Rohan (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rohan
Rohan (Morbihan)
La chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Encontre (XVIe) avec, en premier plan, le canal de Nantes à Brest.
Blason de Rohan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Pontivy Communauté
Maire
Mandat
Victorien Leman
2020-2026
Code postal 56580
Code commune 56198
Démographie
Gentilé Rohannais, Rohannaise
Population
municipale
1 573 hab. (2021 en diminution de 4,67 % par rapport à 2015)
Densité 67 hab./km2
Population
agglomération
42 209 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 09″ nord, 2° 45′ 06″ ouest
Altitude 110 m
Min. 60 m
Max. 150 m
Superficie 23,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Loudéac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grand-Champ
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Rohan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Rohan
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
Rohan
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
Rohan
Liens
Site web www.rohan.fr

Rohan [ʁɔɑ̃] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Rohan est située dans le nord du Morbihan à la limite avec le département des Côtes-d'Armor. Le bourg de Rohan se trouve à vol d'oiseau à 12 km au sud de Loudéac, à 16 km à l'est de Pontivy et à 20 km au nord-ouest de Josselin. Le bourg est situé sur la rive droite de l'Oust. La commune s'étend de part et d'autre de ce cours d'eau. Elle a absorbée en 1974 les communes voisines de Saint-Gouvry et Saint-Samson, dont les territoires étaient situés pour l'une sur la rive droite et pour l'autre sur la rive gauche de l'Oust[1].

Carte de la commune de Rohan et des communes avoisinantes.


Description[modifier | modifier le code]

Avant l'absorption en 1974 de Saint-Gouvry et Saint-Samson, la commune de Rohan était de toute petite superficie. L'abbé Pierre-Henry Martin la décrit en ces termes en 1926 :

« Rohan ne possède que la faible superficie de 45 hectares 28 ares 14 centiares. Elle s'étend principalement sur deux collines, siudées à un plateau auquel elles servent de contrefort.Ce plateau atteint une altitude moyenne de 120 à 130 mètres. La première colline tombe des hauteurs de Bourc-ès-Moines, presque à pic sur les rives de l'Oust. (...) À son extrémité nord, formant une sorte de promontoire, sur le mont écrété et aplani, Alain de Porhoët dressa son castel (1127). (...) Bien différente de la première est la seconde colline [colline Saint-Martin]. Ses flancs sont beaucoup moins escarpés. (...) La main de l'homme a écrété, creusé, aplani le roc pour la construction des rues et des maisons de la ville. (...) En descendant le chemin de la chapelle Saint-Martin à la route de Pontivy, nous trouvons le ruisseau de Crédin, et une vallée assez profonde, creusée providentiellement, dirait-on, pour faciliter l'accès à la cité et aux pays d'alentour. (...) Son sous-sol estformé en grande majorité de schiste vert[2]. »

Cadre géologique[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la région de Rohan.

La région de Rohan est située dans le domaine centre armoricain, unité géologique du Massif armoricain qui est le résultat de trois chaînes de montagnes successives. Le site géologique de Rohan se situe plus précisément à l'ouest du massif granitique de Plémet-Ménéac, et à l'est du Pluton de Pontivy qui est un témoin de la tectonique tangentielle hercynienne, avec le cisaillement sud-armoricain (grand décrochement dont le rejet horizontal atteindrait 500 km[3]).

Rohan est située dans un vaste bassin sédimentaire au relief peu marqué et aux sols riches. Dans ce bassin briovérien, les sédiments issus de l'érosion du segment occidental la chaîne cadomienne se sont accumulés sur plus de 15 000 m d'épaisseur[4]. Les roches rencontrées dans cette cuvette sont des schistes, des siltites et des grès recoupées par des roches intrusives sous forme de filons de quartz qui empruntent deux grandes directions (population où les épontes sont parallèles à la schistosité du Briovérien, généralement de N80 à N120 et population sécante sur la schistosité, semblant liée à un grand accident orienté N50 à N80)[5]. Le territoire rohannais correspond à l'un des plus vastes affleurements de schiste briovérien (anciennes carrières[Note 1], bords de route, rivières escarpées) qui, comparés à ceux du bassin de Rennes, se caractérisent par une roche plus dure et moins décomposée, laquelle assure depuis longtemps un habitat rural traditionnel où prédomine les maisons de pierre sur celles de terre.

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Canal de Nantes à Brest : l'écluse de Rohan (photographie de 1883).

La ville est située sur les bords de l'Oust et du canal de Nantes à Brest (qui se confondent sur une partie de leur parcours), en amont de Josselin, au cœur du plateau de Rohan (appellation discutable car la topographie est marquée par des collines désordonnées où ne se discerne aucune direction nette, et non par une surface plane), topographie en pente vers le sud[6]. Ce plateau de Rohan qui s'étend de la baie de Douarnenez à la Sarthe est « un massif plutôt anticlinal, formé par des rides parallèles orientées à 70°, obliques par conséquent aux systèmes précédents et ondulant la masse si uniforme par les caractères lithologiques des phyllades de Saint-Lô, altérés, argileux, imperméables[7] ».

