Renault 19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir R19.
Renault 19
Renault 19
Renault 19 Phase II

Marque Drapeau : France Renault
Années de production Phase 1 : 1988 — 1991
Phase 2 : 1991 — 1997[1]
Production 5,9 millions exemplaires
Classe Compacte
Usine(s) d’assemblage Drapeau de la France Douai
Drapeau de la France Maubeuge
Drapeau de la Belgique Haren-Vilvoorde
Drapeau de l'Espagne Valladolid
Drapeau de l'Espagne Palencia
Drapeau du Portugal Setúbal
Drapeau de l’Argentine Córdoba
Drapeau de la Colombie Envigado
Drapeau de la Turquie Bursa
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence :
1.2 55 / 60 ch
1.4 65 / 80 ch
1.6 73 / 78 ch
1.7 92 / 107 ch
1.8 95 / 113 ch
1,8 16s 137 / 140 ch

Diesel :
1.9 d 65 / 70 ch
1.9 dT 92 ch
Position du moteur Avant
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports
Automatique 3 ou 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide De 975 à 1 175 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline tricorps 5 portes, 5 places
Berline tricorps (Chamade) 4 portes, 5 places
Coupé cabriolet
Châssis Renault 9, Renault 11, Renault Alliance, Renault Encore, Renault 19, Mégane 1, Mégane Scénic 1
Dimensions
Longueur Berline : 4 156 mm
Chamade : 4 248 mm
Largeur 1 694 mm
Hauteur 1 412 mm
Chronologie des modèles
Précédent Renault 9
Renault 11
Renault Mégane Suivant

La Renault 19 est une automobile française commercialisée de 1988 à 1997 en Europe, mais produite jusqu'à fin 1999 pour les pays d'Amérique du Sud. Un restylage a eu lieu en 1991, inaugurant la seconde version de la voiture (phase 2). Sa plate-forme est celle des Renault 9 et Renault 11 qu'elle remplace, cette base servira également à la Mégane. Son « moteur E », dit « Energy », est réputé pour sa fiabilité et sa longévité. À l'époque, la R19 fut la voiture étendard de Renault qui souhaitait à la fois pénétrer le marché allemand et redorer son blason avec une finition et une fiabilité exemplaires. La voiture fut assemblée dans des usines robotisées, et pour l'époque futuristes, et ce notamment à Douai. De fait, en dépit de ses lignes jugées banales, la R19 a été considérée, lors de sa sortie, comme un gigantesque pas en avant du constructeur vers une plus grande qualité de fabrication. Elle fut d'ailleurs la voiture étrangère la plus vendue en Allemagne en 1989 et 1990.[réf. nécessaire]

Du projet X53 à la Renault 19[modifier | modifier le code]

C’est en novembre 1984 que le projet X53 apparaît. Ce projet avait pour but de construire une berline fiable assimilant le confort et la sécurité avec des outils de nouvelle génération.

L’informatique jouera un rôle très important dans la conception du projet X53 avec les premières maquettes en 3D (Conception Assistée par Ordinateur) et les premières machines à commande numérique (Fabrication Assistée par Ordinateur).

L’avancée technologique de la fin des années 80 a permis la conception, les tests, et les modifications possibles avant même qu’une pièce soit réalisée.

Renault a parcouru 7,5 millions de kilomètres (2) entre les pavés, les bancs d’essais et les tests en conditions extrêmes (pluie, température…) dans les centres de Lardy et d’Aubevoye.

Pour ce nouveau modèle, Renault étudie aussi trois nouveaux moteurs modernes, deux essences et un diesel.

  • Le 1,4 litre « Energy » de 80 ch,
  • Le 1,8 litre 16 soupapes de 140 ch,
  • Le 1,9 litre diesel.

Ce n’est que quelques bonnes semaines après que la X53 porte enfin un nom : la Renault 19

Moteurs[modifier | modifier le code]

1.2[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1988
  • Identifiant moteur : C1G « Cléon-Fonte »
  • Cylindrée : 1 239 cm3
  • Alimentation : carburateur simple corps (Zénith 32)
  • Puissance maxi : 55 ch
  • Régime maximum : 5 300 tr/min

1.2e[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1989 à 1991
  • Identifiant moteur : E7F « Energy »
  • Cylindrée : 1 171 cm3
  • Alimentation : injection monopoint
  • Puissance maxi : 60 ch
  • Régime maximum : 5 400 tr/min

