Charles V de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles de Lorraine.
Charles V de Lorraine
Charles V, duc de Lorraine.
Charles V, duc de Lorraine.

Titre Duc de Lorraine
(16751690)
Autre titre Duc de Bar
Prédécesseur Charles IV de Lorraine
Successeur Léopold Ier de Lorraine
Commandement Généralissime des armées impériales
Faits d'armes Bataille de Saint-Gothard
Siège de Mayence
Biographie
Dynastie Maison de Lorraine
Surnom Le Duc sans Duché
Naissance 3 avril 1643
Vienne, archiduché d'Autriche
Décès 18 avril 1690 (à 47 ans)
Wels, archiduché d'Autriche
Père Nicolas François de Lorraine
Mère Claude de Lorraine
Conjoint Éléonore d'Autriche
Enfants Léopold Ier de Lorraine
Charles-Joseph de Lorraine
Éléonore de Lorraine
Charles Ferdinand de Lorraine
Joseph de Lorraine
François de Lorraine

Lorraine Arms 1538.svg


Charles V Léopold de Lorraine, appelé parfois le Duc sans Duché, né à Vienne le 3 avril 1643, mort à Wels (Autriche) le 18 avril 1690, fut duc de Lorraine et de Bar en titre de 1675 à 1690. Il était fils de Nicolas François, brièvement duc de Lorraine, et de Claude de Lorraine.

Projets de jeunesse[modifier | modifier le code]

Le jeune Charles était destiné à une vie ecclésiastique. Il reçut dès 1645 l' Abbé de Gorze et en 1648 fut nommé grand prévôt du Chapitre canonial de Saint-Dié. Mais la mort de son frère aîné en 1659 le fait héritier du trône ducal de Lorraine, le fils que son oncle Charles IV avait eu de Beatrix de Cusances étant regardé comme illégitime. Le prince Charles renonce à une carrière religieuse pour se rendre disponible.

Charles, alors âgé de 18 ans, vit d'abord à la cour de France, résidant à Paris au Palais du Louvre. Sa tante Marguerite de Lorraine - tante par alliance de Louis XIV de France - vit avec ses filles au Palais du Luxembourg.

Charles est très proche de l'aînée d'entre elles Marguerite-Louise d'Orléans, mais la politqie sépare les amoureux et il doit pourtant renoncer à elle lorsqu'elle épouse à son grand regret le grand-duc de Toscane Cosme III; il l'accompagne cependant dans son voyage jusqu'à la frontière italienne.

Peu après, en 1662, il est fiancé à Marie Jeanne Baptiste de Savoie, parente du roi Louis XIV de France, il voit ses vues contrariées de nouveau : en 1665 il s'oppose ouvertement au traité de Montmartre, par lequel son oncle Charles IV, contraint et forcé par les armes, cède la Lorraine et le Barrois à la France contre des intérêts médiocres. Les fiançailles sont alors rompues; le jeune Charles s'installe définitivement auprès de l'empereur Léopold Ier, la Lorraine et une partie du Barrois étant terre d'Empire.

Une grande carrière[modifier | modifier le code]

Charles se met au service de l'Empereur dès 1663. Le 1er août 1664, il s'illustre à la bataille de Saint-Gothard contre les Turcs. En septembre 1675, il est nommé généralissime des armées impériales; il prend aussi le titre de duc de Lorraine et de Bar, son oncle Charles IV étant mort le même mois. Tous les États européens le reconnurent comme tel, à l'exception de la France, qui occupait les duchés.

Un mariage princier[modifier | modifier le code]

L 'archiduchesse Eléonore, reine de Pologne

À la cour de Vienne, Charles fréquente la jeune demi-sœur de l'Empereur Léopold Ier, l'archiduchesse Éléonore d'Autriche (1653-1697), « reine douairière de Pologne ». Après cinq années de relations sentimentales, en 1678, Charles l'épouse ; c'est un mariage d'amour.

Pourtant ce mariage sans avantage politique pour une archiduchesse de la Maison de Habsbourg, sœur de l'Empereur et reine de surcroît (Tu, Felix Austria Nube) et un duc sans territoire, excite les jalousies et fait jaser. L'Empereur fait taire les oppositions en donnant à son beau-frère le gouvernement de la province de Tyrol, permettant ainsi au jeune couple de vivre loin des intrigues de la Hofburg tout en maintenant son rang.

De santé précaire, le duc appelle à son chevet le frère capucin Vénitien Marc d'Aviano dont les dons thaumaturges commencent à être connus. Guéri, le duc parle du capucin à son beau-frère l'empereur Léopold Ier. Le capucin et l'empereur se lieront d'amitié et feront cause commune avec le duc de Lorraine dans la Grande guerre turque qui consacrera la défaite de l'Empire ottoman en Europe.

Un grand chef militaire[modifier | modifier le code]

Entrée triomphale dans Bude de Charles V.

En septembre 1683, avec le concours du roi de Pologne Jean III Sobieski, il attaque et vainc les Turcs qui assiégeaient Vienne depuis deux mois. Il mène ensuite plusieurs expéditions dans la partie de la Hongrie occupée par les Ottomans, est victorieux au siège de Buda (1686) dont il s'empare, reconquiert la Hongrie, puis la Slavonie et la Transylvanie en 1687.

Tombé une première fois malade, il abandonne son commandement en mai 1688 à Maximilien Emmanuel, électeur de Bavière. Rétabli, il reçoit un commandement lors de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, mais tombe malade de nouveau; il meurt le 18 avril 1690.

Article connexe : Siège de Mayence (1689).

Si l'on en croit Voltaire[1], Louis XIV, en apprenant sa mort, déclara : J'ai perdu le plus grand, le plus sage et le plus généreux de mes ennemis.

Postérité[modifier | modifier le code]

Par son mariage et sa présence à la cour de Vienne, Charles V a tissé des liens familiaux et culturels forts avec les Habsbourg d'Autriche, lesquels prépareront les destinées de son petit-fils François III de Lorraine.

De son union avec Éléonore naissent :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Siècle de Louis XIV.