Paolo Veneziano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Veneziano.
Couronnement de la Vierge, panneau central du Polyptyque de Santa Chiara, Gallerie dell' Accademia, Venise.

Paolo Veneziano ou Paolo da Venezia[1] (vers 1290-1358/1362[2]) est l'un des peintres vénitiens les plus influents du XIVe siècle et aussi le seul peintre de ce siècle qui peut être considéré comme le peintre officiel de la République.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ignore la date de sa naissance[3]. Issu d'une famille de peintres, il s'installa à Venise en 1335 avec son frère Marco. Il travailla également avec ses trois fils peintres, Luca, Giovannino et Marco et réalisa avec les deux premiers la Pala feriale, qui protégeait la Pala d'oro les jours ouvrables[4]. Il eut probablement pour élève Lorenzo Veneziano[3].

Il voyagea d'Istria à Dubrovnik (anciennement Raguse) pour échapper à la Peste noire. Son style empreint de tradition byzantine fut bien accepté en Croatie où l'on dénombre une dizaine d'oeuvres qui lui soit attribuables ainsi qu'à son atelier. C'est le cas du polyptyque de sainte Lucie, vers 1350[5].

La carrière de cet artiste est difficile à analyser à cause du nombre considérable de travaux qu'il a réalisé et aussi à cause de la répétition de sujets similaires et de figures récurrentes. Parmi ses œuvres connues et produites entre 1321 et 1358 figurent le Polyptyque de Santa Chiara (vers 1350, Accademia, Venise), le Polyptyque de Dignano et le Couronnement de la Vierge (Coll. Firck, New York). Influencé par l'art byzantin de Constantinople, l'art des icônes et des miniatures, les ornements d'or et les couleurs brillantes, son travail va aussi évoluer vers le trecento italien. À la fin du siècle son travail va prendre un autre tournant puisqu'il va s'orienter vers un « art décoratif et précieux[6] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Vierge au pavot, 1325, Eglise San Pantalon, Venise[7]
  • Vierge à l'enfant avec deux donateurs, 1335-1340, Galleria dell'Académia
  • La Vierge et l'Enfant, 1339, Basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari, Venise
  • Polyptyque démembré de La Vie de saint Nicolas : La Naissance et la Charité, Palais Pitti, Florence[8]
  • Polyptyque : Couronnement de la Vierge au paradis, entourée d'anges musiciens, 1350
  • Polyptyque de sainte Lucie, 1350, Evéché de Krk, Croatie
  • Triptyque : "La Vierge et l'Enfant", à gauche saint François d'Assise et saint Jean-Baptiste, à droite saint Jean (évangéliste) et saint Antoine de Padoue, 1354, Musée du Louvre, Paris[9]
  • Pala Feriale : saint Jean, saint Marc, La Vierge, le Christ mort, saint Jean (évangéliste), saint Pierre et saint Nicolas (registre supérieur) ; Scènes de la vie de saint Marc, 1358 (Registre inférieur), Musée Saint Marc, Venise. Les jours ouvrables, ce tableau, commandée par le doge Dandolo, recouvrait la Pala d'oro[10].
  • Le Couronnement de la Vierge, 1358, Frick Collection, New York[11]
  • Retable de la Crucifixion, v. 1360, Eglise paroissiale de Rab, Croatie[12]
  • Sainte Prisca, 1358/62, Collection privée, Vente Fabrizio Moretti[13], Florence 29 Novembre 2003[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patricia Fortini Brown, La Renaissance à Venise, Flammarion, coll. « Tout l'art », 1997 (ISBN 2-08-012289-4), p. 29.
  2. Fortini Brown, p. 30.
  3. a et b Vavalà, p. 160.
  4. Fortini Brown, p. 52.
  5. Etienne Vacquet, « Deux siècles et demi d’échanges internationaux », Dossier de l’art, vol. Hors série Trésors des Princes d’Anjou, no 77,‎ juin 2001, p.32
  6. Encyclopaedia Universalis
  7. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires,‎ 2008 (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 18 à 22
  8. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 51
  9. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXème siècle, Musée du Louvre Editions,‎ 2005 (ISBN 2-35031-032-9), p.256
  10. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires,‎ 2008 (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 22
  11. (en) Bernice Davidson, Paintings from the Frick Collection, Harry N. Abrams, Incorporated, New York,‎ 1990 (ISBN 0-8109-3710-7), p. 15
  12. Etienne Vacquet, « Deux siècles et demi d’échanges internationaux », Dossier de l’art, vol. Hors série Trésors des Princes d’Anjou, no 77,‎ juin 2001, p.20
  13. Fabrizio Moretti
  14. « amateur d’art », Connaissance des Arts, no 609,‎ octobre 2003, p.125

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Filippo Pedrocco, Paolo Veneziano, Renaissance du Livre, 2003 (ISBN 978-2804607807)
  • Evelyn Sandberg Vavalà, « Maestro Paolo Veneziano », The Burlington Magazine for Connoisseurs, vol. 57, no 331 (octobre 1930), p. 160-183.

.