Saint-Sulpice-de-Favières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Sulpice-de-Favières
L’hôtel de ville.
L’hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Étampes
Canton Saint-Chéron
Intercommunalité Communauté de communes Entre Juine et Renarde
Maire
Mandat
Pierre Le Floch (DVD)
2014-2020
Code postal 91910
Code commune 91578
Démographie
Gentilé Saint-Sulpiciens
Population
municipale
324 hab. (2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 27″ N 2° 10′ 41″ E / 48.5409695, 2.1781495 ()48° 32′ 27″ Nord 2° 10′ 41″ Est / 48.5409695, 2.1781495 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 159 m
Superficie 4,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Favières

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Favières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Favières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Favières
Liens
Site web saint-sulpice-de-favieres.com

Saint-Sulpice-de-Favières[1] (prononcé [sɛ̃ sylpis ǝ faviɛʁ ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à trente-huit kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Saint-Sulpiciens[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Position de Saint-Sulpice-de-Favières en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 3,9 % 17,14
Espace urbain non construit 5,6 % 25,10
Espace rural 90,5 % 402,14
Source : Iaurif[3]

La commune de Saint-Sulpice-de-Favières se trouve dans la vallée de la Renarde, dans l'ancienne province du Hurepoix.

Saint-Sulpice-de-Favières est située à trente-huit kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, vingt-deux kilomètres au sud-ouest d'Évry[5], douze kilomètres au nord-est d'Étampes[6], huit kilomètres au sud-ouest d'Arpajon[7], douze kilomètres à l'est de Dourdan[8], treize kilomètres au sud-ouest de Montlhéry[9], quatorze kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[10], vingt kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[11], vingt-trois kilomètres au sud-ouest de Corbeil-Essonnes[12], vingt-six kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Renarde, affluent de l'Orge, traverse la commune[14].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Breux-Jouy Saint-Yon Boissy-sous-Saint-Yon Rose des vents
Souzy-la-Briche N Mauchamps
O    Saint-Sulpice-de-Favières    E
S
Chauffour-lès-Étréchy Chauffour-lès-Étréchy Étréchy

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Saint-Sulpice-de-Favières est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique atténué, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l'année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s'élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le 1er juillet 1952 et -19,6 °C le 17 janvier 1985. La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. Toutefois, située à proximité du centre urbain et sans présence de vastes espaces de culture, l'ensoleillement de la commune s'établit à 1 798 heures annuellement, comme sur l'ensemble du nord du département. Avec 598,3 millimètres de précipitations cumulées sur l'année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Saint-Sulpice-de-Favières.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[15],[16].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'ancien nom du village est Favières de l'ancien français faveriis qui viendrait du latin fava (fève) et signifie "champs de fèves" essentielles dans la nourriture du paysan médiéval[17].Il s'appelait encore ainsi au XIIe siècle ; au XIIIe siècle, le succès du pèlerinage de saint Sulpice donna au village son nom actuel.[réf. nécessaire] Durant la période révolutionnaire, le village fut brièvement rebaptisé Favières-Défanatisé et la commune fut créée en 1793 sous le simple nom de Favieres, le nom actuel fut introduit en 1801 dans le bulletin des lois[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée de la Renarde se trouvait à l'époque gauloise à la limite des territoires Carnutes et Parisiens. Elle restera Romaine jusqu'en 486 date à laquelle Clovis roi des Francs prend le contrôle de la Gaule du nord ; elle fera ensuite partie du royaume franc de Neustrie.

Selon Pierre Leroy, la tradition veut que saint Sulpice ait été honoré à Favières dès le VIIe siècle. Le Saint, dans un voyage à Paris, aurait ressuscité un enfant noyé dans la Juine, à Chamarande. La confiance en saint Sulpice devint si générale qu'aussitôt après sa mort une église fut élevée en son honneur. Deux églises vont être successivement construites aux XIIe siècle et XIIIe siècle, remplaçant l'ancien édifice, pour accueillir un pèlerinage de plus en plus populaire. Un Hôtel Dieu est également construit en face de l'église. Il n'en reste aujourd'hui que le portail.

Le pèlerinage se maintient jusqu'au XXe siècle bien que l'église soit en mauvais état. C'est un des premiers monuments classés en 1850.

