Cerny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerny (homonymie).
Cerny
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Blason de Cerny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Étampes
Canton La Ferté-Alais
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Essonne
Maire
Mandat
Marie-Claire Chambaret
2014-2020
Code postal 91590
Code commune 91129
Démographie
Gentilé Cernois
Population
municipale
3 310 hab. (2011)
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 35″ N 2° 19′ 45″ E / 48.4762927, 2.329109648° 28′ 35″ Nord 2° 19′ 45″ Est / 48.4762927, 2.3291096  
Altitude Min. 52 m – Max. 152 m
Superficie 17,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Cerny

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Cerny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerny
Liens
Site web cerny.fr

Cerny[1] (prononcé [sɛʁni ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à quarante-trois kilomètres au sud de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Cernois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Cerny en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 9,9 % 169,95
Espace urbain non construit 3,4 % 58,47
Espace rural 86,7 % 1 491,52
Source : Iaurif[3]

Cerny est située à quarante-trois kilomètres au sud de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, vingt kilomètres au sud-ouest d'Évry[5], treize kilomètres au nord-est d'Étampes[6], deux kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[7], treize kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[8], quatorze kilomètres au sud-est d'Arpajon[9], dix-neuf kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[10], dix-neuf kilomètres au sud-est de Montlhéry[11], vingt-quatre kilomètres au sud-est de Dourdan[12], vingt-sept kilomètres au sud-est de Palaiseau[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le point le plus bas de la commune est située à cinquante-deux mètres d'altitude et le point culminant à cent cinquante-deux mètres[14].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bouray-sur-Juine Itteville Baulne Rose des vents
Janville-sur-Juine N La Ferté-Alais
O    Cerny    E
S
Villeneuve-sur-Auvers
et Boissy-le-Cutté
D'Huison-Longueville Guigneville-sur-Essonne

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Cerny, située en Île-de-France, bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, elle est arrosée avec régularité sur l'ensemble de l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,8 °C, avec une moyenne maximale de 15,2 °C et une moyenne minimale à 6,4 °C. Les températures réelles relevées sont de 24,5 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le 1er juillet 1952 et -19,6 °C le 17 janvier 1985. Du fait de la moindre densité urbaine de la banlieue par rapport à Paris, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir, surtout en fin de nuit. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an, toutefois un peu inférieur au nord du département par la présence plus fréquente de brume à proximité des cours d'eau et des champs. Les précipitations sont réparties également sur l'année, avec un total de 598,3 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Cerny.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[15],[16].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cerny est desservie par la ligne de bus 204 du réseau de bus Transdev CEAT.

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

La commune de Cerny comprend le village de Cerny, mais aussi quatre hameaux : Boinveau, Montmirault, Orgemont, Pont de Villiers.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle porta le nom de Sernin[17][réf. nécessaire]. Elle fut créée en 1793 avec son nom actuel[18].

En l'absence de formes anciennes bien attestées, les toponymistes se contentent de rapprocher ce nom des autres Cerny plus riches en attestations anciennes.

Albert Dauzat et Charles Rostaing rattachent Cerny à Cerny-en-Laonnois (Aisne, Cesurnicum en 530, Cerni en 1150) dont l'élément Cern- s'explique par le nom de personne latin Cernius ou Serenius[19].

Ernest Nègre y voit le nom de personne roman Serenus et réfute la comparaison avec Cerny-en-Laonnois qu'il considère comme basé sur un autre anthroponyme[20].

En revanche, l'interprétation de la finale -y fait l'unanimité chez les spécialistes : il s'agit du suffixe (-i)-acum d'origine gauloise et marquant la propriété[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Villiers, les Selve, résidaient au château du même nom. Ils voulaient prendre le titre de seigneurs de Cerny, mais ils se virent contester ce titre à plusieurs reprises. Différents arrêts du parlement de Paris le leur refusèrent, mais les seigneurs de Villiers mécontents, obligèrent les habitants de Cerny, pendant tout le cours du XVIIIe siècle à venir moudre le blé à leur moulin, les empêchant de porter les grains ailleurs. Une sentence datée de 1748 vint anéantir ces diverses prétentions. Aux états généraux, elles se feront jour une dernière fois. Sur invitations qu'ils en reçurent du bailli d'Étampes, les habitants de Cerny se réunirent le 5 mars 1789 et nommèrent pour défendre leurs intérêts François Barbillon et Pierre Metivet, tous deux cultivateurs. Pour le clergé, le représentant fut Devaux, curé de la paroisse de Fontaine-la-Rivière, procureur de Durand, curé de Cerny et le comte de Selve pour la noblesse. Après appel nominal de chacun des députés, on prit jour pour la rédaction des Cahiers de plaintes et doléances du bailliage, pour les états généraux de Versailles du 27 avril, ce cahier comportait huit chapitres divisés en articles.

