Jacqueline de Romilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Romilly et Worms.

Jacqueline Worms de Romilly

Nom de naissance Jacqueline David
Activités Helléniste, philologue, écrivaine et professeure
Naissance
Chartres, Drapeau de la France France
Décès (à 97 ans)
Boulogne-Billancourt, Drapeau de la France France
Distinctions Membre de l'Académie française
Grand-croix de la Légion d'honneur
Grand-croix de l'ordre national du Mérite
Commandeur des Palmes académiques
Commandeur des Arts et Lettres
Commandeur des ordres grecs du Phénix et de l'Honneur

Jacqueline Worms de Romilly[N 1], née David le et morte le [1], est une philologue, écrivain, professeur et helléniste française, qui reçut de la Grèce la nationalité hellénique en 1995, à titre honorifique[N 2].

Membre de l'Académie française, première femme professeur au Collège de France, elle est connue sur le plan international pour ses travaux sur la civilisation et la langue de la Grèce antique, en particulier à propos de Thucydide, objet de sa thèse de doctorat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Chartres[2] le [3], Jacqueline David est la fille de Maxime David, normalien, professeur agrégé de philosophie, mort pour la France[2] le 2 octobre 1914, et de Jeanne Malvoisin[2] (devenue femme de lettres après la Grande Guerre)[4]. Maxime David, reçu premier au concours à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et premier à l’agrégation de philosophie, rencontre Jeanne Malvoisin à la Sorbonne, pendant les cours d'Henri Bergson. Ils se marient en 1909 mais le caporal Maxime David est tué au front le 2 octobre 1914, à Saint-Mard-les-Triots dans la Somme lors de la Première Guerre mondiale[5].
Jeanne Maxime-David élève désormais seule sa fille, avec l'objectif que son enfance ne se ressente pas de la mort de son père tout en désirant la voir première de classe[5]. Après des premières années heureuses dans l'appartement de la rue des Bauches dans le XVIe arrondissement de Paris[6], elle fait de brillantes études secondaires au lycée Molière, où elle est lauréate du concours général de latin et deuxième prix en grec ancien en 1930[N 3]. Après sa khâgne au lycée Louis-le-Grand, elle est admise à 20 ans à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm (promotion 1933[2],[N 4]).
Élève de l'helléniste Paul Mazon, elle est reçue à l'agrégation de lettres[2] en 1936. En 1933, sa mère lui offre en cadeau une édition ancienne de l’Histoire de la guerre du Péloponnèse de Thucydide, œuvre qui va avoir une influence déterminante sur sa vie[5]. Elle se marie en 1940 avec Michel Worms de Romilly[2], éditeur aux Belles Lettres, dont elle divorce en 1973[N 5]. Du fait de l'origine juive de son père comme de son mari (descendant de Olry Worms de Romilly), elle se voit refuser le droit d'enseigner par le régime de Vichy en décembre 1941. Elle obtient enfin son doctorat ès lettres en 1947[5].

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Après avoir enseigné de 1945 à 1949 en khâgne au lycée de jeunes filles de Versailles, Jacqueline de Romilly devient professeur de langue et littérature grecques classiques à l'université de Lille (1949-1957)[2], puis à la Sorbonne de 1957 à 1973[2]. De 1973 à 1984[3], elle occupe la chaire de la Grèce antique au Collège de France[2], où elle est la première femme professeur. Elle y dispense un cours sur la Grèce et la formation de la pensée morale et politique. En 1975, elle est élue à l'Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de l'helléniste Pierre Chantraine : elle est la première femme élue à cette académie[5], qu'elle préside en 1987. En 1989, elle devient la deuxième femme, après Marguerite Yourcenar, à entrer à l'Académie française : elle est élue au 7e fauteuil, occupé précédemment par André Roussin, le même jour que le commandant Cousteau[5]. Elle reçoit Hector Bianciotti en 1997, puis est déléguée à la Séance publique annuelle des Cinq Académies en 1994 et en 2008. Elle devient doyenne d’âge de l’Académie française à la mort de Claude Lévi-Strauss en 2009.