Paysage et habitat[modifier | modifier le code]

La commune appartient à une unité paysagère appelée plateau de Pontivy-Loudéac qui montre des étendues cultivées (cultures céréalières et fourragères) associées à peu de bocage, à l'état résiduel, avec une végétation s'exprimant le plus souvent sous forme de forêts, boisements ou bosquets[8]. La « plaine » de Pontivy est en effet constituée de paysages monotones qui portent, selon le géographe Pierre-Yves Le Rhun[9], la marque d'une spéculation prédominante qui a éliminé la polyculture vivrière et l'élevage au profit d'une « étendue céréalière qui rappelle maintenant la Beauce, à moins que ce ne soit le Midwest[10] ».

Transports[modifier | modifier le code]

Le canal de Nantes à Brest en 1865 à Rohan (Morbihan) ; dessin de Félix Benoist.
Rohan : le quai Notre-Dame (Canal de Nantes à Brest).

Par voie routière, Rohan est desservi par la D 2 (qui vient côté ouest de Pontivy et se poursuit vers l'est jusqu'à Bréhan et la limite départementale avec les Côtes-d'Armor), par la D 11 (qui vient côté sud de Saint-Jean-Brévelay via Réguiny et Crédin et dessert côté nord Saint-Samsdon et au-delà, dans les Côtes-d'Armor, sous le nom de D 41, Saint-Maudan et Loudéac), par la D 17 (qui côté sud vient de Locminé via Évellys et côté nord jusqu'à la limite départementale des Côtes-d'Armor et, au-delà, La Chèze).

Rohan est traversé par l'Oust canalisé (Canal de Nantes à Brest).

Rohan n'a jamais bénéficié d'une desserte ferroviaire.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[11]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans une zone de transition entre les régions climatiques « Finistère nord  » et « Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée »[12]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur Est », avec des hivers frais, des étés chauds et des pluies modérées[13].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 994 mm, avec 13,8 jours de précipitations en janvier et 6,5 jours en juillet[11]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Loudéac à 12 km à vol d'oiseau[14], est de 11,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 922,6 mm[15],[16]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Rohan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[18],[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Loudéac, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l' occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 4,8 % 112
Zones industrielles ou commerciales et installations publiques 1,9 % 45
Terres arables hors périmètres d'irrigation 65,6 % 1538
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 15,2 % 356
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 10,4 % 244
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 2,0 % 48
Source : Corine Land Cover[23]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rohan dérive du breton Roc’han (« petit rocher »), forme diminutive dérivée de Roc’, « rocher », terme désignant aussi une hauteur rocheuse, voire un château ou une forteresse[24]. Cet oronyme a donné son nom à plus de 1 000 lieux-dits de toute la Bretagne, avec une densité assez faible près de la côte sud, contrairement à la côte nord, ce qui traduit la géologie du Massif armoricain[25]. Ce toponyme en Bretagne centrale fait référence à un nom de lieu sur le site de Castel-Noec (aujourd'hui Castennec[Note 4]) en Bieuzy, où le méandre du Blavet isole un promontoire réduit à un éperon escarpé de 900 m de long[Note 5]. Le gué de Castennec était contrôlé par un important éperon fluvial, occupé dès la Préhistoire. Situé à mi-chemin entre deux capitales de cité, Darioritum (Vannes) et Vorgium (Carhaix), il est alors le principal point de passage. Bénéficiant de cette situation privilégiée, il a alors connu une permanence de l'habitat depuis le second âge du Fer jusqu'à la période médiévale[26]. Alain, vicomte de CastelNoec profite de cette position de défense naturelle pour édifier entre 1120 et 1128 un château (forteresse attestée sous le nom de Castrum Rohan en 1128)[Note 6]. Alain prend dès lors le nom de Rohan et devient Alain Ier de Rohan, mais son installation est provisoire et le centre de son pouvoir seigneurial est vite déplacé à Rohan où il édifie un second château en 1127 et donne son nom au bourg[27].

Même si Rohan est depuis longtemps devenu francophone (langue gallèse traditonnellement), les nombreux noms et préfixes bretons des hameaux qui l'entourent (par exemple Quengo, Coëtquelan, Coëtmoru, Brangolo, etc. et ceux commençant par ker) sont d'origine bretonne et attestent que la langue bretonne était parlée autrefois à Rohan et à Saint-Gouvry.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1104, Rohan dépendait de la paroisse de Saint-Gouniry (Saint-Gouvry). Le bassin de Rohan correspond à l'ancien Poutrecoet (ou Porhoët) ensemble de forêts et de landes défrichées à partir du Moyen Âge et dont il subsiste quelques traces (forêts de Loudéac, de Lanouée, de forêt de Paimpont, de Quénécan).

C'est le lieu d'origine de la famille de Rohan dans la vicomté du Porhoët qui était avant le XIe siècle une dépendance de Rennes. Les guerres féodales sont fréquentes et il n'est pas rare que des barons, vicomtes ou comtes agissent contre leur suzerain en s'alliant à ses ennemis ou en attaquant son domaine[28]. Vaste territoire difficile à garder dans une seule seigneurie, la vicomté de Porhoët est démembrée en 1120 lorsque Geoffroi de Porhoët, quatrième successeur de Guethénoc, concède à son frère Alain, à titre d'apanage, la partie occidentale du Porhoët. Alain, qui se voit octroyer la rive droite de l'Oust (sauf Ploërmel et les environs de Josselin), y construit une première forteresse à Castennec (Roc'h an) en Bieuzy puis adopte ce nom de Rohan. Souhaitant se rapprocher de Geoffroy avec qui il chasse fréquemment sur les rives de l'Oust, Alain, désormais Alain Ier de Rohan, fait édifier vers 1127 un second château, originellement une motte féodale, dans la paroisse de Saint-Gouvry, près de laquelle se développe le bourg de Rohan qui devint le siège de la vicomté de Rohan. Alain de Rohan ne tarder à pas à s'y installer définitivement, délaissant Castennec[29].

