Death Note

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Death Note

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la franchise Death Note

デスノート
(Desu Nōto)
Type Shōnen
Genre Policier, Fantastique, Thriller psychologique, Surnaturel, Mystère, Suiri, Dark fantasy
Manga
Scénariste Tsugumi Ōba
Dessinateur Takeshi Obata
Éditeur Drapeau du Japon Shūeisha
Drapeau de la France Drapeau des Pays-Bas Drapeau du Québec Kana
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Jump
Drapeau de la Malaisie Arena Komik (en)
Sortie initiale décembre 2003mai 2006
Volumes 13
Anime japonais
Réalisateur
Scénariste
Studio d’animation Madhouse
Licence Drapeau du Japon Nippon Television
Drapeau de la France Kana Home Video
Chaîne Drapeau du Japon Nippon Television
1re diffusion 3 octobre 200626 juin 2007
Épisodes 37

Autre

Death Note (デスノート, Desu Nōto?, littéralement Cahier de la Mort) est un shōnen manga écrit par Tsugumi Ōba et dessiné par Takeshi Obata. Il a été prépublié dans le magazine Weekly Shōnen Jump de décembre 2003 à mai 2006, par la suite publié en douze tankōbon de mai 2004 à octobre 2006 par Shūeisha. Le manga a été traduit dans de nombreuses langues. La version française est éditée par Kana depuis janvier 2007.

Face au succès du manga, une adaptation en anime de 37 épisodes a été réalisée par le studio Madhouse et diffusée du 3 octobre 2006 au 26 juin 2007 sur Nippon Television, au Japon. En France, l'anime a été diffusé à partir du 2 février 2008 sur MCM et sur Virgin 17 en décembre 2008 dans l'émission Manga Trash, avec deux épisodes.

Death Note a aussi connu trois adaptations cinématographiques, sorties au Japon entre 2006 et 2008, puis directement en DVD en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire est centrée sur Light Yagami (Raito Yagami dans la version originale), un lycéen qui découvre un cahier aux pouvoirs surnaturels, le « Death Note ». Ancienne propriété d'un dieu de la mort, le Death Note permet à son utilisateur de tuer toute personne dont il connaît le nom et le visage. Le scénario suit les efforts de Light pour créer un monde utopique débarrassé du mal grâce au Death Note, ainsi que les conflits entre lui et ses opposants. Au fur et à mesure du manga on peut s’apercevoir que Light commence à devenir de plus en plus fou...

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le « L » que L utilise pour se représenter. La police utilisée est Old English Text MT.

Light Yagami est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel criminel et corrompu. Sa vie change du tout au tout le jour où il ramasse par hasard un mystérieux cahier intitulé « Death Note ». Le mode d'emploi inclus dans le cahier indique que « la personne dont le nom est inscrit dans ce carnet meurt ». D'abord sceptique, Light teste le carnet et découvre que son pouvoir est bien réel. Il rencontre l'ancien propriétaire du Death Note, un dieu de la mort nommé Ryûk. Celui-ci déclare avoir volontairement laissé tomber son carnet dans le but de se divertir.

Light décide d'utiliser le Death Note pour exterminer les criminels, dans le but d'éradiquer le Mal et de bâtir un monde parfait dont il sera le dieu. Il apprend peu à peu à se servir des pouvoirs du cahier. L'utilisateur peut seulement tuer une personne dont il connaît le visage, en y inscrivant son nom. Il peut également en préciser la cause ainsi que les circonstances détaillées, la cause par défaut étant la crise cardiaque.

Les Death Note appartiennent à la base aux dieux de la mort, et s'ils le perdent, ils se voient dans l'obligation de rester avec l'humain le possédant jusqu'à sa mort pour le récupérer.

