Grand Prix automobile du Canada 1978

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix du Canada 1978

Tracé de la course

Drapeau circuit de l'Île Notre-Dame

Données de la course
Nombre de tours 70
Longueur du circuit 4,500 km
Distance de course 315,000 km
Résultats
Vainqueur Drapeau : Canada Gilles Villeneuve,
Ferrari,
h 57 min 49 s 196
(vitesse moyenne : 160,414 km/h)
Pole position Drapeau : France Jean-Pierre Jarier,
Lotus-Ford Cosworth,
min 38 s 015
(vitesse moyenne : 165,281 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Australie Alan Jones,
Williams-Ford Cosworth,
min 38 s 072
(vitesse moyenne : 165,185 km/h)

Le Grand Prix du Canada 1978 (Labatt's 50 Grand Prix du Canada[1]), disputé sur le circuit de l'Île Notre-Dame à Montréal le 8 octobre 1978, est la trois cent treizième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950, la seizième et dernière manche du championnat 1978.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

Lotus 79
La Lotus 79 (ici Andretti devant Peterson à Zandvoort) a nettement dominé la saison 1978.

La saison 1978 a été dominée par l'équipe Lotus, qui a enlevé huit Grands-Prix, dont six à l'actif de l'Italo-américain Mario Andretti, premier pilote de l'écurie. Andretti est assuré du titre mondial depuis le Grand Prix d'Italie où son coéquipier Ronnie Peterson (vainqueur à deux reprises cette année et second du championnat) a été victime d'un accident mortel au départ. Leader de la Scuderia Ferrari et ayant remporté quatre Grands Prix, l'Argentin Carlos Reutemann peut encore viser la deuxième place du championnat en cas de victoire dans cette dernière épreuve. Champion du monde 1977 et vainqueur à deux reprises cette saison au volant d'une Brabham à moteur Alfa Romeo, l'Autrichien Niki Lauda a le même objectif.

Le circuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Circuit Gilles-Villeneuve.
Île Notre-Dame
Une vue de l'épingle des stands (rebaptisée depuis épingle du casino) dans les années 2000. Au fond, le pont Jacques Cartier qui relie l'Île Notre-Dame à l'Île Sainte Hélène.

À la suite de l'interdiction de la Commission sportive internationale (CSI) d'organiser un Grand Prix sur le circuit de Mosport (l'édition de 1977 s'était déroulée dans des conditions déplorables au niveau de l'état de la piste et de l'organisation), c'est le tout nouveau projet de l'Île Notre-Dame, à Montréal, qui a été retenu pour l'épreuve canadienne du championnat du monde. Bénéficiant des installations de l'exposition universelle de 1967 et des jeux olympiques de 1976, le circuit de Montréal a été réalisé en quelques mois seulement. Le tracé est l'oeuvre de Roger Peart, un ancien mécanicien de Mike Hawthorn, et de Basil Tye, inspecteur de la CSI[2]. Développant 4,5 kilomètres, il se compose de deux épingles (l'épingle de l'Île et l'épingle des stands) reliées par une succession de chicanes. L'inauguration a eu lieu deux semaines avant le Grand Prix, avec une course de formule Atlantic remportée par l'Américain Jeff Wood.

Monoplaces en lice[modifier | modifier le code]

La plupart des constructeurs font appel au moteur Cosworth DFV (V8, 475 à 485 chevaux) à l’exception des équipes Scuderia Ferrari, Brabham, Ligier et Renault. Michelin fournit Ferrari et Renault, les autres écuries étant équipées de pneus Goodyear.

  • Brabham BT46
Brabham BT46
La Brabham BT46 à moteur Alfa Romeo. Champion du monde 1977, Niki Lauda arbore le numéro 1.

Brabham est la seule équipe à bénéficier du 12 cylindres Alfa Romeo, l'un des deux plus puissants du plateau (520 chevaux) avec le V12 Matra. Apparue en mars à Kyalami, la BT46, conçue par Gordon Murray, est un peu plus légère (600 kg à vide) et mieux profilée que la précédente BT45, mais reste cependant la plus gourmande du plateau. Trois voitures ont été engagées : Niki Lauda et John Watson pilotent leurs montures habituelles, le mulet ayant été confié à Nelson Piquet qui effectue ses débuts au sein de l'équipe. En milieu de saison, Murray avait contré la domination Lotus par une version BT46B à ventilateur créant un important effet de sol, mais la voiture fut interdite aussitôt sa sortie victorieuse à Anderstorp.

  • Tyrrell 008

La Tyrrell P34 à 6 roues n'a pas tenu toutes ses promesses et l'équipe de Ken Tyrrell est revenu à une monoplace conventionnelle pour la saison 1978. Dessinée par Maurice Philippe, la Tyrrell 008 pèse 590 kg à vide. Après un début de saison encourageant marqué par la victoire de Patrick Depailler à Monaco, elle s'est ensuite révélée nettement moins performante sur les circuits rapides. Depuis leurs débuts en 1970, les Tyrrell ont toujours utilisé le moteur Cosworth. Pilote officiel de la marque depuis 1974, Depailler est secondé par Didier Pironi, dont c'est la première saison en F1.

  • Lotus 78 & 79

Apparue au Grand Prix de Monaco et débutant en course au Grand Prix de Belgique, la Lotus 79 a dominé le championnat 1978, Mario Andretti et Ronnie Peterson ayant occupé le devant de la scène lors de toutes les épreuves européennes. La supériorité de cette monoplace est dû à la parfaite exploitation de l'effet de sol obtenu grâce à des pontons à profil d'aile inversée, un concept développé par Colin Chapman sur la Lotus 78 de l'année précédente et optimisé sur le modèle 79 grâce à l'utilisation de jupes latérales coulissantes. Vainqueur à six reprises cette saison (dont une victoire sur Lotus 78 lors de la manche inaugurale), Andretti est d'ores et déjà assuré du titre mondial, un triomphe malheureusement terni par l'accident mortel dont fut victime Ronnie Peterson lors du Grand Prix d'Italie en septembre. L'équipe a fait appel à Jean-Pierre Jarier pour le remplacer lors des deux manches nord-américaines. Fin 1977, le pilote mexicain Héctor Rebaque a racheté au Team Lotus un modèle 78 avec lequel il dispute la saison complète.