La charte de fondation du prieuré de Rohan en 1127 (don d'Alain de Rohan aux moines de Marmoutier pour y créer un monastère et un bourg) constitue l'acte de naissance de la cité qui présente alors une configuration tripartite (château, bourg monastique, bourg seigneurial) sur une surface habitable réduite et accidentée d'une cinquantaine d'hectares. L'odonymie a conservé la mémoire de cette configuration : rue du Château, bourg aux moines au sud, bourg de Rohan au nord[30].

Lors de la guerre de succession de Bretagne, Alain VII de Rohan ayant pris le parti de Charles de Blois, la ville est prise par le comte de Northampton Guillaume de Bohun (anglais), pillée et brûlée en 1342. Jean Ier de Rohan rebâtir la cité et répare la forteresse[31] qui reste ensuite, tout au long du XVe siècle l'une des principales places fortes de Bretagne, décrite ainsi par Jean II de Rohan en 1479 : «  Le chasteau de Rohan, place forte et avantageuse, bien emparée de tours, maisons, clostures et fosse pou la défense d'iceluy »[32].

Ce bourg ne devient paroisse qu'en 1387 après détachement de Saint-Gonnery[29].

En 1418, la cité perd le titre de siège de la vicomté de Rohan au profit de Pontivy, agglomération occupant géographiquement une position plus centrale[33].

Selon un aveu de 1471, Rohan était, au sein de la Vicomté de Rohan, une des 46 paroisses ou trèves de la seigneurie proprement dite de Rohan[34].

Le prieuré Notre-Dame de Rohan, qui se trouve à l'extrémité de la paroisse de Saint-Samson, appartient au XVe siècle aux chanoines réguliers de l'abbaye de Saint-Jean-des-Prés.

Le château subit plusieurs assauts à la fin du XVe siècle, Jean II de Rohan ayant pris parti pour les Français (il s'allie au roi de France Charles VIII contre le duc de Bretagne François II), au risque de faire perdre son indépendance à la Bretagne. Le l'armée bretonne commence le siège de Rohan (ainsi que Josselin et La Chèze) et en janvier 1490 Jean IV de Rieux prend d'assaut le château. Celui-ci est alors en bonne partie démantelé[32].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le château de Rohan[Note 7] est réparé par Jean II de Rohan au début du XVIe siècle, les frais étant en partie financés par la perception d'un droit de billot pendant 5 ans), mais les Rohan n'habitent plus guère à Rohan, préférant désormais leurs autres châteaux de La Chèze, Josselin et plus tard Blain. Aussi dans le courant des XVIIe siècle et XVIIIe siècle le château est délaissé et tombe progressivement en ruines. Aucun fait historique notable ne s'y déroule déssormais, par exemple le château n'est même pas attaqué pendant les Guerres de religion. Un aveu de 1682 dit : « La ville de Rohan, qui était autrefois cernée de murailles et fossés, est noble, franche et exempte de tous subsides, fouages, impôts et autres subventions, tant ordinaires qu'extraordinaires »[32]. Le château tombe définitivement en ruine après 1682 et la Révolution française achève sa destruction[35].

Vers 1610 les deux paroisses de Saint-Gouvry et Rohan furent réunies[36], les deux paroisses restant officiellement distinctes, mais sous la houlette d'un même recteur [37].

La famille Henry devint propriétaire du manoir du Quengo lors du mariage vers 1515 de Marguerite du Quengo[38] avec Jean II Henry ; la famille prit alors le nom d'Henry du Quengo ; elle fut reconnue d'ancienne extraction noble lors de la réformation de 1669 et possédait un enfeu dans la chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Encontre où leurs membres successifs furent inhumés entre 1674 et 1788. Parmi ses membres connus, Jean III Henry du Quengo (1523-1568) fut capitaine de La Roche-Bernard et des Francs-Archers de l'évêché de Vannes (il combattit les protestants lors des Guerres de religion) ; deux membres de la famille du Quengo furent tués lors de la Bataille de Fontenoy en 1745[39].

Carte de Cassini de Rohan et des paroisses et trèves avoisinantes (1787).

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Rohan en 1778 :

« Rohan ; petite ville avec citation de Duché-Pairie de France[Note 8], sur la rivière d'Oust ; à 10 lieues au Nord de Vannes, son Évêché ; à 17 lieues de Rennes, et à 3 lieues de Pontivi, sa subdélégation. Cette ville ressortit au Parlement et compte 1 200 communiants[Note 9], y compris ceux de Saint-Gouvri, sa trève ; la cure est à l'alternative. M. le duc de Rohan-Chabot en est le Seigneur. Le territoire renferme des terres bien cultivées, des prairies, des bois et des landes. On y fait du cidre ; il s'y tient un marché par semaine et plusieurs foires par an.[40]. »

Révolution française[modifier | modifier le code]

Les notables de Rohan se réunirent le dans la sacristie de l'église paroissiale pour rédiger leur cahier de doléances et élire leurs délégués à l'assembée de la sénéchaussée de Ploërmel ; ceux de Saint-Gouvry et Saint-Samson firent de même, toutes se tenant sous la présidence du sénéchal Joseph-Antoine Edy. Plusieurs notables de la ville se portent acquéreurs de biens nationaux et s'enrichissent ainsi : par exemple Pierre Jean Pégorier acquiert la terre de Talhouët, Pierre Roland des Aulnais (Pierre Rolland-Dezaunais)[Note 10] des terres qui dépendaient du prieuré de Rohan, Nicolas Étienne Lorant la chapelle Saint-Martin et des bois l'entourant, etc.. Ces notables jouent les premiers rôles dans la municipalité républicaine les années suivantes.

Jean Le Bot, recteur de Rohan et Saint-Gouvry depuis 1782, prêta le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé, mais se rétracta ensuite, devenant donc prêtre réfractaire ; poursuivi par les autorités du district de Josselin, il disparut avant la fin de l'année 1792 ; Jean-marie Perrotin, vicaire, prêta aussi le serment de fidélité et devint même procureur de la commune ; il fut remplacé en septembre 1791 comme vicaire constitutionnel par Alain Le Coz.

Le , en pleine Terreur, un Comité de surveillance de 12 membres est créé à Rohan ; ses membres sont les principaux notables de la ville.

En 1794 la demande de changer le nom de la commune, le nom "Rohan" rappelant trop l'Ancien Régime, en "Montagne-sur-Oust" ne fut finalement pas suivie d'effet. Le 30 vendémaire an III () la municipalité demande l'installation d'une garnison de 100 hommes à Rohan pour faire face à la menace des chouans qui font des incursions en ville et menacent les patriotes (la ville est par exemple attaquée et prise par les chouans le 22 messidor an II (), la cité est pillée et une femme est tuée. La municipalité projette alors de construire des fortifications autour de la ville et des travaux sont entrepris, ce qui n'empêche pas une nouvelle attaque des chouans le 14 pluviose an IV () : la ville est à nouveau pillée, mal protégée par une garnison présente seulement par intermittence et dont les membres commettent également maintes exactions[2].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Les ruines du château sont vendues en 1802 par le duc de Rohan Louis-Antoine de Rohan-Chabot à Louis de Janzé[Note 11] ; celui-ci les revend en 1814 au duc Alexandre-Louis-Auguste de Rohan-Chabot. Au milieu du XIXe siècle, ses pierres sont données aux Trappistes par le neuvième duc de Rohan Fernand de Rohan-Chabot pour construire l'abbaye Notre-Dame de Timadeuc[41]. Le château a de nos jours totalement disparu.

Les anciens révolutionnaires et leurs enfants devinrent sous l'Empire et la Restauration des protecteurs de l'Église. Pierre-Henry Martin a résumé leurs opinions en écrivant : « Les Rohannais ont-ils des opinions politiques bien arrêtées ? Non. Toujours attachés au gouvernement [du moment], ils disent (..;) selon les temps et un peu les gens : "Vive le duc, vive le roi, vive la Ligue, vive l'Empire, vive la République" »[2].

Pour lutter contre les incendies, la municipalité interdit en 1816 de couvrir les maisons et dépendances en chaume, paille ou bruyère (deux pompes à incendie sont achetées en 1849) . En 1853 une commission de sécurité se plaint de la trop grande étroitesse des rues et de leur malpropreté entretenue par le contenu des vases de nuit et de toute espèces d'ordures[2].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Rohan en 1853 :

« Rohan : commune formée de l'ancienne petite ville et paroisse de ce nom ; aujourd'hui curé de 2e classe ; bureau de perception ; chef-lieu d'enregistrement ; résidence d'une brigade de gendarmerie à pied. (...) Superficie totale 50 hectares, dont (...) terres labourables 11 ha, prés et pâturages 22 ha, vergers et jardins 8ha, incultes 2 ha. (...) La commune de Rohan, devenue chef-lieu de canton, ne se compose, on le voit, que d'une faible superficie territoriale ; la ville qui lui donne son nom est elle-même très peu importante, si ce n'est par quelques marchés assez fréquentés qui ont lieu les mercredi et samedi de chaque semaine, et par les foires qui s'y tiennent les deuxièmes mercredis des mois de janvier, févrierars, avril et mai, les 25 juin et 28 juillet, le deuxième mercredi d'août, le 21 septembre, le 2e mercredi d'octobre, le 12 novembre et le 2e mercredi de décembre. (...) On parle le français [en fait le gallo] [42]. »

À partir de 1869, sous l'impulsion du maire Louis Rouault de Lavigne, certaines rues sont élargies et en 1875 l'acquisition de la maison Joseph Chantoux permet sa transformation en mairie, justice de paix et école des garçons. L'ancien auditoire est détruit en 1879 et la vieille halle aux étoffes en 1911 ; des trottoirs et canivaux sont aménagés à partir de 1898 et un éclairage public installé en 1911. L'église paroissiale est reconstruite en 1897 et une école privée des filles (2 classes) construite vers la même date, ainsi qu'une école privée de garçons (une classe) qui concurrence l'école publique existante (deux classes)[2].

Le le conseil municipal de Rohan demande l'annexion de villages dépendant de Crédin et Saint-Samson, « situés aux portes même de Rohan (...) et trop éloignés de leurs chefs-lieux actuels »[43].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En novembre 1913 la partie nord de la paroisse de Crédin est, à la demande des paroissiens concernés qui étaient « trop éloignés de l'église paroissiale » rattachée à celle de Rohan, par un mandement de l'évêque de Vannes, Alcime Gouraud[44].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Rohan et Saint-Gouvry porte les noms de 35 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 2 sont morts en Belgique (dont Mathurin Valin, mort de maladie le , plus d'un mois après l'armistice) ; un (Alexis Quérel) est mort en mer lors du naufrage du croiseur cuirassé Léon Gambetta le  ; Pierre Jarnot est disparu lors de la Bataille de Sedd-Ul-Bahr en 1915 et Eugène Allio de maladie en Grèce en 1916 ; Honoré Le Sage a été tué à l'ennemi à Asiago (Italie) le  ; tous les autre sont morts sur le sol français[45].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Rohan (photographie publiée par l'abbé Pierre-Henry Martin dans son livre « Histoire de Rohan Saint-Gouvry » publié en 1926).

Ange Valin, caporal au 2e régiment de zouaves, est mort le des suites d'une rixe à Oujda (Maroc)[45].

Le monument aux morts de Rohan est l'œuvre du sculpteur Y. Tadivel et de l'entrepreneur J. Vernery : il représente un poilu brandissant on fusil pour la défense d'un menhir, symbole de la patrie.

« À l'encontre de Rohan qui ne renferme pas de laboureurs, faute de terres suffsantes, la population de Saint-Gouvry est presque exclusivement agricole » écrit l'abbé Pierre-Henry Martin en 1926[46]. Il écrit aussi que « le canal de Nantes à Brest continue à redre d'immense services, surtout à ses riverains dépourvus de chemin de fer, pour l'expédition des marchandises non périssables. (...) Seulenent la lenteur de la batellerie ne permet pas l'exportation des denrées avariables ».

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Rohan et Saint-Gouvry porte les noms de 3 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale dont Louis Michard, quartier-maître, disparu en mer le lors du naufrage de l'aviso Vauquois et André Jouannic, membre du bataillon de marche n° 5, tué à l'ennemi le à Ebersmunster (Bas-Rhin)[45].

Le un cultivateur de Saint-Gouvry (qui ne cachait pas ses sentiments pro-allemands et convaincu d'avoir dénoncé des patriotes français) et son fils furent tués par des résistants FTP, mais parvinrent à assassiner un des résistants car ils étaient munis d'un revolver[47]. Les mêmes faits étaient présentés de manière totalement différente dans la presse collaborationniste en 1944, qui parle de « quatre bandits [qui] assassinent un cultivateur et son fils »[48].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Par un arrêté préfectoral en date du la fusion-association intervenue entre les anciennes communes de Saint-Gouvry, Saint-Samson et Rohan pour donner naissance à la commune de Rohan est transformée en fusion simple[49].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à neuf macles d'or ordonnées 3, 3 et 3.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Rohan
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1793 Mathurin Jean Le Malliaud[Note 12]   Officier public.
1793 1795 Nicolas Étienne Lorant[Note 13]   Notaire.
1795 1796 Joseph Guillot[Note 14]   Officier public.
1796 1800 Joseph Audrin[Note 15]   Médecin.
1800 1800 Jean Audrain   Boulanger et marchand.
1800 1805 Pierre Jean Pégorier[Note 16]   Officier de cavalerie. Acquéreur des terrres de Talhouët et du manoir de la Villemoisan (en La Croix-Helléan).
1805 1806 Pierre Herpe[Note 17]   Marchand d'étoffe. Juge de paix.
1806 1811 Julien Marie Gambert[Note 18]   Marchand d'étoffe. Notaire impérial.
1811 1821 Denis Rolland des Aulnais[Note 19]   Propriétaire. Fils de Pierre Roland des Aulnais, acquéreur de la chapelle Saint-Martin, vendue comme bien national. Restaurateur de la chapelle Saint-Martin.
1821 1839 Gobrien Le Beau[Note 20]   Marchand.
1839 1842 Pierre Rolland des Aulnais[Note 21]   Fils de Denis Rolland des Aulnais, maire entre 1811 et 1821. Marchand de vin. Conseiller général.
1844 1850 Yves Marie Cordier[Note 22]   Propriétaire.
1850 1852 Louis Marie Nogues[Note 23]   Greffier de justice de paix. Expert-arpenteur.
1852 1853 Yves Marie Cordier   Déjà maire entre 1844 et 1850.
1854 1878 Louis Stanislas Félix Rouault de Lavigne[Note 24]   Marin. Propriétaire.
1879 1880 Joseph Lemoine[Note 25]   Instituteur.
1881 1882 Jean-Marie Jouannic[Note 26]   Menuisier.
1882 1887 Louis Stanislas Félix Rouault de Lavigne   Déjà maire entre 1854 et 1878.
1887 1891 Félix Olivo[Note 27]   Directeur des postes et télégraphes. Chevalier de la Légion d'honneur.
1891 1893 Adolphe de Lantivy[Note 28]   Vicomte.
1894 1896 Mathurin Valin[Note 29]   Boucher.
1896 1904 Léopold Jouannic[Note 30]   Négociant.
1904 après 1908 Félix Derien[Note 31]   Médecin. Chevalier de la Légion d'honneur.
         
