Douglass North

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Douglass Cecil North (né le 5 novembre 1920) est un économiste américain. Il a reçu le prix Nobel d'économie en 1993.

Parcours[modifier | modifier le code]

Né à Cambridge dans le Massachusetts, il est diplômé de l'Université de Berkeley, en sciences politiques, en philosophie et en économie. Il s'engage dans la Marine marchande durant la Seconde Guerre mondiale. Avant d'obtenir son Ph.D, North a aussi travaillé comme photographe semi-professionnel, notamment avec la photographe Dorothea Lange.

Douglass North a enseigné à l'Université Washington de Saint-Louis en 1983, comme Henry R. Luce Professeur de Droit et Liberté dans le département d'économie. Il a été également directeur du centre d'économie politique de 1984 à 1990. En 1992, il devient le premier économiste historien à gagner une des plus prestigieuses récompenses chez les économistes, la médaille John R. Commons. Avec Ronald Coase et Oliver Williamson, il a fondé la société internationale pour la nouvelle économie institutionnelle, qui a tenu son premier meeting à Saint Louis en 1997. Ses recherches actuelles concernent les droits de propriétés, les coûts de transaction, l'histoire de l'organisation économique et l'économie du développement.

North est également conseiller dans le consensus de Copenhague.

Pensée[modifier | modifier le code]

Douglass North est un économiste membre du courant institutionnaliste. En effet, les institutions - qu'il définit comme étant des "contraintes humainement conçues qui structurent les interactions politiques, économiques et sociales" - sont essentielles à la croissance économique. En garantissant les droits de propriété, elles permettent une baisse des coûts de transaction (Ronald Coase) et de ce fait une hausse de la croissance¹. Les institutions représentent le moteur essentiel de la croissance. Ce sont l'ensemble de règles et d'organisations chargées de les faire respecter. Pour North, un cout de production ne se compose pas uniquement des couts de transformation, il y a également des couts de transactions (collecte d'informations et passation des contrats). Hernando de Soto lui rendra d'ailleurs hommage en 2000 avec la publication de son ouvrage le Mystère du capital.

En outre, s'il est membre de l'École libérale néoclassique, il rejeta l'un de ses postulats majeurs, celui de la rationalité des agents économiques, en se penchant sur le rôle de l'idéologie dans l'économie¹.

Publications principales[modifier | modifier le code]

  • Institutional Change and American Economic Growth, Cambridge University Press, 1971 (avec Lance Davis).
  • The Rise of the Western World: A New Economic History, 1973 (avec Robert Thomas).
  • Growth and Welfare in the American Past, Prentice-Hall, 1974.
  • Structure and Change in Economic History, Norton, 1981.
  • Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge University Press, 1990.
  • Institutions, 1991.
  • Empirical Studies in Institutional Change, Cambridge University Press, 1996 (avec Lee Alston et Thrainn Eggertsson).
  • Understanding the Process of Economic Change, Princeton University Press, 2004.
  • Violence and social orders, avec John Joseph Wallis et Barry R. Weingast, Gallimard, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]