Traité de Passarowitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le traité de Passarowitz et ses conséquences

La paix de Passarowitz du 21 juillet 1718 est le traité qui met fin à la guerre entre l'empire ottoman et la République de Venise commencée en 1714. L'empire d'Autriche était intervenu aux côtés des Vénitiens en avril 1716.

Le traité est signé dans la ville serbe de Požarevac (connu des historiens sous son nom autrichien de Passarowitz) par Ibrahim Aga et Mehmed Aga, représentants du sultan ottoman Ahmed III, par le baron Damian Hugo von Virmont et le comte Talman, représentants de l'empereur Charles VI, par Carlo Ruzzini pour Venise et par le chevalier Robert Sutton et le comte de Collyer représentant la médiation de l'Angleterre et de la Hollande[1]. Quelques jours après, la république de Venise signe un traité avec les représentants du sultan.

La situation[modifier | modifier le code]

De 1714 à 1718, les Turcs mènent des actions militaires victorieuses contre Venise en Grèce et en Crète, mais ils sont battus par les Vénitiens devant Corfou (été 1716) et balayés par les troupes autrichiennes du prince Eugène de Savoie lors des batailles de Petrovaradin (5 août 1716), de Timișoara (1er octobre 1716) et de Belgrade (18 août 1717).

Le contenu du traité[modifier | modifier le code]

Sur la base de ces opérations militaires, la paix de Passarowitz se limite à consolider une série de modifications territoriales, sur la base du principe de l'Uti possidetis juris :

Des accords commerciaux sont signés le 27 juillet qui attribuent aux marchands autrichiens la liberté de commercer dans les territoires de l'Empire ottoman[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Guerre turco-autrichienne de 1716-1718. Huile sur toile exposée au Musée national hongrois

D'un point de vue politique, la paix de Passarowitz, s'il met fin à une guerre séculaire entre Venise et les Turcs, marque le début du déclin de la Sérénissime et consacre la présence turque en Grèce. Le plus grand succès est remporté par l'Autriche qui atteint sa plus grande extension dans les Balkans.

Dans les arts[modifier | modifier le code]

Action de grâces pour la paix de Passarowitz en Serbie (1718) "Der Herr Zebaoth ist mit uns" composé par Georg Philipp Telemann

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Charles Ingrao, Jovan Pesalj, Nikola Samardzic [dir.], The Peace of Passarowitz, 1718, West Lafayette : Purdue University Press, 2011. 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abrégé de l'histoire des traités de paix entre les puissances de l'Europe page 44
  2. Abrégé de l'histoire des traités de paix entre les puissances de l'Europe page 45.
  3. Abrégé de l'histoire des traités de paix entre les puissances de l'Europe page 50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]