Pendant l'année 1794 au plus fort de la Terreur, le comité de surveillance de Cerny provoqua quelques tentatives d'arrestations. Plusieurs mois durant, on rechercha le comte de Selve d'Audeville, qui était demeuré dans son château de Villiers pendant les premières années de la Révolution. Quand il s'aperçut du danger qu'il courait, le comte voulut émigrer, mais il était trop tard. Il fut néanmoins caché par des paysans et rentra dans son château après le 9 Thermidor. Ses biens ne furent pas confisqués puisqu'il n'avait pas émigré.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 310 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
681 832 775 799 917 881 842 849 883
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
839 852 908 882 842 826 857 985 912
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
900 821 873 807 845 891 836 958 1 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 060 1 200 1 659 2 258 2 774 3 066 3 217 3 233 3 310
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2004[22].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Cerny en 2009 en pourcentages[23].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
2,6 
4,4 
75 à 89 ans
8,1 
12,1 
60 à 74 ans
12,6 
23,2 
45 à 59 ans
21,9 
19,8 
30 à 44 ans
20,4 
20,1 
15 à 29 ans
15,2 
20,3 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[24].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Cerny est rattachée au canton de La Ferté-Alais, représenté par le conseiller général Caroline Parâtre (UMP), lui-même intégré à l'arrondissement d’Étampes et à la deuxième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Franck Marlin (UMP).

L'Insee attribue à la commune le code 91 1 11 129[25]. La commune de Cerny est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 101 292. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[26].

Lite des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[27].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1851 1868 Claude Georges de Selve   marquis
2001 en cours Marie-Claire Grzeskowiak DVD  

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Cerny sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l'école maternelle René Boinier et de l'école élémentaire des Hélices vertes[42] ainsi que du lycée professionnel Alexandre Denis[43].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes Degommier.

Services publics[modifier | modifier le code]

L'agence postale.

La commune dispose sur son territoire d'une agence postale[44] installée dans l'aile gauche du château de Cerny.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Cerny n'a développée aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Cerny[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de la Ferté-Alais.

L'aérodrome est le siège de l'Amicale Jean-Baptiste Salis et de son musée volant, haut lieu en France de la collection et de la restauration d'avions anciens. À chaque Pentecôte s'y déroule une fête aérienne de renommée internationale.

Le Trial Club de Cerny dispose du seul terrain de biketrial d'Ile-de-France[45]. Des compétitions de niveau national (Coupe de France) y sont régulièrement organisées (en 2010 et 2013).

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.

La paroisse catholique de Cerny est rattachée au secteur pastoral de La Ferté-Alais-Val d'Essonne et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Pierre[46].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 44 396 €, ce qui plaçait Cerny au 973e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[47].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Cerny 1,8 % 7,6 % 16,3 % 29,3 % 23,5 % 21,6 %
Zone d’emploi d’Évry 0,3 % 4,0 % 20,2 % 29,6 % 28,2 % 17,7 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Cerny 1,2 % 19,5 % 14,7 % 8,9 % 5,6 % 3,7 %
Zone d’emploi d’Évry 0,9 % 13,5 % 5,4 % 14,6 % 16,2 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[48],[49],[50]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les marais à l'est, les carrières géologiques et les bois disséminés sur le territoire ont été recensés au titres des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[51].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le château de Cerny.

L'église Saint-Pierre du XIIIe siècle a été inscrite aux monuments historiques le 10 février 1948[52].

  • Cerny a donné son nom au Groupe de Cerny, groupe culturel du Néolithique. Site du « Parc aux Bœufs ».
  • Château de Cerny, propriété de la commune, centre administratif municipal (agence postale, syndicats intercommunaux, services sociaux, …)[53].
  • Château de Villiers. Le fief de Villiers est donné par François Ier à Jean de Selve, après que ce dernier a négocié le traité de Madrid de 1526. Les comtes puis marquis de Selve le conservent pendant plusieurs siècles. Les plans du parc ont été exécutés selon la nouvelle méthode du comte de Choulot, d'après la liste publiée en annexe de son livre L'Art des Jardins (1863). Par la suite, ce château a été la propriété de Philippe Clay, chanteur.