Les nombreuses morts inexpliquées de criminels à travers le monde attirent l'attention d'Interpol et du mystérieux L, un détective capable de résoudre n'importe quelle énigme, mais dont personne ne connaît l'identité . L décide d'enquêter pour capturer le tueur en série, surnommé par le grand public « Kira » (キラ?, dérivé de la prononciation japonaise de « killer »). Entre Light et L, tous deux persuadés d'agir pour la justice, s'engage un combat acharné pour découvrir en premier l'identité de l'autre.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Death Note.
Light Yagami (夜神月, Yagami Raito?)
Personnage principal de l'histoire, Light est un lycéen surdoué qui juge le monde actuel corrompu et perverti. Quand il trouve par hasard le Death Note abandonné par un dieu de la mort (Ryuk), il décide de l'utiliser pour exterminer tous les criminels, sous le nom de Kira (mot japonais dérivé de killer, « tueur » en anglais). Son but est de créer un monde utopique débarrassé du Mal, où il pourra régner en dieu. Sa santé mentale et son humanité s'altèrent au fur et à mesure que l'histoire progresse.
L (エル, Eru?)
Principal adversaire de Light, L est considéré comme le meilleur détective au monde, bien que son identité soit inconnue. Il enquête sur l'affaire Kira. Il se fait appeler Ryûzaki et Ryuga Hideki. Son nom réel reste inconnu dans les 12 premiers tomes du manga, mais son véritable nom, L Lawliet (エル・ローライト, Eru Rōraito?), est dévoilé dans le 13ème tome, How to read it. Son comportement excentrique n'a d'égal que son intelligence.
Ryuk (リューク, Ryūku?)
Ryuk est un dieu de la mort qui s'ennuie profondément dans le monde des dieux de la mort. Possédant deux Death Note, il en abandonne un dans le monde des humains dans le but de se divertir. Il suit Light partout (car celui-ci est le nouveau propriétaire du Death Note et Ryuk se doit de le suivre jusqu'à la mort de Light) mais reste neutre par rapport aux événements. Il a une grande faiblesse pour les pommes, que l'on ne trouve pas dans l'autre monde.
Misa Amane (弥海砂, Amane Misa?)
Misa est une jeune fille qui admire Kira et ses actions. Assez puérile, elle est un mannequin très populaire, une Idol (アイドル, aidoru?, starlette), au style vestimentaire axé sur le « gothic lolita » et punk. Elle est amoureuse de Light et ferait n'importe quoi pour lui. Elle aussi a un Death Note et son dieu de la mort s'appelle Rem.
Soichiro Yagami (夜神?, Yagami Sōichirō?)
Sôichirô a une grande confiance envers son fils et un amour sans limites pour sa fille et sa femme. Il a un grand sens de la justice et n'hésite pas à s'allier avec L pour lutter contre Kira qu'il considère comme un dangereux assassin.
Même lorsqu'il sera hospitalisé pour surmenage après avoir fait une attaque cardiaque, il n'hésitera pas à prendre un camion pour stopper la diffusion des cassettes envoyées par le 2e Kira (Misa), malgré tout il s'oppose à ce que son fils rejoigne le bureau d'enquête trop vite.
Near (ニア, Nea?)
Near est un des candidats à la succession de L. Il a grandi à la « Wammy's House », un orphelinat réservé aux enfants surdoués. Calme et calculateur, il a de nombreux points communs avec L. Son signe particulier est qu'il adore jouer avec des jouets d'enfants, ce qui lui valait de nombreuses moqueries lorsqu'il était à l'orphelinat. Son vrai nom est Nate River (ネイト・リバー, Neito Ribā?).
Mello (メロ, Mero?)
Mello est, comme Near, un des candidats à la succession de L et a également grandi à la « Wammy's House ». Son signe particulier est qu'il mange toujours du chocolat, signe qui sera repris par Near à la fin du manga en son hommage. D'un naturel emporté, son but est de surpasser L et Near. Son vrai nom est Mihael Keehl (ミハエル・ケール, Mihaeru Kēru?).
Rem (レム, Remu?)
Rem est un dieu de la mort femelle plutôt sérieuse et intelligente. Elle est très proche de Misa, pour qui elle a des sentiments et se sacrifie pour elle au milieu de l'anime/manga.
C'est quelqu'un de très calme et elle sait garder son sang-froid dans n'importe quelle situation.
Mikami Teru (魅上 照, Teru Mikami?)
Mikami Teru est considéré comme étant le quatrième Kira, son exécutant plus exactement. Il est un très fervent partisan de Kira et pense de la même manière, d'ailleurs, il considère Kira comme un dieu, et a accueilli sa « venue sur terre » (littéralement le moment où Kira a commencé à être reconnu mondialement :dans les médias et la presse.) comme la venue d'un dieu venant punir les gens mauvais.
Sidoh (シドウ, Shidou?)
Dieu de la mort qui a égaré son Death Note. Ryuk le ramasse et le donne à Light Yagami qui tombe ensuite dans les mains de Mello.
Jealous (Jeras)
Dieu de la mort qui a tué la personne qui allait tuer Misa Amane, il meurt donc pour avoir rallongé la vie d'une humaine. Son Death Note, que Rem a ramassé, a été donné par cette dernière à Misa.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

En juin 2006, le manga Death Note s'est vendu à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde[1], dont plus d'un million en France[2]. Au 31 décembre 2008, le manga s'est écoulé à 26,5 millions d'exemplaires dans le monde[3].

L'édition française du manga s'est vue remettre en 2008 le prix Bob-Morane pour la catégorie « Bande dessinée traduite »[4].

