Renault 9 et 11

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir R9 et R11.
Renault 9 / 11
Renault 9 et 11

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1981 - 1989
Production 6,3 millions [1] exemplaires
Classe Compacte
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence : 1 108, 1 237, 1 397 (atmo et turbo) et 1 721 cm³
Diesel : 1 596 cm³
Transmission Avant ; BM4, BM5 et BA3
Poids et performances
Poids à vide 805 à 950 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 3 et 5 portes pour la 11 et 4 portes pour la 9
Châssis Renault 9, Renault 11, Renault Alliance, Renault Encore, Renault 19, Mégane 1, Mégane Scénic 1
Coefficient de traînée 0,35
Dimensions
Longueur 4 063 (9)
3 981 (11) mm
Largeur 1 650 mm
Hauteur 1 405 mm
Chronologie des modèles
Précédent Renault 14 Renault 19 Suivant

Les Renault 9 et 11 (la 9 tricorps et la 11 bicorps avec un hayon) sont deux modèles d'automobiles compactes à traction avant produites par Renault durant les années 1980 à Douai (Nord). Elles seront aussi produites aux États-Unis respectivement sous les noms Renault Alliance et Renault Encore par le partenaire American Motors Corporation.

La Renault 9 est la première voiture à utiliser un moteur Renault en position transversale (le moteur X de la Renault 14 est issu de la Française de Mécanique, moteur également utilisé sur des modèles Peugeot, Talbot et Citroën). Elle possède une suspension à quatre roues indépendantes (MacPherson triangulé à l'avant et barres de torsion transversales en vis-à-vis à l'arrière) et est élue Voiture européenne de l'année 1982. En 1983, l'Alliance obtient le titre d'« Auto de l'année » décernée aux États-Unis par le magazine Motor Trend. Le slogan de vente utilisé en France est « Macadam Star », en référence à sa version nord américaine. En 1984, la Renault 11 est la voiture de sa catégorie la plus vendue en France, étant troisième derrière la Peugeot 205 et la Renault 5.

Description[modifier | modifier le code]

Ces deux modèles ont été dessinés par Robert Opron (designer des Citroën GS, SM, CX, Renault 25, Fuego...)

Bien suspendues, capables de performances honorables du fait de leur poids modéré et avec une finition moyenne, elles furent largement diffusées. Les « moteurs Cléon-Fonte » (essences) étaient assez anciens avec un arbre à cames latéral.

Les versions avec un turbocompresseur furent des bases fort employées en rallye auto, principalement grâce à la facilité de préparation de leur moteur turbo-compressé. Une version prototype, à quatre roues directrices, fut conçue par Renault mais ne dépassa jamais ce stade.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Renault 9 et Renault 11 sont des modèles charnières pour Renault car ils doivent remplacer la Renault 14 qui a été un échec commercial, sur un segment important et inaugurer une nouvelle base technique qui sera utilisée sur de nombreux modèles. En effet, leur châssis est réutilisé sur les Renault 19, Mégane 1 et Scénic 1 et dérivé pour les Super 5, Express, Clio 1, Clio 2, Kangoo 1 et Twingo 2. Les Renault 9 et 11 sont également les premières à utiliser les boites de vitesses JB qui équipent encore la Twingo 2 et les « moteurs F » qui équipent encore la Mégane 3 notamment avec le F4RT sur la Mégane 3 RS.

Phase 1 (1981 - 1986)[modifier | modifier le code]

Renault 9 phase 1

La Renault 9 est lancée en septembre 1981. La gamme comporte quatre niveaux d'équipements : base (version C), économique (TC, TL), intermédiaire (GTC, GTL, GTS) et luxe (TLE, TSE). En décembre 1982, trois versions diesel sont lancées : TD (économique), GTD (intermédiaire) et TDE (luxe). En février 1983, la Renault 11, qui remplace la Renault 14, concurrence les Talbot Horizon, Fiat Ritmo, Ford Escort, Opel Kadett et Volkswagen Golf.

