Liste des cantons de l'Essonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le département français de l'Essonne est découpé depuis sa création le 1er janvier 1968 en trois arrondissements et depuis le découpage de 1985 en quarante-deux cantons.

Situation depuis 1985[modifier | modifier le code]

Carte du découpage administratif de l'Essonne en 2009.

Historique[modifier | modifier le code]

Découpage de 1966[modifier | modifier le code]

Carte du découpage cantonal en 1966.

En 1966, à la veille de la création du nouveau département de l'Essonne, son territoire défini dans l'ancien département de Seine-et-Oise comportait dix-huit cantons :

Découpage de 1967[modifier | modifier le code]

Carte du découpage cantonal de 1967.

En 1967, en application du décret ministériel no 67-589 du 20 juillet 1967[1], un nouveau découpage cantonal propre au nouveau département de l'Essonne fut entrepris, il comportait alors vingt-sept cantons :

Découpage de 1975[modifier | modifier le code]

Carte du découpage cantonal de 1975.

En 1975, en application du décret ministériel no 75-1116 du 25 novembre 1975[2], un nouveau découpage cantonal intervint, portant le nombre de cantons à trente-cinq avec la création de :

Découpage de 1985[modifier | modifier le code]

En 1985, en application du décret ministériel no 85-83 du 23 janvier 1985[3], un nouveau découpage cantonal intervint, avec la création de :

Redécoupage cantonal de 2014[modifier | modifier le code]

Dans la poursuite de la réforme territoriale engagée en 2010, l'Assemblée nationale adopte définitivement le 17 avril 2013 la réforme du mode de scrutin pour les élections départementales destinée à garantir la parité hommes/femmes. Les lois (loi organique 2013-402 et loi 2013-403) sont promulguées le 17 mai 2013[4]. Un nouveau découpage territorial est défini par décret du 24 février 2014 pour le département de l'Essonne[5]. Celui-ci entre en vigueur lors du du premier renouvellement général des assemblées départementales suivant la publication du décret, initialement prévu en mars 2015[6], remplaçant les élections cantonales de 2014 et 2017. Les conseillers départementaux sont élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton éliront au Conseil départemental, nouvelle appellation des Conseils généraux, deux membres de sexe différent, qui se présenteront en binôme de candidats. Les conseillers départementaux seront élus pour 6 ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 10 % des inscrits au 1er tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée.

Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair et avec des conditions de seuils minimaux[7]. Dans l'Essonne le nombre de cantons passe ainsi de 42 à 21[5].

Les critères du remodelage cantonal sont les suivants : le territoire de chaque canton doit être défini sur des bases essentiellement démographiques, le territoire de chaque canton doit être continu et les communes de moins de 3 500 habitants sont entièrement comprises dans le même canton. Il n’est fait référence, ni aux limites des arrondissements, ni à celles des circonscriptions législatives.

Conformément à de multiples décisions du Conseil constitutionnel depuis 1985 et notamment sa décision no 2010-618 DC du 9 décembre 2010, il est admis que le principe d’égalité des électeurs au regard des critères démographiques est respecté lorsque le ratio conseiller/habitant de la circonscription est compris dans une fourchette de 20 % de part et d'autre du ratio moyen conseiller/habitant du département[8]. Pour le département de l'Essonne, la population de référence est la population légale en vigueur au 1er janvier 2013, à savoir la population millésimée 2010, soit 1 215 340 habitants[9]. Avec 21 cantons la population moyenne par conseiller départemental est de 57 873 habitants. Ainsi la population de chaque nouveau canton doit-elle être comprise entre 46 299 habitants et 69 448 habitants pour respecter le principe de l'égalité citoyenne au vu des critères démographiques.

Composition détaillée[modifier | modifier le code]

