Gevry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du département du Jura
Cet article est une ébauche concernant une commune du département du Jura.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Gevry
Image illustrative de l'article Gevry
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Dole-2
Intercommunalité Grand Dole
Maire
Mandat
Jacques Lombard
2014-2020
Code postal 39100
Code commune 39252
Démographie
Gentilé Gevrotins
Population
municipale
684 hab. (2014)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 24″ nord, 5° 26′ 37″ est
Altitude Min. 192 m – Max. 198 m
Superficie 5,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Gevry

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Gevry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gevry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gevry

Gevry est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle a été mentionnée sous différent noms : Geveriacum (785), Villa Givriacensis, Gèvre, Givry, Givry-sur-le-Doubs - Gevrey, Gevrey-sur-le-Doubs.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Gevry.

Situation[modifier | modifier le code]

Gevry se situe dans la plaine doloise, avant les premiers plateaux jurassiens.

La ville est située à environ 8 km au sud-ouest de Dole.

Communes limitrophes de Gevry
Damparis Choisey Crissey
Tavaux Gevry
Molay Parcey

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Doubs, en zone humide, avec deux plans d'eau et une Réserve naturelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jadis mentionné sous le nom de Geveriacum, en 785[1], Gevry est une seigneurie démembrée de la châtellenie de Dole.

Les terres de Montbauzon, Gevry et Sampans furent cédées en 1341 par le duc Eudes IV de Bourgogne à sa belle-sœur Isabelle de France, ( fille de Philippe V de France) pour mettre fin à des querelles d'apanage.

Isabelle de France épousa en 2e noce, Jean III de Faucogney. Leur fille Jeanne apporta en dot, lors de son mariage, le château de Gevry, à Henri De Longwy, chevalier, sire de Rahon, l'un des principaux officiers attachés à la cour de Marguerite, comtesse de Flandres et de Bourgogne.

La seigneurie de Gevry resta dans la famille De Longwy, jusqu'en 1526. Date du mariage de Françoise de Longwy, fille de Jean de Longwy (Baron de Pagny et Seigneur de Gevry-sur-le-Doubs) et de Jeanne D'Orléans, avec Philippe Chabot.

Les terres de Pagny et de Gevry passent ensuite dans la famille de Lorraine, lors du mariage de Marguerite de Chabot, (fille de Léonor Chabot) avec Charles 1er d'Elbeuf de Lorraine.

Le village est dévasté par les armées de Louis XI au XVe siècle et les protestants au XVIe. Le château fort, un des plus puissants de Franche-Comté, est détruit en 1636 lors du siège de Dole. Il n'est plus habitable en 1659. Le château est vendu pour matériaux en 1793. Les pestes du XVIIe siècle ruinent à nouveau le village. Il ne restait plus que 12 maisons habités en 1659.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jacques Lombard DVD Retraité

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 684 habitants, en augmentation de 6,54 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
408 495 521 476 529 519 506 502 526
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
451 463 474 446 449 435 428 375 381
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354 345 327 293 291 337 307 308 340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
365 417 498 628 595 626 629 642 684
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La réserve naturelle de l'île du Girard (partagée avec les communes voisines de Molay, Parcey et Rahon).
  • Le village compte de nombreux habitats anciens : maisons individuelles constituées de deux niveaux et fermes typiques (datant de l'époque gallo-romaine et médiévale) dont la plupart ont été entièrement rénovées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « cegfc », sur www.cegfc.net (consulté le 24 février 2016)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .