Renault Twingo I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renault Twingo.
Renault Twingo
Image illustrative de l'article Renault Twingo I
Renault Twingo Phase II

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1993 — 2007
Phase I : 1993 - 1998
Phase II : 1998 - 2007
Production 2,4 millions d' exemplaires
Classe Petite citadine
Usine(s) d’assemblage Drapeau de la France Flins
Drapeau de l'Espagne Valladolid
Drapeau de la Colombie Envigado
Drapeau de l'Uruguay Montevideo
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence
1,2 55 ch
1,2 60ch
1,2 16v 75 ch
Position du moteur Avant
Transmission Traction
Boîte de vitesses Boite manuelle, automatique ou Easy
Poids et performances
Poids à vide De 820 à 885 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3 portes
Châssis Renault Clio I
Dimensions
Longueur 3 433 mm
Largeur 1 630[1] mm
Hauteur 1 423 mm
Chronologie des modèles
Précédent Renault 4 Renault Twingo II Suivant

La Twingo est un modèle d'automobile du constructeur Renault présenté au Mondial de l'automobile de Paris de 1992 et lancé en 1993. L'équipe de conception était dirigée par Yves Dubreil et les croquis de départ ont été réalisés par Jean-Pierre Ploué. Son nom est la contraction des mots « twist », « swing » et « tango »[2].

La Twingo a été produite en France à l'usine Renault de Flins, proche de Mantes dans les Yvelines, créée en 1952.

Avec sa « face de grenouille » elle osait un profil d'un monospace appliqué à une citadine lui donnant un gabarit généreux pour sa longueur de 3 433 mm. En 1996, le « moteur D » (type D7F) 1 149 cm³ à 8 soupapes de 60 ch relève le niveau de la motorisation, qui était jusqu'alors l'antique « moteur Cléon-Fonte » modernisé (moteur de la R8), délivrant 55 ch, pour une cylindrée de 1 239 cm³. La boite de vitesses JB est celle apparue sur les Renault 9 et Renault 11. La construction monocoque qui, n'était connue que pour les monospaces tels que le Renault Espace jusqu'en 1992, fut ici proposée pour la première fois sur le segment des citadines[3].

Les sièges ont un dossier plat, une assise courte et trop horizontale pour des personnes de grande taille (plus d'un mètre quatre-vingt-dix) ; ils sont, en revanche, bien adaptés à la clientèle visée, essentiellement féminine. La banquette arrière est coulissante.

Le conducteur profite d'un pédalier bien disposé et d'une commande de boîte très douce, aux rapports raccourcis. Le premier rapport est assez bruyant. Le volant de la Twingo est doté de larges branches concaves : cette disposition est particulièrement anti-ergonomique en règle générale, mais ici adaptée à l'espace restreint de l'habitacle. Il a été remplacé par la suite afin d'accueillir un coussin gonflable de sécurité (« airbag ») côté conducteur, en série sur les derniers modèles.

Un embrayage automatique « Easy » est proposé en option. Une version avec boîte automatique à trois rapports a été commercialisée sous le nom de « Matic ».

Un toit panoramique en toile est proposé d'abord sur la série spéciale « Air », puis en option. Plus tard est proposé en option un toit large ouvrable en verre.

Le coffre a une capacité de 168 à 261 dm³.

1re collection (1993)[modifier | modifier le code]

Lors de son lancement, la voiture est délibérément minimaliste. Elle s'adresse en effet initialement à une clientèle jeune. La voiture est ainsi proposée avec un seul type de tissu (une maille à motifs graphiques), une seule harmonie pour les plastiques intérieurs (deux nuances de gris) et pour les accessoires intérieurs (vert), à un seul prix en France : 55 000 francs ( 8 400 euros).

Elle est proposée initialement en cinq couleurs opaques (jaune indien, rouge corail, bleu outremer, vert coriandre et noir) pimpantes et décalées, rejointes un peu plus tard par 2 couleurs métallisées (gris brume et rouge nacré)[4].

L'arrière de la première version
La planche de bord de la première version
La Twingo'matic à boîte de vitesse automatique

2e collection (1994)[modifier | modifier le code]

Cette seconde collection bénéficie de nouvelles teintes de carrosserie avec vernis métallisé, disponible en jaune, vert yanos, rose fuchsia, rouge, bleu cyan et bleu nuit.

Deux types de sellerie automobile sont disponibles, une en maille bleu foncé sur les versions de base et une en velours à motifs nuages. Les boutons de commandes de la ventilation, des vitres électriques (les manivelles le cas échéant)... sont bleu foncé.

Disponible en option, le Pack Électrique ajoute à l'équipement de série divers organes électriques, comme les rétroviseurs, les glaces latérales, et la condamnation centralisée des portes et du coffre.

Quelques séries spéciales : Twingo Alizée et Twingo Kenzo.

3e collection (1996)[modifier | modifier le code]

Apparition du « moteur D » (type D7F), d'abord sur les versions sans climatisation, puis généralisation sur l'ensemble de la gamme. Ce moteur, de cylindrée légèrement inférieure à l'ancien « moteur Cléon-Fonte », apporte de meilleures performances, une meilleure insonorisation et des consommations moindres, ce moteur possède aussi une injection multipoint. Ajout d'un troisième feu stop au-dessus de la lunette arrière. En septembre 1997, Renault propose cette nouvelle motorisation en bicarburation GPL, qui restera au catalogue jusqu'en 2007. Les boutons de commande deviennent beiges.