ca. 1978 mars 1983 Joseph Morice   Réélu en 1977
mars 1983 mars 1989 Paul Michard (1940- )   Contrôleur de gestion
mars 1989 juin 1995 Hélène Coyat[50] (1927-2020) DVG Secrétaire de mairie retraitée, maire honoraire
Chevalier des Palmes académiques et du Mérite agricole
juin 1995 mars 2001 Pierre-Yves Tanguy (1959- )   Gérant de société
mars 2001 26 mai 2020 Bernard Nizan (1946- ) DVG Retraité de l'enseignement
26 mai 2020[51] 24 septembre 2020 Jean-Paul Le Crom (1962- )   Agriculteur et entrepreneur. Démissionne le [52].
16 octobre 2020[53] En cours Victorien Leman (1989- )   Docteur en Histoire, Agent de maitrise en Archéologie, Généalogiste et Enseignant

Plus jeune maire de Bretagne

Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires successifs de Saint-Gouvry
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1813 Julien Lucas    
1813 1816 Yves Robin    
1816 1824 Mathurin Le Metheyer    
1824 1841 Jean Jéhanno    
1841 1848 Pierre-Marie Glais[Note 32]   Laboureur.
1848 1871 Mathurin Geffray[Note 33]   Cultivateur.
1871 1874 Jean Thomas    
1874 1900 Pierre Glais[Note 34].   Fils de Pierre-Marie Glais, maire entre 1841 et 1848.
1900 1919 Eugène Cobigo[Note 35]   Cultivateur
1919 1929 Ambroise Glais[Note 36]   Cultivateur. Fils de Pierre Marie Glais, maire entre 1874 et 1900.
1929 1953 Frédéric Thomas    
1953 1965 Joseph Héno   Exploitant agricole
1965 1971 Henri Ganne    
1971 1983 Raymond Le Normand   Agriculteur
1983 juin 1995 Gérard Le Deist[54] (1949- )   Employé de banque
Liste des maires successifs de Saint-Samson
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1983 Paul Michard (1940- )   Contrôleur de gestion
? juin 1995 Alexis Le Crom[55],[56] (1923- )   Inspecteur du Trésor public, ancien FFI
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1974, Rohan absorbe les communes de Saint-Gouvry et de Saint-Samson.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[57]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[58].

En 2021, la commune comptait 1 573 habitants[Note 37], en diminution de 4,67 % par rapport à 2015 (Morbihan : +3,21 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456395434429550746501572586
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
553567578566555547555602594
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
667735686649604567570603530
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5255621 7461 7071 6041 5211 5701 6701 635
2021 - - - - - - - -
1 573--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[59] puis Insee à partir de 2006[60].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Manoir du Quengo,XVIe.
  • Manoir du Quengo (XVIe), propriété de la famille Quengo, puis de la famille Henry à la suite de l'union avec Marguerite du Quengo vers 1513, la famille prenant alors le nom d'Henry du Quengo.
  • Église Saint-Gobrien, style néogothique. L'ancienne chapelle Saint-Gobrien, dédiée à saint Gobrien, devint église paroissiale vers 1653, laquelle fut agrandie par décision prise en 1693 avec notamment l'adjonction des deux bras du transept et d'un dôme ; après la Révolution française, les deux chapelles de l'église sont en complet délabrement. La nouvelle église fut construite entre 1894 et 1897[61].
  • Église Saint-Gouvry (XVIe) : l'ancienne église, dédiée à saint Martin; est construite entre 1126 et 1129 par les bénédictins du prieuré de Saint-Martin de Josselin, à la suite de la donation faite par Alain de Rohan en 1126. Vers 1610 les deux paroisses de Saint-Gouvry et Rohan furent réunies et l'église Saint-Gouvry est alors délaissée au profit de l'église de Rohan. L'église a toutefois été reconstruite à la fin du XVIIe siècle, recevant notamment un nouveau clocher en 1696 (de l'église primitive, il ne subsiste que la baie du chevet et son vitrail)[37]. L'église a été restaurée en 1968. La fontaine de dévotion située à proximité est flanquée de deux statues, l'une à droite de saint Gouvry, un saint quasi inconnu sous ce nom, dont on connaît toutefois un buste-reliquaire le représentant dans l'église Notre-Dame de Bieuzy ; il s'agirait en fait de saint Gobrien[63] ; l'autre saint à gauche de la fontaine est de saint Eutrope.
  • Mairie : construite en 1904 selon les plans de l'architecte A. Lafargue ; elle a été agrandie en 1965[70].