  • McLaren M26

Régulièrement en haut de l'affiche en 1977 (trois victoires avec James Hunt), la McLaren M26 a été très décevante cette saison, avec pour meilleur résultat une troisième place au Grand Prix de France. La compétitivité de cette monoplace de 610 kg conçue par Gordon Coppuck s'est constamment détériorée, James Hunt et Patrick Tambay étant régulièrement relégués en bas du plateau lors de la deuxième demi-saison.

  • ATS HS1 & D1

Après avoir engagé des Penske en 1977, le fabricant de jantes en alliage léger ATS, sous l'égide de son propriétaire Gunter Schmidt, s'est lancé dans la construction de monoplaces de formule 1, sans résultat tangible. L'équipe engage deux voitures : une HS1 de conception classique pour Michael Bleekemolen et la nouvelle D1, à effet de sol, pour Keke Rosberg. Contractés pour 1978, Jochen Mass et Jean-Pierre Jarier ont tous deux quitté l'équipe en cours de saison.

  • Ferrari 312 T3

Bien aidée par ses pneus Michelin à carcasse radiale, la Scuderia Ferrari s'est révélée la principale rivale du Team Lotus cette saison. Ayant débuté l'année avec l'ancienne 312 T2 (victorieuse au Brésil), Carlos Reutemann a gagné trois autres grands prix avec la 312 T3 apparue à Kyalami. Le pilote argentin est épaulé par le Québécois Gilles Villeneuve, qui a réalisé quelques coups d'éclat pour sa première saison complète en F1, mais que la malchance a jusqu'à présent privé de résultats probants hormis une belle troisième place en Autriche. Conçue par Mauro Forghieri, la 312 T3 pèse 600 kg et son moteur 12 cylindres à plat développe 510 chevaux à 12400 tr/min.

  • Copersucar-Fittipaldi F5A
Copersucar F5A
La Copersucar F5A d'Emerson Fittipaldi.

Créée fin 1974 sous le nom Copersucar, l'écurie a été rebaptisée Fittipaldi Automotive en début d'année. La F5A, conçue par Dave Baldwin, est fortement inspirée de la Lotus 78. Cette monoplace à effet de sol pèse 615 kg et a permis à l'équipe, qui n'engage qu'une seule voiture, d'effectuer sa meilleure saison depuis sa création, avec à la clef une seconde place d'Emerson Fittipaldi au Grand Prix du Brésil.

  • Renault RS01

En 1977, Renault a révolutionné le monde des Grands Prix en introduisant la technique du turbo-compresseur, une possibilité offerte par le règlement qu'aucun motoriste n'avait jusqu'alors exploitée, le seul mode de suralimentation auparavant utilisé en F1 étant le compresseur mécanique, comme sur les célèbres Alfa Romeo Alfetta championnes du monde en 1950 et 1951. D'un rendement énergétique très médiocre, cette technique avait depuis été délaissée. Malgré un coefficient d'équivalence de cylindrée de 2 (1500 cm3 pour un moteur suralimenté contre 3000 cm3 pour un moteur atmosphérique) plus défavorable qu'en endurance (1,4), les motoristes de Renault sont parvenus à tirer une puissance de 510 chevaux du petit V6, contre 485 chevaux pour les meilleurs V8 Cosworth. Le V6 Renault pêche toutefois par son temps de réponse à l'accélération et son manque de fiabilité, la mise au point étant loin d'être achevée. Jean-Pierre Jabouille vient toutefois d'obtenir une encourageante quatrième place à Watkins Glen. La Renault RS01, dessinée par François Castaing, est de conception classique et pèse 615 kg. Une seule voiture est engagée par l'équipe française.

  • Shadow DN9

L'écurie de Don Nichols a perdu en 1978 son principal ingénieur Tony Southgate (parti chez Arrows) et une bonne partie de ses moyens financiers. Conçue par Southgate, la DN9, apparue en mars lors de l'International Trophy à Silverstone, n'a jamais répondu aux espoirs placés en elle. Malgré l'ardeur de ses pilotes Hans Joachim Stuck et Clay Regazzoni, Shadow a vécu sa plus mauvaise saison depuis son apparition en F1 en 1973.

  • Surtees TS20
Wolf WR6
La Wolf WR5 à moteur Cosworth (ici le châssis WR6 lors d'une course historique), engagée par le milliardaire canadien Walter Wolf.

Tout comme Shadow, l'équipe de John Surtees a vécu une saison difficile. La TS20, qui a remplacé la TS19 en cours d'année, ne s'est jamais montrée compétitive, le meilleur résultat obtenu étant la sixième place de Vittorio Brambilla en Autriche. Surtees a remercié Rupert Keegan, remplacé par René Arnoux pour les épreuves nord-américaines. De même, Beppe Gabbiani remplace Brambilla, blessé lors de la collision du départ à Monza.

  • Wolf WR5

Le milliardaire canadien Walter Wolf est devenu constructeur en 1977, ayant engagé l'ingénieur réputé Harvey Postlethwaite qui a conçu en quelques mois une monoplace très compétitive, la Wolf WR1, avec laquelle Jody Scheckter est devenu vice-champion du monde. La saison 1978 a été moins fructueuse pour l'équipe, la nouvelle WR5 étant surclassée par les Lotus, Ferrari et Brabham. Scheckter a néanmoins obtenu quelques places d'honneur sur cette monoplace de 595 kg également conçue par Postlethwaite, dont une belle seconde place à Hockenheim. Comme à Watkins Glen le week-end précédent, une seconde voiture a été engagée pour l'Américain Bobby Rahal.

  • Ensign N177

L'équipe de Mo Nunn, engagée en F1 depuis 1973, utilise pour la troisième année consécutive son modèle N177, conçu par Alec Baldwin. Malgré l'engagement de Jacky Ickx lors des premières épreuves européennes de la saison, l'écurie n'a enregistré aucun résultat tangible, et Ickx a jeté l'éponge, remplacé par le prometteur pilote irlandais Derek Daly.