[10] Nom du Canton Bureau centralisateur Population 2010[11] Écart /moyenne Nombre de communes entières Communes composant le canton
1 Arpajon Arpajon 58 772 1,02 16 Arpajon, Avrainville, Boissy-sous-Saint-Yon, Bouray-sur-Juine, Bruyères-le-Châtel, Cheptainville, Égly, Guibeville, Janville-sur-Juine, Lardy, Leuville-sur-Orge, La Norville, Ollainville, Saint-Germain-lès-Arpajon, Saint-Yon, Torfou.
2 Athis-Mons Athis-Mons 52 138 0,9 3 Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge, Paray-Vieille-Poste.
3 Brétigny-sur-Orge Brétigny-sur-Orge 58 940 1,02 6 Brétigny-sur-Orge, Leudeville, Longpont-sur-Orge, Marolles-en-Hurepoix, Saint-Michel-sur-Orge, Saint-Vrain.
4 Corbeil-Essonnes Corbeil-Essonnes 55 921 0,97 4 Corbeil-Essonnes, Écharcon, Lisses, Villabé.
5 Dourdan Dourdan 63 773 1,1 28 Angervilliers, Breuillet, Breux-Jouy, Briis-sous-Forges, Chamarande, Chauffour-lès-Étréchy, Corbreuse, Courson-Monteloup, Dourdan, Étréchy, Fontenay-lès-Briis, La Forêt-le-Roi, Forges-les-Bains, Les Granges-le-Roi, Janvry, Limours, Mauchamps, Richarville, Roinville, Saint-Chéron, Saint-Cyr-sous-Dourdan, Saint-Maurice-Montcouronne, Saint-Sulpice-de-Favières, Sermaise, Souzy-la-Briche, Le Val-Saint-Germain, Vaugrigneuse, Villeconin.
6 Draveil Draveil 45 786 + fraction Montgeron 0,79 4 + fraction Montgeron 1° Les communes suivantes : Draveil, Étiolles, Saint-Germain-lès-Corbeil, Soisy-sur-Seine.
2° La partie de la commune de Montgeron située à l'ouest et au sud d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune d'Yerres, avenue de la République (route départementale 50), rue des Bois, place de l'Europe, avenue de la Grange, avenue Charles-de-Gaulle, rue de Mainville, rue de la Croix-Saint-Marc, rue des Plantes, rue Édouard-Branly, rue de la Garenne, rue de la Belle-Aimée, chemin du Dessus-du-Luet jusqu'au n° 117, au droit du n° 117 du chemin du Dessus-du-Luet ligne droite jusqu'à la route nationale 6, route nationale 6, rue des Saules, rue des Jacinthes, jusqu'à la limite territoriale de la commune de Vigneux-sur-Seine.
7 Épinay-sous-Sénart Épinay-sous-Sénart 45 594 + fraction Brunoy 8 + fraction Brunoy 1° Les communes suivantes : Boussy-Saint-Antoine, Épinay-sous-Sénart, Morsang-sur-Seine, Quincy-sous-Sénart, Saint-Pierre-du-Perray, Saintry-sur-Seine, Tigery, Varennes-Jarcy.
2° La partie de la commune de Brunoy située à l'ouest d'une ligne définie par l'axe des voies et limites suivantes : depuis la limite territoriale de la commune d'Yerres, rue de Montgeron, avenue du Général-Leclerc (route départementale 54), rue Dupont-Chaumont, rue de Quincy, jusqu'à la limite territoriale de la commune d'Épinay-sous-Sénart.
8 Étampes Étampes 59 923 1,04 45 Abbéville-la-Rivière, Angerville, Arrancourt, Authon-la-Plaine, Auvers-Saint-Georges, Blandy, Bois-Herpin, Boissy-la-Rivière, Boissy-le-Cutté, Boissy-le-Sec, Boutervilliers, Bouville, Brières-les-Scellés, Brouy, Cerny, Chalo-Saint-Mars, Chalou-Moulineux, Champmotteux, Chatignonville, Congerville-Thionville, D'Huison-Longueville, Estouches, Étampes, Fontaine-la-Rivière, La Forêt-Sainte-Croix, Guillerval, Marolles-en-Beauce, Méréville, Mérobert, Mespuits, Monnerville, Morigny-Champigny, Ormoy-la-Rivière, Orveau, Plessis-Saint-Benoist, Puiselet-le-Marais, Plessis-Saint-Benoist, Puiselet-le-Marais, Pussay, Roinvilliers, Saclas, Saint-Cyr-la-Rivière, Saint-Escobille, Saint-Hilaire, Valpuiseaux, Vayres-sur-Essonne, Villeneuve-sur-Auvers.
9 Évry Évry 65 947 1,14 2 Courcouronnes, Évry.
10 Gif-sur-Yvette Gif-sur-Yvette 61 977 1,07 12 Bièvres, Boullay-les-Troux, Bures-sur-Yvette, Gif-sur-Yvette, Gometz-la-Ville, Les Molières, Pecqueuse, Saclay, Saint-Aubin, Vauhallan, Verrières-le-Buisson, Villiers-le-Bâcle.
11 Longjumeau Longjumeau 63 290 1,09 8 Ballainvilliers, Champlan, Épinay-sur-Orge, Linas, Longjumeau, Montlhéry, Saulx-les-Chartreux, La Ville-du-Bois.
12 Massy Massy 60 742 1,05 2 Chilly-Mazarin, Massy.
13 Mennecy Mennecy 65 589 1,13 28 Auvernaux, Ballancourt-sur-Essonne, Baulne, Boigneville, Boutigny-sur-Essonne, Buno-Bonnevaux, Champcueil, Chevannes, Le Coudray-Montceaux, Courances, Courdimanche-sur-Essonne, Dannemois, La Ferté-Alais, Fontenay-le-Vicomte, Gironville-sur-Essonne, Guigneville-sur-Essonne, Itteville, Maisse, Mennecy, Milly-la-Forêt, Moigny-sur-École, Mondeville, Nainville-les-Roches, Oncy-sur-École, Ormoy, Prunay-sur-Essonne, Soisy-sur-École, Videlles.
14 Palaiseau Palaiseau 56 587 0,98 3 Igny, Orsay, Palaiseau.
15 Ris-Orangis Ris-Orangis 54 964 0,95 6 Bondoufle, Fleury-Mérogis, Le Plessis-Pâté, Ris-Orangis, Vert-le-Grand, Vert-le-Petit.
16 Sainte-Geneviève-des-Bois Sainte-Geneviève-des-Bois 65 980 1,14 4 Morsang-sur-Orge, Sainte-Geneviève-des-Bois, Villemoisson-sur-Orge, Villiers-sur-Orge.
17 Savigny-sur-Orge Savigny-sur-Orge 54 783 0,95 3 Morangis, Savigny-sur-Orge, Wissous.
18 Les Ulis Les Ulis 52 170 0,9 7 Gometz-le-Châtel, Marcoussis, Nozay, Saint-Jean-de-Beauregard, Les Ulis, Villebon-sur-Yvette, Villejust.
19 Vigneux-sur-Seine Vigneux-sur-Seine 36 474 + fraction Montgeron 2 + fraction Montgeron 1° Les communes suivantes : Crosne, Vigneux-sur-Seine.
2° La partie de la commune de Montgeron non incluse dans le canton de Draveil.
20 Viry-Châtillon Viry-Châtillon 58 683 1,01 2 Grigny, Viry-Châtillon.
21 Yerres Yerres 29 050 + fraction Brunoy 0,5 1 + fraction Brunoy 1° La commune suivante : Yerres.
2° La partie de la commune de Brunoy non incluse dans le canton d'Épinay-sous-Sénart.
1 215 340 196

