Abolition du sultanat ottoman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le 1er novembre 1922, le sultanat ottoman fut aboli par la Grande assemblée nationale turque et le sultan Mehmed VI quitta le pays. Cela permit au gouvernement du mouvement national turc à Ankara de devenir l’unique entité de gouvernance dans le pays, et la fondation de la république de Turquie l'année suivante en 1923.

Contexte[modifier | modifier le code]

Défaite à l’issue de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'Empire ottoman, sous Mehmed V et les Jeunes-Turcs, avait pris le parti des empires centraux durant la Première Guerre mondiale. Malgré des succès initiaux contre les troupes du Commonwealth britannique, le vent tourna défavorablement pour l'empire en déclin et ses alliés, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie.

L'Empire ottoman perdit une grande partie de son territoire à l’issue de la Première Guerre mondiale et des guerres balkaniques qui l’avaient précédée[1], achevant son déclin et sa dissolution, qui avait commencé à la fin des années 1600. En 1918, quand l'Empire ottoman termina la guerre, il avait perdu beaucoup de son territoire suite à son partitionnement par les forces alliées victorieuses, à l'exception de la patrie ottomane d'Anatolie.

Guerre d'indépendance turque[modifier | modifier le code]

La fierté nationale turque ressortit très blessé par la guerre, et de nombreux Turcs se lassèrent du système politique séculaire ottoman. Ce qui exaspéra surtout les Ottomans fut surtout la dissolution par Mehmed VI du parlement, ce qui a entraîna la création, par le mouvement national turc, dirigé par le général Mustafa Kemal, d’un gouvernement à Ankara pour s'opposer à la fois à l’invasion alliés et à l'ancien gouvernement monarchiste de Constantinople soutenant le sultanat[2]. Pendant ce temps, la guerre d'indépendance turque éclata entre l'armée nationaliste et les forces armées grecques. Les combats furent particulièrement sévères à Smyrne, où une campagne de guérilla turque, mené par Mustafa Kemal, empêcha les Grecs d'occuper la région (voir la guerre gréco-turque (1919-1922)).

De 1920 jusqu'en 1922, le gouvernement nationaliste turc fut engagé dans des conflits avec les pays voisins et fit face à l'invasion des puissances européennes, dont la France (voir la guerre franco-turcque), tandis que les Alliés sécurisaient Constantinople, la capitale de Mehmed.

La Grande Assemblée nationale agit[modifier | modifier le code]

Résolution proposée à l'Assemblée[modifier | modifier le code]

Le 1er novembre 1922, la Grande assemblée nationale nationaliste déclara que le gouvernement du sultanat de Constantinople n'était plus le gouvernement turc légal, désignant le corps nationaliste à Ankara pour la remplacer. L'Assemblée décida également que Constantinople n'était plus la capitale de la nation depuis son occupation par les Alliés[2]. Le gouvernement de Constantinople avait montré une certaine résistance contre le gouvernement d'Ankara, formant la Kuva-yi Inzibatiye, connu comme l' « armée du Calife », pour vaincre le mouvement nationaliste turc Kuva-yi Milliye (Forces nationales), mais elle fut défaite par les forces nationalistes. Dans une autre déclaration, le sultanat fut divisée entre l’administration du sultan et le calife de l'islam, fonctions qui étaient réunies depuis 1517. L'ancienne fonction fut aboli, et le cousin de Mehmed, Abdülmecit II, fut fait calife.

L'Assemblée fut également motivée par une invitation alliée, envoyée à la fois aux gouvernements de Constantinople et d'Ankara, d’apparaître lors d'une conférence à Lausanne. Mustafa Kemal était déterminé[2] que seul le gouvernement d'Ankara fut représenté à la conférence.

Le départ de Mehmed[modifier | modifier le code]

Après avoir appris la résolution, Mehmed VI chercha refuge[3] à bord du navire de guerre britannique Malaya le 17 novembre. Après cela, les derniers ministres du gouvernement de Constantinople acceptèrent volontairement le gouvernement d'Ankara que le gouvernement turc légitime, mettant ainsi fin à la dispute, en faveur du gouvernement d'Ankara. Le cousin de Mehmed VI, Abdulmecid, resta comme calife jusqu'en 1924, lorsque cette fonction fut également supprimée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Who's Who - Sultan Mehmed V. First World War.com (2009-08-22). Retrieved on 2013-08-12.
  2. a, b et c Turkish War of Independence. All About Turkey. Retrieved on 2013-08-12.
  3. Who's Who - Sultan Mehmed VI. First World War.com (2009-08-22). Retrieved on 2013-08-12.