  • Ligier JS9

Venue à la F1 en 1976, l'équipe Ligier fait appel au V12 Matra développant 520 chevaux à 12300 tr/min. Les voitures sont conçues par Gérard Ducarouge, également directeur de l'écurie. Apparue en cours d'année, la JS9 est une monoplace à effet de sol pesant 580 kg. Ligier engage une seule voiture, confiée à Jacques Laffite.

  • Williams FW06

Après une interruption d'un an suite à des problèmes de budget, Frank Williams a fait son retour en F1 en 1978, avec l'appui d'un important sponsor saoudien. La FW06 conçue par Patrick Head est une monoplace assez compacte pesant 585 kg, qui s'est révélée très à l'aise sur les circuits sinueux aux mains d'Alan Jones, auteur d'une belle seconde place à Watkins Glen le week-end précédent.

  • Arrows A1
Arrows A1
L'Arrows A1 de Riccardo Patrese à Monza. Cette monoplace a été conçue très rapidement pour pallier l'interdiction de la FA1.

L'équipe Arrows a été créée fin 1977 par Jackie Oliver et Alan Rees, à la tête d'un groupe de dissidents de Shadow, dont l'ingénieur Tony Southgate et le pilote italien Riccardo Patrese[3]. L'Arrows FA1, apparue en course trois mois après la création de l'équipe, était d'ailleurs une copie de la Shadow DN9 également conçue par Southgate, et Don Nichols, propriétaire de l'écurie Shadow, obtint l'interdiction de courir de la FA1 au terme d'un procès. Ayant anticipé cette décision, Southgate conçut le modèle A1, apparu lors du Grand Prix d'Autriche. Pesant 590 kg, l'A1 s'est révélée moins performante que sa devancière avec laquelle Patrese s'était classé second en Suède et était passé tout près de la victoire à Kyalami. Gunnar Nilsson aurait dû être le premier pilote de l'écurie cette saison, mais un cancer a mis un terme à sa carrière. C'est l'Allemand Rolf Stommelen qui seconde Patrese.

  • Merzario A1

Après avoir disputé la saison 1977 au volant d'une March privée, Arturo Merzario est devenu pilote-constructeur cette saison. La coque de l'A1 reprend les cotes de la March 761, et sa carrosserie a été dessinée par l'ingénieur Giorgio Piola[4], également journaliste. L'équipe dispose de très peu de moyens et n'a pas de bureau d'études ! Dans ces conditions, chaque qualification relève déjà de l'exploit, exploit que le courageux et talentueux pilote italien a été en mesure d'accomplir à huit reprises cette année.

Coureurs inscrits[modifier | modifier le code]

Liste des pilotes inscrits[1]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle N° châssis Moteur Pneumatiques
1 Drapeau : Autriche Niki Lauda Parmalat Racing Team Brabham Brabham BT46 BT46/7 Alfa Romeo 115-12 F12 G
2 Drapeau : Royaume-Uni John Watson Parmalat Racing Team Brabham Brabham BT46 BT46/8 Alfa Romeo 115-12 F12 G
3 Drapeau : France Didier Pironi Elf Team Tyrrell Tyrrell Tyrrell 008 008/1 Ford Cosworth DFV V8 G
4 Drapeau : France Patrick Depailler Elf Team Tyrrell Tyrrell Tyrrell 008 008/3 Ford Cosworth DFV V8 G
5
5T
Drapeau : États-Unis Mario Andretti John Player Team Lotus Lotus Lotus 79 (JPS Mk IV) 79/4 (JPS 22)
79/1 (JPS 19)
Ford Cosworth DFV V8 G
7
7T
Drapeau : Royaume-Uni James Hunt Löwenbräu Team McLaren McLaren McLaren M26 M26/5
M26/7
Ford Cosworth DFV V8 G
8
8T
Drapeau : France Patrick Tambay Löwenbräu Team McLaren McLaren McLaren M26 M26/3
M26/7
Ford Cosworth DFV V8 G
9 Drapeau : Pays-Bas Michael Bleekemolen ATS Racing Team ATS ATS HS1 HS1/02 Ford Cosworth DFV V8 G
10 Drapeau : Finlande Keke Rosberg ATS Racing Team ATS ATS D1 D1/02 Ford Cosworth DFV V8 G
11
11T
Drapeau : Argentine Carlos Reutemann SpA Ferrari Sefac Ferrari Ferrari 312 T3 312 T3/035
312 T3/036
Ferrari Tipo 015 F12 M
12 Drapeau : Canada Gilles Villeneuve SpA Ferrari Sefac Ferrari Ferrari 312 T3 312 T3/034 Ferrari Tipo 015 F12 M
14 Drapeau : Brésil Emerson Fittipaldi Fittipaldi Automotive Copersucar Fittipaldi F5A F5A/1 Ford Cosworth DFV V8 G
15
15T
Drapeau : France Jean-Pierre Jabouille Équipe Renault Elf Renault Renault RS01 RS02
RS03
Renault EF1 V6t M
16 Drapeau : Allemagne Hans Stuck Villiger Shadow Shadow Shadow DN9/A DN9/3A Ford Cosworth DFV V8 G
17
17T
Drapeau : Suisse Clay Regazzoni Villiger Shadow Shadow Shadow DN9/A DN9/1A
DN9/8A
Ford Cosworth DFV V8 G
18 Drapeau : France René Arnoux Durex Team Surtees Surtees Surtees TS20 TS20/03 Ford Cosworth DFV V8 G
19 Drapeau : Italie Beppe Gabbiani Beta Team Surtees Surtees Surtees TS20 TS20/01 Ford Cosworth DFV V8 G
20 Flag of South Africa 1928-1994.svg Jody Scheckter Walter Wolf Racing Wolf Wolf WR5 WR5/2 (WR6) Ford Cosworth DFV V8 G
21 Drapeau : États-Unis Bobby Rahal Walter Wolf Racing Wolf Wolf WR5
Wolf WR1
WR5/1 (WR5)
WR1
Ford Cosworth DFV V8 G
22
22T
Drapeau : Irlande Derek Daly Tissot Ensign Ensign Ensign N177 MN006
MN007
Ford Cosworth DFV V8 G
25 Drapeau : Mexique Héctor Rebaque Team Rebaque Lotus Lotus 78 (JPS Mk III) 78/2 (JPS 16) Ford Cosworth DFV V8 G
26
26T
Drapeau : France Jacques Laffite Équipe Ligier Gitanes Ligier Ligier JS9 JS9/03
JS9/01
Matra MS76 V12 G
27
27T
Drapeau : Australie Alan Jones Williams GP Engineering Williams Williams FW06 FW06/02
FW06/01
Ford Cosworth DFV V8 G
35 Drapeau : Italie Riccardo Patrese Warsteiner Arrows Arrows Arrows A1 A1/3 Ford Cosworth DFV V8 G
36 Drapeau : Allemagne Rolf Stommelen Warsteiner Arrows Arrows Arrows A1 A1/2 Ford Cosworth DFV V8 G
37 Drapeau : Italie Arturo Merzario Team Merzario Merzario Merzario A1 A1/02 Ford Cosworth DFV V8 G
55 Drapeau : France Jean-Pierre Jarier John Player Team Lotus Lotus Lotus 79 (JPS Mk IV) 79/3 (JPS 21) Ford Cosworth DFV V8 G
66 Drapeau : Brésil Nelson Piquet Parmalat Racing Team Brabham Brabham BT46 BT46/6 Alfa Romeo 115-12 F12 G
  • La lettre T suivant le numéro identifie le mulet (T car). Un même châssis peut être utilisé indifféremment par les pilotes d'une écurie.

