Guern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guern
De haut en bas, de gauche à droite : la basilique Notre-Dame de Quelven, la mairie, la grande colonne de Locmeltro.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité CC Pontivy Communauté
Maire
Mandat
Stéphanie L'Hostis-Le Diagon
2023-2026
Code postal 56310
Code commune 56076
Démographie
Gentilé Guernate
Population
municipale
1 347 hab. (2021 en augmentation de 0,3 % par rapport à 2015)
Densité 29 hab./km2
Population
agglomération
42 209 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 01′ 53″ nord, 3° 05′ 26″ ouest
Altitude Min. 67 m
Max. 188 m
Superficie 47,01 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Pontivy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontivy
Législatives 3e circonscription du Morbihan
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Guern
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Guern
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
Guern
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
Guern
Liens
Site web http://guern.free.fr/

Guern ([gɥɛʁn][1]) est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord-ouest du département du Morbihan, dans le Pays de Pontivy.

La commune, de forme étirée, atteint 11 km dans sa plus grande extension selon un axe est-ouest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont au nombre de sept : Séglien au nord, Locmalo à l'ouest, Bubry au sud-ouest, Melrand au sud, Bieuzy au sud-est, Le Sourn à l'est et Malguénac au nord-est.


Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 47,01 km2 ; son altitude varie de 67 à 188 mètres[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte hydrographique et des infrastructures de transport de la commune.

La commune est traversée du nord au sud par la Sarre, un affluent dufleuve côtier le Blavet.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[4]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur  », exposée à un climat médian, à dominante océanique[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 044 mm, avec 15,2 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Plouay à 22 km à vol d'oiseau[6], est de 11,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 149,0 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Guern est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[10],[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pontivy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 17 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 1,2 % 54
Terres arables hors périmètres d'irrigation 33,0 % 1548
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 7,9 % 369
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 30,6 % 1438
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 2,4 % 112
Forêts de feuillus 6,3 % 295
Forêts de conifères 6,9 % 324
Forêts mélangées 11,6 % 544
Forêt et végétation arbustive en mutation 0,2 % 9
Source : Corine Land Cover[15]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le bourg occupe une position centrale. L'habitat est dispersé. Les villages les plus importants sont Quelven et Locmeltro. En 1896, le bourg comptait 320 habitants et le village de Quelven 280 habitants.

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2020, le nombre total de logements dans la commune était de 843, alors qu'il était de 873 en 2015 et de 855 en 2010[I 1].

Parmi ces logements, 71,3 % étaient des résidences principales, 13,6 % des résidences secondaires et 15,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 3 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Guern en 2020 en comparaison avec celle du Morbihan et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (13,6 %) inférieure à celle du département (17,9 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 81,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (79,5 % en 2015), contre 67,7 % pour le Morbihan et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Guern en 2020.
Typologie Guern[I 1] Morbihan[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 71,3 75,1 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 13,6 17,9 9,7
Logements vacants (en %) 15,1 7,1 8,2

Énergie[modifier | modifier le code]

Trois éoliennes, d'une puissance t-otale de 6 MW, ont été implantées en 2008 au lieu-dit Niziau, en pleine zone naturelle protégée sur la base d'un permis de construire annulé depuis, pour être implantées à moins de 500 m. des habitations. Après de longs contentieux, le Conseil d'Etat confirme en 2023 leur illégalité et l'obligation de les détruire[16],[17],[18].

Une exploitation de 200 vaches laitières sur 210 hectares a installé un méthaniseur pour traiter et valoriser les effluents d’élevage, dont la production est injectée dans le réseau GRDF, ainsi que des panneaux solaires en toiture de bâtiments d'exploitation[19].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous la forme Guern en 1125[20], puis sous la forme Guaier en 1315.

Le nom en breton de la commune est Gwern.