Intérieur de Renault 9

Alors que la 9 est une tricorps classique à 4 portes avec un coffre séparé, la 11 est une bicorps à 3 ou 5 portes dont un hayon arrière pourvu d'une glace bombée. Les faces avant des deux modèles sont assez semblables, cependant la 9 a des projecteurs simples avec clignotants accolés ; et la 11, des phares doubles et des clignotants dans le pare-chocs. Le R9 et la R11 avaient 2 physionomies bien différentes, en ciblant de 2 types de clientèles distincts, la R9 a ligne classique et élégante avec d'avantages de chromes (baguettes dans les pares-chocs, baguettes de portes, joints de pare-brise, joints de lunettes arrières et sur la planches de bord, ...), la Renault 11 avait un style plus jeune, plus original, avec un minimum de chrome.

La gamme se compose sur quatre niveaux : économique (versions TC et TL), intermédiaire (GTC, GTL, GTS), confort (Automatic) et haut de gamme (TSE, TSE Electronic et TDE).

La R9 GTS est considérée comme la première version "sportive" de la gamme R9/R11 avec ses baguettes rouges sur les pare-chocs, ses feux anti-brouillard (à partir de 1982), ses jantes alliages, ses pneus tailles basses. À l'intérieur, volant sport à quatre branches, compte tours, manomètre de pression d'huile et indicateur de niveau, sièges en velours noir avec liseré rouge, ...

La version Electronic (R11) est dotée d'un tableau de bord à affichage numérique et d'un système de synthèse vocale qui prévient le conducteur en cas de problème ou de portière mal fermée ou tout simplement pour lui signaler un oubli de phares ou une surchauffe moteur. Un système audio haut de gamme à commande au volant complète l'équipement exceptionnellement bien fourni en série. Ce sont les premiers modèles français de grande série à proposer cette fonction, qui sera reprise sur les Renault 25, 21 et 19 et reconduite sur la Safrane avec une voix féminine.

Renault 11 phase 1
Intérieur de Renault 11

Pour 1984, le nouveau moteur 1,7 litre (« Moteur F ») à arbre à cames en tête dérivé du bloc diesel est monté sur les 11 GTX 3 portes (intermédiaire), 11 TXE 3 portes (haut de gamme) et 11 TXE Électronique 3 portes (haut de gamme) ; en février 1984, il aussi est disponible sur les 9 GTX et TXE. En mars, les 11 diesel (GTD, TDE) et la R11 Turbo à 3 portes avec moteur 105 ch sont commercialisées.

Pour 1986, les 9 adoptent la calandre à quatre phares de la 11 tandis qu'une version avec un turbocompresseur est lancée[2]. Les 11 ont une calandre modifiée à grosses barrettes. À l'intérieur, elles changent de volant, la console centrale est réduite et la jauge à essence perd ses chiffres. Les versions TL et GTL passent de 60 à 68 ch grâce à un carburateur double corps (moteur C2J au lieu moteur C1J sur tableau plus bas).

Phase 2 (1986 - 1989)[modifier | modifier le code]

Renault 11 phase 2

La phase 2 des Renault 9 et 11 a été produite entre 1986 et 1989. Les Renault 9 et 11 changent de calandre et leur face avant devient identique. On modifie également les pare-chocs et sur la Renault 9 le haut des feux arrières est fumé. Ce qui faisait le charme de la R9 phase 1 disparaît, presque plus de chromes. À présent seul l'arrière et la planche de bord distinguent les 2 modèles. La Renault 11 reçoit de nouveaux sièges, le volant reste le même que le modèle 1986 et la plaque arrière vient se placer sur le pare-chocs. Enfin, les versions Turbo passent de 105 ch à 115 ch.