Les essais[modifier | modifier le code]

En raison de la faible longueur du circuit, le nombre de pilotes admis au départ est limité, seuls les vingt-deux pilotes les plus rapides à l'issue des deux séances de qualification pourront participer à la course. Une première session d'essais libres, prévue le jeudi après-midi, devait servir de pré-qualification et éliminer deux des vingt-huit pilotes engagés, la CSI ayant initialement limité à vingt-six le nombre de concurrents admis aux essais du vendredi et samedi. Mais cette information n'ayant été communiquée à temps aux organisateurs de l'épreuve, la séance du jeudi n'a pu être organisée et les vingt-huit pilotes inscrits sont finalement admis à disputer les deux journées d'essais[5].

Essais libres du vendredi matin[modifier | modifier le code]

C'est sous une pluie battante que les pilotes font connaissance avec le circuit. Dans ces conditions, les pneus Michelin se révèlent les meilleurs et cette première séance est dominée par les deux Ferrari de Carlos Reutemann et Gilles Villeneuve. Dans le clan Goodyear, c'est Hans Stuck, toujours à l'aise sous la pluie, qui se montre le plus rapide devant Didier Pironi, à trois secondes tout de même de Reutemann. La piste est restée détrempée durant toute la session, les monoplaces se sont révélées pratiquement inconduisibles dans certaines portions du circuit.

Première séance qualificative[modifier | modifier le code]

La première séance officielle débute sur une piste encore détrempée, et ce n'est que dans le dernier quart d'heure qu'elle commence à sécher, permettant enfin de réaliser des temps inférieurs à deux minutes. C'est à nouveau Reutemann qui se montre le plus rapide devant son coéquipier Villeneuve. Mario Andretti est le plus rapide des pilotes chaussées par Goodyear, devant Stuck et Scheckter. Seuls ces cinq pilotes sont passés sous le seuil des deux minutes au tour. La mauvaise surprise vient des trois pilotes Brabham, Niki Lauda, John Watson et Nelson Piquet n'ont pu trouver les réglages adéquats dans ces conditions et figurent dans la liste des non-qualifiés !

Reutemann
Reutemann sur Ferrari 312 T3 (vu ici lors de sa victoire à Watkins Glen) a dominé la première journée d'essais disputée sous la pluie.
Résultats de la première séance officielle
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 11 Drapeau : Argentine Carlos Reutemann Ferrari 1 min 57 s 940
2 12 Drapeau : Canada Gilles Villeneuve Ferrari 1 min 58 s 605 + 0 s 665
3 5 Drapeau : États-Unis Mario Andretti Lotus 1 min 59 s 071 + 1 s 131
4 16 Drapeau : Allemagne Hans-Joachim Stuck Shadow 1 min 59 s 150 + 1 s 210
5 20 Flag of South Africa 1928-1994.svg Jody Scheckter Wolf 1 min 59 s 916 + 1 s 976
6 55 Drapeau : France Jean-Pierre Jarier Lotus 2 min 00 s 214 + 2 s 274
7 27 Drapeau : Australie Alan Jones Williams 2 min 00 s 244 + 2 s 304
8 22 Drapeau : Irlande Derek Daly Ensign 2 min 00 s 260 + 2 s 320
9 3 Drapeau : France Didier Pironi Tyrrell 2 min 00 s 362 + 2 s 422
10 35 Drapeau : Italie Riccardo Patrese Arrows 2 min 00 s 861 + 2 s 921
11 10 Drapeau : Finlande Keke Rosberg ATS 2 min 02 s 014 + 4 s 074
12 36 Drapeau : Allemagne Rolf Stommelen Arrows 2 min 02 s 023 + 4 s 083
13 19 Drapeau : Italie Beppe Gabbiani Surtees 2 min 02 s 060 + 4 s 120
14 4 Drapeau : France Patrick Depailler Tyrrell 2 min 02 s 316 + 4 s 376
15 17 Drapeau : Suisse Clay Regazzoni Shadow 2 min 02 s 351 + 4 s 411
16 8 Drapeau : France Patrick Tambay McLaren 2 min 02 s 681 + 4 s 741
17 18 Drapeau : France René Arnoux Surtees 2 min 02 s 776 + 4 s 836
18 14 Drapeau : Brésil Emerson Fittipaldi Fittipaldi 2 min 03 s 200 + 5 s 260
19 7 Drapeau : Royaume-Uni James Hunt McLaren 2 min 03 s 347 + 5 s 407
20 37 Drapeau : Italie Arturo Merzario Merzario 2 min 04 s 148 + 6 s 208
21 15 Drapeau : France Jean-Pierre Jabouille Renault 2 min 04 s 678 + 6 s 738
22 26 Drapeau : France Jacques Laffite Ligier 2 min 05 s 273 + 7 s 333
23 2 Drapeau : Royaume-Uni John Watson Brabham 2 min 05 s 758 + 7 s 818
24 25 Drapeau : Mexique Héctor Rebaque Lotus 2 min 06 s 309 + 8 s 369
25 21 Drapeau : États-Unis Bobby Rahal Wolf 2 min 07 s 282 + 9 s 342
26 66 Drapeau : Brésil Nelson Piquet Brabham 2 min 08 s 433 + 10 s 493
27 1 Drapeau : Autriche Niki Lauda Brabham 2 min 09 s 328 + 11 s 388
28 9 Drapeau : Pays-Bas Michael Bleekemolen ATS 2 min 12 s 211 + 14 s 271

Essais libres du samedi matin[modifier | modifier le code]

Pour la deuxième séance d'essais libres, les conditions sont à peine meilleures que la veille. La trajectoire s'assèche cependant peu à peu, mais les pilotes ne peuvent toujours pas définir les réglages pour piste sèche. Premiers en piste, les pilotes Brabham parviennent à régler leurs problèmes de la veille, et en fin de session c'est Lauda, le seul à avoir monté les pneus slicks, qui se montre le plus rapide, devant Keke Rosberg. Victime d'un mal de dos contracté la veille, Jean-Pierre Jarier n'a pu participer aux entraînements matinaux.

Seconde séance qualificative[modifier | modifier le code]

Lorsque débute la dernière séance d'essais, à 13 heures, le vent a complètement séché la piste. La grille de départ va donc se jouer sur cette seule session. Sans référence aucune sur ce nouveau circuit, les pilotes doivent définir leurs réglages au jugé. Peu d'entre eux parviendront à trouver un tour clair, les 28 concurrents tournant assidûment pour assurer leur qualification. C'est tout d'abord Jody Scheckter qui en 1 min 38 s se montre le plus rapide sur sa Wolf, devant Watson. En fin de séance, Villeneuve réussit à s'approcher à deux dixièmes du Sud-Africain. Il pense avoir décroché une place en première ligne devant son public mais dans les toutes dernières minutes Jarier, que son dos fait toujours souffrir malgré les calmants, réalise deux tours consécutifs en 1 min 38 s au volant de sa Lotus. Pendant quelques instants, on ignore qui de Scheckter ou Jarier a été le plus rapide, avant que le chronométrage électronique n'officialise la pole position du Français, qui a devancé son adversaire d'onze millièmes de seconde.

Contrairement à son coéquipier Villeneuve, Reutemann, qui s'était montré le plus rapide sous la pluie, n'est pas satisfait du comportement de sa voiture sur le sec et n'a obtenu que le onzième temps. De même le nouveau champion du monde Mario Andretti n'est pas parvenu à trouver les bons réglages sur sa Lotus : neuvième, il réalise sa plus mauvaise qualification de la saison, à plus d'une seconde de son coéquipier Jarier.

Parmi les malchanceux, Clay Regazzoni (Shadow), accidenté la veille, a dû composer avec un châssis plié et n'a pu faire mieux que le 23e temps, ratant la qualification pour cinq centièmes de seconde. Bobby Rahal a quant à lui sérieusement endommagé la Wolf qui lui avait confiée au cours de la première séance officielle. Il a néanmoins pu bénéficier in extremis d'une voiture de remplacement, un châssis de l'année précédente récupéré dans un hall d'exposition[2], qu'il est parvenu à qualifier en avant-dernière ligne.

Résultats de la seconde séance officielle
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 55 Drapeau : France Jean-Pierre Jarier Lotus 1 min 38 s 015
2 20 Flag of South Africa 1928-1994.svg Jody Scheckter Wolf 1 min 38 s 026 + 0 s 011
3 12 Drapeau : Canada Gilles Villeneuve Ferrari 1 min 38 s 230 + 0 s 215
4 2 Drapeau : Royaume-Uni John Watson Brabham 1 min 38 s 417 + 0 s 402
5 27 Drapeau : Australie Alan Jones Williams 1 min 38 s 861 + 0 s 846
6 14 Drapeau : Brésil Emerson Fittipaldi Fittipaldi 1 min 38 s 930 + 0 s 915
7 1 Drapeau : Autriche Niki Lauda Brabham 1 min 39 s 020 + 1 s 005
8 16 Drapeau : Allemagne Hans-Joachim Stuck Shadow 1 min 39 s 081 + 1 s 066
9 5 Drapeau : États-Unis Mario Andretti Lotus 1 min 39 s 230 + 1 s 215
10 26 Drapeau : France Jacques Laffite Ligier 1 min 39 s 281 + 1 s 266
11 11 Drapeau : Argentine Carlos Reutemann Ferrari 1 min 39 s 455 + 1 s 440
12 35 Drapeau : Italie Riccardo Patrese Arrows 1 min 39 s 491 + 1 s 476
13 4 Drapeau : France Patrick Depailler Tyrrell 1 min 39 s 619 + 1 s 604
14 66 Drapeau : Brésil Nelson Piquet Brabham 1 min 39 s 624 + 1 s 609
15 22 Drapeau : Irlande Derek Daly Ensign 1 min 40 s 042 + 2 s 027
16 18 Drapeau : France René Arnoux Surtees 1 min 40 s 515 + 2 s 500
17 8 Drapeau : France Patrick Tambay McLaren 1 min 40 s 669 + 2 s 654
18 3 Drapeau : France Didier Pironi Tyrrell 1 min 40 s 959 + 2 s 944
19 7 Drapeau : Royaume-Uni James Hunt McLaren 1 min 40 s 970 + 2 s 955
20 21 Drapeau : États-Unis Bobby Rahal Wolf 1 min 40 s 983 + 2 s 968
21 10 Drapeau : Finlande Keke Rosberg ATS 1 min 41 s 611 + 3 s 596
22 15 Drapeau : France Jean-Pierre Jabouille Renault 1 min 41 s 689 + 3 s 674
23 17 Drapeau : Suisse Clay Regazzoni Shadow 1 min 41 s 739 + 3 s 724
24 19 Drapeau : Italie Beppe Gabbiani Surtees 1 min 41 s 799 + 3 s 784
25 37 Drapeau : Italie Arturo Merzario Merzario 1 min 41 s 962 + 3 s 947
26 25 Drapeau : Mexique Héctor Rebaque Lotus 1 min 42 s 413 + 4 s 398
27 36 Drapeau : Allemagne Rolf Stommelen Arrows 1 min 43 s 267 + 5 s 252
28 9 Drapeau : Pays-Bas Michael Bleekemolen ATS 1 min 45 s 553 + 7 s 538

