Gintama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Gintama

銀魂
(Gin Tama)
Type Shōnen
Genre Action, aventure, comédie, parodie, science-fiction
Manga
Auteur Hideaki Sorachi
Éditeur Drapeau du Japon Shūeisha
Drapeau de la France Kana
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Shōnen Jump
Sortie initiale 8 décembre 2003en cours
Volumes 56
OAV japonais
Studio d’animation Sunrise
Durée 33 minutes
Sortie
Anime japonais
Réalisateur
Shinji Takamatsu
Yoichi Fujita (épisodes 100-201)
Studio d’animation Sunrise
Chaîne Drapeau du Japon TV Tokyo
1re diffusion 4 avril 200625 mars 2010
Épisodes 201
Anime japonais : Yorinuki Gintama-san
Réalisateur
Yoichi Fujita
Studio d’animation Sunrise
Chaîne Drapeau du Japon TV Tokyo
1re diffusion 5 avril 201028 mars 2011
Épisodes 51
Anime japonais : Gintama'
Réalisateur
Yoichi Fujita
Studio d’animation Sunrise
Chaîne Drapeau du Japon TV Tokyo
1re diffusion 4 avril 201126 mars 2012
Épisodes 51
Anime japonais : Gintama' Enchousen
Réalisateur
Yoichi Fujita
Studio d’animation Sunrise
Chaîne Drapeau du Japon TV Tokyo
1re diffusion 4 octobre 201228 mars 2013
Épisodes 13
Anime japonais
1re diffusion avril 2015 – prévu
OAV japonais : Gintama: Shiroyasha Koutande
Studio d’animation Sunrise
Durée 10 minutes
Sortie
Film d'animation japonais : Gintama: Shinyaku Benizakura-Hen
Studio d’animation Sunrise
Durée 95 minutes
Sortie
Light novel : 3-Nen Z-Gumi Ginpachi-sensei
Auteur Tomohito Ōsaki
Illustrateur Hideaki Sorachi
Éditeur Drapeau du Japon Shūeisha
Prépublication Drapeau du Japon Jump Square
Sortie initiale 3 février 2006en cours
Volumes 7
Film d'animation japonais : Gintama the Movie: Final Chapter – Be Forever Yorozuya
Réalisateur
Yoichi Fujita
Scénariste
Hideaki Sorachi
Studio d’animation Sunrise
Sortie

Gintama (銀魂, Gintama?, lit. "Âme d'argent") est un manga écrit et illustré par Hideaki Sorachi. Il est publié par Shūeisha depuis le 8 décembre 2003 dans le magazine Weekly Shōnen Jump et cinquante-six tomes sont sortis en octobre 2014. La version française est licenciée par Kana depuis mars 2007, et trente-et-un tomes ont été édités en septembre 2014

L'histoire se déroule dans un Edo conquis par des extraterrestres appelés Amanto ; dans ce monde la trame raconte les aventures d'un samouraï, Gintoki Sakata, qui travaille comme freelancer accompagné de ses amis Shinpachi Shimura et Kagura dans le but de payer le loyer. Sorachi a révélé que la série est basée sur deux one-shots qu'il avait réalisé en 2003 pour la revue Weekly Shōnen Jump[1]. Il a également expliqué avoir rajouté le côté science-fiction pour que le développement des personnages soit « à son gout » ; après que son éditeur lui a suggéré de faire une série historique[2].

Une OAV de Gintama, réalisée par le studio Sunrise, a été présentée au Jump Festa de 2005[3]. Cela a été suivi par l'adaptation du manga en anime, la diffusion de la série a débuté le 4 avril 2006 sur TV Tokyo et s'est terminée le 26 mars 2012. Des nouveaux épisodes, ainsi que certaines rediffusions, ont été diffusés entre le 4 octobre 2012 et le 28 mars 2013, et une nouvelle saison est annoncée pour avril 2015. L'adaptation en anime a été dirigée par Shinji Takamatsu jusqu'à l'épisode 105 puis par Yoichi Fujita. À côté de cela, plusieurs light novels et jeux vidéo, basés sur l'histoire de Gintama, ont vu le jour.