Une ardente helléniste[modifier | modifier le code]

Pour son inlassable défense et illustration des études grecques, elle est honorée de la nationalité grecque en 1995 et nommée par la Grèce « ambassadrice de l'hellénisme » en 2000.

Jacqueline de Romilly s'est signalée par son engagement en faveur de l'étude dans l'enseignement secondaire du grec ancien et du latin. Elle milite dans trois associations qui encouragent l'étude des humanités et le renouveau des valeurs civiques : en 1992, elle fonde l'association de Sauvegarde des enseignements littéraires (S.E.L.), dont elle reste ensuite présidente d'honneur[7]. Dès 1999, elle participe à la création d'une association citoyenne, l'Élan nouveau des citoyens, dont elle est vice-présidente de 2003 jusqu'à son décès[8]. Elle y sera particulièrement à l'origine de deux actions : l'appel à témoignage, avec Nikos Aliagas, destiné à « inviter des jeunes de 13 à 15 ans à témoigner, par écrit, d’actes de solidarité réalisés par d’autres jeunes qu’ils connaissent »[9] ; une campagne de levée de fonds (soutenue par l'Unesco) destinée à financer le reboisement des forêts grecques dévastées par les incendies de l'été 2007[10]. Elle préside l'association Guillaume Budé, puis en devient présidente d'honneur.

Ayant reçu le baptême en 1940, Jacqueline de Romilly a achevé sa conversion au catholicisme en 2008, à quatre-vingt-quinze ans, assistée d'un prêtre maronite[11].

En 1997, elle perd progressivement la vue mais son entourage lui permet de maintenir un rythme de publications soutenu[5]. Elle meurt à 97 ans, à l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt, le 18 décembre 2010[1] et est inhumée au cimetière du Montparnasse. Jacqueline de Romilly disait d'elle-même ne pas avoir eu, « bien sûr », la vie qu'elle souhaitait :

« Avoir été juive sous l'Occupation, finir seule, presque aveugle, sans enfants et sans famille, est-ce vraiment sensationnel ? Mais ma vie de professeur a été, d'un bout à l'autre, celle que je souhaitais. »

— Dans Une certaine idée de la Grèce, livre d'entretien avec Alexandre Grandazzi (p. 338 édition Livre de Poche)

Un collège de Magny-le-Hongre a reçu le nom de « collège Jacqueline-de-Romilly » en 2009. Depuis le 14 avril 2011, une place dans la ville de Chartres porte son nom[12].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Affiliations hors France

Membre correspondant étranger de nombreuses académies : du Danemark, de Grande-Bretagne, de Vienne, d’Athènes, de Bavière, des Pays-Bas, de Naples, de Turin, de Gênes, des États-Unis[2].

Distinctions universitaires

Docteur honoris causa des universités d’Oxford, d’Athènes, de Dublin, de Heidelberg, de Montréal, et de Yale[2].