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications
1re ligne Pos. 1 Pos. 2
Drapeau : France
Jean-Pierre Jarier
Lotus
1 min 38 s 015
Flag of South Africa 1928-1994.svg
Jody Scheckter
Wolf
1 min 38 s 026
2e ligne Pos. 3 Pos. 4
Drapeau : Canada
Gilles Villeneuve
Ferrari
1 min 38 s 230
Drapeau : Royaume-Uni
John Watson
Brabham
1 min 38 s 417
3e ligne Pos. 5 Pos. 6
Drapeau : Australie
Alan Jones
Williams
1 min 38 s 861
Drapeau : Brésil
Emerson Fittipaldi
Fittipaldi
1 min 38 s 930
4e ligne Pos. 7 Pos. 8
Drapeau : Autriche
Niki Lauda
Brabham
1 min 39 s 020
Drapeau : Allemagne
Hans-Joachim Stuck
Shadow
1 min 39 s 081
5e ligne Pos. 9 Pos. 10
Drapeau : États-Unis
Mario Andretti
Lotus
1 min 39 s 230
Drapeau : France
Jacques Laffite
Ligier
1 min 39 s 381
6e ligne Pos. 11 Pos. 12
Drapeau : Argentine
Carlos Reutemann
Ferrari
1 min 39 s 455
Drapeau : Italie
Riccardo Patrese
Arrows
1 min 39 s 491
7e ligne Pos. 13 Pos. 14
Drapeau : France
Patrick Depailler
Tyrrell
1 min 39 s 619
Drapeau : Brésil
Nelson Piquet
Brabham
1 min 39 s 624
8e ligne Pos. 15 Pos. 16
Drapeau : Irlande
Derek Daly
Ensign
1 min 40 s 042
Drapeau : France
René Arnoux
Surtees
1 min 40 s 515
9e ligne Pos. 17 Pos. 18
Drapeau : France
Patrick Tambay
McLaren
1 min 40 s 669
Drapeau : France
Didier Pironi
Tyrrell
1 min 40 s 959
10e ligne Pos. 19 Pos. 20
Drapeau : Royaume-Uni
James Hunt
McLaren
1 min 40 s 970
Drapeau : États-Unis
Bobby Rahal
Wolf
1 min 40 s 983
11e ligne Pos. 21 Pos. 22
Drapeau : Finlande
Keke Rosberg
ATS
1 min 41 s 611
Drapeau : France
Jean-Pierre Jabouille
Renault
1 min 41 s 689

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

La piste est sèche lorsque le départ est donné le dimanche à 14 h 15[2]. Malgré le froid vif, 70000 spectateurs assistent à la course[6]. Exploitant au mieux sa position sur la grille, Jean-Pierre Jarier (Lotus) est le plus prompt à s'élancer et aborde la chicane avec une demi-longueur d'avance sur la Wolf de Jody Scheckter. Alan Jones (Williams), Gilles Villeneuve (Ferrari) et John Watson (Brabham) passent également la chicane sans encombre. Pour le reste du peloton, cependant, l'affaire se complique. Très bien parti depuis la quatrième ligne, Hans Joachim Stuck pointe sa Shadow en sixième position à l'entrée de la courbe, débordant Emerson Fittipaldi par l'extérieur. Mais le bas-côté de la piste est sableux et le pilote allemand part en travers, accroche la Fittipaldi du Brésilien, et traverse la piste en marche arrière. Se trouvant bloqué, Jacques Laffite sort de la route pour éviter la collision, et repart en queue de peloton. Niki Lauda (Brabham) a légèrement heurté la Shadow, mais peut continuer sa course. Les autres pilotes parviennent à se frayer un passage. Fittipaldi a dû abandonner sur place, tandis que Stuck parviendra à ramener sa voiture au stand, mais, suspension touchée, ne pourra aller plus loin.

En tête, Jarier prend rapidement ses distances, d'autant que Scheckter est parti à la faute, permettant à Jones de prendre la seconde place au cours du premier tour, mais l'Australien compte déjà près de quatre secondes de retard sur le Français. Troisième Scheckter précède Villeneuve, Watson, Andretti (Lotus) et Depailler (Tyrrell), roues dans roues. La Lotus du leader semble inaccessible et se détache au rythme d'une seconde au tour. Jones parvient à contenir Scheckter et Villeneuve, tandis que Watson perd rapidement le contact, freinant Andretti qui ne parvient cependant pas à trouver l'ouverture. L'Américain s'énerve derrière la Brabham, et porte une attaque désespérée à l'épingle à la fin du sixième tour : Watson n'ouvre pas la porte et les deux voitures s'accrochent. Depailler parvient à les éviter sans encombre mais Lauda, en difficulté avec ses freins, sort de la piste et rentre au stand pour y abandonner. Andretti va reprendre la course en queue de peloton, tandis que Watson rentre au stand, repart mais renonce deux tours plus tard.

