Monarchie tuvaluane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique aux Tuvalu
Image illustrative de l'article Monarchie tuvaluane

Les Tuvalu sont l'un des seize Royaumes du Commonwealth, et ont pour monarque Élisabeth II, qui est également reine du Royaume-Uni. Toutefois, les fonctions de reine du Royaume-Uni et de reine des Tuvalu sont juridiquement distinctes, et le gouvernement britannique n'a aucune autorité sur les Tuvalu. Le titre officiel de la reine des Tuvalu est: Élisabeth II, par la grâce de Dieu, Reine des Tuvalu et de Ses autres Royaumes et Territoires, Chef du Commonwealth.

Le monarque tuvaluan ne demeure pas aux Tuvalu, et délègue ses fonctions à un gouverneur général – à l'heure actuelle, Iakoba Italeli.

La monarchie tuvaluane et la Constitution[modifier | modifier le code]

Le préambule de la Constitution des Tuvalu contient la proclamation suivante:

Le peuple des Tuvalu affirme ici son allégeance à Sa Très Excellente Majesté la Reine Élisabeth II, ainsi qu'à Ses Héritiers et Successeurs.

L'article 48 (1) de la Constitution affirme :

Sa Majesté la Reine Élisabeth II, par la grâce de Dieu Reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, et de ses autres Royaumes et Possessions, Chef du Commonwealth, Défenseur de la foi, ayant gracieusement consenti à la requête du peuple des Tuvalu, est le Souveraine des Tuvalu et, en accord avec cette Constitution, est le Chef de l'État.

Les articles 50 à 53 explicitent les fonctions du monarque tuvaluan, qui doit agir en conformité avec les recommandations de ses ministres.

L'article 50 ajoute que la reine est « un symbole de l'unité et de l'identité des Tuvalu ».

L'article 13 de l'annexe 1 de la Constitution indique que tout monarque du Royaume-Uni sera considéré comme monarque des Tuvalu, à moins qu'une loi du Parlement tuvaluan ne modifie cette section de la Constitution. Ainsi, Charles, prince de Galles, devrait hériter du trône des Tuvalu.

Visites royales[modifier | modifier le code]

La reine Élisabeth II s'est rendue une seule fois aux Tuvalu, en 1982. En 2012, le prince William, duc de Cambridge, second dans l'ordre de succession pour le trône, visitera le pays – la première visite royale en trente ans[1],[2].

Mouvement pro-républicain[modifier | modifier le code]

En 1995, le Premier ministre Kamuta Latasi fait retirer l'Union Jack britannique du drapeau des Tuvalu afin de marquer la rupture entre les Tuvalu et le Royaume-Uni. Le Parlement envisage de couper les liens également entre le petit pays océanien et la monarchie britannique, et d'instaurer une république. Toutefois, ce projet républicain n'aboutit pas, l'ancien drapeau est restauré en 1997, et Élisabeth II demeure reine des Tuvalu.

Le Premier ministre Ionatana Ionatana (1999-2000), décédé en 2000, était également pro-républicain.

En 2008, sous le Premier ministre Apisai Ielemia, s'est tenu un référendum au sujet du maintien de la monarchie. Malgré un faible taux de participation, les votants optèrent (à 65 %) de conserver la monarchie[3],[4].

Liste des monarques tuvaluans depuis l'indépendance[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth II (depuis 1978)

Liens externes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "NZ gets royal visit to celebrate Queen's jubilee", New Zealand Herald, 15 décembre 2011
  2. (en) "Queen and Tuvalu", site de la monarchie
  3. (en) "Tuvalu votes to maintain monarchy", ABC Radio Australia, 17 juin 2008
  4. (en) "Jubilee: royal trip to paradise for Duke and Duchess", The Telegraph, 15 décembre 2011