Breux-Jouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Breux-Jouy
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Étampes
Canton Saint-Chéron
Intercommunalité Communauté de communes Le Dourdannais en Hurepoix
Maire
Mandat
Pascale Boudart
2014-2020
Code postal 91650
Code commune 91106
Démographie
Gentilé Brojiciens
Population
municipale
1 224 hab. (2011)
Densité 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 41″ N 2° 10′ 40″ E / 48.5613504, 2.1778786 ()48° 33′ 41″ Nord 2° 10′ 40″ Est / 48.5613504, 2.1778786 ()  
Altitude Min. 55 m – Max. 151 m
Superficie 4,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Breux-Jouy

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Breux-Jouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Breux-Jouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Breux-Jouy
Liens
Site web breux-jouy.fr

Breux-Jouy[1] (prononcé [bʁø ʒui ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à trente-six kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Brojiciens[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Breux-Jouy en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 9,7 % 46,07
Espace urbain non construit 4,4 % 20,93
Espace rural 86,0 % 410,11
Source : Iaurif[3]

Breux-Jouy est située à trente-six kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, vingt et un kilomètres au sud-ouest d'Évry[5], quatorze kilomètres au nord-est d'Étampes[6], six kilomètres au sud-ouest d'Arpajon[7], onze kilomètres au sud-ouest de Montlhéry[8], treize kilomètres au nord-est de Dourdan[9], quinze kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], dix-sept kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[11], vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[12], vingt-huit kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13]. Elle est par ailleurs située à quatre-vingt trois kilomètres au sud-est de son homonyme Breux-sur-Avre dans l'Eure[14] et à deux cent soixante kilomètres au sud-ouest de son homonyme Breux dans la Meuse[15].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Orge, et son affluent, La Renarde, traversent la commune.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le point le plus bas de la commune est située à cinquante-cinq mètres d'altitude et le point culminant à cent cinquante-et-un mètres[16].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Breuillet Breuillet Saint-Yon Rose des vents
Saint-Chéron N Saint-Yon
O    Breux-Jouy    E
S
Saint-Chéron Souzy-la-Briche Saint-Sulpice-de-Favières

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Breux-Jouy, située en Île-de-France, bénéficie d'un climat océanique atténué, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l'année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s'élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le 1er juillet 1952 et -19,6 °C le 17 janvier 1985. La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. Toutefois, située à proximité du centre urbain et sans présence de vastes espaces de culture, l'ensoleillement de la commune s'établit à 1 798 heures annuellement, comme sur l'ensemble du nord du département. Avec 598,3 millimètres de précipitations cumulées sur l'année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Breux-Jouy.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[17],[18].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La desserte de la commune dépend de la gare de Breuillet Village, située sur la branche de Dourdan de la ligne C du RER .

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Rimoron (ferme et château, près de Saint Sulpice de Favières) - la Soupane (près de Breuillet)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune trouve son origine dans le mot gaulois braco signifiant « terre humide et fertile » et la mention latine du dieu Jupiter[19]. La commune fut créée en 1793 avec le seul nom de Breux, la mention de Jouy ne fut ajoutée qu'en 1976[20].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les traces d'occupation humaine dans la vallée de la Renarde remontent au Paléolithique moyen (80000 à 30000 ans avant J-C). Les Celtes, puis les Gaulois y trouvent d'excellentes conditions de vie. Une tête d'homme en marbre blanc témoigne de l'installation d'une colonne romaine à Rimoron. La région est christianisée vers le IIIe siècle et la paroisse de Breux existe au XIe siècle. L’activité agricole se développe, les moulins se multiplient, certains comme celui de Breux en 1380 ont un vivier. Aux XIVe et XVe siècles, la succession ininterrompue de guerres, d'épidémies et de pillages ruine cette prospérité. Il faut tout reconstruire : les petits seigneurs cherchent à entrer dans la clientèle des grands. Ainsi, François de Grancher, seigneur de Breux se place sous la protection de Jeanne de Graville, baronne de Saint-Yon. La terre et la seigneurie de Breux passent au XVIe siècle. la terre et la seigneurie de Breux passent au XVIe siècle aux mains de ses descendants. L’une d'elles, Marie-Charlotte de Balzac d'Entragne cède ses biens à l'Hôtel-Dieu de Paris. Par suite d'échanges, Breux entre en 1659 dans le marquisat de Baville appartenant à Guillaume de Lamoignon, premier président du Parlement de Paris. Breux vit dans l'orbite de Breuillet jusqu'en 1866, année de la création de l'école de garçons à Jouy -rattaché à Breux pour ne former une seule commune. Breux a une vocation exclusivement agricole : y sont pratiquées la culture des céréales et de la vigne, la polyculture maraîchère et surtout la culture des plantes à graines destinées aux établissements Vilmorin, Clause ou Simon. Dans les années 1950 tous ces produits sont écoulés avec difficulté et les terres sont cédés à des Parisiens en mal de verdure. La voie ferrée n'apporte pas de développement industriel mais accroît le nombre de résidents. Breux-Jouy reste aujourd'hui une commune rurale. Il s'agit de là réunion de deux villages distincts : Breux et Jouy. Breux est situé dans la vallée de la Renarde, Jouy dans la vallée de l'Orge. Breux possède l’église et le cimetière, Jouy la mairie et l'école primaire.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 224 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
399 453 502 458 433 391 398 408 421
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
401 383 391 374 404 363 378 350 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
349 355 395 344 387 429 371 410 488
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
541 676 783 908 1 076 1 259 1 235 1 230 1 224
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2004[21].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Breux-Jouy en 2009 en pourcentages[22].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
0,3 
3,9 
75 à 89 ans
5,9 
14,6 
60 à 74 ans
14,8 
21,4 
45 à 59 ans
20,1 
23,7 
30 à 44 ans
22,7 
17,4 
15 à 29 ans
17,0 
18,9 
0 à 14 ans
19,1 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[23].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Breux-Jouy est rattachée au canton de Saint-Chéron, représenté par le conseiller général Jean-Pierre Delaunay (UMP), lui-même intégré à l'arrondissement d’Étampes et à la troisième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Michel Pouzol (PS).