Imitations[modifier | modifier le code]

Fin septembre 2007, la police trouve plusieurs morceaux de corps d'un homme (notamment le bas de l'abdomen) dans la commune de Forest (Bruxelles, Belgique) dans le parc Duden. Les morceaux étaient accrochés de deux papiers portant tous deux la mention écrite : « WATASHI WA KIRA DESU »[5]. La police pense d'abord à une blague morbide d'un étudiant en médecine mais n'exclut pas le meurtre car le corps reste non identifié. En février 2009, la police découvre qu'il s'agissait bien d'un meurtre : la victime se nommait Lionnel Rengel. Les meurtriers présumés sont arrêtés en septembre 2010. Ils expliquent que la victime, dont ils ignoraient le nom, résidait avec eux lorsqu'une dispute a éclaté. Les auteurs lui ont demandé de quitter les lieux, mais celui-ci refusa. De nombreux coups ont alors été portés, entraînant la mort, à la suite de quoi eu lieu le dépeçage. La victime était alors âgée de 37 ans[6],[7],[8],[9],[10].

Univers de Death Note[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L'écriture de Death Note s'est déroulée de manière similaire pour les différents chapitres. Tsugumi Ōba écrit dans un premier temps le scénario, puis l'envoie à Takeshi Obata. Ce dernier le lit et détermine le découpage des cases. Obata dessine ensuite lui-même tout ce qui concerne les personnages et l'univers visuel. Ses assistants appliquent enfin ses consignes et réalisent les bâtiments ou les décors[2].

Thèmes abordés[modifier | modifier le code]

Bien que classé comme shōnen manga de par sa prépublication, et donc ciblant un public jeune et masculin[11], Death Note présente plusieurs niveaux de lecture ; aussi des thèmes politiques et philosophiques sont-ils identifiés et abordés par les commentateurs, à défaut d'avoir été volontairement initiés par l'auteur, Tsugumi Oba, qui estime qu'il n'y a aucun message, aucune idéologie dans ce manga qui se résume donc, à ses yeux, à un combat stratégique et psychologique entre Light et ses adversaires[12] :

Les problématiques de la peine de mort et de la justice
Elles sont abordées avec les meurtres d'un Light auto-proclamé juge de l'humanité par la grâce du Death Note, mais aussi via l'attitude de ses poursuivants, qui n'hésitent pas à bafouer les droits de l'homme pour parvenir à identifier Kira[13]. Chacun des protagonistes, finalement, lutte pour sa conception de la justice en agissant à l'opposé de l'idéal défendu, ce qui, somme toute, transcende les clivages et appelle à un rejet du manichéisme en la matière. Tsugumi Oba déclare ainsi que Near, à la fin du manga, « invite chacun de nous à se joindre à sa réflexion [sur la justice] » lorsqu'il se livre à la critique des agissements de Kira[14].
Le Bien et le Mal
Light est persuadé d'agir au nom du Bien puisqu'il vise à devenir le dieu d'un monde idéal car expurgé de toute criminalité. Mais, dans le même temps, la méthode utilisée pour parvenir à cette utopie est le meurtre en série, et l'assassinat des innocents qui osent se dresser sur son chemin… Un paradoxe qui peut, là aussi, s'interpréter comme une volonté de relativiser ces deux notions antinomiques[15]. Le scénariste, Tsugumi Oba, est plus absolu : tout en se défendant d'avoir voulu véhiculer la moindre idéologie ou message philosophique, il précise qu'à titre personnel, il voit en Light « le mal absolu », et ajoute que « L n'est pas forcément mieux »[14]. Au-delà, la question de la corruption de la nature humaine par le pouvoir est abordée : Light, qui ne voyait au départ en le Death Note qu'un moyen de bâtir son monde utopique, a progressivement glissé vers l'obsession de devenir un dieu, au point, à la fin du manga, de sombrer dans la folie[13].
La dissimulation
L'un des enjeux pour les personnages est de cacher à tout prix leur identité et/ou leur apparence : Light pour ne pas être démasqué et arrêté, les autres pour ne pas se révéler à Kira[16].
Le sens de la vie
Death Note est parfois présenté comme une « contre-allégorie de la caverne » (en référence à Platon)[16]. Light (lumière en anglais) cherche, avec le Death Note, à donner un sens à son existence alors qu'il apprend dans le même temps de Ryuk qu'il n'y a rien après la Mort, et que la vie est donc vaine et éphémère. Il agit néanmoins, pour essayer de « sortir de la caverne », bien qu'il n'arrive au terme que dans le Néant ; ou alors dans un monde plus sombre encore, celui des shinigamis (desquels il embrasse l'existence en se servant du Death Note, et accède donc par ce biais à leur univers) : les shinigamis eux-mêmes, bien que supérieurs aux hommes, ignorent l'origine de leur création et le pourquoi de leur mission mortifère…[16]
La religion
Elle est aussi abordée car Light estime être le dieu de son nouveau monde. De plus, dans la version animée, L nettoie les pieds de Light peu avant qu'il ne meure à cause du stratagème impliquant Misa et la participation de Rem. Light serait donc le « Juda » de L. Sans parler de la passion de Ryuk pour les pommes, le fruit défendu. Ainsi que dans l'émission de Sakura TV, le temple de Kira, Demegawa a fait construire un temple dédié à Kira, la seule différence par rapport à la Bible est que Demegawa prend cette initiative tout seul.

