Dominique Baert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dominique Baert
Image illustrative de l'article Dominique Baert
Fonctions
Député de la 8e circonscription du Nord
En fonction depuis le 17 juin 2007
Prédécesseur Gérard Vignoble
12 juin 199718 juin 2002
Prédécesseur Gérard Vignoble
Successeur Gérard Vignoble
Vice-président de Lille Métropole Communauté Urbaine
chargé des finances et des ressources
En fonction depuis le 19 mars 2001
Maire de Wattrelos
En fonction depuis le 10 mai 2000
Prédécesseur Alain Faugaret
Conseiller municipal de Wattrelos
14 mars 19839 mai 2000
Biographie
Date de naissance 24 octobre 1959 (54 ans)
Lieu de naissance Tourcoing (Nord)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique socialiste
Profession Directeur à la Banque de France

Dominique Baert est un homme politique français, né le 24 octobre 1959 à Tourcoing (Nord).

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Émile-Zola de Wattrelos (59150) et un bac C obtenu en 1976, Dominique Baert obtient une maîtrise en sciences économiques à l'université de Lille I (1980) puis un diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris, lauréat de la section service public (1981).

S'agissant de son parcours professionnel, il devient adjoint de direction de 2e classe à la Banque de France, à Arras, puis à Roubaix (1982-1988). Il devient ensuite chargé de mission pour les questions financières et monétaires au service du financement du commissariat du Plan (septembre 1988-mai 1991), puis, après un passage en cabinets ministériels, chef du service des entreprises, puis directeur adjoint à la Banque de France de Paris-Raspail (mai 1993-octobre 1996), avant de devenir directeur adjoint à la Banque de France de Roubaix-Tourcoing (octobre 1996- juin 1997). Il sera par la suite directeur-adjoint de service de 1re classe à la Banque de France, chargé de mission auprès du secrétaire général de la Commission bancaire (2002-2005). Durant deux ans, il est enfin secrétaire général de l’Observatoire de la microfinance (septembre 2005-juin 2007), présidé par Michel Camdessus.

Dominique Baert a également été auditeur de la 20e session de l’Institut des Hautes Études de la Sécurité – INHES (2008-2009), auditeur de la 57e session nationale de l’Institut des hautes études de défense nationale – IHEDN (2004-2005), maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris, 2e année, économie (1989-1996) et chargé d’enseignement en finances publiques à l’Institut d'études politiques de Lille, à l'IRA de Lille et à l'Institut international d'administration publique (même période). Il est colonel de réserve (RC) de la gendarmerie, chevalier de la Légion d'honneur (2005) et médaillé des Services militaires volontaires (2013).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élu conseiller municipal de Wattrelos en 1983, il devient délégué aux affaires économiques (1995), premier adjoint au maire chargé des finances et des affaires économiques (1999) et maire en mai 2000 à la suite de la démission d'Alain Faugaret. Il est réélu maire dès le premier tour lors des élections municipales de 2001 (57 %) et de 2008 (69 %).

Mais son expérience dépasse vite le cadre local : au début des années 1990, il devient le collaborateur de deux ministres. Il est d'abord conseiller technique chargé des questions macro-économiques, du Plan et organismes associés, et du Conseil économique et social au cabinet d’Édith Cresson, Premier ministre (1991-1992), mais aussi membre de la Commission des budgets économiques et des comptes de la Nation (1991-1992). À la suite de cela, il devient conseiller technique, puis directeur adjoint du cabinet de Michel Delebarre, ministre d’État, ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives (avril 1992-mars 1993).

Il est élu député du Nord (dans la 8e circonscriptionle) le 1er juin 1997, pour la XIe législature (1997-2002) à la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale par Jacques Chirac.

Lors de ce mandat, il devient président du Haut Conseil du secteur public (1997-2002) et président du Haut Conseil du secteur financier public et semi-public (octobre 2000-2002).

Il est aussi chargé d'une mission par le Premier ministre, Lionel Jospin, auprès de Marylise Lebranchu, secrétaire d’État aux PME, au Commerce et à l’Artisanat (août-octobre 1997) : proposer des simplifications administratives pour les PME-PMI. Il est l'auteur du rapport : Simplifions : 55 mesures pour les PME. Pour un nouvel environnement administratif des PME.

Parallèlement, il est, durant cette période, membre de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, rapporteur spécial du Budget sur les comptes spéciaux du Trésor et Entreprises publiques, membre du Comité directeur du FIDESTOM (Fonds d’investissement pour le développement économique et social des TOM), représentant de l’Assemblée nationale au Conseil national des Assurances, membre de la Délégation de l’Assemblée nationale à la Planification et Président du groupe d’amitié France-Belgique de l’Assemblée.

Battu de quelques dizaines de voix le 16 juin 2002 par Gérard Vignoble, il est réélu le 17 juin 2007 pour la XIIIe législature. Il occupe alors notamment la fonction de Secrétaire de la commission des Finances, de l'économie générale et du plan de l'Assemblée et Rapporteur spécial sur la dette.

Dominique Baert aura également été 1er vice-président de Lille métropole communauté urbaine de 2001 (chargé des finances et des ressources) à juillet 2012.

Membre du Parti socialiste jusqu'à son exclusion en 2012 [1], Dominique Baert était membre du conseil national (depuis 2005) et président de l’Union départementale des élus socialistes, démocrates et républicains du Nord (depuis juin 2005), délégué national du parti socialiste aux institutions financières (depuis 2002), et membre du Bureau et du Conseil fédéral de la Fédération du Nord du Parti socialiste (depuis 1993).

Député sortant, Dominique Baert décide de se représenter aux législatives de 2012 alors que l'accord national PS-EELV prévoyait d'attribuer la 8e circonscription à Slimane Tir, conseiller municipal EELV d'opposition de Roubaix (contre la municipalité à majorité socialiste). Réélu aisément (plus de 86 % au second tour dans sa ville de Wattrelos contre le candidat PS-EELV), il rejoint de suite le groupe Socialiste, Républicain et Citoyen (SRC). Il est toutefois exclu du PS pour s'être présenté en dissidence. Élu 1er vice-président de la commission des Finances de l'Assemblée, et donc membre du bureau de la Commission, il est également Rapporteur spécial sur la politique de la ville. Il préside en outre la délégation française à l'assemblée générale de la Coopération des Parlements de la Mer Noire.

En 2014, il est réélu maire de Wattrelos dès le premier tour avec 52,42 % des voix.

Il est réintégré en 2014 au PS[2].

Travail parlementaire[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs textes législatifs dont la suppression de la redevance audiovisuelle pour les plus de 65 ans ou la réduction de 10 à 5 ans du fichage des incidents de paiements auprès de la Banque de France ainsi que d'un amendement éponyme relatif à un abattement de la taxe foncière des lofts situés en ZUS.

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]