L'Insee attribue à la commune le code 91 1 24 106[24]. La commune de Breux-Jouy est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 101 060. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[25].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[26].
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Pascale Boudart    
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Breux-Jouy sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l'école primaire Henri Le Cocq[41].

Santé[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Breux-Jouy n'a développée aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Breux-Jouy[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

La paroisse catholique de Breux-Jouy est rattachée au secteur pastoral des Trois-Vallées-Arpajon et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Martin[42].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 45 352 €, ce qui plaçait Breux-Jouy au 802e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[43].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Breux-Jouy - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 0,7 % 6,0 % 18,9 % 28,5 % 26,3 % 19,6 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Breux-Jouy - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 1,7 % 10,4 % 7,5 % 11,8 % 21,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[44],[45],[46]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les berges de l'Orge et de la Renarde, les bois au sud et au nord-ouest et les champs au nord ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[47].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Le château de Baville, proche de la commune de Breux-Jouy

Le château de Baville du XVIIe siècle a été inscrit aux monuments historiques le 22 octobre 1990[48].

Il y a un pont de l'époque romaine sur la Remarde, au niveau de la ferme de Rimoron qui date du XVIe siècle; elle est située sur les hauts de Breux-Jouy, tout près de Saint Sulpice.

Église Saint-Martin XIIIe/XVIe, remaniée aux siècles suivants : portail XIIIe, tympan roman soutenu par deux colonnes à chapiteaux décorés de palmes, tour carrée épaulée de contreforts et coiffée en bâtière ; retables en bois sculpté XVIIe et XVIIIe, lutrin XVIIe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Breux-Jouy :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Breux-Jouy

La commune ne dispose pas de blason.

Breux-Jouy dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simone Rivière, La vallée de la Renarde : Saint-Yon, Boissy-sous-Saint-Yon, Breuillet, Breux, Saint-Sulpice-de-Favieres, La Briche, Souzy, Villeconin, Venant, Boissy-le-Sec, Imprimerie Tardy,‎ 1981

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Breux-Jouy dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 31/07/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 01/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 07/11/2010.
  4. Orthodromie entre Breux-Jouy et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  5. Orthodromie entre Breux-Jouy et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  6. Orthodromie entre Breux-Jouy et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  7. Orthodromie entre Breux-Jouy et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  8. Orthodromie entre Breux-Jouy et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  9. Orthodromie entre Breux-Jouy et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  10. Orthodromie entre Breux-Jouy et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  11. Orthodromie entre Breux-Jouy et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  12. Orthodromie entre Breux-Jouy et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  13. Orthodromie entre Breux-Jouy et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  14. Orthodromie entre Breux-Jouy et Breux-sur-Avre sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  15. Orthodromie entre Breux-Jouy et Breux sur le site lion1906.com Consulté le 06/09/2012.
  16. Données géographiques sur Géoportail. Consulté le 19/02/2013..
  17. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009)
  18. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009)
  19. Toponymie des lieux d'Île-de-France sur le site crehangec.free.fr Consulté le 09/02/2010.
  20. a et b Notice communale sur la base de données Cassini. Consulté le 23/02/2009.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  22. Pyramide des âges à Breux-Jouy en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 11/07/2012.
  23. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  24. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 07/01/2010.
  25. Fiche entreprise de la commune de Breux-Jouy sur le site verif.com Consulté le 11/04/2011.
  26. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 26/05/2009.
  27. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  28. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  29. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  30. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  31. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  32. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/06/2012.
  33. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  34. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  35. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  36. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/03/2010.
  37. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  38. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/01/2013.
  39. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 29/06/2009.
  40. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 29/06/2009.
  41. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 02/09/2010.
  42. Fiche de la paroisse de Breux-Jouy sur le site officiel du diocèse. Consulté le 19/10/2009.
  43. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
  44. %5CCOM%5CDL_COM91106.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 09/06/2010.
  45. %5CDL_ZE19901145.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Dourdan sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  46. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  47. Carte des ENS de Breux-Jouy sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 05/02/2013.
  48. « Notice no PA00088054 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 09/02/2010.