Brian Henton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Brian Henton

Date de naissance 19 septembre 1946 (68 ans)
Lieu de naissance Drapeau : Royaume-Uni Castle Donington, Leicestershire, Angleterre
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni britannique
Années d'activité 1975, 1977, 1981-1982
Qualité Pilote automobile
Équipe John Player Team Lotus
British Formula 1 Racing Team
HB Bewaking Alarm Systems
Toleman Motorsport
Arrows Racing Team
Team Tyrrell
Nombre de courses 37 (19 départs)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

Brian Henton est un ancien pilote automobile anglais né le 19 septembre 1946 à Spondon, près du circuit de course de Donington. Il a notamment participé à 19 Grands Prix de Formule 1 entre 1975 et 1982, sans parvenir à inscrire de point. Henton figure pourtant sur les tablettes de la discipline puisqu’il a réalisé le meilleur tour en course lors de l’édition 1982 du Grand Prix de Grande-Bretagne disputé à Brands-Hatch.

Biographie[modifier | modifier le code]

Brian Henton débute en sport automobile en 1970 en disputant des épreuves locales au volant de son Austin Healey. Il passe à la monoplace en 1973, d’abord en Formule Super Vee, puis en Formule 3. Son honnête coup de volant le mène souvent à la victoire, et attire l’œil exercé de Colin Chapman qui lui offre son premier volant en Formule 1.

Henton débute en championnat du monde au Grand Prix de Grande-Bretagne 1975 au volant de la même Lotus 72E que Ronnie Peterson. Il se qualifie en vingt-et-unième place sur la grille mais, malgré une course solide, doit abandonner peu avant l’arrivée. Chapman le titularise à nouveau pour l’épreuve suivante, en Autriche, au volant de la nouvelle 72F mais Henton est victime d’un accident lors des essais libres et ne peut participer aux essais qualificatifs. Il est engagé une dernière fois au sein du Team Lotus à Watkins Glen où, bien qu’il ait décroché une dix-neuvième place sur la grille, il ne sera pas classé : il reçoit en effet le drapeau à damiers en douzième place mais à plus de dix tours du vainqueur.

En 1976, Lotus fait appel à des pilotes plus expérimentés ou plus prometteurs (Ronnie Peterson, Mario Andretti, Gunnar Nilsson) et Henton se retrouve sans volant. Il ne souhaite pas « redoubler » en Formule 2 et prend donc son mal en patience. En 1977, il est engagé par l’écurie privée British American Formula One Racing Team (financée par le cigarettier BAT qui sera à l’origine du team BAR bien des années plus tard) qui dispose d’une March 761 de la saison précédente. La monoplace se révèle rapidement dépassée puisqu’en quatre tentatives, Henton ne parvient jamais à se qualifier (vingt-neuvième temps en Espagne, en Grande-Bretagne et vingt-septième en Autriche). Dépité, Henton tente le tout pour le tout en acceptant de piloter pour l’écurie Boro à l’occasion du Grand Prix des Pays-Bas. La Boro 001 est en fait une ex-Ensign N175 vieille de deux ans et Boro, propriété de l’entreprise hollandaise HB Bewake, n’a pour unique but que de montrer ses couleurs lors de son épreuve nationale. Henton réussit l’exploit de se qualifier en vingt-troisième place sur la grille, laissant ainsi onze concurrents derrière lui. Il comble les patrons de HB Bewake en tournant comme une horloge jusqu’au cinquante-deuxième tour où il est victime d’un tête-à-queue et reçoit une aide extérieure pour reprendre la piste, ce qui le condamne à la disqualification. Enthousiasmé par la performance du pilote anglais, Boro décide de s’engager pour la course suivante en Italie mais le miracle ne se reproduit pas et Boro quitte le championnat, laissant Henton sur le carreau.

En 1978, Henton, sans volant en Formule 1 est contraint de redescendre d‘une catégorie et rate complètement sa saison au volant de monoplaces peu compétitives. En 1979, il retrouve le chemin du podium et remporte les épreuves disputées au Mugello et à Misano. Il termine vice-champion d’Europe derrière le Suisse Marc Surer. En 1980, l’écurie Toleman met à sa disposition une monoplace performante qui lui permet de décrocher le titre européen. La cerise sur le gâteau est que Toleman songe à monter en Formule 1 et souhaite conserver son solide duo de pilotes pour l’aider à franchir le pas. Derek Warwick va débuter en F1 et Henton va essayer enfin de montrer sa vraie valeur.

En 1979 Toleman garde sa confiance à son motoriste Hart qui motorisait les F2. Mais le quatre cylindres en ligne est loin d’être performant. En douze tentatives, Henton est une fois non pré-qualifié et neuf fois non-qualifié (le bilan de Warwick est similaire). Il ne réussit à prendre le départ qu’en Italie (qualifié en vingt-troisième position) et termine la course au dixième rang. À la fin de la saison, il est remercié par Toleman qui, utilisant des gommes Pirelli, lui préfère l'Italien Teo Fabi.

Début 1982, Henton se retrouve, comme à l’accoutumée, sans contrat. La chance lui sourit lorsque son ancien rival en F2 Marc Surer, pilote Arrows se blesse aux deux chevilles en essais privés avant même le début de la saison. Henton est engagé pour disputer les trois premières épreuves au volant de l’A4 mais échoue à se qualifier en Afrique du Sud puis au Brésil. Il prend finalement le départ à Long Beach (vingtième sur la grille) mais abandonne sur sortie de piste au trente-deuxième tour.

Henton rend son baquet à Surer, mais rebondit immédiatement chez Tyrrell où le pilote-payant suédois Slim Borgudd est débarqué à quelques jours du Grand Prix de Saint-Marin. Brian Henton poursuit donc en championnat du monde au volant de la Tyrrell 011, une monoplace qui peut enfin lui permettre de se mettre en valeur mais il est rapidement mis sous l’éteignoir par son coéquipier Michele Alboreto. Il se qualifie en fond de grille et termine à la porte des points, sans faire mieux que septième en Allemagne. À la fin de la saison, Tyrrell a inscrit 25 points mais Henton n’y a en rien contribué. Il est donc remplacé par Danny Sullivan pour la saison suivante. Mais, avant de quitter définitivement le monde de la Formule 1, Henton réussit à écrire la première (et dernière) ligne de son palmarès en signant le meilleur tour en course lors de son Grand Prix national.

À la recherche d’une équipe pour 1983, Henton participe à la Race of Champions de Brands-Hatch au volant d’une Theodore. Malgré sa quatrième place finale, il ne convainc aucun directeur d’écurie et abandonne la compétition automobile.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1975 John Player Team Lotus 72E
72F
Cosworth V8 Goodyear 2 0 n.c.
1977 British Formula 1 Racing Team
HB Bewaking Alarm Systems
761
001
Cosworth V8
Cosworth V8
Goodyear
Goodyear
2 0 n.c.
1981 Candy Toleman Motorsport TG181 Hart
4 en ligne turbo
Pirelli 1 0 n.c.
1982 Arrows Racing Team
Team Tyrrell
A4
011
Cosworth V8
Cosworth V8
Pirelli
Goodyear
14 0 n.c.