Jouhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jouhe
Jouhe
Sanctuaire Notre-Dame de Mont-Roland.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Dole
Maire
Mandat
Joël Gerdy
2020-2026
Code postal 39100
Code commune 39270
Démographie
Gentilé Jouhannais
Population
municipale
554 hab. (2018 en diminution de 4,65 % par rapport à 2013)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 32″ nord, 5° 29′ 25″ est
Altitude Min. 202 m
Max. 342 m
Superficie 5,96 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Dole
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Authume
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Jouhe
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Jouhe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jouhe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jouhe

Jouhe est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Jouhannais et Jouhannaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Jouhe.

Situation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à environ 7,5 km au nord de Dole.

Communes limitrophes de Jouhe
Rainans Menotey Gredisans
Biarne Jouhe Archelange
Sampans Dole Authume

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la Vèze, petit ruisseau qui prend naissance au nord-est de la commune. Il reçoit les eaux de la source de Bargon à l'entrée du village et au pied de la colline du Mont-Roland, celles de la Foulotière (ou Forestière ou Fontaine Roland) et plus loin, celles de la Muyre (Muire) avant d'aller rejoindre les eaux de la Saône via Biarne et Billey. La source de la Muyre a permis de réaliser dans les années 1970 un étang intercommunal de 9 ha réservé à la pêche. Ancienne fontaine minérale de La Muire. Source de la Foulatière. Source de l'Aubépine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Jouhe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dole, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 87 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (62,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (36,6 %), forêts (24,7 %), prairies (18,9 %), zones urbanisées (7,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7 %), zones agricoles hétérogènes (5,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le vieux village de Jouhe, avec ses maisons de pierre ocre, est bâti sur le versant nord-ouest de la colline du Mont-Roland. La commune s'étend jusqu'à la borne centrale du Mont-Roland. L'église, les hébergements, la station de radio RCF font partie de Jouhe.

L'histoire de Jouhe a depuis très longtemps été liée à celle du Mont-Roland.

Avant l'ère chrétienne, on vouait un culte païen à Jupiter (roi des Dieux, dans la mythologie romaine) dans le village. D'où l'origine du nom Joha.[réf. nécessaire] Ensuite, ce village a vu l'installation d'un très grand Prieuré qui s'étendait au-delà de l'actuelle Maison les Cèdres (Maison d'enfance) et sur l'ensemble du lotissement du Prieuré. L'église actuelle du centre du village n'en faisait pas partie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1813   Jean Rouget    
18.. 1817 François-Joseph Rossigneux    
1817   Marie-Joseph-Vincent de Ferrier    
vers 1826   J. Clerc    
vers 1842   Justin Chavelet    
vers 1855   Joseph Clerc    
vers 1873   Justin Jacquey    
vers 1880   Joseph Prudhon    
vers 1903   Ludovic Boillot    
vers 1910   Jean-Baptiste Boiret    
2001 2019 André Chollat   Retraité de l'enseignement
19 juin 2019 En cours Joël Gerdy    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2018, la commune comptait 554 habitants[Note 3], en diminution de 4,65 % par rapport à 2013 (Jura : −0,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
530623628559668669642655647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
565589594564534485474421391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
409352377337327350359352396
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
315372316398359437484569560
2018 - - - - - - - -
554--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La boulangerie et le bistrot ont fermé leurs portes mais ce dernier fut repris en . Seuls quelques artisans demeurent. Le conseil municipal a lancé un projet d'étude afin d'envisager l'ouverture d'un commerce multiservices, au centre du village.

Dans les années 1970, la construction de l'autoroute A36 a donné un coup de fouet au développement du village. Elle a induit l'ouverture d'une carrière toujours exploitée, qui a permis entre autres, la construction d'un ensemble sportif avec terrain de football et d'un terrain de tennis. La demande de logement est forte sur la commune. De 437 habitants au dernier recensement de 1999, le village en compte désormais 557 (2016). La croissance du village est maîtrisée, le dernier lotissement « Aux Picaudes », devrait voir la viabilisation d'une seconde tranche dans les années à venir.

La culture des oléagineux, du maïs et des céréales ainsi que l'élevage sont réalisés par des exploitants extérieurs car il n'y a plus d'agriculteurs sur la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église du village, placée sous le vocable de Saint-Pierre est composée d'une nef datée de 1749 et d'un chœur du XVIe siècle.
  • La maison commune, construite en 1857, abrite l'école et la mairie. La place du village a été construite en 1991 après le déplacement du cimetière. Deux Monuments du souvenir, l'un sur la place du village à la mémoire de ses enfants morts au cours des guerres de 1870, 1914 et 1939 (inauguré le ), l'autre à l'entrée du village en venant de Dole, à la mémoire des 15 FFI tombés ici le , jour de la libération de la région.
  • Le sanctuaire du Mont-Roland est un haut lieu de pèlerinage. Des chemins de randonnée partent du village et permettent d'accéder au Mont-Roland par la rue du Mont, puis de traverser l'autoroute et de monter à pied sur le Mont-Roland.
  • Un chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par la commune avec un marquage jaune sur fond bleu dans le village et fait une halte au Mont-Roland.
  • L'étang de la Muyre est à la fois sur les communes de Biarne et de Jouhe.
  • La Maison les Cèdres et son Cèdre (planté sous Louis XIV), rue du Prieuré, avec ses trois imposantes bâtisses appartient au conseil général. L'Association PEP (Pupilles de l'enseignement public) gère cette maison d'enfants à caractère social.
  • La tour du vieux château, rue du Mont, que l'on peut dater du XIVe siècle est une propriété privée.
  • La source de la Foulotière est un lieu de promenade bucolique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Boilley, chanteur, musicien, auteur, compositeur de spectacle et chanson pour enfants. Il vit à Jouhe.
  • Michel Chapuis, organiste, titulaire des orgues de la Chapelle Royale de Versailles. Il vécut à Jouhe (1930-2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.