Au Japon, le manga Gintama est très populaire, il est souvent classé dans les dix meilleurs séries. L'anime et les DVD se sont eux aussi classés de nombreuses fois dans le top dix. En 2009 au Japon, le manga s'est vendu à 2 700 000 exemplaires occupant ainsi la cinquième place après One Piece, Naruto, Bleach et Fullmetal Alchemist (cités respectivement). En avril 2010, Gintama a été qualifié de treizième « meilleur anime » entre avril 2009 et mars 2010 par Animage.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'ère Edo, le Japon est envahi par des extraterrestres appelés Amanto, des créatures de formes diverses, mais toutes plus ou moins humanoïdes. Ceux-ci parviennent à vaincre les samuraï après de longs combats. Dès lors, une futurisation radicale tranchant avec le décor classique du Japon se met en place et les Amanto interdisent le port du sabre en public. Malgré tout, il en reste qui préfèrent conserver leur bushido. Dans ce Japon complètement anachronique, subsistent ainsi des personnes qui refusent d'abandonner leur sabre. Parmi eux, Gintoki Sakata, ancien samuraï excentrique qui aide un adolescent nommé Shinpachi Shimura, à sauver sa sœur Tae d'un groupe d'extraterrestres qui veulent la faire rejoindre une maison close. Impressionné par Gintoki, Shinpachi devient son apprenti et travaille avec lui comme homme à tout faire dans le but de payer le loyer de Gintoki[4].

Plus tard, ils sauvent une adolescente extraterrestre, nommée Kagura, d'un groupe de Yakuza qui veulent se servir d'elle pour sa force surhumaine. Kagura rejoint alors Gintoki et Shinpachi pour travailler comme homme à tout faire et ils deviennent des "Yorozuya Gin-chan". Pendant ses missions, ils vont rencontrer les forces de polices, le Shinsengumi, de nombreuses fois, généralement les deux groupes vont s'allier pour arrêter de dangereux criminels. Ils vont également rencontrer les anciens camarades d'arme de Gintoki durant la guerre d'invasion des Amanto, notamment le terroriste Kotarō Katsura avec qui il maintient une relation amicale malgré l'ambition de ce dernier de détruire le bakufu. À l'inverse, Shinsuke Takasugi agit principalement comme un antagoniste puisqu'il veut détruire le bakufu mais d'une manière plus violente que celle de Katsura.

Bien que l'histoire de la série soit généralement épisodique, il y a aussi quelques arcs qui se développent sur plusieurs chapitres[5].

Univers[modifier | modifier le code]

Le monde de Gintama se trouve en quelque sorte être le nôtre dans une réalité alternative au XIXe siècle. Avec l'arrivée des extraterrestres, le monde a radicalement changé en à peine vingt ans. Curieusement, cela donne plus lieu à des anachronismes (apparitions d'internet, de la télé, des véhicules à moteurs thermiques, des drogues chimiques…) qu'à de la science-fiction (bien qu'elle soit tout de même très présente, mais n'intervenant que rarement sur la vie des protagonistes) ; la plupart des personnages, à quelques exception près, portent encore des vêtements japonais traditionnels et habitent presque tous dans des Machiya mais ont tous l'eau courante et l'électricité. La Terre, bien qu'officiellement indépendante est en fait régie en sous-main par des extraterrestres et le gouvernement du Shogun, qui leur est totalement soumis, a mis en place une sorte de milice spéciale chargée de traquer les ennemis du bakufu (et parfois de faire aussi la circulation routière), le Shinsengumi. La population terrienne qui au départ était plutôt farouchement opposée aux Amanto (extra-terrestres), a fini par s'habituer à leur présence et à profiter de la modernité qu'ils leur ont apporté. Il reste néanmoins quelques groupuscules terroristes qui continuent à lutter pour débarrasser la terre de l'ingérence des Amanto.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des personnages de Gintama.