Répartition par arrondissement[modifier | modifier le code]

Contrairement à l'ancien découpage où chaque canton était inclus à l'intérieur d'un seul arrondissement, le nouveau découpage territorial s'affranchit des limites des arrondissements. Certains cantons peuvent être composés de communes appartenant à des arrondissements différents. Dans le département de l'Essonne, c'est le cas de cinq cantons (Arpajon, Dourdan, Mennecy, Ris-Orangis et Sainte-Geneviève-des-Bois).

Le tableau suivant présente la répartition par arrondissement :

Canton Étampes Évry Palaiseau Total
1 Arpajon 6 10 16
2 Athis-Mons 3 3
3 Brétigny-sur-Orge 6 6
4 Corbeil-Essonnes 4 4
5 Dourdan 21 7 28
6 Draveil 4 + fraction Montgeron 4 + fraction Montgeron
7 Épinay-sous-Sénart 8 + fraction Brunoy 8 + fraction Brunoy
8 Étampes 45 45
9 Évry 2 2
10 Gif-sur-Yvette 12 12
11 Longjumeau 8 8
12 Massy 2 2
13 Mennecy 7 21 28
14 Palaiseau 3 3
15 Ris-Orangis 5 1 6
16 Sainte-Geneviève-des-Bois 1 3 4
17 Savigny-sur-Orge 3 3
18 Les Ulis 7 7
19 Vigneux-sur-Seine 2 + fraction Montgeron 2 + fraction Montgeron
20 Viry-Châtillon 2 2
21 Yerres 1 + fraction Brunoy 1 + fraction Brunoy
79 52 65 196

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Texte du décret du 20 juillet 1967 portant création des cantons de l'Essonne sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 04/06/2009.
  2. Texte du décret ministériel du 25 novembre 1975 portant modification des limites cantonales sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 04/06/2009.
  3. Texte du décret ministériel du 23 janvier 1985 portant modification des limites cantonales sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 04/06/2009.
  4. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral.
  5. a et b Décret no 2014-230 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Essonne.
  6. En application des articles 47 et 51 de la loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral
  7. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L 191 -1 du code électoral.
  8. « Décision no 2010-618 DC – 9 décembre 2010 - Loi de réforme des collectivités territoriales », sur http://www.conseil-constitutionnel.fr/ (consulté le 29 mai 2014)
  9. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département de l'Essonne (91) », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 29 mai 2014)
  10. N° = numéro d'ordre dans le décret
  11. Populations légales des communes en vigueur au 1er janvier 2013, millésimées 2010 (date de référence statistique : 1er janvier 2010), dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2012