La commune était traversée par le Tacot, ligne de chemin de fer secondaire qui allait d'Arpajon à Étampes et qui a fonctionné de 1911 à 1948.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 324 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
239 263 282 270 273 260 324 264 254
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
241 259 245 255 257 242 231 234 220
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
273 272 290 265 294 260 287 261 234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
236 232 261 293 279 315 322 323 324
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2004[19].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Sulpice-de-Favières en 2009 en pourcentages[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou +
1,8 
5,2 
75 à 89 ans
12,9 
17,0 
60 à 74 ans
12,9 
29,4 
45 à 59 ans
29,4 
11,8 
30 à 44 ans
13,5 
19,6 
15 à 29 ans
14,1 
17,0 
0 à 14 ans
15,3 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[21].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sulpice-de-Favières est rattachée au canton de Saint-Chéron, représenté par le conseiller général Jean-Pierre Delaunay (UMP), lui-même intégré à l'arrondissement d’Étampes et à la troisième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Michel Pouzol (PS).

L'Insee attribue à la commune le code 91 1 24 578[22]. La commune de Saint-Sulpice-de-Favières est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 105 780. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[23].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[24].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 en cours Pierre Le Floc'h DVD Directeur de société[25]

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de Saint-Sulpice-de-Favières sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l'école maternelle des Tilleuls[40].

Santé[modifier | modifier le code]

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire d'une agence postale[41].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Sulpice-de-Favières n'a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Saint-Sulpice-de-Favières[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice.

La paroisse catholique de Saint-Sulpice-de-Favières est rattachée au secteur pastoral des Trois-Vallées-Arpajon et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Sulpice[42].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 445 €, ce qui plaçait la commune au 523e rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au cinquantième rang départemental[43].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Saint-Sulpice-de-Favières - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 0,7 % 6,0 % 18,9 % 28,5 % 26,3 % 19,6 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Saint-Sulpice-de-Favières - - - - - -
Zone d'emploi de Dourdan 1,7 % 10,4 % 7,5 % 11,8 % 21,6 % 6,9 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[44],[45],[46]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les berges de la Renarde, les champs qui les bordent et les bois au nord-est du territoire ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[47]. En 1884, l'arboretum du château de Segrez comptait 6500 espèces d'arbres, ce qui en faisait un des plus grands arboretums du monde. Celles-ci furent patiemment rassemblées à partir 1857 par Alphonse-Pierre Lavallée, le fils d'Alphonse Lavallée.

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice construite pour l'essentiel de 1245 à 1315, elle est l'un des plus beaux exemples du gothique en Île-de-France ; elle a remplacé une église de 1180 dont il reste la Chapelle des Miracles. Elle a été classée aux monuments historiques en 1840[48]. L'église est dédiée à Sulpice le Pieux (vers 576 - 647) qui fut chapelain du roi Clotaire II puis archevêque de Bourges en 624. Il était le protecteur des pauvres et des persécutés et est mort le 17 janvier 647.

Cette église surprend par ses dimensions de cathédrale dans un village aussi peu peuplé. Un pèlerinage fit sa fortune : saint Sulpice y aurait ressuscité un enfant[49]. La construction de cette église a été financée par les pèlerins. L'abside polygonale à quatre étages mesure 23,50 mètres de hauteur sous voûte. Sur le côté nord, s'élève un clocher carré épaulé de contreforts. Son toit en bâtière dépasse à peine la hauteur du chœur. La façade possède un beau portail dont le tympan retrace le Jugement dernier. Au trumeau, une statue de saint Sulpice, mutilée sous la Révolution.

La nef a six travées. Les bas-côtés supportent une galerie qui se continue autour du chœur, avec un triforium à claire-voie au-dessus. Un berceau en bois recouvre les quatre premières travées de la nef qui s'était écroulée ; cette couverture est due à la générosité du marquis Guillaume de Lamoignon. Le reste de la nef et l'abside ont des voûtes d'ogives. Dans le collatéral droit, les vitraux du XIIIe siècle retracent la vie de la Vierge et l'enfance du Christ en trente médaillons. Les vingt et une stalles sont du début du XVIe siècle ; leurs accoudoirs sont sculptés de petits personnages pittoresques. On descend dans la "Chapelle des Miracles" en franchissant la porte qui donne sur le bas-côté gauche. On peut y admirer un buste reliquaire de Saint Sulpice, une statue de Sainte Barbe en bois polychrome du XVe, et un puits témoin de l'ancien culte.