Règles du Death Note[modifier | modifier le code]

Le Death Note.

Règles sur l'utilisation du Death Note[modifier | modifier le code]

  • La personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt inéluctablement. [règle 1]
  • Il faut avoir en tête le visage de la personne dont on écrit le nom. Sans quoi la mort ne surviendra pas. Les individus portant le même nom et prénom ne seront pas affectés.[règle 2]
  • Si l'on ne précise pas les circonstances de la mort, la cause par défaut est un arrêt cardiaque au bout de 40 secondes. Si l'on commence à décrire la cause de la mort avant l'expiration de ce délai, on obtient un délai supplémentaire de 6 minutes 40 secondes du monde des humains pour en rédiger précisément les circonstances. La ou les cibles se transforme(nt) ainsi en zombi(s), exécutant docilement les consignes jusqu'à son(leur) décès. À noter que l'utilisateur ne peut déterminer que le comportement de chaque cible, et non des phénomènes exogènes comme une catastrophe naturelle.
  • Dès lors que le Death Note tombe dans le monde des humains, il appartient à celui qui le trouve.
  • Celui qui fait usage de ce cahier, au moment de sa mort, ne va ni en enfer ni au paradis.
  • Dans le cas où l'on écrit « crise cardiaque » comme cause de la mort, il faut impérativement rédiger le terme en moins de quarante secondes si l'on souhaite fixer un délai différent.
  • Un dieu de la mort peut rallonger sa vie en écrivant des noms d'humains dans le Death Note, mais un humain ne le peut pas.
  • Une personne peut mettre fin à ses jours en utilisant le Death Note.
  • Une personne qui devient possesseur d'un Death Note peut obtenir un œil de dieu de la mort, lui permettant de connaître le nom et la durée de vie restante de celui ou celle qu'elle regarde, en échange de la moitié du temps qui lui reste à vivre.
  • Les conditions de la mort décrites dans le Death Note ne peuvent se réaliser que si elles sont physiquement possible et si elles apparaissent réalisables par un être humain.
  • Une page du Death Note fonctionne en mode recto-verso. Par exemple, en écrivant un prénom d'un côté et un nom de l'autre, la personne trouvera la mort quand même. En revanche, il n'y aura pas d'effet si le rédacteur décompose le nom sur plusieurs pages différentes.[règle 3] Il en résulte que le descriptif des circonstances du décès ne peut excéder une page recto-verso en incluant le nom de la cible, toute consige au-delà n'étant pas exécutée par cette dernière. Si le mode de décès n'est pas précisé, la cible zombifiée meurt automatiquement d'une crise cardiaque à l'issue de la dernière consigne inscrite à la fin du verso.
  • Les conditions possibles de la mort ne sont pas connues du dieu de la mort. Il est donc nécessaire de chercher et de trouver par soi-même.
  • Une page du Death Note, ou un morceau de page arraché, a le même effet que les pages attachées au cahier lui-même.
  • Il est possible d'écrire dans le Death Note avec n'importe quelle substance (sang, maquillage, etc.), pourvu que l'on puisse écrire avec, que le résultat soit lisible et que la substance soit indélébile. De même, bien que les règles soient rédigées en anglais pour faciliter la compréhension de tous, n'importe quel langage est autorisé pourvu qu'il soit intelligible et que la phrase possède un sens.
  • On peut écrire la cause de la mort ou les circonstances de la mort en premier, et écrire le nom par la suite, sur la première ligne. Le processus fonctionne quand même. Dans ce cas, on dispose d'un délai de 23 jours, en temps humain, pour écrire le nom.
  • Le suicide est une cause valide de mort. Fondamentalement, c'est une éventualité envisagée par tous les humains, et, de ce fait, ne rentre pas dans les actes impensables.
  • Si les circonstances de la mort de la cible, telles qu'elles sont rédigées, doivent entraîner celle d'autres personnes, la cible meurt automatiquement d'une crise cardiaque. Cela dans le but qu'elle n'influe pas sur d'autres vies.
  • Même après avoir écrit le nom, l'heure et les circonstances, il est possible de les modifier autant de fois qu'on le souhaite pendant les 6 minutes 40 secondes. Bien entendu, pour que le changement soit possible, il faut que la personne ne soit pas déjà morte. Lorsqu'on veut faire une correction pendant ce délai, il faut d'abord rayer de deux traits les mots à corriger.
  • Bien qu'il soit possible de modifier les conditions de décès, la personne dont le nom est écrit dans le Death Notene peut plus échapper à la mort. Evidemment, rien n'empêche le rédacteur de décréter une mort naturelle, qui n'excèdera pas l'espérance de vie de la cible.