On trouve dans l'église les sépultures de la famille de Selve. Une plaque de marbre noir porte cette inscription : Tombeau de Mrs et Dames De Selve, de 1521 au 29 juin 1824. Jusqu'à la Révolution le clocher de Cerny contenait trois cloches, il n'en renferme plus qu'une, fondue au XVIe siècle, en 1558 : cette cloche ne mesure pas moins de 3,25 m de circonférence, sur 1,10 m de haut, elle est ornée d'une inscription, de 7 médaillons et d'une bordure. L'inscription en caractères gothiques de 30 à 25 millimètres est la suivante : « Je fuz faicte en l'An mil V c L VIII et fuz nommée marie par noble home Lazare desselve sr de Villiers et damoile katrila fe ». Cette dernière formule nous rappelle que Lazare de Selve avait épousé Catherine Pignard en 1534.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Cerny :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cerny

Les armes de Cerny se blasonnent : Coupé : au premier d’azur à trois merlettes d’argent accompagnées en chef d’une étoile du même, au deuxième aussi d’azur à deux fasces ondées d’argent. L’écu timbré de la couronne murale d’or à trois tours crénelées est soutenu par deux gerbes d’or, mouvant de la pointe, retenues par un lien d’azur.[54]

Il a été adopté lors du conseil municipal du 26 mars 1960 et correspond aux armes associées des familles Carnot au premier, et de Selve au second.

Cerny dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri de Clercq, Annales historiques et archéologiques du Gâtinais : Notice historique de Cerny,‎ 1890

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Cerny dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 31/07/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 01/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 09/11/2010.
  4. Orthodromie entre Cerny et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  5. Orthodromie entre Cerny et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  6. Orthodromie entre Cerny et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  7. Orthodromie entre Cerny et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  8. Orthodromie entre Cerny et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  9. Orthodromie entre Cerny et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  10. Orthodromie entre Cerny et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  11. Orthodromie entre Cerny et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  12. Orthodromie entre Cerny et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  13. Orthodromie entre Cerny et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  14. Données géographiques sur Géoportail. Consulté le 21/02/2013..
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  16. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  17. « Fiche de Cerny sur le site du Quid. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Consulté le 09/02/2010.
  18. a et b Notice communale sur la base de données Cassini. Consulté le 02/03/2009.
  19. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979, p. 163a.
  20. %A8gre%20Cerny&hl=fr&pg=PA451#v=onepage&q=Ernest%20N%C3 %A8gre%20Cerny&f=false Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  21. ibidem
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  23. Pyramide des âges à Cerny en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 31/07/2012.
  24. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  25. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 07/01/2010.
  26. Fiche entreprise de la commune de Cerny sur le site verif.com Consulté le 12/04/2011.
  27. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 26/05/2009.
  28. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  29. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  30. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  31. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  32. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  33. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 21/06/2012.
  34. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  35. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  36. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  37. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  38. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  39. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/01/2013.
  40. Résultats du référendum 2000 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  41. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 05/07/2009.
  42. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 14/09/2010.
  43. Liste des établissements du second degré de l'Essonne sur le site de l'Académie de Versailles. Consulté le 04/10/2010.
  44. Coordonnées de l'agence postale de Cerny sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  45. « Le terrain de trial », sur le site du Trial Club de Cerny (consulté le 28 juin 2013).
  46. Fiche de la paroisse catholique sur le site officiel du diocèse. Consulté le 20/10/2009.
  47. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
  48. %5CCOM%5CDL_COM91129.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 21/06/2010.
  49. %5CDL_ZE19901147.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi d'Évry sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  50. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  51. Carte des ENS de Cerny sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 06/02/2013.
  52. « Notice no PA00087849 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.
  53. Présentation du patrimoine de la ville de Cerny, sur le site internet de la commune. Consulté le 5 mai 2012.
  54. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 08/09/2009.
  55. Liste des films tournés à Cerny sur le site L2TC.com Consulté le 28/08/2012.
  56. (en) La légende vraie de la tour Eiffel sur l’Internet Movie Database