Gintoki Sakata (坂田銀時, Sakata Gintoki?) est le personnage principal de l'histoire. Son métier est celui d'homme à tout faire, il est prêt à faire n'importe quel job pour l'argent. Malgré l'interdiction du port du sabre, il porte toujours un sabre en bois, qu'il aurait acheté lors d'une excursion selon ses dires. Son attitude nonchalante, sa tendance à débiter des futilités et à dire des bêtises de manière très sérieuse sont ses caractéristiques les plus visibles. Autrefois, il s'agissait d'un partisan actif du mouvement jōi, un mouvement tentant d'expulser les Amanto afin de préserver le Bakufu, mais lorsque l'occasion de rejoindre le mouvement à nouveau, Gintoki refusa, préférant suivre ses convictions personnelles.

Shinpachi Shimura (志村新八, Shimura Shinpachi?) est un jeune homme qui s'occupe avec sa sœur du dojo de leur père décédé, déserté depuis l'interdiction de porter un sabre. Il rencontre Gintoki dès le début de l'histoire et est interloqué par son attitude désinvolte, mais sincère. Il le rejoint, après le sauvetage de sa sœur, afin de trouver sa propre voie. À sa grande déception, puisque depuis son association avec Gintoki, les affaires ne sont ni de tout repos, ni prospères et il semble plus aider Gintoki à payer son loyer qu'autre chose. Il représente l'élément le plus censé du groupe même s'il lui arrive de les suivre dans leurs délires. Il a aussi une passion : il est le chef de la garde impériale de O-Tsū, un fan-club dédié à une idole qui monte.

Kagura (神楽?) est une extraterrestre faisant partie du clan Yato. Malgré son apparence de fillette, elle tient de ses origines une force surhumaine. Armée de sa force, d'un parapluie blindé qui fait aussi office d'arme à feu, ainsi que d'un franc-parler désarçonnant, elle rejoint le groupe de Gintoki afin d'économiser pour rentrer sur sa planète. Elle vénère Otae comme une reine et l'appelle "Boss". Malgré son apparence frêle, elle mange énormément, en particulier du sukonbu, une algue marinée dans le vinaigre et particulièrement aigre qu'elle adore.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Thèmes et style[modifier | modifier le code]

L'objectif principal de Sorachi dans Gintama est l'utilisation de la « comédie », néanmoins lors de la seconde année de parution du manga l'auteur a commencé à ajouter plus de contenu dramatique à l'histoire tout en maintenant la thématique principale[6]. Une des plus célèbres signatures du manga est la parodie et aucun genre n'est laissé de côté : les mangas (Naruto, One Piece, Death Note, Ken le Survivant, Gundam…), pour la plupart publiés par Shūeisha, dont très souvent Bleach, les deux auteurs Hideaki Sorachi et Tite Kubo étant amis, les films cultes comme Star Wars, ou encore les programmes télé japonais (dramas, émissions plateau...), les jeux vidéos, et notamment Dragon Quest, sujet de nombreux running gags. Les autres types de situations comiques se font le plus souvent sur la culture japonaise en la parodiant, les blagues étant parfois difficiles à comprendre. L'humour du manga est décrit par quelques revues comme « bizarre » et « étrange ». Il est aussi décrit comme pouvant être divisé en deux catégories : la « comédie de science-fiction » et la « comédie samouraï », du fait de cet univers mélangeant un Edo historique et un Edo de science-fiction. La comédie tend à signaler une « obsession de la société moderne » en incluant les jours de fêtes et les figures mythiques célèbres. De plus, il y a certaines références à des figures historiques notamment dans le nom ou dans le caractère des personnages[7]. À côté de cela, l'invasion des extraterrestres au Japon permet de dénoncer de nombreux problèmes sociaux, principalement celui du manque d'égalité sociale.