Moteurs[modifier | modifier le code]

Version Moteur Puissance Cylindrée Carburant
C - TC - GTC - 11 Société C1E 48 ch 1 108 cm³ essence
C(²) - TC(²) C1G 55 ch 1 237 cm³ essence
TL(¹) - GTL(¹) - TLE (¹) C1J 60 ch 1 397 cm³ essence
TL(³) - GTL(³) C2J 68 ch 1 397 cm³ essence
GTS(¹) - TSE (¹) C2J 72 ch 1 397 cm³ essence
GTX - TXE F2N 82 ch 1 721 cm³ essence
Turbo C1J (+ Garett T2) 105 ch 1 397 cm³ essence
TD - GTD - TDE(⁴) - 11 Société F8M 55 ch 1 596 cm³ diesel
(¹) Phase 1 uniquement, (²) Phase 2 uniquement, (³) Modèle 1986 et phase 2 uniquement, (⁴) Phase 1 et modèle 1983 uniquement.

La désignation des moteurs s'organise en 3 caractères : une lettre, un nombre, une lettre (Exemple : F8M).

  • E de 1 050 à 1 149 cm³
  • G de 1 150 à 1 249 cm³
  • J de 1 350 à 1 449 cm³
  • M de 1 550 à 1 649 cm³
  • N de 1 650 à 1 749 cm³

Versions sportives[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Renault 9 Turbo / Renault 11 Turbo.

Séries Spéciales[modifier | modifier le code]

  • La Renault 11 Turbo Zender est une 11 Turbo 3 portes modifiée par le préparateur allemand Zender. Les différences avec une Renault 11 Turbo 3 portes de série sont les suivantes : spoiler rapporté sur le bouclier avant, l'ensemble étant peint à la teinte de la carrosserie, liséré rouge sur bandeau des boucliers avant et arrière, liséré rouge de bas de caisse prolongeant celui des boucliers, liseré rouge de ceinture de caisse intégrant le sigle « Zender » à l'arrière, éléments latéraux rapportés peints à la teinte de la carrosserie (bas de caisse profilés, bandeaux de porte), bouclier arrière avec jupe rapportée peinte à la couleur de la carrosserie, becquet aérodynamique agrandi, de couleur noire sur vitre de hayon, et jantes alliage léger style « Zender » 6J 15, pneumatiques 195/50 VR 15 Dunlop SP Sport Super D4 (roue de secours : jante tôle + pneumatique 155x13).
  • La Renault 11 Turbo Ferry est une version suralimentée de la 11 Turbo de série avec une pression de turbo augmentée et quelques petites améliorations bien étudiées. Vendue à une somme tout à fait raisonnable, la 11 Ferry peut atteindre la vitesse de 200 km/h. En ce qui concerne l'aspect dynamique, les suspensions restent entièrement d'origine alors qu'au niveau des freins, les plaquettes avant sont un peu plus dures et les garnitures arrière restent inchangées. Un liquide de freins haute température remplace celui de série. Extérieurement, cette Renault 11 Ferry est équipée de jantes Rial de 15 pouces de diamètre avec des pneus Yokohama en 195/60. Les passages de roues sont ainsi forts bien remplis à tel point que quelques petites modifications sont nécessaires afin que le tout puisse passer sans encombre dans la caisse. Cette option donne à la 11 Turbo une tout autre physionomie et l'ensemble est bien plus agressif que le montage de série.
  • Les Renault 9 et 11 Broadway sont des versions économiques de ces modèles qui avaient de série un autoradio et quelques équipements supplémentaires. La 9 Broadway reprenait la calandre de la 11 Broadway. Cette série spéciale était disponible avec trois motorisations différentes, elle proposait le 1,4 litre, le 1,6 litre diesel et un tout nouveau moteur 1,2 litre essence.
  • La Renault 9 Avenue est une 9 GTL (intermédiaire) à laquelle on a ajouté un autoradio. À l'extérieur, elle se démarque par ses projecteurs antibrouillard, son filet décoratif et ses pneumatiques à flancs blancs.
  • La Renault 9 Louisiane est proche de la 9 TSE (luxe) avec un autoradio de série mais n'a pas de compte-tours. On la reconnaît facilement grâce à sa peinture deux tons (gris en bas, et bleu, vert ou rouge au-dessus).
  • Les Renault 9 et Renault 11 Spring sont des 9 et 11 phase 2 qui succèdent à la série Broadwway avec un équipement similaire.
  • La Renault 11 90 GT est une version phase 2 de la GTX (intermédiaire) à cinq portes avec une présentation sportive : boucliers avant et arrière type Turbo avec jonc de couleur, projecteurs antibrouillard et jantes en alliage léger.
  • Sans être une "série spéciale", du fait de la rareté de la finition "TDE", on peut la considérer comme telle. La Renault 11 TDE a été commercialisé à 373 exemplaires et la Renault 9 TDE à seulement 117 exemplaires. Ces versions "haut de gamme" en motorisation diesel ont été uniquement commercialisées durant le millésime 1983 pour la R9 et millésime 1985 pour la R11. Ce fut un échec commercial car les finitions "haut de gamme" en diesel dans ce segment n'attiraient personnes à l'époque, en raison du prix de vente (C'était les modèles les plus chers de la gamme).

