Lovis Corinth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lovis Corinth

Naissance
Tapiau
Décès
Zandvoort
Activités Artiste-peintre
Autoportrait avec squelette
(Selbstporträt mit Skelett)
1896 (66 × 86 cm)
Städtische Galerie im Lenbachhaus, Munich

Franz Heinrich Louis Corinth dit Lovis Corinth (né le à Tapiau en Prusse-Orientale - mort le à Zandvoort aux Pays-Bas) est un artiste-peintre allemand. On considère généralement son œuvre comme une synthèse réussie entre l'impressionnisme et l'expressionnisme[1]. Lovis Corinth fut marié à la peintre Charlotte Berend-Corinth.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fréquenta le lycée de Königsberg jusqu'en 1876 où il entra à l'Académie des Beaux-Arts locale. En 1880, il continua ses études à l'Académie de Munich et en 1884 à Paris où il étudie dans l'atelier de Bouguereau. Entre-temps, en 1882, il fit son service militaire.

Les étapes suivantes furent Berlin (1887) et à nouveau Königsberg (1887) ; ensuite, il s'établit à Munich (1891). Il représente une tendance particulière de l’impressionnisme.

En 1896, il commence à vivre de son Art après avoir vendu un de ses tableaux, La Déposition (1895, musée Wallraf-Richartz de Cologne), au peintre Martin Feuerstein.

En 1901, il s’installe de nouveau à Berlin, où il fonde une école privée de peinture. Il devient l'un des membres les plus actifs de la Sécession berlinoise avec Max Liebermann à qui il succède comme président de 1915 à 1925. Il crée une école de peinture pour les femmes en 1902, et épouse l'une de ses étudiantes, Charlotte Behrend.

En 1903, il fait partie des fondateurs de l'association des artistes allemands Deutscher Künstlerbund.

En 1911, il subit un accident vasculaire cérébral hémisphérique droit, qui provoque une parésie du côté gauche mais également une héminégligence gauche, qui retentit dans ses travaux postérieurs. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17495504

En 1913 a lieu la plus grande exposition organisée (par Cassirer) du vivant de Corinth. Durant cette année particulièrement riche, il participe à de nombreuses autres expositions et réalise une cinquantaine de tableaux[2].

En 1919, il se fait construire une maison de campagne à Urfeld-Walchensee.

En 1925, il entreprend un dernier voyage à Amsterdam, où il mourut le 17 juillet d'une pneumonie ; sa tombe est au cimetière Waldfriedhof à Stahnsdorf près de Berlin.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Lovis Corinth rassemble plus de mille toiles et aborde presque tous les genres : mythologie, religion, portraits et autoportraits, scènes de genre et paysages. Le dessin, la gravure, le livre illustré et ses essais sur la peinture ont joué un rôle primordial dans la diffusion de l'œuvre de cet artiste. Corinth fait aujourd'hui figure de « classique des Modernes » (Klassiker der Moderne), et ses toiles sont disséminées dans les plus prestigieuses galeries de l'espace germanophone.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Titre de l'exposition au musée d'Orsay, du 1er avril au 22 juin 2008
  2. Ce peintre qu'on dit charnel, par Jérôme Provençal, nonfiction.fr, 23 juillet 2008.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :