Lycée Notre-Dame de Mongré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Notre-Dame de Mongré
logo
Localisation
Localisation Villefranche-sur-Saône, France
Informations
Fondation 1848
par Marie-Thérèse Bottu de la Barmondière
Directeur Denis Jaillard
Type Établissement privé catholique sous contrat d'association avec l'État
Particularités Membre informel de la Ligue Lugdunum
Niveau Ecole d'Elite
Site web www.mongre.org

Le lycée Notre-Dame de Mongré, couramment appelé Mongré, est un établissement d'enseignement secondaire privé catholique situé à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône (France). Fondé en 1848 par les pères jésuites dans le domaine de Mongré, légué par une bienfaitrice, il passe sous la direction des pères assomptionnistes en 1951 et est aujourd'hui dirigé par un corps enseignant laïc, tout en gardant une pédagogie d'inspiration ignatienne. Sa devise est « Christo in adolescentibus » (Pour le Christ qui est dans les adolescents)[1].

L'établissement - dont les élèves sont appelés les Mongréens[2] - est l'un des plus réputés de la région lyonnaise: il accueille près de 2 000 élèves de la maternelle à la terminale. Son taux de réussite au baccalauréat était de 99 % en 2008[3] et de 99,91 % en 2010[4]. Ce site est desservi par les lignes 1, 2, 3, 4 et 5 du Réseau Libellule[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Mongré débute le 14 août 1842, jour où mademoiselle de La Barmondière lègue le domaine de Mongré à la congrégation des Pères jésuites pour y construire un établissement d’éducation pour adolescents. La première rentrée s’effectue en 1848 avec un effectif de 34 élèves qui s’installent au Vieux Château (bâtiment démoli en 1964).

Les bâtiments, conçus par l'architecte M. Bresson, sortent de terre entre 1851 et 1853. La grande chapelle est achevée le 25 mai 1865 et, à la rentrée 1866, Mongré accueille 487 élèves. L'orgue installé dans la chapelle du lycée fut confectionné par l'illustre Aristide Cavaillé-Coll en 1869[6] Les années qui suivent font vivre l'école au gré des grands événements de l’histoire. La direction du 'collège de Mongré' (comme il était alors appelé) va connaître trois périodes distinctes[7] :

  1. La période jésuite (1851-1951)
  2. La période assomptionniste (1951-1975)
  3. La période laïque (1975-aujourd'hui)

Éléments de chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1901 : départ d’une partie de Mongré à Bollengo, l’autre partie restant sur place, mais sans pères jésuites.
  • 1913 : Mongré est vendu par le tribunal de Villefranche. Le 13 avril, une société civile rachète les bâtiments. En octobre, les pères jésuites regagnent Mongré et la rentrée des classes peut avoir lieu normalement.
  • 1939 : réquisition de Mongré, exode des classes secondaires au Vieux Château et des classes de primaire rue Nationale.
  • 1940 : les pères jésuites renoncent momentanément à l’enseignement secondaire à Mongré où ils installent leur noviciat.
  • Mi-juin 1940: 400 réfugiés et 150 artilleurs s’installent dans les locaux du lycée.
  • Octobre 1940: rentrée de l’externat de Mongré dans le Vieux Château.
  • 1944-1945 : occupation des locaux par les FFI, puis par le 2e Cuirassier et une formation du Train des équipages.
  • 1946 : retour dans une aile des locaux actuels de l’externat du Vieux Château sous le nom d’institution Saint-Joseph. Fondation de l’Association familiale scolaire.
  • 1949 : les jésuites renoncent à ouvrir à nouveau le collège de Mongré.
  • 1950-1951 : réouverture du collège par l’Association familiale aidée par les pères assomptionnistes. L’institution Saint-Joseph devient le collège de Mongré; le 1er octobre, l’effectif est de 205 élèves.
  • 1960 : signature d’un contrat d’association pour les classes secondaires (loi Debré), et d’un contrat simple pour les classes primaires. C’est le début d’un nouvel essor pour Mongré.
  • 1962 : les classes terminales deviennent mixtes et accueillent notamment les jeunes filles du pensionnat Notre-Dame.
  • 1964 : démolition du Vieux Château et construction des stades situés à l’Est du domaine.
  • 1967 : l’effectif dépasse pour la première fois 500 élèves.
  • 1968 : La mixité s’étend aux classes du secondaire.
  • 1975 : L’effectif est de 750 élèves. Et le nombre d'élèves ne cessera de croître jusqu’à aujourd'hui.

La tradition jésuite[modifier | modifier le code]

De tradition ignacienne, ce lycée comporte des classes de maternelle, une école primaire, un collège et un lycée (baccalauréats de sections littéraire, économique et sociale, et scientifique).

Enseignement et éducation insistent sur la recherche de l'excellence personnelle, ce qui se traduit par de fortes exigences académiques, mais aussi un fort accent sur le développement personnel. La prise de confiance en soi est la première étape de la « méthode mongréenne » censée aider les élèves à trouver leurs voies professionnelles[8].

La Fête des Terminales[modifier | modifier le code]

La Fête des Terminales, couramment appelée la Fête des Terms par les élèves, est un évènement annuel organisé à Mongré le jour suivant la fin des cours pour les Terminales. Ces dernières années, elle eut lieu à chaque fois le deuxième jeudi du mois de juin ; le dernier jeudi avant la première épreuve du baccalauréat. La première phase de la fête se déroule pendant la journée. Un thème est fixé et les « Terms » sont invités à se déguiser en lien avec celui-ci. En fin de matinée, un brunch est organisé au foyer du lycée en présence des élèves et des professeurs. Puis, un spectacle de chorégraphie nommé le « podium » est proposé par les Terminales aux autres élèves de Mongré qui profitent à ce moment là de leur pause-déjeuner. En milieu d'après-midi, les « Terms » investissent les salles de classe du lycée pour manifester bruyamment leur joie (musique, danse, etc.). Cette pratique a été récemment abolie, à la suite de dégradations de matériels provoqués par certains élèves. Des olympiades ont été instaurées en remplacement. Les Terminales rentrent ensuite chez eux pour se préparer à une soirée beaucoup plus sérieuse. Ils troquent leurs déguisements contre des tenues de soirée. Lorsque 20 heures sonnent à la Grande Chapelle, les Terminales s'y pressent pour assister à la « Cérémonie des Cœurs ». Chaque année depuis 1862, à la veille de leur départ définitif de Mongré, les Philosophes (Terminales) écrivent et signent tous une profession de foi dédiée à la Vierge Marie. La feuille de papier où figurent ces quelques mots est solennellement roulée et enfermée par l'élève dans un cœur de vermeil ou d'argent (aujourd'hui le plus souvent en plastique). Ce cœur est ensuite déposé par l'élève au pied de la statue de Marie sous le regard du proviseur et de quelques professeurs. Certains vœux sont conservés chaque année et inscrits au patrimoine de Mongré, la collection constitue aujourd'hui un véritable témoignage de l'attachement des élèves à leur établissement. Enfin, la fête prend place dans le réfectoire du lycée où un discours est prononcé par le major et le vice-major au nom de la promotion. L'audience assiste à l'allocution autour d'un apéritif dinatoire. La soirée continue avec un spectacle (sketchs, chansons, etc.) préparé en hommage aux professeurs par l'ensemble des classes de Terminale. Puis, « le bal de promo » est lancé et dure une bonne partie de la nuit.

Les bébés du cœurs[modifier | modifier le code]

Chaque année les élèves sont sensibilisés avec les bébés du cœur ils doivent récolter le maximum de papier remplis de couches, petits pots,... Une après-midi est consacrée à récolter les dons. Une petite fête est organisée où les élèves peuvent se produire devant plus de 2000 autres. Les récoltes de l'année 2013 sont estimées à plus de 20 000 euros.

Mongré un établissement éco. responsable[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années maintenant, Mongré est un établissement éco responsable. Le développement durable est devenu une des valeurs de l'établissement. À chaque début d'année, les élèves se présentent en tant qu'élèves éco-délégués. Ils sont chargés de représenter leur classe dans le respect de l’environnement. Ils ont pour rôle, entre autres, de ramasser les papiers dans les classes et de nettoyer le parc durant les fêtes de l’année. Des réunions sont organisées régulièrement afin d'établir des programmes d'action, des campagnes de sensibilisations et autres démarches écologiques.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Anciens élèves célèbres[modifier | modifier le code]

Anciens professeurs célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comme l'indique le fronton de l'atrium.
  2. Un livre d'Axel Vachon, Les Paladins de Mongré est sorti en 2012, relatant la vie de quatre jeunes Mongréens ayant pour mission de protéger leur lycée ainsi que tout ses occupants
  3. http://www.lefigaro.fr/palmares-lycees/academie-lyon/rhone/0690552a-villefranche-sur-saone-leg-lycee-notre-dame-de-mongre/
  4. http://www.mongre.org/06-administration/news.htm
  5. http://www.buslibellule.fr/
  6. L'instrument est classé monument historique depuis 1977.
  7. http://www.mongre.org/04-historique/historique.htm
  8. http://www.mongre.org/03-lycee/2nde.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Louis de Gonzague, Deux centenaires à l'école libre Notre-Dame de Mongré, 1882.
  • Axel Vachon, Les Paladins de Mongré, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]