  • S'il le veut, le propriétaire peut décider de se déposséder du Death Note il perd le droit de propriété du Death Note, en même temps que sa mémoire s'efface pour la période de temps où il l'a possédé. Il perd aussi la faculté de l'œil. Cependant la moitié de vie qu'il a payée ne lui est pas rendue.
  • Le propriétaire du Death Note peut le prêter à quelqu'un d'autre. Il est aussi possible de le sous-louer.
  • Celui qui a emprunté le Death Note n'est pas suivi par le dieu de la mort. Ce dernier reste avec le propriétaire. De plus, l'emprunteur ne peut pas faire l'échange d'œil avec le dieu de la mort.
  • Si le propriétaire du Death Note meurt alors qu'il a prêté ce dernier, le droit de propriété revient à celui à qui le Death Note a été prêté.
  • Si le Death Note est volé et le propriétaire tué par le voleur, le droit de propriété est automatiquement transféré au voleur.
  • Lorsqu'un même nom est écrit dans deux Death Note ou plus, c'est la première rédaction qui prend effet, sans tenir compte de l'heure de la mort.
  • Un dieu de la mort doit posséder au moins un Death Note. Ce Death Note ne doit jamais être prêté à un humain et aucun humain ne doit écrire sur ce Death Note.
  • Il ne peut y avoir que 6 Death Note dans le monde des humains, s'il y en a plus uniquement les 6 premiers fonctionneront.
  • S'il y a plus de 6 Death Note dans le monde des humains et qu'un des 6 premiers est détruit, alors le Death Note suivant prendra sa place.
  • Si un nom est écrit dans deux Death Notes ou plus, avec une différence de moins de 0,06 seconde, on considère qu'il y a simultanéité, et la personne dont le nom a été écrit ne meurt pas.[règle 4]
  • Dans le monde des humains, les possesseurs de Death Notes ne peuvent voir leurs dieux de la mort respectifs que s'ils touchent le cahier de l'autre.[règle 5]
  • Un humain qui possède un œil de dieu de la mort peut voir le nom et la durée de vie des gens qu'il regarde, mais, en tant que possesseur d'un Death Note, il passe donc du côté de ceux qui prennent la vie et il cesse d'être une victime. Par ailleurs, il ne peut pas voir la durée de vie ni des autres possesseurs de Death Notes ni la sienne, ce qui n'est finalement pas si grave.[règle 6]
  • Les dieux de la mort ne doivent pas dire aux humains la durée de vie ou le nom qu'ils peuvent lire. Cela afin d'éviter que ne naisse de la confusion chez les humains.[règle 7]
  • Pour qu'un Death Note soit utilisé dans le monde des humains, il faut d'abord qu'il y ait un dieu de la mort en vie qui s'assure de son usage sur Terre.[règle 8]
  • Il est difficile d'imaginer qu'un dieu de la mort qui reste auprès d'un humain meure, mais si ça arrive, le Death Note qu'il a apporté sur Terre conserve tout de même ses pouvoirs.[règle 9]
  • Si un Death Note est possédé dans le monde humain contre la volonté du dieu de la mort auquel il appartient, il est permis à ce dieu de la mort de rester dans le monde humain pour le récupérer.[règle 10]
  • Dans ce cas, s'il existe d'autres Death Note dans le monde humain, les Dieux de la Mort n'ont pas le droit de révéler aux humains l'identité ou la localisation du possesseur de ce Death Note.[règle 11]
  • Dans le monde des Dieux de la Mort, il existe un certain nombre de copies de ce que les humains pourraient appeler Manuel d'utilisation pour utiliser le Death Note dans le monde des humains. Cependant, le manuel d'utilisation ne peut être livré aux humains.[règle 12]
  • Il est tout à fait permis aux Dieux de la Mort de lire le Manuel d'utilisation pour leur propre usage et d'apprendre aux humains ce qu'il contient, quel que soit ce contenu.[règle 13],[règle 14]
  • Le death note ne peut pas procurer l'immortalité en fixant un terme infini pour le décès. Tous les humains devront, sans exception, finalement mourir.[règle 15]
  • Après leur mort, l'endroit où ils vont est MU (Le Néant).[règle 16]
  • Une fois mort, ils ne reviennent pas à la vie.[règle 17]
  • Dans le cas d'obtention du Death Eraser, on peut effacer le nom des personnes : elles peuvent revenir à la vie si elles ne sont pas incinérées. One-shot [réf. nécessaire]
  • Le Death Note n'affecte pas les personnes âgées de moins de 780 jours [règle 18]
  • Le Death Note sera rendu inutile si le nom de la victime est mal orthographié quatre fois. [règle 19]
  • Si le nom est volontairement mal orthographié 4 fois, le propriétaire du Death Note mourra. [règle 20]
  • Si le Death Note est perdu ou volé, celui à qui il appartenait en perd la propriété sauf s'il le récupère dans un délai de 490 jours [règle 21]
  • Il n'est pas nécessaire d'être le possesseur du death note pour l'utiliser. N'importe qui peut provoquer la mort grâce à ce livre pourvu qu'il l'utilise dans les conditions sus-mentionnées.
  • Même le propriétaire d'origine du Death Note, un dieu de la mort, ne connaît pas tout du cahier.