Après dix tours, Jarier compte déjà près de treize secondes d'avance sur un trio comprenant Jones, Scheckter et Villeneuve, et continue à creuser l'écart. Depailler, cinquième, roule isolé, loin devant la Ferrari Carlos Reutemann qui compte vingt-six secondes de retard sur le leader. Contrairement à son coéquipier Villeneuve, l'Argentin a opté pour des pneus relativement durs, nettement moins performants, et il perd régulièrement du terrain sur les hommes de tête. Jones continue à rendre une seconde au tour à Jarier, et a de plus en plus de difficulté à contenir Scheckter et Villeneuve. Au dix-huitième tour, le Sud-Africain trouve l'ouverture, imité au suivant par le Québécois. Jones est en fait victime d'une crevaison lente, et perd ainsi le bénéfice de son beau début de course. Il devra d'ailleurs effectuer un arrêt au stand un peu plus tard, la Williams devenant inconduisible.

L'écart entre Jarier et Scheckter, toujours talonné par Villeneuve, se stabilise un temps, puis remonte à nouveau. Villeneuve se fait de plus en plus pressant derrière la Wolf, et parvient par prendre la seconde place au vingt-cinquième tour. Il a alors vingt-cinq secondes de retard sur l'homme de tête, mais bien qu'ayant désormais le champ libre il ne parvient pas à s'en rapprocher. À la mi-course l'avantage de Jarier est d'une trentaine de secondes sur Villeneuve, mais le rythme du leader commence alors à faiblir, à raison d'une demi-seconde au tour. La Lotus perd progressivement les freins arrière et le côté gauche de la voiture est maculé d'huile. Le pilote parvient néanmoins à conserver une avance suffisante sur ses poursuivants, qui ne semblent pas en mesure de le remonter à la régulière. Une alerte au niveau du manomètre de pression va toutefois inciter le leader, persuadé d'avoir une fuite au radiateur d'huile, à rentrer au stand à la fin du quarante-neuvième tour : les mécaniciens confirment le diagnostic, c'est l'abandon pour le pilote français qui a dominé la course depuis le départ. Il s’avérera par la suite que la fuite était au niveau du circuit de freinage[1] !

Villeneuve hérite ainsi du commandement. Il dispose alors d'une marge de plus d'une demi-minute sur Scheckter, lui-même disposant d'une quinzaine de secondes d'avance sur Reutemann. La course semble jouée, d'autant que le moteur de Scheckter commence à avoir des ratés à haut régime. Villeneuve peut désormais lever le pied et accomplir les vingt derniers tours sans souci. Il remporte sa première grande victoire devant son public. Remonté par Reutemann, Scheckter a néanmoins pu préserver sa seconde place. Auteur d'une course régulière, Riccardo Patrese (Arrows) termine quatrième devant Depailler, auteur d'une belle remontée après un changement de pneus en début de course.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, deuxième, troisième, cinquième, dixième, quinzième, vingtième, vingt-cinquième, trentième, trente-cinquième, quarantième, quarante-cinquième, cinquantième et soixantième tours[1].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Gilles Villeneuve
En s'imposant sur ses terres à Montréal, Gilles Villeneuve obtient sa première victoire en F1.
Pos Pilote Voiture Tours Temps/Abandon Grille Points
1 12 Drapeau : Canada Gilles Villeneuve Ferrari 70 1 h 57 min 49 s 196 3 9
2 20 Flag of South Africa 1928-1994.svg Jody Scheckter Wolf-Ford 70 1 h 58 min 2 s 268 (+ 13 s 372) 2 6
3 11 Drapeau : Argentine Carlos Reutemann Ferrari 70 1 h 58 min 8 s 604 (+ 19 s 408) 11 4
4 35 Drapeau : Italie Riccardo Patrese Arrows-Ford 70 1 h 58 min 13 s 863 (+ 24 s 667) 12 3
5 4 Drapeau : France Patrick Depailler Tyrrell-Ford 70 1 h 58 min 17 s 754 (+ 28 s 558) 13 2
6 22 Drapeau : Irlande Derek Daly Ensign-Ford 70 1 h 58 min 43 s 672 (+ 54 s 476) 15 1
7 3 Drapeau : France Didier Pironi Tyrrell-Ford 70 1 h 59 min 10 s 446 (+ 1 min 21 s 250) 18
8 8 Drapeau : France Patrick Tambay McLaren-Ford 70 1 h 59 min 15 s 756 (+ 1 min 26 s 560) 17
9 27 Drapeau : Australie Alan Jones Williams-Ford 70 1 h 59 min 18 s 138 (+ 1 min 28 s 942) 5
10 5 Drapeau : États-Unis Mario Andretti Lotus-Ford 69 1 h 58 min 0 s 933 (+ 1 tour) 9
11 66 Drapeau : Brésil Nelson Piquet Brabham-Alfa Romeo 69 1 h 58 min 38 s 151 (+ 1 tour) 14
12 15 Drapeau : France Jean-Pierre Jabouille Renault 65 1 h 59 min 1 s 186 (+ 5 tours) 22
Nc. 10 Drapeau : Finlande Keke Rosberg ATS-Ford 58 1 h 58 min 57 s 209 (+ 12 tours) 21
Abd. 26 Drapeau : France Jacques Laffite Ligier-Matra 52 Transmission 10
Abd. 7 Drapeau : Royaume-Uni James Hunt McLaren-Ford 51 Sortie de piste 19
Abd. 55 Drapeau : France Jean-Pierre Jarier Lotus-Ford 49 Fuite d'huile 1
Abd. 18 Drapeau : France René Arnoux Surtees-Ford 37 Pression d'huile 16
Abd. 21 Drapeau : États-Unis Bobby Rahal Wolf-Ford 16 Distribution d'essence 20
Abd. 2 Drapeau : Royaume-Uni John Watson Brabham-Alfa Romeo 8 Suite à accrochage avec Andretti 4
Abd. 1 Drapeau : Autriche Niki Lauda Brabham-Alfa Romeo 5 Sortie de piste (freins) 7
Abd. 16 Drapeau : Allemagne Hans-Joachim Stuck Shadow-Ford 1 Accident 8
Abd. 14 Drapeau : Brésil Emerson Fittipaldi Fittipaldi-Ford 0 Accident 6
Nq. 17 Drapeau : Suisse Clay Regazzoni Shadow-Ford Non qualifié
Nq. 19 Drapeau : Italie Beppe Gabbiani Surtees-Ford Non qualifié
Nq. 37 Drapeau : Italie Arturo Merzario Merzario-Ford Non qualifié
Nq. 25 Drapeau : Mexique Héctor Rebaque Lotus-Ford Non qualifié
Nq. 36 Drapeau : Allemagne Rolf Stommelen Arrows-Ford Non qualifié
Nq. 9 Drapeau : Pays-Bas Michael Bleekemolen ATS-Ford Non qualifié