Version nord-américaine[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Renault Alliance et Renault USA.
Alliance décapotable (1987)

La Renault 9 est devenue la Renault Alliance construite dans l'usine de Kenosha (Wisconsin) d'American Motors. Elle est produite à partir de juin 1982 jusqu'en 1987 avec un intérieur signé Richard Teague, le concepteur en chef d'AMC, en versions berlines à 2 ou 4 portes. Elle comporte également des modifications au niveau des dispositifs anti-pollution et de sécurité pour correspondre aux normes nord-américaines. Un modèle décapotable est offert à partir de 1985 et une Alliance GTA plus sportive, avec un moteur de 2 litres et 95 ch, est vendue en nombre limité la dernière année de production. La Renault 11 deviendra la Renault Encore et sera produite à partir de 1984. Elle changera de nom pour devenir l'Alliance Hatchback en 1987.

Bien que nommées Renault, le logo AMC était apposé sur la lunette arrière. Les Alliance et Encore permettent à AMC de revenir dans le marché des voitures compactes à faible coût et à Renault de mettre le pied aux États-Unis. AMC comptait sur ceux-ci pour la sortir de l'impasse financière dans laquelle elle se trouvait au début des années 1980.

L'Alliance obtient une bonne critique du magazine Car and Driver, faisant sa liste des dix meilleures automobiles de l'année 1983, et décroche la palme de la meilleure voiture de l'année du magazine Motor Trend. Les ventes prennent ainsi un bon envol. Malheureusement pour les nouveaux propriétaires, la fiabilité des deux modèles s'avère très faible. Une enquête menée en 1986 par le magazine Consumer Reports chez les propriétaires d'automobile ayant cinq ans montre que l'Alliance se classe dans la pire catégorie pour la fiabilité du moteur, de l'embrayage, de la transmission, du système de refroidissement, de la suspension et de l'échappement. Une seconde enquête lors d'une émission du réseau public National Public Radio, appelée Car Talk, arrive aux mêmes conclusions. Ensuite, les ventes prirent une pente descendante rapide.

Version turque[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle n'était plus produite en Europe, la Renault 9 a continué sa carrière en Turquie. Produite à Bursa par Oyak-Renault, elle était identique à celle que nous avons connu. Une version modernisée et baptisée Renault Broadway fut produite entre 1997 et 2000. L'unique moteur disponible, le 1.4 litre, bénéficie pour l'occasion de l'injection, afin de répondre aux nouvelles normes anti-pollution[3].

Renault Broadway produite en Turquie.

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Un taxi Renault 11 TXE apparaît dans le film Dangereusement vôtre de la série des James Bond en 1985. Le héros la réquisitionne à un chauffeur de taxi parisien afin de poursuivre l'assassin joué par Grace Jones. Dans la séquence, coordonnée par le cascadeur Rémy Julienne, le toit de la 11 est arraché et la voiture est ensuite coupée en deux lors d'une collision avec une Renault 20.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 3,1 millions de Renault 11 et 3,2 millions de Renault 9
  2. L'Automobile Magazine n°469, juillet 1985.
  3. Renault Broadway (1997-2000)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]