Le château de Segrez rebâti au XVIIIe siècle par André Haudry qui le loua au printemps 1748 au marquis d'Argenson qui y mourut en 1757. En 1772, Jean-Baptiste-François de Montullé loua à son tour le bien de son épouse, Élisabeth Haudry, au comte de Blot. Madame de Blot émigra en 1792. Jean-Baptiste-Hyacinthe de Montullé reprit possession du château en 1802 qu'il revendit en 1808 au marquis de La Garde. Il fut racheté au cours du XIXe siècle par Alphonse Lavallée, fondateur de l'École centrale Paris. Marcel Proust y séjourna. Le château a été inscrit aux monuments historiques le 13 janvier 2009[50].

L'ancien presbytère du XVIIIe siècle a été inscrit aux monuments historiques le 2 février 1948[51]. L'ancienne enceinte fortifiée du XIIIe siècle a été inscrit à la même date[52].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Saint-Sulpice-de-Favières :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Sulpice-de-Favières.

La commune de Saint-Sulpice-de-Favières ne dispose pas de blason.

Saint-Sulpice-de-Favières dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Leroy, Histoire de Saint Sulpice le Pieux, archevêque de Bourges, et de son Pèlerinage à Saint-Sulpice-de-Favières, De Brouwer & Cie,‎ 1913
  • Collectif d'auteurs, Saint-Sulpice-de-Favières, Seuil,‎ janvier 1947 (ISBN 9782020032711)
  • Yves Sjoberg, Saint-Sulpice-de-Favières,‎ 1952
  • Simone Rivière, La vallée de la Renarde : Saint-Yon, Boissy-sous-Saint-Yon, Breuillet, Breux, Saint-Sulpice-de-Favières, La Briche, Souzy, Villeconin, Venant, Boissy-le-Sec, Imprimerie Tardy,‎ 1981
  • Simone Rivière, L'église de Saint-Sulpice-de-Favières : Un harmonieux témoignage du XIIIe siècle, Simone Rivière,‎ janvier 1991 (ISBN 9782950588203)
  • Yannick Laurent, Saint-Sulpice-de-Favières, Essonne : La plus belle église de village de France, Soleil natal,‎ janvier 1997 (ISBN 9782911900143)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Saint-Sulpice-de-Favières dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 07/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 08/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  4. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  5. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  6. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  7. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  8. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  9. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  10. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  11. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  12. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  13. Orthodromie entre Saint-Sulpice-de-Favières et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 25/11/2012.
  14. Fiche de la Renarde sur le site du SANDRE
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté en 9 août 2009)
  16. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté en 18 août 2009)
  17. Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997
  18. a et b Notice communale sur la base de données Cassini. Consulté le 23/03/2009.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  20. Pyramide des âges à Saint-Sulpice-de-Favières en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 07/08/2012.
  21. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  22. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 14/01/2010.
  23. Fiche entreprise de la commune de Sant-Sulpice-de-Favières sur le site verif.com Consulté le 21/04/2011.
  24. Liste des maires sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 11/06/2009.
  25. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 12/05/2010.
  26. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  27. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  28. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 08/05/2012.
  29. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  30. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  31. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/06/2012.
  32. Résultats de l'éleciton européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  33. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  34. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  35. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 13/04/2010.
  36. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  37. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  38. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 24/08/2009.
  39. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/08/2009.
  40. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 28/09/2010.
  41. Coordonnées de l'agence postale de Saint-Sulpice-de-Favières sur le site de La Poste. Consulté le 15/05/2011.
  42. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 03/12/2009.
  43. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  44. %5CCOM%5CDL_COM91578.pdf Rapport statistique communal sur le site de l'Insee. Consulté le 09/06/2010.
  45. %5CDL_ZE19901145.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Dourdan sur le site de l'Insee. Consulté le 20/05/2010.
  46. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  47. Carte des ENS de Saint-Sulpice-de-Favières sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 14/02/2013.
  48. « Notice no PA00088007 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/04/2010.
  49. Revue Les Chantiers du Cardinal, no 66, juin 1979, p. 9
  50. « Notice no PA91000010 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/04/2010.
  51. « Notice no PA00088009 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/04/2010.
  52. « Notice no PA00088008 », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 01/04/2010.