1.4[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1988 à 1991 / 1991 à 1999
  • Identifiant moteur : C1J / C3J « Cléon-Fonte »
  • Cylindrée : 1 397 cm3 en version carburateur / 1 390 cm3 en version injection
  • Alimentation : carburateur simple corps (Zénith 32 IF2 ou Weber 32) / injection monopoint
  • Puissance maxi : 60 ch
  • Régime maximum : 5 250 tr/min / 4 950 tr/min

1.4e[modifier | modifier le code]

  • Période de service : de 1988 à 2000
  • Identifiant moteur : E6J / E7J « Energy »
  • Cylindrée : 1 390 cm3
  • Alimentation : carburateur double corps (Weber 32 TLDR) / injection monopoint
  • Puissance maxi : 80 ch
  • Régime maximum : 5 600 tr/min

1.6[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1992 à 2000 (marché hispanique)
  • Identifiant moteur : C2L « Cléon-Fonte »
  • Cylindrée : 1 565 cm3
  • Alimentation : carburateur simple corps (Weber 32)
  • Puissance maxi : 73 ch
  • Régime maximum : 5 100 tr/min

1.6i[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1994 à 2000 (marché hispanique)
  • Identifiant moteur : C3L « Cléon-Fonte »
  • Cylindrée : 1 565 cm3
  • Alimentation : injection monopoint
  • Puissance maxi : 78 ch
  • Régime maximum : 5 000 tr/min

1.7[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1988 à 1992
  • Identifiant moteur : F2N « Moteur F »
  • Cylindrée : 1 721 cm3
  • Alimentation : carburateur double corps (Solex 32*34 Z13)
  • Puissance maxi : 92 ch
  • Régime maximum : 5 800 tr/min

1.7i[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1990 à 1992
  • Identifiant moteur : F3N « Moteur F »
  • Cylindrée : 1 721 cm3
  • Alimentation : injection multipoint
  • Puissance maxi : 107 ch
  • Régime maximum : 5 800 tr/min

1.8 8s[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1992 à 1996
  • Identifiant moteur : F3P « Moteur F »
  • Cylindrée : 1 794 cm3
  • Alimentation : injection monopoint / injection multipoint (RSI, Baccara)
  • Puissance maxi : 95 ch / 113 ch (RSI, Baccara)
  • Régime maximum : 5 600 tr/min

1.8 16s[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1990 à 1996
  • Identifiant moteur : F7P « Moteur F »
  • Cylindrée : 1 764 cm3
  • Alimentation : injection multipoint
  • Puissance maxi : 140 ch (1990/1992) 137 ch (1992/1996)
  • Régime maximum : 7 200 tr/min

1.9 D[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1988 à 2000
  • Identifiant moteur : F8Q « Moteur F »
  • Cylindrée : 1 870 cm3
  • Alimentation : injection
  • Puissance maxi : 65 ch
  • Régime maximum : 4 500 - 4 600 tr/min
  • pompe injection: lucas et bosch

1.9 dT[modifier | modifier le code]

  • Période de service : 1988 à 2000
  • Identifiant moteur : F8Q Turbo « Moteur F »
  • Cylindrée : 1 870 cm3
  • Alimentation : injection + turbo
  • Puissance maxi : 95 ch
  • Régime maximum : 4 300 tr/min

La gamme[modifier | modifier le code]

  • Berline 5 portes 1988 à 1996 : moteurs 1.4 60 ch à 1.8 16s 140 ch et diesel atmosphérique (65 ch) et turbo (95 ch).
  • Berline 4 portes "Chamade" 1989 à 1996 : moteurs 1.4 60 ch à 1.8 16s 140 ch et diesel atmosphérique et turbo.
  • Berline 3 portes : 1989 à 1996 : moteurs 1.2 60 ch à 1.8 16s 140 ch et diesel atmosphérique (65 ch) et turbo (95 ch).
  • Cabriolet (assemblé chez Karmann) 1991 à 1997 : moteurs 1.8 95 ch, 1.8ie 115 ch et 1.8 16s 137 ch.