Guern est issue du mot breton Gwern lui-même issu du mot gaulois verno que l'on retrouve toujours en Gallois sous la forme Gwernin signifiant aulnes ou aulnaie, mais en breton, gwern peut également signifier le "marais", l'un n'excluant pas l'autre, l'aulne étant un arbre qui aime beaucoup l'humidité, et qu'on trouve fréquemment au bord des marais. Le toponyme pourrait également provenir d'un hagionyme portant le même nom[21]. Le cartulaire de Redon mentionne l'église paroissiale de Guern à partir de 836[22]. La paroisse primitive est placée sous le titre de saint Pierre (saint Paul lui étant adjoint après l'incendie de l'église en 1782) mais le lieu-dit Cranhuern rappelle peut-être l'habitude de consacrer un lieu secondaire de la paroisse à son éponyme[23].

Guern est un toponyme très fréquent en Bretagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Guern englobe la trève de Le Sourn et de Locmeltro et fait partie des 75 paroisses et trèves de la vicomté de Rohan[24], Selon un aveu de 1471, Guern est une des 46 paroisses ou trèves de la seigneurie proprement dite de Rohan[25].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Incendie de l'église paroissiale[modifier | modifier le code]

Dans la matinée du un incendie détruit le chœur, la sacristie et les deux chapelles des transepts de l'église paroissiale ainsi que le retable du maître-autel et les vitraux dans lesquels étaient peints les écussons des seigneurs de Rohan, de Ménorval et de Coetniel. Un peu avant 11 heures, trois quarts-d'heures après trois messes de service chantées, la cloche sonne pour alerter de l'incendie les habitants, qui s'empressent de sauver les objets sacrés pendant que plusieurs personnes sur le toit coupaient pied au feu à la base du clocher. Le feu, qui aurait débuté à partir de l'armoire entre l'autel et la sacristie, gagne les lambris et les charpentes qui s'effondrent en moins d'une heure, avant de menacer les maisons voisines, les flammes se répandant comme dans un four et passant entre les ardoises. Cependant quelques personnes créent un coupe feu sur le toit et arrêtent ainsi la propagation de l'incendie. Pendant sept ans, l'église resta en l'état, une simple cloison séparant la nef des parties détruites par le feu. Le que le nouveau recteur Mathurin Le May décide une reconstruction à neuf de l'église, finançant pour une très large part de ses deniers[26].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

En 1790, la paroisse est érigée en commune du canton de Melrand, district de Pontivy. En 1801, elle est rattachée au canton de Pontivy[27].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame de Quelven et ses abords immédiats vers 1850.

Hélène Jégado, surnommée la « Brinvilliers bretonne », alors qu'elle est cuisinière chez Le Drogo, curé de Guern, empoisonne en utilisant de l'arsenic, entre le 28 juin et le 7 octobre 1833, le curé ainsi que sa nièce, son père, sa mère, et sa propre tante et sa sœur Anne Jegado. Ils meurent d'empoisonnement et les médecins de l'époque ne le détectent pas, pensant à une épidémie de choléra car les symptômes peuvent prêter à confusion. Hélène est considérée comme une miraculée[réf. nécessaire].

La commune est amputée en 1869 d'une partie de son territoire pour la création de la commune de Le Sourn[28]. Sa superficie passe ainsi de 5 286 hectares[29] à 4 701 hectares.

En 1897, les surfaces cultivées occupaient 2 900,34 hectares dont 2 292,14 hectares de terres labourables, 501,73 ha de prés et 106,47 ha de jardins. Les principales cultures étaient par ordre d'importance décroissant le seigle (1 147 hectares), le sarrasin (825 ha), l'avoine (284 ha), les pommes de terre (65 ha), le chanvre (27 ha) et le froment (12 ha). La population bovine s'élevait à 3 545 individus dont 275 bœufs de travail, 60 taureaux et 805 vaches. On dénombrait 1 200 ruches sur la commune[30].

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En 1907 la comtesse Vefa de Saint-Pierre qui visite cette année-là le Canada, y rencontre notamment la famille Kervinio[Note 3], originaire de Guern et installée à Saint-Claude (au Manitoba) ; elle écrit : « Arrivés il y a trois ans avec 600 francs, quatre enfants petits. Défriché 24 hectares. Troupeau, matériel, vaut 7 500 francs (...). Enchanté, ne retournera jamais en Bretagne. Possède 63 hectares de terres »[31].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Entre 1905 et 1939 Guern dispose d'une halte ferroviaire sur la ligne à voie métrique des Chemins de fer du Morbihan allant de Pontivy à Guémené-sur-Scorff. Cette halte était située à environ 6 km du bourg de Guern, mais à 2 km seulement du bourg de Locmalo, raison pour laquelle la gare fut en 1906 dénommée "Guern-Locmalo"[32].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Pontivy du département du Morbihan.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Pontivy[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 d'un nouveau canton de Pontivy porté initialement de 10 à 16 communes.

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription du Morbihan.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Guern est membre de la communauté de communes dénommée Pontivy Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2000 sous le nom de communauté de communes du pays de Pontivy et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Cet EPCI a notamment succédé au Syndicat Intercommunal pour l’Aménagement Touristique du Canton de Pontivy créé en 1970 et dont Guern était déjà membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Pierre Le Mouel   Laboureur
1791 1792 Vincent Lavenant    
1792 1793 Olivier Le Beller    
    M. Le Rouzic    
    M. Postic    
1806   Louis Le Mouël    
1833 1859 Joseph Le Cam [Note 4]   Cultivateur.
1859 1863 Julien Le Mouël    
1863 1869 Louis-Mathurin Bigouin    
1869 1878 Joseph-Marie Kervégant    
1878 1896 Jacques Philippe    
1896 1907 Alexis Kervégant    
1907 1919 Louis Le Cam    
1919 1947 Julien Bellec    
1947 1965 Mathurin Le Pimpec    
1965 mars 1989 Eugène Le Goff    
mars 1989 mars 2008[33] Yves Pérez[34]   Hôtelier restaurateur
mars 2008
juin 2023[35] Joseph Le Bouédec[36],[37]   Vice-président de la CC Pontivy communauté (? → 2023[38])
Démissionnaire
juillet 2023[39] En cours
(au 22 mars 2024)
Stéphanie L'Hostis-Le Diagon   Profession intermédiaire administrative et commerciale des entreprises

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

La mairie est retructurée et rénovée en 2020/2021[40].

Santé[modifier | modifier le code]

Le syndicat de communes Sarre-Blavet Santé, qui regroupe Le Sourn, Saint-Thuriau, Guern, Malguénac et Melrand ouvre en 2024 un cabinet médical dépendant de celui de Melrand[41],[42]

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants se nomment les Guernates (du breton Gwernad).

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[44].

En 2021, la commune comptait 1 347 habitants[Note 5], en augmentation de 0,3 % par rapport à 2015 (Morbihan : +3,21 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5002 2373 0583 0793 3863 4683 3273 6193 564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2803 2293 3412 6542 7092 7342 7662 7462 677
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 7872 8632 7142 5242 5752 6552 4662 4402 144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 8961 6701 5551 5341 4091 3981 4451 4511 368
2017 2021 - - - - - - -
1 3061 347-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Selon la municipalité, 70 nouvelles familles se sont installées dans la commune entre septembre 2020 et 2021[46]

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,8 % la même année, alors qu'il est de 31,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 660 hommes pour 650 femmes, soit un taux de 50,38 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,49 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
2,8 
8,2 
75-89 ans
13,7 
21,8 
60-74 ans
20,6 
23,4 
45-59 ans
19,1 
16,7 
30-44 ans
15,9 
12,3 
15-29 ans
11,3 
16,9 
0-14 ans
16,6 
Pyramide des âges du département du Morbihan en 2020 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,2 
75-89 ans
11,5 
20,1 
60-74 ans
21,1 
20,8 
45-59 ans
20,2 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,5 
15-29 ans
13,1 
17,4 
0-14 ans
15,5 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La vingtième édition des Jeudis de Quelven, un festival de musique d'orgue qui se tient à la basilique Notre-Dame-de-Quelven, a eu lieu en juillet 2021[49].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Le club de football local est l'Hermine Guernate[50].

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Guern, observées entre 1988 et 2010, soit sur une période de 22 ans[51].