Culture[modifier | modifier le code]

C'est dans cette commune que se déroule de 1996 à 2013, le Festival Roc'han Feu réunissant amateurs de rock et de musiques diverses.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Pierre-Marie Martin, Histoire de Rohan Saint-Gouvry (1104 - 1926), Le livre d'histoire, réédition 2006, (ISBN 2-84373-812-1) (première édition 1926[2]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Carrière de Brocheboeuf à Trévé, carrières de la Haute Ville de Rohan.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Le site porte le nom de Castellum Noïec ou Castrum Noici, Châteaunoix, Château-Nu, Castel-Noez ou Castel-Noec, devenu plus tard Castennec. Cf Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, Y. Salmon, , p. 66.
  5. La vallée sur ce site est marquée par une asymétrie de son profil latéral : reliefs granitiques escarpés sur la rive droite avec une auréole de métamorphisme de contact (micaschistes à biotites) au sein du massif granitique (ce qui donne des altitudes supérieures à 150 m NGF), relative uniformité des terrains schisteux du briovérien sur la rive gauche. Les cycles d'érosion successifs dans les micaschistes tendres ont isolé le méandre en un éperon dont la partie médiane, très étroite (dénivelé de 45 m, largeur inférieure à 10 m), sépare l'entrée de l'éperon (Castennec), au nord, de la boucle du Blavet, au sud (la Couarde). À l'est, sur la rive gauche (Saint-Nicolas-des-Eaux, commune de Pluméliau), le relief moins encaissé a contribué à pérenniser un site de gué qui est resté, jusqu'au haut Moyen Âge, le principal point de franchissement du fleuve, avant l'essor de Pontivy, une dizaine de km au nord. Cf Patrick Galliou et alii, Carte archéologique de la Gaule. Le Morbihan, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, , p. 80.
  6. Dans les archives du prieuré de Saint Martin en Josselin qui évoque le château de Rohan.
  7. Ainsi que ceux de Pontivy, Corlay, La Chèze et Josselin.
  8. En 1603 Henri IV érigé la vicomté de Rohan en duché-pairie en faveur d'Henri II de Rohan, son cousin issu de germain.
  9. Personnes en âge de communier
  10. Pierre Roland des Aulnais, né le à Saint-Thélo, décédé le 17 floréal an X ( à Rohan, marchand de vin. Père de Denis Roland des Aulnais, maire entre 1811 et 1821
  11. Louis de Janzé, né le à Rennes, décédé le à Ivry-sur-Seine, baron puis comte de Janzé, avocat au Parlement de Bretagne, puis maître de forges ; il a notamment acheté les Forges des Salles et les Forges de Lanouée.
  12. Probablement Mathurin Le Maillaud, décédé le à Pontivy.
  13. Nicolas Étienne Lorant, né vers 1713 à Caen (Caen), décédé le .
  14. Joseph Guillot, né vers 1749 à Rohan.
  15. Josept Audrin, né vers 1747 à Saint-Caradec, décédé le à Rohan.
  16. Pierre Jean Pégorier, né le à Laguiole (Cantal), décédé le à Saint-Samson.
  17. Pierre Herpe, né le à Rohan, décédé le à Rohan.
  18. Julien Marie Gambert, né le au bourg de Pleugriffet, décédé après 1806.
  19. Denis Rolland des Aulnais, né le à Saint-Thélo, décédé le à Rohan.
  20. Gobrien Jean Louis Le Beau, né le à Redon (Ille-et-Vilaine), décédé le à Rohan.
  21. Pierre Rolland des Aulnais, né le à Rohan, décédé le à Rohan.
  22. Yves Marie Cordier, né vers 1801, décédé le à Rohan.
  23. Louis Marie Noguès, né le à La Chèze, décédé le à Rohan.
  24. Louis Rouault de Lavigne, né le à Guérande, décédé le à Rohan.
  25. Joseph Lemoine, né le à Mohon, décédé le à Rohan.
  26. Jean-Marie Jouannic, né le à Rohan, décédé le à Rohan.
  27. Félix Olivo, né le à Rohan, décédé le à Rohan.
  28. Adolphe de Lantivy de Trédion, né le à Rohan, décédé le à Kermaria en Rohan.
  29. Mathurin Valin, né le à Rohan, décédé le à Rohan.
  30. Léopold Jouannic, né le à Rohan, décédé le à Rohan.
  31. Félix Derien, né le à La Roche-Bernard, décédé le à Rohan.
  32. Pierre-Marie Glais, né le à Saint-Gouvry, décédé le à Saint-Gouvry.
  33. Mathurin Geffray, né le à Saint-Gouvry, décédé le au Prady en Saint-Gouvry.
  34. Sans doute Pierre Marie Glais, né le au bourg de Saint-Gouvry, décédé.
  35. Eugène Cobigo, né le à Saint-Gouvry, décédé.
  36. Ambroise Glais, né le au bourg de Saint-Gouvry, décédé.
  37. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rohan sur le site France, le trésor des régions, Roger Brunet
  2. a b c d e et f Abbé Pierre-Marie Martin, Histoire de Rohan, Saint-Gouvry, Saint-Brieuc, (lire en ligne).
  3. C. Lorenz, Géologie des pays européens : France, Belgique, Luxembourg, Dunod, , p. 135.
  4. Yann Bouëssel Du Bourg, La Bretagne, Éditions d'Organisation, , p. 23.
  5. J. Chantraine, J.-J. Chauvel, P. Bale, E. Denis, D. Rabu, « Le Briovérien (Protérozoïque supérieur à terminal) et l’orogenèse cadomienne en Bretagne (France) », Bulletin de la Société géologique de France, no 5,‎ , p. 815-829.
  6. Daniel Faucher, La France, géographie-tourisme, Librairie Larousse, , p. 140.
  7. Charles Barrois, « Des divisions géographiques de la Bretagne », Annales de géographie, t. 6, no 25,‎ , p. 37 (lire en ligne).
  8. « L’ensemble de paysages du plateau de Pontivy-Loudéac. Un plateau ondulé voué aux grandes cultures », sur atlasdespaysages-morbihan.fr (consulté le ).
  9. Pierre-Yves Le Rhun, Géographie économique de la Bretagne, Ed. Breiz, 1973
  10. Maurice Le Lannou, La Bretagne et les Bretons, PUF, , p. 121.
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  13. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  14. « Orthodromie entre Rohan et Loudéac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station Météo-France « Loudeac » (commune de Loudéac) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Station Météo-France « Loudeac » (commune de Loudéac) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  17. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  18. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Loudéac », sur insee.fr (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  24. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 103.
