Champagney (Jura)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champagney.
image illustrant une commune du département du Jura
Cet article est une ébauche concernant une commune du département du Jura.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Champagney (Jura)
L'église et son clocher aux tuiles vernissées
L'église et son clocher aux tuiles vernissées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Authume
Maire
Mandat
Pierre Verne
2014-2020
Code postal 39290
Code commune 39096
Démographie
Population
municipale
458 hab. (2013)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 15′ 39″ Nord 5° 30′ 57″ Est / 47.2608333333, 5.51583333333
Altitude Min. 192 m – Max. 239 m
Superficie 15,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champagney (Jura)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champagney (Jura)

Champagney est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Perrigny-sur-l'Ognon (Côte-d'Or) Cléry (Côte-d'Or), Mutigney Rose des vents
Vielverge (Côte-d'Or)
Soissons-sur-Nacey (Côte-d'Or)
N Dammartin-Marpain
Montmirey-le-Château
O    Champagney    E
S
Pointre

Toponymie[modifier | modifier le code]

Champagney provient du nom romain Campanius[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Blason de Champagney Blason De sinople à trois agneaux d'argent onglés de sable, le premier disparaissant sous un franc-quartier d'azur semé de billettes d'or et au lion du même brochant.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1835 1836 Jean François Thabard    
1836 1846 Pierre Thabard    
1870 1876 Emile Veuriot    
1876 1878 Claude Victor Guichard    
1878 1884 Jean Garnier    
1884 1892 Eugène Verne    
1904 1908 Albert Pagney    
1908 1919 Louis Joseph Veuriot    
1919   Piellard    
1920 1935 Laurent Eugène Lance    
2001 réélu en 2014[2] Pierre Verne Divers droite  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 458 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330 346 369 387 569 548 585 604 644
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
584 618 593 564 560 529 502 504 476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
437 460 423 349 320 322 303 250 247
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
263 240 220 205 203 216 279 345 365
2013 - - - - - - - -
458 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château ;
  • église Notre-Dame (XVIIIe s) ;
  • croix (XIXe s) ;
  • lavoir-fontaine (XIXe s) ;
  • tuilerie du château (XIXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1988[5] ;
  • statue de la Sainte-Vierge (XIXe s) ;
  • monument aux morts (XXe s).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, Droz, (lire en ligne), p. 500.
  2. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  5. « Tuilerie », base Mérimée, ministère français de la Culture.