1988 2000 2010
Nombre d’exploitations agricoles 135 67 48
Équivalent Unité de travail annuel (UTA) 185 76 77
Surface agricole utile (SAU) (ha) 2 558 2 550 2 170
Superficie en terres labourables (ha) 2 340 2 340 1 966
Superficie toujours en herbe (ha) 210 209 153
Nombre d’exploitations ayant des vaches laitières 86 36 21
Vaches laitières (nombre de têtes) 1 745 1 199 1 003
Nombre d’exploitations ayant des poulets de chair et coqs 22 5 5
Poulets de chair et coqs (nombre de têtes) 137 592 118 503 206 001

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les colonnes ou stèles de Locmeltro :
    Ces pierres sont situées à l'intérieur de l'enclos de la chapelle de Locmeltro. Elles auraient été déplacées et, en tout cas, christianisées au plus tard au milieu du XIXe siècle.
    Si on retient l'hypothèse qu'elles aient été des colonnes itinéraires à l'époque romaine, elles étaient alors probablement situées au bord de l'ancienne voie du territoire des Vénètes[52], allant de Vorgium (Carhaix ?) à Darioritum (Vannes). On envisage maintenant que cette voie traversait la commune de Guern au sud du hameau[53], puis continuait à l'est vers les alentours de Ménorval (Mané-er-Val).
    La plus grande colonne, bien qu'anépigraphe et sans décors, semble en un seul morceau et mesure environ 3 mètres de haut. Elle serait « du vingt-troisième lieue » depuis Vannes, selon Seymour de Ricci[54]. L'autre colonne serait en deux fragments, dont le plus petit a été évidé pour servir de bénitier[55], à l'entrée de la chapelle.
    On envisage aussi que ces monolithes aient plutôt été des stèles protohistoriques[56], avant un remploi antique ou plus récent.
  • La basilique Notre-Dame-de-Quelven, Logo monument historique Classé MH (1840)[57]. En 1451, le pape Nicolas V fait de l'édifice précédent, qui existait au moins depuis 1401, un lieu d’indulgence majeur, en en faisant le lieu du pardon le plus fréquenté du Morbihan. L'édifice devenu trop exigu et dégradé par sa fréquentation est reconstruit avec l'aide des familles de Rohan et Rimaison de 1470 à 1510. De la taille d'une basilique et de style gothique flamboyant, elle est dotée d'un plan en forme de croix latine et sa tour-clocher est la plus haute de Bretagne, avant qu'il ne s'effondre en 1837 sous le poids excessif de ses cloches. Le clocher est reconstruit en style néogothique avec l'aide financière de Louis-Philippe et de Napoléon III.
    Sa statuaire et son mobilier sont remarquables[58]
    À la basilique, une foule de fidèles se rassemble le pour prier et brûler des cierges devant la statue de la Vierge qui s'ouvre en trois panneaux évoquant la vie du Christ. Puis ils se rendent à la fontaine gothique du XVIe siècle, située en contrebas à environ 300 m. qui se compose de deux bassins et dont l'eau aurait le pouvoir de guérir les femmes stériles et les enfants malades.
    Un if, aujourd'hui classé arbre remarquable, est planté au début du XVIIIe siècle dans le placître
  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, datant du XVe siècle, est reconstruite en 1788 par Julien Pichot, ingénieur des Ponts et Chaussées à Pontivy, après un incendie, et restaurée au XIXe siècle. Elle est notamment flanquée, côté Sud, d'un porche à baldaquin, et abrite une statue en bois polychrome de la « Vierge allaitant » (Notre-Dame de Joie) datée du XVIe siècle[59].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Jean Mathurin Kervinio, né le à Guern, époux de Marie Marguerite Dacquay [née le à Guern], décédé le à Saint-Claude (Manitoba).
  4. Sujet d'une chanson en breton relatant ses voyages à Paris pour solliciter des crédits afin de reconstruire la tour de Quelven
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chiffres clés - Logement en 2020 à Guern » (consulté le ).
  2. « Chiffres-clés - Logement en 2020 à Guern - Section LOG T2 » (consulté le ).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2020 à Guern - Section LOG T7 » (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2020 dans le Morbihan » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2020 dans la France entière » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Erwan Vallerie : L'Art & la manière de prononcer ces sacrés noms de lieu de Bretagne, Le Chasse-Marée / Armen, 1996, page 99.