Les séries spéciales « Air » et « Sari » intègrent en série un toit ouvrant manuel en toile. Sur la « Sari » la toile est colorée en fonction de la couleur de la voiture. Il y aura d'autres série spéciales dans cette collection comme la « Jungle » ou l'« Elite »

4e collection (1998)[modifier | modifier le code]

L'avant...
... et l'arrière de la Twingo restylée
La planche de bord de la seconde version

La Twingo subit en 1998 un profond restylage : ses clignotants avant s'intègrent dans les phares avant, avec un vitrage non teinté, ses feux arrière sont redessinés, et des boucliers moins travaillés, peints couleur carrosserie apparaissent, hormis sur les versions de base.

Le tableau de bord est modifié, il n'est plus creusé comme sur les versions précédentes et Renault y intègre le coussin gonflable passager. Les haut-parleurs remontent sur le haut du tableau de bord. Les boutons de commandes intérieurs sont cette fois-ci, jaunes. Les petits ronds de la jauge d'essence sont remplacés par des bâtons. Une couleur inédite fait son apparition et ne sera pas reprise par la suite : le vert Tobago.

5e collection (2000)[modifier | modifier le code]

Le roulis est bien mieux contenu qu'auparavant, grâce à l'adoption de barres antiroulis et à l'augmentation de leur diamètre. La Twingo freine aussi plus court, grâce à ses jantes (14 pouces désormais) et ses freins plus grands. À partir de janvier 2001, arrivée du « moteur D » en versions 16 soupapes (type D4F), la cylindrée reste inchangée, la puissance du moteur passe à 75 ch et son couple de 93 à 105 Nm à 1 500 tr/min.

Les panneaux de portières sont modifiés et accueillent désormais les haut-parleurs. Un médaillon de tissu identique à la sellerie y est également apposé. Les boutons de commandes intérieurs deviennent rouge bordeaux.

Plusieurs séries spéciales dans cette collection : Twingo « Perrier » ou Twingo « Cinetic ».

6e collection (2002)[modifier | modifier le code]

En plus des traditionnels nouveaux coloris et sellerie automobile, la sixième collection de la Twingo voit apparaître une nouvelle finition, la « Tech'Run », se voulant plus dynamique. Sur le plan technique, la Twingo est dotée de l'aide au freinage d'urgence (AFU) ainsi que d'un système ISOFIX sur les deux places arrière afin de ne pas se laisser distancer par des rivales de conception plus récente. À cet égard, elle est aussi équipée en série d'un témoin sonore avertissant le conducteur lorsqu'il qu'il a oublié de mettre sa ceinture. Les boutons de commande redeviennent jaunes.

7e collection (2004)[modifier | modifier le code]

Le bouton d'ouverture du coffre est modifié et intègre désormais le logo Renault. Elle reçoit des baguettes latérales et les feux arrière sont plus clairs. Les boutons de commande sont gris foncé.

Une toute dernière série spéciale « Émotion » est commercialisée, la Twingo arborant des autocollants sur l'avant, l'arrière et les flancs.

Une version Kenzo en teinte violette est également proposée.

Remplacement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Renault Twingo II.

La Twingo première génération a été remplacée sur les marchés européens par la seconde génération en juin 2007 (lancement repoussé de 9 mois par Carlos Ghosn, le PDG de Renault, pour redessiner la face avant). La Twingo 1 aura donc été commercialisée pendant 14 ans en Europe et au total 20 ans avec le marché Sud Américain, ce qui est exceptionnel dans l'industrie automobile actuelle où une voiture est généralement remplacée au bout de 7-8 ans.

La Twingo seconde génération a été dévoilée au Mondial de l'automobile de Paris de 2006 en septembre 2006 sous la forme d'un concept car nommé « Twingo concept ». La Twingo II y était maquillée en voiture sportive.

Divers[modifier | modifier le code]

  • La Twingo a été fabriquée à l'usine de Flins jusqu'au 28 juin 2007. Sa production continuera jusqu'en juin 2012 en Colombie, pour la vente à destination des marchés sud-américains où elle tirera définitivement sa révérence avec une série spéciale très colorée appelée « Twingo Tatoo ».
  • Elle n'a jamais été produite en conduite à droite, pour des raisons d'économies de coûts de production. Elle n'a par conséquent jamais été exportée au Royaume-Uni ni en Irlande.
  • Selon l'hebdomadaire Auto plus, ce véhicule fait partie des préférés des voleurs, car jusqu’en 1998, les Twingo étaient dépourvues de dispositif antidémarrage et ses pièces détachées se revendent très bien.
  • La Twingo est l'héroïne d'un sketch du comédien Dany Boon.
  • Elle a été le cadeau d'adieu du Parti socialiste au Président de la République François Mitterrand, ce dernier avait le choix entre une Twingo Bleue ou une Twingo Rouge, il choisira la rouge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche technique [PDF]
  2. Cas Renault : La Twingo et La Strategie Internationale - Matthieu Déjardins de l'ESCE
  3. : Infos sur la Renault Twingo
  4. Millésimes : les grandes dates de la Renault Twingo - Site personnel de Christophe Gilles, 9 février 2007

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]