palace, and Silverstonp). Le protoype 38 qui termina 12e en 1956 au Mans est toujours visible au musée MG (voir vidéo).
  • Le MG SRX210 Twin Cam, basé sur le MG EX182/40, avec le moteur « Austin B-Series 1500 cm3 Twin Cam », participa en 1957 au Liege-Rome rally et aux 24 heures du Mans et fut aussi utilisé dans plusieurs courses en 1958 et 1959.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le point faible du moteur fut découvert après l'arrêt de la production ce qui fait que les MGA Twin Cam restaurées sont plus fiables que ne l'étaient les MGA Twin Cam originelles

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]