Expansion de l'Empire ottoman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'avènement et l'expansion de l'Empire ottoman se réalise du XVe au XVIIIe siècles, vis-à-vis de ses zones voisines d'Europe, du Moyen-Orient et de l'Asie.

Après la domination des Omeyyades et des Abbassides, les dynasties turques s'imposent, tout d'abord avec les Seldjoukides, puis avec les Ottomans qui conquièrent en 1453 Constantinople, dont ils font leur capitale. Le grand Empire ottoman s'étend en Asie, au nord de l'Afrique et en Europe balkanique et danubienne. Leur dynastie s'éteint seulement en 1922 avec Mehmed VI et la naissance de la république turque.

Rappels chronologiques[modifier | modifier le code]

Du VIIe au XIVe siècles :

Expansion de l'Empire ottoman[modifier | modifier le code]

Après Constantinople, Mehmet II, dit le Conquérant, soumet grâce à l'armée ottomane la Grèce, l'Albanie et la Serbie, mais sans réussir à conquérir Belgrade (1456), puis en 1477, la Bosnie et l’Herzégovine. Son successeur, le sultan Selim Ier, vainc l’Irak, la Perse et plus tard l’Égypte.

Soliman le Magnifique[modifier | modifier le code]

Soliman le Magnifique monte sur le trône en 1520 et devient le plus grand des sultans ottomans. Il conquiert Belgrade en 1521, occupe Rhodes en 1522 où se trouvent les chevaliers de St Jean qui se déplacent à Malte ; il soumet enfin tout le nord de l’Afrique et défait le roi de Bohême et de Hongrie, Louis II, qui est tué en 1526.

En 1538, Charles Quint, le Pape et Venise s’allient pour affronter la flotte turque au large de l’Albanie. Il n’en ressort aucun vainqueur. Soliman s’allie avec la France qui dispose de nombreux intérêts commerciaux avec les Turcs.

En 1529, l’armée turque conquiert Buda et, la même année, assiège Vienne. D’importants succès sont obtenus grâce au corps de fantassins des Janissaires. Soliman meurt en 1566.

La Méditerranée et l'Empire ottoman – La bataille de Lépante[modifier | modifier le code]

Carte donnant la situation de l'Empire ottoman en 1683.

Selim II succède à Soliman et continue sa politique expansionniste. Ils sont les maîtres de la Méditerranée, grâce aussi à l’alliance avec la France.

En 1565, les Ottomans attaquent Malte, mais les chevaliers de St Jean, aidés par l’Espagne, repoussent l’assaut. Charles Quint, en 1535, lance contre les Turcs une croisade soutenue par le pape Paul III, les Portugais et les Hospitaliers. Il prend Tunis, libérant 20 000 prisonniers chrétiens. En 1541, il cherche à conquérir Alger, mais l’attaque échoue.

En 1570, les Turcs reprennent Tunis et assiègent Chypre, après avoir lancé un ultimatum à Venise. Ainsi, le 25 mai 1571, se conclut la « Sainte Ligue » entre l’Espagne, Venise, le pape Pie V, le duc de Savoie, l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ainsi que d’autres petites républiques italiennes.

C’est l’époque de la Réforme protestante qui, souvent, sympathise avec les Turcs, en raison de leur aversion des Catholiques. En octobre, la Sainte Ligue se met en marche et, le 7, à Lépante, obtient une victoire miraculeuse contre la flotte turque. 80 navires turcs sont coulés, 130 capturés et 50 000 Turcs sont tués ou fait prisonniers. Cette victoire est attribuée à la Vierge Marie, vue comme Celle qui piétine le Croissant, symbole des Musulmans. Pie V instaure alors la fête de Notre-Dame des Victoires, fixée ensuite par Grégoire XIII comme fête de Notre-Dame du Rosaire.

Les divisions des princes chrétiens favorisant un retour des musulmans, Venise abandonne la Sainte Ligue et conclut une paix séparée avec Selim II.

En 1661, l’empereur Léopold d’Autriche tente de reconquérir la Hongrie, mais en vain, et en 1663, les Ottomans atteignent Presbourg et menacent Vienne. S’ensuit une nouvelle coalition qui obtient une victoire en 1664 contre les Turcs. Puis Vienne est à nouveau assiégée jusqu’à ce que, le 12 septembre 1683, à Kahlenberg, en Autriche, les forces chrétiennes, sous la conduite du duc Charles V de Lorraine et du roi de Pologne, battent les Ottomans par une victoire totale, jugée comme un nouveau miracle. Pour rappeler un tel événement, le pape institue la fête du Nom de Marie.

Le nouveau sultan, Soliman II, capitule sur tous les fronts. Par l’accord de Karlowitz, en 1699, l’Empire romain germanique s’attribue la Hongrie, la Croatie, la Transylvanie et la Slavonie; Venise s’octroie une grande partie de la Dalmatie, et la Pologne, d’autres régions plus au nord.

Après la défaite de Vienne, commence la décadence turque. Le 5 août 1716, le prince Eugène de Savoie bat encore les Ottomans.

La Russie, l'Empire ottoman et les chrétiens orthodoxes et orientaux[modifier | modifier le code]

Carte donnant la situation de l'Empire ottoman en 1801.

Avec la chute de Constantinople et le mariage entre Ivan III et la fille du dernier empereur byzantin, la Russie se sent héritière historique du patrimoine orthodoxe byzantin et siège de la « troisième Rome ». Les tsars se considèrent comme les protecteurs des chrétiens orthodoxes.

Catherine II de Russie (1729-1796) veut restaurer l’ancien Empire byzantin de Constantinople et chasser le sultan d’Istanbul. Les Russes vainquent les Turcs sur la Mer Noire en 1768, et détruisent leur flotte. La tsarine Catherine reconquiert l’Ukraine et la Crimée, mais ne réussit pas à reprendre Istanbul. En effet, les Turcs détruisent la flotte russe lors d’une nouvelle bataille sur la Mer Noire et, en 1792, la tsarine doit signer le traité de paix de Jassy, qui modère ses projets.

Frises chronologiques[modifier | modifier le code]

À compter de 1300 :

Déclin et chute de l'Empire ottoman Déclin et chute de l'Empire ottoman Stagnation de l'Empire ottoman Expansion de l'Empire ottoman Empire ottoman Époque des beylicats Epoque contemporaine Révolution française Renaissance Epoque moderne Moyen Age Murad V Mustafa IV Mustafa III Mustafa II Ibrahim Ier Mehmed III Selim Ier Mehmed II Beyazid I Mehmed VI Abdulaziz Selim III Osman III Ahmed II Murad IV Ahmed I Selim II Murad II Murad I Mehmed V Abdülmecit Ier Abdülhamid Ier Mehmed I Soliman II Mustafa I Murad III Beyazid II Murad II Orhan Ier Abdülhamid II Mahmud II Ahmed III Mehmed IV Osman II Mustafa Ier Soliman le Magnifique Mehmed II Mehmed Ier Osman Ier Première ère constitutionnelle (Empire ottoman) Deuxième ère constitutionnelle (Empire ottoman) Histoire de l'Égypte ottomane Tanzimat Guerre d'indépendance grecque guerre russo-turque Efforts de réformes militaires Montée du nationalisme dans l'Empire Ottoman Ère de la Tulipe de l'Empire Ottoman Bataille de Vienne Bataille de Chaldiran Guerres ottomanes en Europe Guerres ottomane au Proche-Orient Chute de Constantinople Siège de Salonique Bataille d'Ankara Bataille du Kossovo Dynastie ottomane