Patrick Depailler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrick Depailler

Date de naissance 9 août 1944
Lieu de naissance Clermont-Ferrand
Date de décès 1er août 1980 (à 35 ans)
Lieu de décès circuit d'Hockenheim (Allemagne)
Nationalité Drapeau de la France France
Années d'activité 1964-1980
Qualité Pilote automobile
Équipe Tyrrell, Ligier, Alfa Romeo
Nombre de courses 95
Pole positions 1
Podiums 19
Victoires 2
Champion du monde 0
Patrick Depailler en 1970 au Nürburgring sur Pygmée Formule 2

Patrick Depailler est un pilote automobile français né le 9 août 1944 à Clermont-Ferrand (Auvergne), décédé le 1er août 1980 au cours d'une séance d'essais privés sur le circuit d'Hockenheim (Allemagne) au volant d'une Alfa Romeo. Il a participé à 95 Grand Prix de Formule 1 et en a remporté deux. Il est inhumé dans le cimetière de la commune de Crevant-Laveine (Puy-de-Dôme).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Marcel Depailler (1902-1978) architecte notamment de l'université de Clermont-Ferrand, Patrick Depailler répond aux attentes de son père en décrochant un diplôme de prothésiste dentaire. Il se lance ensuite en sport motocycliste puis débute en 1964 en Formule 2 sur le circuit de Charade près de Clermont-Ferrand.

Il remporte le Tour de France automobile en 1970 avec Jean-Pierre Beltoise sur Matra MS650 (copilote Jean Todt), ainsi que le Rallye des Monts Dôme en 1971 avec Vincent sur Alpine A110.

En 1971, il devient champion de France de Formule 3 et remporte également le Grand Prix de Monaco de Formule 3, ce qui lui permet d'accéder à la Formule 1 en 1972 au sein de l'écurie Tyrrell Racing, grâce au soutien financier d'Elf pour deux courses, en tant que troisième pilote. En 1974, tandis qu'il réalise sa première saison complète en Formule 1, il remporte le championnat d'Europe de Formule 2.

En Formule 1, il est titularisé par Ken Tyrrell pour remplacer François Cevert. Il passe cinq saisons (de 1974 à 1978) au sein de l'équipe, compétitive mais qui amorce un lent déclin car l'écurie perd beaucoup de temps à développer une monoplace à 6 roues, la Tyrrell P34 pour les saisons 1976 et 1977. À son volant, Depailler obtient son meilleur classement en championnat du monde en terminant quatrième en 1976). S'il a cumulé à cette occasion de nombreuses places de second, victime d'un manque de réussite, il doit attendre 1978 pour obtenir sa première victoire en Formule 1 au Grand Prix de Monaco 1978 au volant de la Tyrrell 008.

Passé chez Ligier l'année suivante, il fait équipe avec Jacques Laffite. Les deux pilotes sont à l'époque les grandes vedettes du sport automobile français. Ils sont aussi partenaires aux 24 Heures du Mans 1977 où ils partagent le volant d'une Alpine Renault contrainte à l'abandon alors qu'elle était en deuxième position après plus de vingt heures de course. L'année suivante, associé cette fois à Jean-Pierre Jabouille, il abandonne alors que la voiture était en tête à 9 H 35 du matin.

Patrick Depailler fonde de gros espoirs sur sa Ligier JS11, dominatrice au début de la saison 1979. Après avoir accompagné son coéquipier sur le podium au Brésil, Depailler remporte le Grand Prix d'Espagne. Quelques semaines après, peu avant le Grand Prix de France, un accident de deltaplane lui brise les jambes et l'éloigne de la compétition automobile jusqu'à la fin de l'année.

Il effectue son retour en 1980 au sein de l'écurie Alfa Romeo qui revient en Grand Prix comme constructeur. Depailler s'efforce de faire progresser la monoplace durant la première moitié de la saison. Comme il n'est pas totalement remis de ses blessures, les premières courses sont très difficiles. Il retrouve peu à peu le rythme, notamment à Monaco où il abandonne alors qu'il se trouve en quatrième position.

Il meurt lors d'essais privés sur le circuit d'Hockenheim à la suite d'une sortie de route à 280 km/h dans l'Ostkurve, une semaine avant le Grand Prix d'Allemagne. Il est probable qu'une défaillance mécanique (rupture de suspension ou blocage d'une jupe latérale privant la monoplace de son effet de sol) soit à l'origine de l'accident.

Quelques jours après la mort de Depailler, Jacques Laffite remporte le Grand Prix d'Allemagne et, sur le podium, refuse le champagne en signe de deuil.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Ecurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1972 Elf Team Tyrrell 004 Ford V8 Goodyear 2 0 n.c.
1974 Elf Team Tyrrell 005
006
007
Ford V8 Goodyear 15 14 9e
1975 Elf Team Tyrrell 007 Ford V8 Goodyear 14 12 9e
1976 Elf Team Tyrrell 007
P34
Ford V8 Goodyear 16 39 4e
1977 Elf Team Tyrrell P34 Ford V8 Goodyear 17 20 8e
1978 Elf Team Tyrrell 008 Ford V8 Goodyear 16 34 5e
1979 Ligier Gitanes JS11 Ford V8 Goodyear 7 22 6e
1980 Marlboro Team Alfa Romeo 179 Alfa Romeo V12 Goodyear 8 0 n.c.

Victoires en Championnat du monde de Formule 1

# Année Manche Grand Prix Circuit Écurie Voiture
1 1978 05/16 Monaco Monaco Tyrrell Tyrrell 008
2 1979 05/15 Espagne Jarama Ligier Ligier JS11

Titres[modifier | modifier le code]

Saison Titre Voiture
1971 Champion de France de Formule 3 Alpine Renault F3
1974 Champion d'Europe de Formule 2[1] March-BMW 742

Divers[modifier | modifier le code]

  • Médaillé de l'Académie des sports en 1974.
  • Une statue, érigée près du stade nautique de Chamalières, lui rend hommage.
  • Le circuit de modélisme du plateau de Gergovie lui est dédié.
  • Il est crédité au générique du film américain Bobby Deerfield sorti en 1977 parmi les pilotes ayant conduit les F1 vues dans les scènes de course, tournées sur le circuit du Mans.
  • Son fils Loïc Depailler a également poursuivi une carrière dans le sport automobile dans les années 1990. Il a notamment couru en Amérique du Nord dans le championnat de Formule Atlantique, ainsi qu'en Sport-Prototypes.
  • En 2013, il est incarné par Xavier Laurent dans le film Rush de Ron Howard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue Sport-Auto n°154 - novembre 1974