Réception et critiques[modifier | modifier le code]

En 2009 au Japon, le manga s'est vendu à 2 700 000 exemplaires occupant ainsi la cinquième place après One Piece, Naruto, Bleach et Fullmetal Alchemist (cités respectivement)[8]. En avril 2010, Gintama a été qualifié de treizième « meilleur anime » entre avril 2009 et mars 2010 par Animage[9]. Le tirage total des 45 premiers tomes s'élèvent à plus de 44 000 000 exemplaires[10]. "Gintama" est à ce jour la 15ème série la plus vendue du Jump depuis sa création

Manga[modifier | modifier le code]

La série de Hideaki Sorachi commença sa publication le 8 décembre 2003 dans le magazine Weekly Shōnen Jump[11]. Aux débuts de celle-ci, tout n'était pas assuré pour cette série humoristique. On lui reprochait notamment un trait se rapprochant trop de celui de Masashi Kishimoto (Naruto). Heureusement pour elle, le début de sa publication coïncidait avec la fin d'une autre série phare du Jump, Yu-Gi-Oh, lui permettant d'attirer un public à la recherche de nouveautés, sauvant Gintama au passage (les séries peu populaires sont souvent abandonnées dans ce magazine).

Sa grande discrétion est aussi à imputer sur le compte d'une autre série phare ayant commencé dans la même période, Death Note, éclipsant littéralement sa présence auprès des libraires japonais. Malgré ces débuts houleux, la série a su conquérir son public et continue son cours après de nombreuses années et de nombreux volumes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des volumes et chapitres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des chapitres de Gintama.

Anime[modifier | modifier le code]

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Une série animée reprenant la trame principale du manga a été produite par le studio Sunrise et a été diffusée sur TV Tokyo entre le 4 avril 2006 et le 25 mars 2010 sur un total de 201 épisodes. Entre le 5 avril 2010 et le 28 mars 2011, 51 anciens épisodes ont été réadaptés en haute définition sous le titre Yorinuki Gintama-san (The Very Best of Gintama), avec en plus de nouveaux openings et endings. Les titres, évidemment en rapport avec le contenu, sont souvent longs et ont évoquent souvent un détail de l'épisode, tout comme le titre des chapitres.

Une cinquième saison a ensuite été diffusée entre le 4 avril 2011 et le 26 mars 2012. Treize nouveaux épisodes, ainsi que certaines rediffusions, ont été diffusés entre le 4 octobre 2012[15] et le 28 mars 2013[10], portant le nombre total d'épisodes à 265. Une nouvelle saison est annoncée pour avril 2015[16]. À ce jour, la série n'a toujours pas été diffusée dans un pays francophone.

La version papier contenait déjà de nombreux running gags et brisait déjà le 4e mur (barrière invisible séparant le monde des protagonistes d'une histoire et celui des lecteurs/spectateurs), mais la version animée permet d'aller encore plus loin et donne les très célèbres plans fixes, les discussions cassantes sur le budget du staff et sur le staff en lui-même, les fausses fins, etc. Les plans fixes et les séquences réutilisées ouvertement (comme la fameuse scène du kotatsu), permettent d'arranger l'animation différemment des autres mangas. On observe alors des personnages d'arrière plan bouger en même temps que les personnages principaux, chose très rare puisque le budget des adaptations de shônen est plus focalisé sur la qualité et la fluidité des mouvements des personnages pendant un combat par exemple, que sur le déplacement des personnages inutiles. Parfois l'animation de l'arrière plan est même plus importante que celle du premier plan. Cela permet d'ajouter un peu plus de réalisme, un peu plus de vie et de dynamisme au manga (certains personnages se pressent aux vitrines, dans un restaurant on voit des gens passer dans la rue...).

Liste des épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des épisodes de Gintama.

Diffusion par pays[modifier | modifier le code]

Génériques[modifier | modifier le code]

Openings

Pray, chanté par Tommy Heavenly6
Tōi Nioi, chanté par YO-KING
Gin-iro no sora, chanté par Redballoon
Kasanaru Kage, chanté par Hearts Grow
Donten, chanté par DOES
Anata Magic, chanté par MONOBRIGHT
Stairway Generation, chanté par Base Ball Bear
Light Infection, chanté par Prague
Tougenkyou Alien, chanté par Serial TV Drama
Dilemma, chanté par ecosystem
Wonderland, chanté par FLiP

