Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France

Logo de l’association
Cadre
But Scoutisme
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 1911
Identité
Affiliation internationale OMMS et AMGE
Méthode Scoutisme protestant co-éduqué
Membres 5583[1]
Site web www.eeudf.org

Les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France est une association de scoutisme française, d'origine protestante.

L’adjectif « unioniste » se rapporte aux Unions chrétiennes de jeunes gens, mouvement de jeunesse protestant au sein duquel l'association apparaît et dont elle prend son indépendance en 1920. Aujourd’hui, les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France se définissent comme un mouvement protestant de scoutisme ouvert à tous[2].

Mouvement d’éducation populaire agréé par le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative et reconnu d’utilité publique, l'association est membre de la Fédération du scoutisme français et est à ce titre membre de l'Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS) et l’Association mondiale des guides et éclaireuses (AMGE). Elle est également membre de la Fédération protestante de France et de la Coordination française pour la Décennie de la culture de non-violence et de paix ainsi que du réseau Scoutisme protestant.

Le mouvement compte, en 2010, environ 5 600 membres[1].

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1909 : création de la première unité d’adolescents à Nantes par le pasteur Emmanuel Chastand[3].
  • 1911 : création des premières troupes d'Éclaireurs unionistes au sein des Unions chrétiennes de jeunes gens. Samuel Wiliamson, secrétaire général des UCJG, développe la méthode de Robert Baden-Powell en France.
  • 1912 : dépôt des premiers statuts de l’association. Création des premières unités d'éclaireuses unionistes.
  • 1921 : fondation de la fédération française des éclaireuses. Une branche unioniste regroupe toutes les unités d'éclaireuses unionistes.
  • 1940 : la fédération du scoutisme français voit le jour. Les Éclaireurs unionistes (EU) et la Fédération française des éclaireuses (FFE) sont tous deux présents dans la fédération
  • 1947 : le « Jamboree de la paix » a lieu à Moisson en France (6e jamboree mondial). Le mouvement des Éclaireurs unionistes est reconnu d'utilité publique.
  • 1970 : réunion des Éclaireurs unionistes et de la branche unioniste de la Fédération française des éclaireuses. L'association devient la Fédération des éclaireuses & éclaireurs unionistes de France (FEEUF), le logo prend la forme qu'il a gardé depuis.
  • 1995 : l’association devient les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France (EEUdF). La plupart des unités sont mixtes et donc l’association ne fédère plus les unités féminines et masculines.
  • 1997 : lors de son congrès national, le mouvement se dote d’un projet éducatif. Le projet éducatif est validé en 1998 lors de l’assemblée générale.
  • 2007 : 100 ans du scoutisme
  • 2011 : 100 ans du mouvement des Éclaireurs unionistes. 150 éclaireuses et éclaireurs se rendent au 22e jamboree scout mondial en Suède

Organisation[modifier | modifier le code]

Le mouvement est organisé en trois tranches d'âges appelées « Branches » :

  1. Les louveteaux et louvettes : de 8 à 12 ans (branche cadette)
  2. Les éclaireuses et éclaireurs : de 12 à 16 ans (branche moyenne)
  3. Les aînés : de 16 à 19 ans (branche aînée)

Les groupes sont encadrés par des responsables bénévoles (à partir de 17 ans pour les louveteaux, 18 ans pour les éclaireurs, 21 ans pour les aînés), qui mettent en œuvre le projet éducatif du mouvement.

Un groupe local est l'ensemble constitué par une unité de chacune des trois branches, souvent au sein de mêmes locaux ou d'une même paroisse protestante. Un conseiller de groupe local (CGL) coordonne les activités des trois branches.

Chacune des 14 régions regroupe un nombre restreint de groupes locaux et est dirigé par une équipe régionale. Les régions des EEUdF ne correspondent pas toujours aux régions administratives françaises.

Chaque région envoie un coordonnateur au sein du conseil d'administration de l'association. Chaque année, une assemblée générale est réunie avec les délégués des responsables et des parents de chaque région. Elle décide des grandes orientations du mouvement.

Les décisions soumises au vote au conseil d'administration ou à l'assemblée générale sont faites principalement à l'initiative du bureau et des commissions. Les commissions regroupent plusieurs membres chargés de travailler sur un aspect particulier de la vie du mouvement, comme la pédagogie des différentes branches ou encore ses finances ou la formation des responsables.

Le secrétariat national du mouvement, situé rue Beregovoy à Clichy, dans les Hauts-de-Seine, est chargé des questions administratives, juridiques et financières. La présidente des EEUdF est, depuis le 29 janvier 2012, Elsa Bouneau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF]Rapport d'activité 2009-2010
  2. [1]
  3. Jean-Paul Morley, La Mission Populaire Evangélique, Paris, Bergers et Mages, ISBN 2-85304-107-7, 1993 Christophe Carichon, Scouts et Guides en Bretagne, Yoran Emmbanner éd. ISBN 978-2-916579-10-8

Liens externes[modifier | modifier le code]