Hommages

Une place d'Athènes, dans le quartier du Théséion est baptisée en son honneur en septembre 2013[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jacqueline de Romilly est l'auteur de nombreux ouvrages et traductions, dont 
  • Thucydide et l'impérialisme athénien, la pensée de l'historien et la genèse de l'œuvre, thèse de doctorat, 1947 ; 1951 ; Belles-Lettres, 1961
    • éd. grecque[14] : Ο Θουκυδίδης και ο αθηναϊκός ιμπεριαλισμός : Η σκέψη του ιστορικού και η γένεση του έργου / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Λύντια Στεφάνου · επιμέλεια Κώστας Τσιταράκης. - 4η έκδ. - Αθήνα : Παπαδήμας, 2004. - 567σ. · 25x17εκ. (ISBN 9-6020-6467-6 et 978-9-6020-6467-2)
  • Histoire et raison chez Thucydide, Belles-Lettres, 1956 ; Belles Lettres, 1967, coll. Études anciennes, 314 p. (ISBN 2-2513-2563-8 et 978-2-2513-2563-7)
    • éd. grecque : Ιστορία και λόγος στον Θουκυδίδη / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Ελένη Ι. Κακριδή. - Αθήνα : Μορφωτικό Ίδρυμα Εθνικής Τραπέζης, 1998. - 312σ. · 22x15εκ.
  • La Crainte et l'angoisse dans le théâtre d'Eschyle, Belles-Lettres, 1958 ; 1971
    • éd. grecque : Ο φόβος και η αγωνία στο θέατρο του Αισχύλου / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Σοφία Λουμάνη, Χρήστος Μαρσέλλος. - Αθήνα : Το Άστυ, 2002. - 116σ. · 24x16εκ. (ISBN 9-6086-3317-6 et 978-9-6086-3317-9)
  • L'évolution du pathétique, d'Eschyle à Euripide, PUF, 1961 ; 1980
    • éd. grecque : Η εξέλιξη του πάθους : Από τον Αισχύλο στον Ευριπίδη / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Κατερίνα Μηλιαρέση, Μπάμπη Αθανασίου. - 1η έκδ. - Αθήνα : Το Άστυ, 2000. - 165σ. · 24x17εκ. (ISBN 9-6086-3313-3 et 978-9-6086-3313-1)
  • Nous autres professeurs, Fayard, 1969
  • La Tragédie grecque, PUF, 1970 ; 1982
  • Le Temps dans la tragédie grecque, Vrin, 1971
    • éd. grecque : Ο χρόνος στην ελληνική τραγωδία / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Χρήστος Μαρσέλλος, Σοφία Λουμάνη. - 1η έκδ. - Αθήνα : Το Άστυ, 2001. - 204σ. · 24x17εκ. (ISBN 9-6086-3314-1 et 978-9-6086-3314-8)
  • La Loi dans la pensée grecque, des origines à Aristote, Belles-Lettres, 1971
  • Problèmes de la démocratie grecque, Hermann, 1975, (ISBN 2-7056-5781-9) ; Plon, Agora, 1986, (ISBN 2-2660-4815-5)
    • éd. grecque : Προβλήματα της αρχαίας ελληνικής δημοκρατίας / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Νίκος Αγκαβανάκης. - 2η έκδ. - Αθήνα : Καρδαμίτσα, 1998. - 280σ. · 21x14εκ. (ISBN 9-6072-6242-5 et 978-9-6072-6242-4)
  • La douceur dans la pensée grecque, Les Belles Lettres, 1979 ; Pluriel, 1995
    • éd. grecque : Η ηπιότητα στην αρχαία ελληνική σκέψη / Jacqueline de Romilly · επιμέλεια Νίκος Μπακουνάκης · μετάφραση Κατερίνα Καλαντζοπούλου. - 1η έκδ. - Αθήνα : Εκδοτικός Οίκος Α. Α. Λιβάνη, 2007. - 588σ. · 21x14εκ. (ISBN 978-9-6014-1536-9)
  • Précis de littérature grecque, PUF, 1980 ; Quadrige, 2002 ; PUF, 2007, coll. Quadrige Grands textes, 284 p. (ISBN 2-1305-6076-8 et 978-2-1305-6076-0)
  • L'Enseignement en détresse, Julliard, 1984 ; 1991
  • « Patience, mon cœur » : l'essor de la psychologie dans la littérature grecque classique, Belles-Lettres, 1984 ; Plon, Agora, 1994
  • Homère, PUF, 1985 ; Que sais-je?
  • La Modernité d'Euripide, PUF, 1986
  • Sur les chemins de Sainte-Victoire, Julliard, 1987 ; de Fallois, 2002