Endings

Fūsen Gum, chanté par CAPTAIN STRAYDUM
Mr.Raindrop, chanté par Amplified
Yuki no Tsubasa, chanté par Redballoon
Candy Line, chanté par Hitomi Takahashi
Shura, chanté par DOES
Kiseki, chanté par Snowkel
SIGNAL, chanté par KELUN
Speed Of Flow, chanté par The Rodeo Carburettor
Sanagi, chanté par POSSIBILITY
This world is yours, chanté par Plingmin
I, Ai, Ai, chanté par Ghostnote
Kagayaita, chanté par SHIGI
Asa Answer, chanté par PENGIN
Wo Ai Ni, chanté par Hitomi Takahashi
Wonderful Days, chanté par ONE☆DRAFT
Sayonara no Sora, chanté par QWAI
Samurai Heart (Some Like it Hot!!), chanté par Spyair
Balance Doll, chanté par Prague
Anagura, chanté par Kuroneko Chelsea
Nakama, chanté par Good Coming

OAV[modifier | modifier le code]

Deux OAV de Gintama ont été réalisées. La première de 30 minutes a été réalisée à l'occasion du Jump Festa 2005[17]. La deuxième nommée Gintama: Shiroyasha Koutan (Gintama : La naissance de Shiroyasha) de 10 minutes a été réalisée à l'occasion du Jump Festa 2008[18].

Un épisode spécial est diffusé le 9 novembre 2014 lors de l'évènement Jump Special Anime Festa 2014[19].

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Un premier film nommé Gintama: Shinyaku Benizakura-Hen, reprenant l'intrigue de l'arc Benizakura est sorti le 24 avril 2010[20].

Un second film a été annoncé en août 2012, et Hideaki Sorachi, auteur du manga, en est le scénariste[21]. Le film, nommée Gintama Kanketsu-hen : Yorozuya yo Eien Nare, est sorti le 6 juillet 2013[10]. En deux jours, ce film a généré 281,8 millions de yens de bénéfice, tandis que le premier avait généré 200 millions de yens[22].

Doublage[modifier | modifier le code]

Personnages Voix japonaises[23]
Gintoki Sakata Tomokazu Sugita
Shinpachi Shimura Daisuke Sakaguchi
Kagura Rie Kugimiya
Kotarō Katsura Akira Ishida
Toshirō Hijikata Kazuya Nakai
Sougo Okita Kenichi Suzumura
Harada Unosuke Kenta Miyake
Otose-san Kujira
Sadaharu Mikako Takahashi
Isao Kondō Susumu Chiba
Sagaru Yamazaki Tetsuharu Ohta
Catherine Yū Sugimoto

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Différents jeux basés sur Gintama sont sortis au Japon, tous édités par Namco Bandai Games :

Light novels[modifier | modifier le code]

Une série de romans nommée 3-Nen Z-Gumi Ginpachi-sensei, écrite par Tomohito Ōsaki et illustrée par Hideaki Sorachi, l'auteur original du manga, est prépubliée dans le magazine Jump Square de Shūeisha. Le premier volume est sorti le 3 février 2006[30] et sept volumes sont sortis au 4 septembre 2013[31].

Guidebooks[modifier | modifier le code]

Différents guidebooks sont sortis au Japon:

  • Manga :
    • Gintama Official Character Book - Gin Channel! (銀魂公式キャラクターブック「銀ちゃんねる!」, Gintama Official Character Book - Gin Chaneru!??), (ISBN 4-08-874086-6), sorti le 4 avril 2006[32].
    • Gintama Official Character Book 2 - Fifth Grade (銀魂公式キャラクターブック2 「銀魂五年生」, Gintama Official Character Book 2 - Gonen-Sei?), (ISBN 978-4-08-874805-4), sorti le 1er mai 2009[33].
  • Anime :
    • Gintama Official Animation Guide "Gayagaya Box" (オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめガヤガヤ箱?) (ISBN 978-4-08-874806-1), sorti le 4 avril 2008[34].
    • Une série de 3 character books nommée Gintama Character Book (銀魂キャラクターズブック, Gintama Kyarakutazu Bukku?) est sorti entre le 4 juin 2010 et le 4 août 2010[35],[36],[37].
    • Official Animation Guide Gintama Anime Paraparakan (オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめパラパラ館?), (ISBN 978-4-08-782372-1), sorti le 5 avril 2011[38].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 2, Kana,‎ 4 mai 2007 (ISBN 978-2-505-00105-8)
  2. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 3, Kana,‎ 6 juillet 2007 (ISBN 978-2-505-00157-7)
  3. (en) « Gintama (OVA) », sur Anime News Network (consulté le 6 mars 2011)
  4. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 1, Kana,‎ 16 mars 2007 (ISBN 978-2-505-00078-5)
  5. (en) Santos, Carlo, « RIGHT TURN ONLY!! Gin and Juice », sur Anime News Network,‎ 12 mai 2009 (consulté le 3 août 2009)
  6. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 6, Kana,‎ 11 janvier 2008 (ISBN 978-2-505-00268-0)
  7. Hideaki Sorachi, Gintama, volume 7, Kana,‎ 21 mars 2008 (ISBN 978-2-505-00288-8)
  8. (en) « Classement 2009 des séries manga au Japon », sur Anime News Network (consulté le 6 mars 2011)
  9. (ja)« Tokuma Shoten », Animage,‎ avril 2010
  10. a, b et c « Gintama : Le second film », sur Manga-news
  11. (ja) « Couverture du Jump du 8 décembre 2003 »
  12. (en) « Séries publiées par Kana », sur Anime News Network (consulté le 5 mars 2011)
  13. (en) « Séries publiées par Viz Media », sur Anime News Network (consulté le 5 mars 2011)
  14. (en) « Séries publiées par Tokyopop », sur Anime News Network (consulté le 5 mars 2011)
  15. (en) « New Gintama Anime Episodes to Resume on TV », sur Anime News Network
  16. (en) « Gintama Gets New TV Anime Series in April », sur Anime News Network,‎ 21 décembre 2014
  17. « Gintama - Jump Festa 2005 », sur http://www.animeka.com/ (consulté le 5 juillet 2012)
  18. « Gintama: Shiroyasha Koutan », sur http://www.nautiljon.com/ (consulté le 5 juillet 2012)
  19. « Épisode spécial de l’anime Gintama, annoncé », sur http://adala-news.fr/ (consulté le 15 juillet 2014)
  20. « Gintama: Shinyaku Benizakura-Hen », sur http://www.nautiljon.com/ (consulté le 5 juillet 2012)
  21. (en) « Gintama Gets 2nd Film Written by Manga Creator », sur Anime News Network
  22. « Les premiers chiffres du film animation Final Gintama The Movie, révélés », sur http://adala-news.fr/
  23. (en) « Gintama (TV) », sur Anime News Network (consulté le 12 avril 2012)
  24. « Fiche technique de Gintama DS », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  25. « Fiche technique de Gintama DS: Gintoki vs Hijikata », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  26. « Fiche technique de Gintama DS Quest », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  27. « Fiche technique de Gintama sur PlayStation 2 », sur Jeuxvideo.com (consulté le 22 mai 2012)
  28. « Fiche technique Gintama sur Wii », sur Jeuxvideo.com/ (consulté le 22 mai 2012)
  29. « J-Stars Victory Vs: Gintoki (Gintama) & Ryotsu (Kochikame) jouables », sur http://adala-news.fr/ (consulté le 30 septembre 2013)
  30. (ja) « 銀魂 3年Z組銀八先生 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  31. (ja) « 銀魂 帰ってきた3年Z組銀八先生フォーエバ- さらば、愛しき3Zたちよ », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 5 octobre 2012)
  32. (ja) « 銀魂公式キャラクターブック「銀ちゃんねる!」 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  33. (ja) « 銀魂公式キャラクターブック2 「銀魂五年生」 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  34. (ja) « オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめガヤガヤ箱 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  35. (ja) « 銀魂キャラクターズブック VOL.1 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  36. (ja) « 銀魂キャラクターズブック VOL.2 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  37. (ja) « 銀魂キャラクターズブック VOL.3 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)
  38. « オフィシャルアニメーションガイド 銀魂あにめパラパラ館 », sur http://books.shueisha.co.jp/ (consulté le 22 mai 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]