Légende :

  • Abd.=Abandon - Nc.=Non classé - Nq.=Non qualifié

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement final du championnat du monde[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 9, 6, 4, 3, 2, 1 respectivement aux six premiers de chaque épreuve.
  • pour la coupe des constructeurs, seule la voiture la mieux classée de chaque équipe inscrit des points.
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Brésil
BRE
Flag of South Africa 1928-1994.svg
AFS
Drapeau : États-Unis
US/O
Drapeau : Monaco
MON
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : Espagne
ESP
Drapeau : Suède
SUE
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Allemagne
ALL
Drapeau : Autriche
AUT
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : États-Unis
US/E
Drapeau : Canada
CAN
1 Drapeau : États-Unis Mario Andretti Lotus 64 9 3 - 6 - 9 9 - 9 - 9 - 9 1 - -
2 Drapeau : Suède Ronnie Peterson Lotus 51 2 - 9 3 - 6 6 4 6 - - 9 6 - - -
3 Drapeau : Argentine Carlos Reutemann Ferrari 48 - 9 - 9 - 4 - - - 9 - - - 4 9 4
4 Drapeau : Autriche Niki Lauda Brabham 44 6 4 - - 6 - - 9 - 6 - - 4 9 - -
5 Drapeau : France Patrick Depailler Tyrrell 34 4 - 6 4 9 - - - - 3 - 6 - - - 2
6 Drapeau : Royaume-Uni John Watson Brabham 25 - - 4 - 3 - 2 - 3 4 - - 3 6 - -
7 Flag of South Africa 1928-1994.svg Jody Scheckter Wolf 24 - - - - 4 - 3 - 1 - 6 - - - 4 6
8 Drapeau : France Jacques Laffite Ligier 19 - - 2 2 - 2 4 - - - 4 2 - 3 - -
9 Drapeau : Canada Gilles Villeneuve Ferrari 17 - - - - - 3 - - - - - 4 1 - - 9
Drapeau : Brésil Emerson Fittipaldi Fittipaldi 17 - 6 - - - - - 1 - - 3 3 2 - 2 -
11 Drapeau : Australie Alan Jones Williams 11 - - 3 - - - - - 2 - - - - - 6 -
Drapeau : Italie Riccardo Patrese Arrows 11 - - - 1 1 - - 6 - - - - - - - 3
13 Drapeau : Royaume-Uni James Hunt McLaren 8 3 - - - - - 1 - 4 - - - - - - -
Drapeau : France Patrick Tambay McLaren 8 1 - - - - - - 3 - 1 - - - 2 1 -
15 Drapeau : France Didier Pironi Tyrrell 7 - 1 1 - 2 1 - - - - 2 - - - - -
16 Drapeau : Suisse Clay Regazzoni Shadow 4 - 2 - - - - - 2 - - - - - - - -
17 Drapeau : France Jean-Pierre Jabouille Renault 3 - - - - - - - - - - - - - - 3 -
18 Drapeau : Allemagne Hans Stuck Shadow 2 - - - - - - - - - 2 - - - - - -
19 Drapeau : Mexique Hector Rebaque Lotus 1 - - - - - - - - - - 1 - - - - -
Drapeau : Italie Vittorio Brambilla Surtees 1 - - - - - - - - - - - 1 - - - -
Drapeau : Irlande Derek Daly Ensign 1 - - - - - - - - - - - - - - - 1
Coupe des constructeurs
Pos. Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Brésil
BRE
Flag of South Africa 1928-1994.svg
AFS
Drapeau : États-Unis
US/O
Drapeau : Monaco
MON
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : Espagne
ESP
Drapeau : Suède
SUE
Drapeau : France
FRA
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Allemagne
ALL
Drapeau : Autriche
AUT
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : Italie
ITA
Drapeau : États-Unis
US/E
Drapeau : Canada
CAN
1 Lotus-Ford 86 9 3 9 6 - 9 9 4 9 - 9 9 9 1 - -
2 Ferrari 58 - 9 - 9 - 4 - - - 9 - 4 1 4 9 9
3 Brabham-Alfa Romeo 53 6 4 4 - 6 - 2 9 3 6 - - 4 9 - -
4 Tyrrell-Ford 38 4 1 6 4 9 1 - - - 3 2 6 - - - 2
5 Wolf-Ford 24 - - - - 4 - 3 - 1 - 6 - - - 4 6
6 Ligier-Matra 19 - - 2 2 - 2 4 - - - 4 2 - 3 - -
7 Fittipaldi-Ford 17 - 6 - - - - - 1 - - 3 3 2 - 2 -
8 McLaren-Ford 15 3 - - - - - 1 3 4 1 - - - 2 1 -
9 Williams-Ford 11 - - 3 - - - - - 2 - - - - - 6 -
Arrows-Ford 11 - - - 1 1 - - 6 - - - - - - - 3
11 Shadow-Ford 6 - 2 - - - - - 2 - 2 - - - - - -
12 Renault 3 - - - - - - - - - - - - - - 3 -
13 Surtees-Ford 1 - - - - - - - - - - - 1 - - - -
Ensign-Ford 1 - - - - - - - - - - - - - - - 1

À noter[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Autocourse 1978-79, éditions PAC,‎ 1978, 200 p. (ISSN 57.1388.8)
  2. a, b et c Revue Sport Auto n°202 - novembre 1978
  3. Revue Auto hebdo n°99 - 2 février 1978
  4. Revue Autodiva n°18 - janvier/février/mars 2014
  5. a et b Revue Auto hebdo n°134 - 12 octobre 1978
  6. Revue Auto hebdo n°135 - 19 octobre 1978