  • Les Grands Sophistes dans l'Athènes de Périclès, de Fallois, 1988
  • La Grèce antique à la découverte de la liberté, de Fallois, 1989
  • La construction de la vérité chez Thucydide, Julliard, 1990 ; Juliard, 1999, coll. Conférences, essais et leçons du Collège de France, 137 p. (ISBN 2-2600-0654-X et 978-2-2600-0654-1)
  • Ouverture à cœur, de Fallois, 1990, (ISBN 978-2-2530-5989-9)
  • Écrits sur l'enseignement, de Fallois, 1991
  • Pourquoi la Grèce ?, de Fallois, 1992, (ISBN 2-8770-6155-8) ; LGF, 1994, poche, 316 p. (ISBN 2-2531-3549-6 et 978-2-2531-3549-4)
  • Les Œufs de Pâques, de Fallois, 1993
  • Lettres aux parents sur les choix scolaires, de Fallois, 1994
  • Rencontre avec la Grèce Antique, de Fallois, 1995, 298 p. (ISBN 2-2860-5228-X)
  • Alcibiade ou les dangers de l'ambition, de Fallois, 1995, 2 cartes, 282 p. ; Tallandier, 2008, coll. Texto, 275 p. (ISBN 2-8473-4528-0 et 978-2-8473-4528-5)
  • Jeux de lumière sur l'Hellade, Fata Morgana, 1996
  • Hector, de Fallois, 1997
    • éd. grecque : Έκτωρ / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Αθηνά-Μπάμπη Αθανασίου, Κατερίνα Μηλιαρέση. - Αθήνα : Το Άστυ, 1998. - 314σ. · 24x16εκ. (ISBN 9-6086-3310-9 et 978-9-6086-3310-0)
  • Le Trésor des savoirs oubliés, de Fallois, 1998 ; LGF, 1999, poche, 220 p. (ISBN 2-2531-4587-4 et 978-2-2531-4587-5)
    • éd. grecque : Ο θησαυρός των λησμονημένων γνώσεων / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Μπάμπη Αθανασίου, Κατερίνα Μηλιαρέση. - Αθήνα : Το Άστυ, 2000. - 194σ. · 24x18εκ. (ISBN 9-6086-3311-7 et 978-9-6086-3311-7)
  • Laisse flotter les rubans, de Fallois, 1999, 235 p. (ISBN 2-8770-6367-4 et 978-2-7028-3844-0)
  • La Grèce antique contre la violence, de Fallois, 2000
  • Héros tragiques, héros lyriques, Fata Morgana, 2000
  • Roger Caillois hier encore, Fata Morgana, 2001
  • Sous des dehors si calmes, de Fallois, 2002
  • Une certaine idée de la Grèce, de Fallois, 2003 ; LGF, 2006, poche, 346 p. (ISBN 2-2531-1133-3 et 978-2-2531-1133-7)
    • éd. grecque : Μια ορισμένη αίσθηση της Ελλάδος : Jacqueline de Romilly συνομιλίες με τον Alexandre Grandzzi / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Κατερίνα Μηλιαρέση. - Αθήνα : Το Άστυ, 2004. - 259σ. (ISBN 9-6086-3318-4 et 978-9-6086-3318-6)
  • De la Flûte à la Lyre, Fata Morgana, 2004
    • éd. grecque : Από το φλάουτο στην Απολλώνια λύρα / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Αθηνά-Μπάμπη Αθανασίου, Κατερίνα Μηλιαρέση. - 1η έκδ. - Αθήνα : Το Άστυ, 2005. - 102σ. · 24x17εκ. (ISBN 9-6086-3319-2 et 978-9-6086-3319-3)
  • L'Invention de l'histoire politique chez Thucydide, ENS, 2005, coll. Études de littérature ancienne, 272 p. (ISBN 2-7288-0351-X et 978-2-7288-0351-4)
  • L'Élan démocratique dans l'Athènes ancienne, de Fallois, 2005
    • éd. grecque : Η έξαρση της δημοκρατίας στην αρχαία Αθήνα / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Αθηνά-Μπάμπη Αθανασίου, Κατερίνα Μηλιαρέση. - 1η έκδ. - Αθήνα : Το Άστυ, 2006. - 147σ. · 24x17εκ. (ISBN 9-6089-2520-7 et 978-9-6089-2520-5)
  • Les Roses de la solitude, 2006 ; LGF, 2007, poche, 153 p. (ISBN 2-2531-2210-6 et 978-2-2531-2210-4)
    • éd. grecque : Τα ρόδα της μοναξιάς / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Άννυ Σπυράκου · επιμέλεια σειράς Θανάσης Καράβατος, Δημήτρης Πλουμπίδης, Κώστας Πόταγας. - 1η έκδ. - Αθήνα : Κοινός Τόπος Ψυχιατρικής, Νευροεπιστημών & Επιστημών του Ανθρώπου, 2007. - 142σ. · 21x13εκ. (ISBN 978-9-6067-2303-2)