Règles impliquant les dieux de la mort[modifier | modifier le code]

  • Celui qui s'en saisit devient alors capable de voir et d'entendre le dieu de la mort qui en est l'ancien propriétaire.
  • Le possesseur du Death Note garde à ses côtés, jusqu'à sa mort, l'ancien possesseur, un dieu de la mort, aussi longtemps qu'il détient le cahier.
  • En général, le dieu de la mort apparaît devant le nouveau possesseur du Death Note dans les 39 jours qui suivent le 1er jour d'utilisation du cahier.[règle 22]
  • Un dieu de la mort, propriétaire d'origine du Death Note, en général, ne fait rien qui puisse aider le possesseur du Death Note.
  • Le dieu de la mort n'a aucune obligation d'expliquer complètement l'utilisation du cahier ou les règles à l'humain qui en a pris possession.
  • Un dieu de la mort ne peut pas être tué, même si on lui tire une balle dans la tête, ou si on lui plante un couteau dans le cœur. Il serait possible de tuer un dieu de la mort, mais en général, les Dieux de la Mort eux-mêmes ignorent comment.
  • Un dieu de la mort doit obligatoirement garder en sa possession un Death Note, qu'il ne peut ni confier à un humain ni lui permettre d'utiliser.[règle 23]
  • Les dieux de la mort peuvent s'échanger leurs Death Notes et les utiliser sans problèmes.[règle 24]
  • Si un dieu de la mort éprouve de l'affection pour un humain en particulier, s'il utilise le Death Note avec l'intention de prolonger sa vie, s'il tue un autre humain pour cela, il meurt.[règle 25]
  • Le dieu de la mort disparaît, mais son Death Note subsiste. Normalement, le droit de propriété revient au dieu de la mort qui le trouve, mais en réalité, il est entendu qu'il doit être rendu au roi des dieux de la mort.[règle 26]

Fausses règles[modifier | modifier le code]

Ces fausses règles ont été inventées par Light Yagami et rédigées de la main de Ryuk dans le Death Note :

  • Si le Death Note n'est pas utilisé au moins tous les 13 jours après avoir écrit un premier nom, celui qui a écrit le nom meurt.
  • S'il est détruit, déchiré, ou brûlé, en un mot, s'il devient inutilisable, toute personne l'ayant touché meurt.

Le but de ces fausses règles est de détourner les soupçons de L : Light ayant été emprisonné pendant plus de treize jours pendant la période où L le soupçonnait le plus, la première fausse règle permet de prouver qu'il n'est pas Kira puisqu'il n'est pas mort le quatorzième jour. La seconde fausse règle vise à éviter que la Police ou la cellule d'enquête puissent être tentées de détruire le Death Note. L émet rapidement des réserves sur la véracité de ces règles, et interroge Rem qui ne lui révèle rien.

Références[modifier | modifier le code]

Manga[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des volumes et chapitres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des chapitres de Death Note.

Anime[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Death Note.

Doublage[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[17] Voix françaises[17]
Light Yagami Mamoru Miyano Alexis Tomassian
L Kappei Yamaguchi Guillaume Lebon
Misa Amane Aya Hirano Charlyne Pestel
Near Noriko Hidaka (en) Vincent de Bouard
Mello Nozomu Sasaki (en) Emmanuel Garijo
Watari Kiyoshi Kobayashi (en) Pierre Dourlens
Teru Mikami Masaya Matsukaze (en) Bruno Choel
Kiyomi Takada Māya Sakamoto
Matt Tomohiro Nishimura (en) Bruno Dubernat
La police japonaise[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[17] Voix françaises[17]
Sôichirô Yagami Naoya Uchida (en) Philippe Dumond
Tôta Matsuda Ryo Naitou (en) Charles Pestel
Shuichi Aizawa Keiji Fujiwara Laurent Larcher
Kanzô Mogi Kazuya Nakai
Hideki Ide Hideo Ishikawa
Hirokazu Ukita Hidenobu Kiuchi
Les Dieux de la Mort[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[17] Voix françaises[17]
Ryuk Shido Nakamura Emmanuel Karsen
Rem Kimiko Saito (en) Maik Darah
Sidoh Kazuki Yao
Jealous Kenichi Matsuyama
Armonia Justin Beyonllemason Hideyuki Umezu (en)
Zerhogie Kibou Tokumei
Dellidublly Tetsuo Goto (en)
Gook Takeharu Onishi
Le groupe Yotsuba[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[17] Voix françaises[17]
Kyûsuke Higuchi Issei Futamata Patrick Borg
Reiji Namikawa Hirofumi Nojima Nessym Guetat
Takeshi Ooi Kiyoyuki Yanada Marc Alfos
Shingô Midô Eiji Hanawa Bruno Dubernat
Suguru Shimura Hiroyuki Yokoo
Masahiko Kida Masaki Aizawa
Eiichi Takahashi Rintarō Nishi Pascal Massix
Arayoshi Hatori Yukitoshi Tokumoto Jonathan Amram
Autres personnages[modifier | modifier le code]
Personnages Voix japonaises[17] Voix françaises[17]
Sayu Yagami Haruka Kudō Céline Rotard
Sachiko Yagami Ai Satou (en) Claire Conty
Naomi Misora Naoko Matsui (en) Marianne Leroux
Raye Penber Hideo Ishikawa Cédric Dumond
Hitoshi Demegawa Chafurin Pascal Massix
Anthony Rester Masaki Aizawa
Stephen Gevanni Hiroki Takahashi (en) Thibaut Belfodil
Halle Lidner Akeno Watanabe (en)
Aiber Takuya Kirimoto (en) Bruno Dubernat
Wedy Miki Nagasawa (en) Virginie Kartner
Yuri Ami Koshimizu Isabelle Thomas
Kiichirô Osoreda Katsuhisa Houki (en) Pascal Massix
Rod Ross Masaki Aizawa Michel Vigné