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  6. « Orthodromie entre Guern et Plouay », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Plouay-sa » (commune de Plouay) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Station Météo-France « Plouay-sa » (commune de Plouay) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  10. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pontivy », sur insee.fr (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  16. « Morbihan : le Conseil d'Etat aura-t-il la peau des éoliennes illégales de Guern ? : Alors que les éoliennes de Guern, près de Pontivy (Morbihan) s'enfoncent dans l'illégalité depuis 13 ans, la décision du Conseil d'Etat sera-t-elle le fin mot de cette histoire ? », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. SBC, « Fin d'un feuilleton judiciaire. Les éoliennes de Guern vont devoir être démontées : La plus haute juridiction administrative a tranché. L'implantation et l'utilisation des éoliennes de Guern sont bien illégales. Les installations vont devoir être démontées. Si l'exploitant s'exécute… », France 3 Bretagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Conseil d'État, 6ème chambre, 27/03/2023, 462527, Inédit au recueil Lebon », sur https://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  19. Eric Le Dorze, « Innovation : dans cette petite commune bretonne, trois frères agriculteurs misent sur la méthanisation et le solaire : Le GAEC de Kerroch-Vihan ouvre ses portes à Guern (Morbihan) mercredi 21 juin 2023, dans le cadre de l'opération Innov'Action. L'exploitation mise sur l'innovation… », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France: Formations non-romanes ; formations dialectales, page 1036.
  21. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 71.
  22. Cartulaire de l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon, Volume 1, Association des amis des archives historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, , p. 62.
  23. Erwan Vallerie, Communes bretonnes et paroisses d'Armorique, Beltan, , p. 41.
  24. Hervé Du Halgouet, La vicomté de Rohan et ses seigneurs, R. Prud'homme, , p. 97.
  25. Théodore Derome, « De l'usement de Rohan ou du domaine congéable », Revue critique de législation et de jurisprudence,‎ , p. 257-258 (lire en ligne, consulté le ).
  26. revue Mein ha Tud no 24, pages 32-39
  27. Michèle Bourret, Le patrimoine des communes du Morbihan, Flohic éditions, , p. 727.
  28. « Loi qui distrait un territoire des communes de Guern, Bieuzy, Napoléonville, et Malguénac (Morbihan) pour en former une commune dont le chef-lieu est fixé au Sourn », Journal officiel de l'Empire français,‎ , page 1 (lire en ligne, consulté le ).
  29. Jean Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, nouvelle édition, tome 1, page 328
  30. Revue Mein ha Tud no 19, page 36, article d'après une enquête géographique et historique consultée aux archives départementales du Morbihan
  31. Claire Arlaux, Une Amazone bretonne - Vefa de Saint-Pierre, éditions Coop Breizh, Keltia Graphic, Spézet, 2000.
  32. Morbihan. Conseil général, « Chemins de fer d'intérêt local du Morbihan », Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général / Conseil général du Morbihan,‎ , pages 65 à 80 (lire en ligne, consulté le ).
  33. « A Guern, Yves Perez tourne la page municipale : Ce n'est plus un secret : Yves Perez, maire de Guern, tourne la page, après trente et une annéesde mandats et délégations diverses », Ouest-France par MaVille,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. Claude Lemercier, « Une seconde liste en cours de constitution dans la commune », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Élu conseiller municipal en 1977, il a été maire de 1989 à 2008. Aux dernières élections municipales, il ne s'est pas représenté. Il soutenait la liste « Guern, une commune à vivre, construisons-la ensemble », menée par Jean-Paul Le Dévéhat, conseiller municipal sortant. Aucun des colistiers de ce dernier n'est passé au premier tour. Les Guernates ont préféré la liste « Guern un nouveau souffle », que menait Joseph Le Bouédec. Dix de ses colistiers ont été désignés dès le premier tour, les cinq autres au second ».