  25. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne, Bonneton, , p. 117.
  26. Gilles Leroux, Stéphane Jean et Yves Menez, Enclos gaulois et gallo-romans en Armorique : de la prospection aérienne à la fouille entre Blavet et Mayenne, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l'Ouest de la France, , p. 74-75.
  27. Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, Y. Salmon, , p. 71.
  28. Louis Elégoët, Bretagne, une histoire, CRDP de Bretagne, , p. 66.
  29. a et b Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, Presses de l'Université d'Angers, , p. 512.
  30. Charles Floquet, Châteaux et manoirs bretons des Rohan, Y. Salmon, , p. 72.
  31. « Découvrir Rohan - Histoire », sur rohan.fr (consulté en ).
  32. a b et c « L'origine et l'histoire du château de Rohan », sur infobretagne.com (consulté le ).
  33. Charles Floquet, Pontivy au cours des siècles, J. Laffitte, , p. 14.
  34. Théodore Derome, « De l'usement de Rohan ou du domaine congéable », Revue critique de législation et de jurisprudence,‎ , p. 257-258 (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Étymologie et histoire de Rohan », sur infobretagne.com (consulté le ).
  36. « La paroisse de Rohan et son union à celle de Saint-Gouvry », sur infobretagne.com. (consulté le )
  37. a et b « La paroisse de Rohan et Saint-Gouvry », sur infobretagne.com (consulté le ).
  38. Marguerite du Quengo, décédée après 1540.
  39. Pol Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, éditions Pyremonde, 2011 (réédition).
  40. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 4, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), pages 137 et 138.
  41. Éric Mension-Rigau, Les Rohan. Histoire d'une grande famille, Perrin, (lire en ligne), p. 11.
  42. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 2, Rennes, Déniel, (lire en ligne), page 683.
  43. Morbihan. Conseil général, « Projet d'annexion à Rohan, de villages dépendant de Crédin et de Saint-Samson », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , pages 26 et 27 (lire en ligne, consulté le ).
  44. Abbé Pierre-Marie Martin, Histoire de Rohan, Saint-Gouvry : 1104-1926, Saint-Brieuc, (lire en ligne), page 75.
  45. a b et c « Rohan. Monument aux Morts de Rohan et Saint-Gouvry (Relevé n° 34483) », sur memorialgenweb.org, (consulté le ).
  46. Abbé Pierre-Marie Martin, Histoire de Rohan, Saint-Gouvry, Saint-Brieuc, (lire en ligne), page 6.
  47. « L'intendance militaire réaccorde une avance de pension à la famille d'un dénonciateur de Saint-Gouvry », Journal L'Espoir du Morbihan,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Quatre bandits assassinent un cultivateur et son fils », Journal Le Petit Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Institut national de la statistique et des études économiques (France), « Mars 1999, recensement de la population.. , Populations légales : recensement de la population de 1999 : communes, cantons, arrondissements. 56, Morbihan », Parution INSEE,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Nécrologie : Hélène Coyat, ancienne maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  51. « Municipales à Rohan. Jean-Paul Le Crom a été élu maire », sur Ouest-France, (consulté le ).
  52. « Rohan. Après la démission de Jean-Paul Le Crom, l’élection du nouveau maire ne devrait pas tarder », sur Ouest-France, (consulté le ).
  53. « Victorien Leman a été élu nouveau maire de Rohan », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  54. Dernier maire de Saint-Gouvry avant la fusion simple.
  55. Dernier maire de Saint-Samson avant la fusion simple.
  56. « Alexis Le Crom raconte ses trois guerres dans un livre souvenir », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  57. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  58. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  59. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  60. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  61. « Historique de la chapelle Saint-Gobrien à Rohan », sur infobretagne.com (consulté le ).
  62. « Historique de la chapelle Notre-Dame de Bonne-Encontre à Rohan », sur infobretagne.com.
  63. Joseph Loth, « Les noms des saints bretons », Revue celtique,‎ , page 288 (lire en ligne, consulté le )
  64. « Historique de la chapelle Saint-Martin à Rohan », sur infobretagne.com, (consulté le ).
  65. « Statue : Ecce homo, Chapelle Saint-Martin (Rohan) », (consulté le ).
  66. « Site d'écluse n° 54, le Guer (Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ) et « Maison éclusière, le Guer (Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  67. « Site d'écluse de Saint-Samson, n° 53, Saint-Gouvry (Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ) et « Maison éclusière de Saint-Samson, Saint-Gouvry (Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  68. « Site de l'écluse de Quengo (écluse n° 51 du Canal de Nantes à Brest, située à Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ) et « Maison éclusière de Quengo, l'Étranglette (Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  69. « Site d'écluse de Rohan, n° 52, le bourg (Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ) et « Maison éclusière 1, le bourg (Rohan) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  70. « Mairie, place Alain-de-Rohan (Josselin) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]