Musiques[modifier | modifier le code]

La musique de l'anime a été créée par les compositeurs Taniuchi Hideki et Yoshihisa Hirano (en). Trois Original SoundTrack sont sortis, avec notamment les thèmes musicaux des personnages principaux. La variété de ces musiques va des chants grégoriens (dont certains en latin) aux airs métal saturés.

Génériques de la série télévisée
Générique Épisodes Début Fin
Titre Artiste Titre Artiste
1 1 – 19 The World Nightmare Alumina Nightmare
2 20 – 37 What's up, People? Maximum the Hormone Zetsubou Billy Maximum the Hormone

Diffusion par pays[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  1. Death Note RoadShow Rewrite: Vision of God d'une durée deux heures a vu le jour en 2007 au Japon et est sorti en France directement en DVD sous le nom de Death Note Relight : La vision d'un Dieu le 6 avril 2009[18].
  2. Death Note RoadShow Rewrite 2: L wo Tsugu Mono d'une durée d'une heure et trente minutes a vu le jour en 2008 au Japon et est sorti en France directement en DVD sous le nom de Death Note Relight 2 : La Relève le 7 octobre 2009[19].

Adaptations live[modifier | modifier le code]

Le manga a été adapté au cinéma, sous la forme de deux films en prises de vue réelles, réalisés par Shūsuke Kaneko :

Un troisième film est également sorti, réalisé par Hideo Nakata, basé sur la vie d'un des personnages principaux :

Un autre film Death Note avait été prévu prévu par la Warner Bros.[20]. Le projet est resté longtemps au point mort en raison de désaccords sur le scénario. Cependant, le scénariste et réalisateur Shane Black a assuré qu'il réaliserait le film après Iron Man 3, sorti en 2013[21]. En juillet 2014, cependant, il semble que Gus Van Sant soit fortement préssenti pour réaliser l'adaptation américaine de Death Note[22].

En France, les adaptations cinématographiques suivantes sont sorties directement en DVD :

Une adaptation en pièce de théâtre est prévue pour 2015 au Japon et en Corée du Sud[28].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • Quatre coffrets DVD collectors contenant une figurine sont sortis pour la série :
  1. Le premier composé de 11 épisodes le 9 avril 2008[29] ;
  2. Le deuxième composé de 13 épisodes le 9 juillet 2008[30] ;
  3. Le troisième composé de 13 épisodes le 1er octobre 2008[31].
  4. Un coffret regroupant l'intégrale des épisodes est sorti le 28 novembre 2008[32].
  • Un coffret intégrale regroupant les 37 épisodes est également sorti le 5 octobre 2011[36].
  • Puis, deux DVD simples sont sortis pour les films d'animations :
  1. Death Note Relight : La vision d'un Dieu est sorti le 6 avril 2009[18] ;
  2. Death Note Relight 2 : La Relève est sorti le 7 octobre 2009[19].

One shots[modifier | modifier le code]

Deux one shots autour de l'univers de Death Note ont été publiés, par le même scénariste et le même dessinateur.

  • Le premier, le pilote, présente Taro Kagami, 13 ans, qui reçoit le Death Note du shinigami Ryuk. Il l'utilise comme un simple journal intime, avant de réaliser son pouvoir.
  • Le second se déroule trois ans après la fin du manga, où un nouveau Kira apparaît, mais ne ciblant que des personnes à l'agonie ayant le désir de mourir.

Parodie[modifier | modifier le code]

Une parodie de Death Note créée par Amano Kaito et Sakano Hiro est disponible chez Gekko sous le nom de Death Joke[37].

Romans[modifier | modifier le code]

Une adaptation romancée de Death Note, intitulée Death Note Another Note: The Los Angeles BB Murder Cases a été écrite par Nisio Isin, et a été éditée le 1er août 2006 au Japon par l'éditeur Shūeisha[38] et le 24 septembre 2010 en France par Kana[39]. Une adaptation du dernier film L : Change the World écrit par 'M' a également vu le jour le 25 décembre 2007 au Japon[40] et le 24 septembre 2010 en France[41].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Trois adaptations en jeu vidéo sont parues sur Nintendo DS : Kira Game le 15 février 2007[42], L Wo Tsugu Mono le 12 juillet 2007[43] et L the Prologue to Death Note le 7 février 2008[44] au Japon. Par ailleurs, on retrouve la présence de Light Yagami, L/Ryuzaki, Ryuk, Misa Amane, Near et Mello dans les jeux Jump Super Stars et Jump Ultimate Stars[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Death Note Author Arrested on Weapons Offence », sur ComiPress,‎ 7 septembre 2006.
  2. a et b « Conférence publique de Takeshi Obata », sur Review Channel,‎ 11 juillet 2008.
  3. (en) « Top Manga Properties in 2008 », sur ComiPress,‎ 26 décembre 2006.
  4. « Palmarès du 10e prix Bob-Morane », sur Bedeo.fr,‎ 26 février 2008.
  5. « Watashi wa Kira desu » qui veut dire « Je suis Kira (tueur) », à noter que « desu » est la graphie correcte en romanji, mais se prononce « dess ».
  6. «  Forest : le tueur aux mangas», publié le 1er octobre 2007
  7. (en) « Notes near Body Parts in Belgium Linked to Death Note », sur Anime News Network,‎ 1er octobre 2007.
  8. Gilbert Dupont, « Un tueur psychopathe », sur DH.be,‎ 2 octobre 2007.
  9. Belgique : les « tueurs aux mangas » arrêtés, dépêche AFP sur Le Figaro.fr, publiée le 20 septembre 2010.
  10. « Les tueurs aux mangas arrêtés trois ans après les faits » consulté le 5 août 2011
  11. Voir le commentaire du scénariste à ce sujet : Death Note tome 13 : How to read, page 69, Kana Éditions.
  12. Death Note tome 13 : How to read, pages 69 et 183, Kana Éditions.
  13. a et b Bidubulk.
  14. a et b Death Note tome 13 : How to read, page 69, Kana Éditions.
  15. PhénixWebMag.
  16. a, b et c Shinmanga.com.
  17. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Fiche de l'anime », sur http://www.animenewsnetwork.com/ (consulté le 11 novembre 2011)
  18. a et b « Fiche produit de Death Note Relight » consulté le 26 décembre 2011
  19. a et b « Fiche produit de Death Note Relight 2 » consulté le 26 décembre 2011
  20. Warner acquiert les droits de Death Note
  21. « Death Note, The Movie - Le projet relancé », sur http://www.manga-news.com/
  22. « Gus Van Sant réalisateur de la version US de Death Note » consulté le 2 septembre 2014
  23. « Death Note film 1 » consulté le 26 décembre 2011
  24. « Death Note film 2 » consulté le 26 décembre 2011
  25. « Death Note film 3 » consulté le 26 décembre 2011
  26. « Death Note films 1 et 2 » consulté le 26 décembre 2011
  27. « Death Note Trilogie » consulté le 26 décembre 2011
  28. « Death Note au théatre », sur http://www.manga-news.com/
  29. « Fiche produit du coffret collector 1 » consulté le 9 octobre 2011
  30. « Fiche produit du coffret collector 2 » consulté le 9 octobre 2011
  31. « Fiche produit du coffret collector 3 » consulté le 9 octobre 2011
  32. « Fiche produit du coffret intégrale collector » consulté le 9 octobre 2011
  33. « Fiche produit du coffret slim 1 » consulté le 9 octobre 2011
  34. « Fiche produit du coffret slim 2 » consulté le 9 octobre 2011
  35. « Fiche produit du coffret slim 3 » consulté le 9 octobre 2011
  36. « Fiche produit du coffret intégrale » consulté le 9 octobre 2011
  37. « Death Joke », sur http://www.manga-news.com/
  38. (ja) « Sortie de Death Note Another Note: The Los Angeles BB Murder Cases », sur http://j-books.shueisha.co.jp/ (consulté le 9 octobre 2011)
  39. « Death Note roman 1 : Another Note », sur http://www.kana.fr/
  40. (ja) « Sortie de L : Change the World en roman », sur http://j-books.shueisha.co.jp/ (consulté le 9 octobre 2011)
  41. « Death Note roman 2 : L change the world », sur http://www.kana.fr/
  42. « Fiche technique du jeu vidéo Death Note », sur http://www.jeuxvideo.com/
  43. « Fiche technique du jeu vidéo Death Note 2 », sur http://www.jeuxvideo.com/
  44. « Un prologue pour Death Note », sur http://www.jeuxvideo.com/
  45. « Aperçu de Jump Super Stars », sur http://www.jeuxvideo.com/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]