  • Dans le jardin des mots, 2007 ; LGF, 2008, poche, 339 p. (ISBN 2-2531-2438-9 et 978-2-2531-2438-2)
  • Le Sourire innombrable, de Fallois, 2008 ; LGF, 2009, poche, 120 p. (ISBN 2-2531-2655-1 et 978-2-2531-2655-3)
  • Petites leçons sur le grec ancien, avec Monique Trédé-Boulmer, Stock, 2008 ; LGF, 2010, poche, 148 p. (ISBN 2-2531-2912-7 et 978-2-2531-2912-7)
    • éd. grecque : Μαθήματα ελληνικών / Ζακλίν ντε Ρομιγύ, Μονίκ Τρεντέ · μετάφραση Χριστιάννα Σαμαρά · επιμέλεια σειράς Τάκης Θεοδωρόπουλος. - 1η έκδ. - Αθήνα : Ωκεανίδα, 2009. - 232σ. · 21x14εκ. (ISBN 978-9-6041-0588-5)
  • Les Révélations de la mémoire, de Fallois, 2009 ; LGF, 2010, poche, 128 p. (ISBN 2-2531-3356-6 et 978-2-2531-3356-8)
  • La grandeur de l'homme au siècle de Périclès, de Fallois, 2010, coll, Littérature, 123 p. (ISBN 2-8770-6718-1 et 978-2-8770-6718-8)
    • éd. grecque : Το ανθρώπινο μεγαλείο στον αιώνα του Περικλή / Ζακλίν ντε Ρομιγύ. - 1η έκδ. - Αθήνα : Ωκεανίδα, 2010. - 160σ. · 21x14εκ. (ISBN 978-9-6041-0622-6)
  • Au Louvre avec Jacqueline de Romilly et Jacques Lacarrière, Somogy, Éditions d'art, Louvre : Service culturel, 2001, (ISBN 2-8505-6492-3 et 978-2-8505-6492-5)
  • Jacqueline de Romilly raconte l'Orestie d'Eschyle, Bayard Centurion, coll. La mémoire des œuvres, 2006, 117 p. (ISBN 2-2274-7600-1 et 978-2-2274-7600-4)
    • éd. grecque : Η αφήγηση της "Ορέστειας" του Αισχύλου / Ζακλίν ντε Ρομιγύ · μετάφραση Ανθή Ξενάκη · επιμέλεια σειράς Τάκης Θεοδωρόπουλος. - 1η έκδ. - Αθήνα : Ωκεανίδα, 2008. - 165σ. · 21x14εκ. (ISBN 978-9-6041-0498-7)
  • La tragédie grecque, PUF, coll. Quadrige, Grands textes, 2006, 192 p. (ISBN 2-1305-5872-0 et 978-2-1305-5872-9)
  • Sous des dehors calmes, de Fallois, 2002, 163 p. (ISBN 2-8770-6453-0 et 978-2-8770-6453-8)
  • Les Grands Sophistes dans l'Athènes de Périclès, LGF, 2004, poche, coll. Références, 345 p. (ISBN 2-2531-0803-0 et 978-2-2531-0803-0)
  • La Grèce antique : Les plus beaux textes d'Homère à Origène, Bayard Centurion, 2003, cloo. Compact, 900 p. (ISBN 2-2274-7058-5 et 978-2-2274-7058-3)
  • avec Fabrice Amedeo, Actualité de la Démocratie Athénienne, 2009
    • éd. grecque : Πόσο επίκαιρη είναι η αθηναϊκή δημοκρατία σήμερα; : Συνομιλίες με τον Fabrice Amedeo / Jacqueline de Romilly, Fabrice Amedeo · μετάφραση Ελένη Οικονόμου. - 1η έκδ. - Αθήνα : Ερμής, 2009. - 197σ. · 21x14εκ. (ISBN 978-9-6032-0189-2)
  • Dictionnaire de littérature grecque ancienne et moderne
    • éd. grecque : Λεξικό της ελληνικής λογοτεχνίας : Αρχαίας και νέας / Jacqueline de Romilly · μετάφραση Γιώργος Αραμπατζής, Ορέστης Καραβάς, Ροδάνθη Παπαδομιχελάκη, κ.ά. · επιμέλεια Νίκος Α. Νικολάου. - Αθήνα : Δαίδαλος Ι. Ζαχαρόπουλος, 2004. - 411σ. · 22x16εκ. (ISBN 9-6022-7336-4 et 978-9-6022-7336-4)
  • Pour l'amour du grec [ancien]
    • éd. grecque : Αγαπάμε τα αρχαία ελληνικά / Jacqueline de Romilly · επιμέλεια Jean - Pierre Vernant, Αναστάσιος Στέφος · μετάφραση Αλέξανδρος Κόντος. - 1η έκδ. - Αθήνα : Ποταμός, 2002. - 212σ. · 21x17εκ. (ISBN 9-6075-6375-1 et 978-9-6075-6375-0)
  • Jeanne, récit autobiographique, de Fallois, 2011. (ISBN 978-2-87706-757-7)
  • Ce que je crois, de Fallois, 2012.
Traductions de Jacqueline de Romilly