  • 1988 à 1989 Renault 19 TR 1.2 58 ch (3 portes)
  • 1990 à 1992 Renault 19 TR 1.2e 60 ch (3 portes)
  • 1988 à 1992 Renault 19 TR 1.4 60 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 TS 1.4e 80 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 TD 1.9 65 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 GTR 1.4 60 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 GTS 1.4e 80 ch
  • 1990 à 1992 Renault 19 GTX 1.7 92 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 GTD 1.9 65 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 TurboD 1.9 95 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 TSE 1.4e 80 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 TXE 1.7 92 ch
  • 1990 à 1992 Renault 19 TXI 1.7ie 107 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 TDE 1.9 65 ch
  • 1988 à 1992 Renault 19 TurboDX 1.9 95 ch
  • 1989 à 1992 Renault 19 16S 1.8 16s 140 ch
  • Restylage en 1992 (phase 2)
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RL / Europa 1.4 65 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RL / Europa 1.4e 80 ch
  • 1992 à 1996 Renault 19 RL / Europa 1.9d 65 ch
  • 1996 à 1997/2000 Renault 19 RL / Europa 1.9d 70 ch
  • 1992 à 2000 Renault 19 RE 1.6 73 ch (marché hispanique)
  • 1992 à 2000 Renault 19 RE 1.6i 78 ch (marché hispanique)
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RN / Storia 1.4 65 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RN / Storia 1.4e 80 ch
  • 1992 à 1996 Renault 19 RN / Storia 1.7 92 ch (hors Europe)
  • 1996 à 1997/2000 Renault 19 RN / Storia 1.8 95 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RN / Storia 1.9d 70 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RN / Storia 1.9dT 95 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RT 1.4e 80 ch
  • 1992 à 1996 Renault 19 RT 1.7 92 ch (hors Europe)
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RT 1.8 95 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RT 1.8ie 115 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RT 1.9d 70 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RT 1.9dT 95 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 RSi 1.8ie 115 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 16S 1.8 16s 137 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 Baccara 1.8 95 ch
  • 1992 à 1997/2000 Renault 19 Baccara 1.8ie 115 ch


Finitions de 1988 à 1992 :

  • TR (entrée de gamme essence)
  • TS (entrée de gamme essence)
  • TD (entrée de gamme diesel)
  • GTR (milieu de gamme essence)
  • GTS (milieu de gamme essence) ; série limitée au départ pour le marché allemand, puis français, également disponible sous l'appellation "Dynamic".
  • GTX (milieu de gamme essence)
  • GTD (milieu de gamme diesel)
  • Turbo D (milieu de gamme diesel)
  • TSE (haut de gamme essence)
  • TXE (haut de gamme essence)
  • TXI (haut de gamme essence)
  • TDE (haut de gamme diesel)
  • Turbo DX (haut de gamme diesel)
  • 16S et 16V (versions essence sportives)

Finitions de 1992 à 1998 :

  • RL (entrée de gamme essence et diesel)
  • RN (milieu de gamme essence et diesel, atmo et turbo)
  • RT (haut de gamme essence et turbo diesel)
  • S (haut de gamme essence et turbo diesel)
  • RTI (haut de gamme essence)
  • Baccara (haut de gamme essence)
  • RSI, 16S et 16V (versions essence sportives)

Lieux de productions[modifier | modifier le code]

SOFASA : SOciété de Fabrication d'Automobiles S.A., filiale de Renault

Titres[modifier | modifier le code]

  • Voiture de l'année 1989 (Allemagne)
  • Voiture de l'année 1989 (Espagne)
  • Voiture de l'année 1993 (Argentine)

Les points forts[modifier | modifier le code]

  • Fiabilité excellente
  • Confort
  • Suspensions
  • Consommation de carburant raisonnable
  • Tenue de route
  • Agrément de conduite
  • Finition
  • Budget d'entretien
  • Habitabilité
  • Volume de coffre
  • Bons moteurs (notamment 1.4 « Energy », 1.9 dT et bloc « Cléon-Fonte »)
  • Robustesse des moteurs
  • Souplesse de la direction assistée

Les points faibles[modifier | modifier le code]

  • Tendance à la corrosion au niveau des bas de caisse et ailes arrières (les passages de roues AR doivent être bien entretenus pour éviter la rouille)
  • Équipement dépouillé sur TD, TR, TS (du mieux après 1992 avec RL)
  • Niveau sonore à froid (diesel atmosphérique)
  • Ternissement de la peinture rouge, verte et crème des modèles 1988 et 1989
  • Dureté de l'embrayage, particulièrement sur les modèles diesel
  • Garde au toit arrière limitée
  • Visibilité 3/4 arrière limitée
  • Autonomie de carburant 1.7 et 1.8 carbu (< 600 km)
  • Direction dure sur les modèles bas de gamme sans assistance
  • Surchauffe du carburateur Z13 (placé trop près de l'échappement) pouvant entraîner une déformation de la semelle et une prise d'air (1.7 avant 1992)
  • Freinage moyen, pédale de frein dure (phase 1, sauf 16s)

La concurrence[modifier | modifier le code]

De 1988 à 1992 :

De 1992 à 1997 :

Les berlines compactes Renault[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Jusqu'en 1999 pour l'Amérique du Sud

Images[modifier | modifier le code]