Elio De Angelis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Elio de Angelis)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angelis.

Elio De Angelis

Elio De Angelis en 1982

Elio De Angelis en 1982

Date de naissance 26 mars 1958
Lieu de naissance Drapeau de l'Italie Rome
Date de décès 15 mai 1986
Lieu de décès Drapeau de la France Marseille
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Années d'activité 1979 - 1986
Qualité Pilote automobile
Équipe Shadow, Lotus, Brabham
Nombre de courses 108
Pole positions 3
Podiums 9
Victoires 2
Champion du monde 0

Elio De Angelis est un pilote automobile italien né le 26 mars 1958 à Rome en Italie et mort l’après-midi du jeudi 15 mai 1986, à l'hôpital de la Timone à Marseille des suites d'un accident survenu la veille lors d'essais privés sur le circuit Paul Ricard[1].

Il a notamment disputé 108 Grands Prix de championnat du monde de Formule 1 de 1979 à 1986, inscrit 122 points, signé 2 victoires, 9 podiums et 3 pole positions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elio De Angelis sur Lotus à Silverstone en 1981
Les casques d'Elio De Angelis sur sa 95T Lotus à Detroit en 1984

Aîné de trois garçons et une fille, d'une riche famille aristocratique romaine, Elio De Angelis se révèle à 18 ans en devenant champion d'Europe par équipe de karting. Puis, en 1977, il remporte sa première victoire en Formule 3 dès sa troisième course sur une Chevron de l'équipe Trivellato. Il décroche également le titre de champion d'Italie devant Piercarlo Ghinzani. La saison suivante, il passe en Formule 2 au sein de la Scuderia Everest dirigée par Giancarlo Minardi. Mais le châssis Chevron B42 ne fait pas le poids face aux March 782 BMW. De Angelis préfère alors retourner en F3 où il remporte le prestigieux Grand Prix de Monaco.

Financièrement soutenu par son père (lui-même ancien pilote dans des compétitions de bateau offshore), Elio peut désormais lorgner vers la Formule 1 mais son inexpérience et quelques doutes sur sa capacité à décrocher sa superlicence dissuadent les écuries Brabham et Tyrrell de l'engager malgré la manne financière qu'il représente. Au cours de l'année 1978, il est convié par la Scuderia Ferrari à une séance d'essais privés à Fiorano et boucle plusieurs tours au volant de la 312 T2, mais sans suite. Plus tard dans l'année, il teste la Shadow et ses performances s'avèrent suffisamment convaincantes pour décider Don Nichols de le titulariser au sein de l'écurie pour la saison 1979. Malgré une machine dépassée, il signe de belles prestations en course et termine même quatrième à Watkins Glen en fin de saison.

La prestigieuse écurie britannique Lotus, alors au creux de la vague, l'engage en 1980 après un test au Paul Ricard en compagnie de Nigel Mansell, Eddie Cheever et Jan Lammers. Il y restera pendant six saisons. Pilote fin, au style très propre, apprécié de l'ensemble des acteurs du monde des Grands Prix pour ses manières raffinées (c'était un pianiste virtuose qui jouait ses propres compositions), Elio confirme son potentiel en prenant l'ascendant dès sa première année chez Lotus sur son coéquipier champion du monde Mario Andretti : il termine la saison au 7e rang mondial, Andretti ne finissant que 20e. Devenu à partir de 1982 leader chez Lotus (malgré la présence à ses côtés de Nigel Mansell, généralement moins performant que l'Italien), il remporte en Autriche cette année-là sa toute première victoire en Formule 1, à l'issue d'un sprint final resté fameux avec Keke Rosberg. La photo finish fut nécessaire pour départager les deux hommes : 125 millièmes de seconde sur la ligne ! Colin Chapman, en bord de piste, en jeta sa casquette en l'air.

De Angelis confirme qu'il est l'une des valeurs sures de la Formule 1 en 1984, grâce à sa régularité qui lui permit de terminer troisième du championnat, derrière les imbattables McLaren-TAG Porsche. En 1985, alors qu'il décroche sa deuxième victoire en Formule 1 (à Imola sur tapis vert, suite à la disqualification de Prost), il se permet même de pointer un temps en tête du championnat du monde. Mais la suite de la saison est plus délicate puisqu'il est dominé par son nouveau coéquipier Ayrton Senna, lequel concentre progressivement autour de lui toutes les forces vives de l'écurie (Peter Warr et Gérard Ducarouge).

Vivant mal sa rivalité interne avec Senna qu'il surnomme "le petit Machiavel" et la dégradation de ses conditions de travail chez Lotus, Elio rejoint l'écurie Brabham-BMW en 1986, avec de grandes ambitions. Mais la révolutionnaire Brabham BT55 conçue par l'ingénieur Gordon Murray et à l'aérodynamique si particulière s'avère extrêmement délicate à piloter et ne permet pas à Elio de se mettre en évidence. Le 14 mai, l'écurie Brabham procède à une séance d'essais privés sur le circuit Paul Ricard au Castellet afin d'améliorer ses performances. Cette séance tourne au drame lorsque la monoplace de De Angelis est victime d'une rupture d'aileron arrière dans la rapide portion des Esses de la Verrerie. Après une effroyable série de tonneaux, la Brabham s'immobilise sur l'arceau au-delà des barrières de sécurité. Prisonnier de son cockpit durant de longues minutes, (ni Alain Prost, ni Nigel Mansell, ni Alan Jones ne parviendront à l'extraire de l'épave) et en l'absence de commissaires pour venir le secourir, Elio est asphyxié par un début d'incendie. Il est héliporté inconscient à l'hôpital de la Timone à Marseille plus de trente minutes après son accident et décèdera le lendemain.

Senna lui rendra hommage le lendemain en déclarant : « Elio était un pilote à part car il exerçait son métier par amour du sport, sans motivation mercantile. C'était un gentleman, une personne de grande qualité que je suis fier d'avoir connu. »

Jean Alesi lui rendit également hommage en reprenant ses couleurs (bande rouge et bande noire sur fond blanc) pour orner son casque.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole positions Victoires Points inscrits Classement
1979 Interscope Shadow Racing Team DN9 Cosworth V8 Goodyear 14 0 0 3 15e
1980 Team Essex Lotus 81 Cosworth V8 Goodyear 14 0 0 13 7e
1981 Team Essex Lotus
John Player Team Lotus
81B
87
Cosworth V8 Michelin
Goodyear
14 0 0 14 8e
1982 John Player Team Lotus 87B
91
Cosworth V8 Goodyear 15 0 1 23 9e
1983 John Player Team Lotus 91
93T
Cosworth V8
Renault V6 turbo
Pirelli 15 1 0 2 17e
1984 John Player Team Lotus 95T Renault V6 turbo Goodyear 16 1 0 34 3e
1985 John Player Special Team Lotus 97T Renault V6 turbo Goodyear 16 1 1 33 5e
1986 Motor Racing Developments Ltd BT55 BMW 4 ligne turbo Pirelli 4 0 0 0 n.c.

Victoires en Championnat du monde de Formule 1

# Année Manche Date Grand prix Circuit Écurie Voiture
1
1982
13/16
15 août 1982
Autriche
Osterreichring
Lotus
Lotus 91
2
1985
03/16
5 mai 1985
Saint-Marin
Imola
Lotus
Lotus 97T

Notes et références[modifier | modifier le code]