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Worms de Romilly est le patronyme de son ex-époux, dont la famille possède Le Petit Écho de la Mode. À la Révolution, ces Worms avaient acheté le château de Romilly.
  2. En grec moderne, Jacqueline de Romilly s'écrit « Ζακλίν ντε Ρομιγύ ».
  3. Le Concours général avait été ouvert aux lycéennes en 1924.
  4. Entre 1926 et 1939, l'École normale supérieure de la rue d'Ulm est ouverte aux jeunes filles.
  5. Michel Worms de Romilly (devenu Worms de Romilly-Antoine-May), petit-fils d'Ernest May, se remarie avec Nicole Pleven, fille de René Pleven, qui était l'épouse en premières noces de Stanislas Mangin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'académicienne Jacqueline de Romilly est morte », sur lefigaro.fr, Le Figaro, avec AFP,‎ 19 décembre 2010 (consulté le 19 décembre 2010)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s « Jacqueline de ROMILLY (1913-2010) », sur www.academie-francaise.fr, Académie française,‎ décembre 2010 (consulté le 21 décembre 2010).
  3. a et b « Jacqueline de Romilly, helléniste et académicienne, est morte », sur www.lemonde.fr, Le Monde avec AFP et entrevue (sur INA.fr) par Bernard Pivot, Apostrophes (février 1984),‎ 19 décembre 2010 (consulté le 22 décembre 2010).
  4. "Les origines familiales de Jacqueline de Romilly", GénéInfos, 21 décembre 2010.
  5. a, b, c, d, e, f et g Discours de réception, et réponse de M. Yves Pouliquen, Discours de réception de Jules Hoffmann au fauteuil de Mme Jacqueline de Romilly de l’Académie française, 30 mai 2013
  6. Jacqueline de Romilly, Jeanne, éditions de Fallois, 2011, p. 123.
  7. www.sel.asso.fr
  8. www.elandescitoyens.org
  9. http://www.appel-a-temoignages.com/
  10. http://www.unarbre.net/
  11. Louis de Courcy, « Jacqueline de Romilly, une vie au service des belles lettres », in La Croix, 19/12/2011, article en ligne ; voir aussi « Réaction du P. Mansour Labaky au décès de Jacqueline de Romilly », propos recueillis par Laurent Larcher, in La Croix, 19/12/2011, article en ligne
  12. http://www.chartres.fr/votre-mairie/conseil-municipal/les-archives-du-conseil-municpal/annee-2011/jeudi-14-avril-2011
  13. (en) e-Kathimerini 13/09/2013
  14. Les éditions grecques sont inventoriées sur, notamment : www.biblionet.gr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline de Romilly, première femme au collège de France, interview par Gilles l'Hote, réalisée par Ramdane Issaad en 2006, Éditions montparnasse, Paris ; Arcadès (distrib.), collection « La mémoire du Collège de France », 2010, 53' (DVD)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Jacqueline de Romilly Suivi par
André Roussin
Fauteuil 7 de l’Académie française
1988-2010
Jules Hoffmann