  35. Aurélie Dupuy, « Guern. Joseph Le Bouédec, maire, va démissionner : Le maire de Guern (Morbihan), qui en est à son troisième mandat, a présenté sa démission au préfet. Il estime, à 74 ans, que le temps est venu pour lui « de faire autre chose », Ouest-France,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  36. Eric Le Dorze, « Municipales 2020 : à Guern, Joseph Le Bouédec hésite encore… : Élu maire de Guern (Morbihan) en 2008, puis réélu en 2014, Joseph Le Bouédec, 70 ans, retraité de France Télécom, n’a pas encore arrêté sa décision », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Joseph Le Bouédec est vice-président de la communauté de communes, en charge des travaux, et président de la chronophage commission d’appel d’offres… ».
  37. Réélu pour le mandat 2020-2026 : « Municipales à Guern. Joseph Le Bouédec a été réélu maire pour un second mandat », sur Ouest-France, (consulté le ).
  38. « La Der du vice-président de Pontivy communauté, Joseph Le Bouédec », Le Télégramme,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  39. « Stéphanie L’Hostis-Le Diagon élue nouvelle maire de Guern : Stéphanie L’Hostis-Le Diagon a été élue nouvelle maire de Guern lors du conseil municipal du 6 juillet. Cela fait suite à la démission du maire Joseph Le Bouédec, le 30 juin dernier », Le Télégramme,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  40. « Guern : dans les coulisses de la nouvelle mairie : Les travaux battent leur plein à la mairie de Guern (Morbihan). Dans les coulisses du chantier… », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Eric Le Dorze, « Saint-Thuriau : ouverture d'un Centre de santé pour le mois de janvier 2023 ! : Le Syndicat intercommunal Santé Sarre-Blavet annonce l'ouverture d'un Centre de santé à Saint-Thuriau (Morbihan) en janvier 2023… », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Près de Pontivy : ouverture d'un nouveau cabinet médical : Un nouveau cabinet médical va ouvrir le 9 avril 2024 dans cette petite commune près de Pontivy (Morbihan)… », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  46. « Guern : "Pas moins de 70 nouvelles familles se sont installées" : Rénovation de la salle polyvalente, dynamisation du tissu commercial... Les projets ne manquent pas pour la commune de Guern (Morbihan), qui voit sa population augmenter », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Guern (56076) », (consulté le ).
  48. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Morbihan (56) », (consulté le ).
  49. « Morbihan : le festival d'orgue à Guern aura bien lieu : La 20e édition des Jeudis de Quelven à Guern, près de Pontivy (Morbihan) aura bien lieu cette année 2021. On fait le point », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Football : en D2, un groupe motivé à Guern : Maintenue sur le fil en D2 la saison dernière, l'équipe fanion de Guern (Morbihan) espère mieux faire cette année. Elle bénéficie d'un apport conséquent de jeunes… », Pontivy Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le ).
  52. Selon la Table de Peutinger (Segm. I, 2, o).
  53. 48° 02′ 27″ N, 3° 08′ 51″ O.
  54. Cf. Seymour de Ricci, « Répertoire épigraphique de la Bretagne occidentale, et en particulier du département des Côtes-du-Nord », dans Société d'émulation des Côtes-du-Nord. Bulletins et mémoires, 35, Saint-Brieuc, 1897, p. 279 (en ligne).
  55. Voir une image du bénitier sur t4t35.fr
  56. Cf. Patrick Galliou et al., préface de Jean Leclant, Le Morbihan, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2009, p. 143 (Carte archéologique de la Gaule : Pré-inventaire archéologique, 56) (ISBN 978-2-87754-238-8).
  57. Notice no PA00091251 et Notice no IA00010510, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. « Nos dimanches patrimoine : un roi et un empereur ont financé la chapelle Notre-Dame-de-Quelven : Après la basilique de Sainte-Anne d'Auray, nous voici à 50 km au nord de Lorient à la découverte de l'extraordinaire chapelle Notre-Dame-de-Quelven à Guern (Morbihan) », Actu Morbihan,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. Louis Chauris, « Impacts de l'environnement géologique sur les constructions dans la région de Pontivy au cours de l'histoire », Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, t. 88,‎ , p. 16.