Tumulus de Nillizien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tumulus de Nillizien
Image illustrative de l’article Tumulus de Nillizien
Vue générale.
Présentation
Nom local Sépulture circulaire de Pontivy
Type Tumulus
Période Âge du Fer
Faciès culturel Mégalithisme
Fouille 1890
Protection Logo monument historique Classé MH (1892)
Caractéristiques
Dimensions ~ 5,4 m (diamètre)
~ 1,70 m (hauteur)
Mobilier 3 urnes funéraires
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 47″ nord, 2° 58′ 06″ ouest
Pays France
Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Pontivy
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Tumulus de Nillizien
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
(Voir situation sur carte : Morbihan)
Tumulus de Nillizien

La tumulus de Nillizien (ou sépulture circulaire de Pontivy[1],[2]) est une sépulture située à Pontivy[3], dans le Morbihan en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le mégalithe est situé dans la partie occidentale du square Lenglier, à proximité de l'église Saint-Joseph à Pontivy

Description[modifier | modifier le code]

L'édifice se présente comme un dôme de pierre recouvert de terre ceint d'un muret circulaire[4], légèrement conique[5],[2]. Il mesure environ 5,4 m de diamètre pour 1,7 m de hauteur[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Le monument de forme circulaire, légèrement conique, est fait de pierres plates date de l'Âge du Fer[3]. Au centre du tumulus, au milieu du noyau de pierres, encadrée par l'enceinte circulaire, se trouve la chambre sépulcrale, à parois maçonnées en pierres sèches, avec pierres plates disposées en encorbellement. Comme le décrit le panneau d'interprétation, cette chambre contenait trois niches superposées dans lesquelles étaient placées une urne cinéraire remplie d'os humains incinérés[5]. Il a probablement servi de sépulture collective à un chef gaulois et sa famille vers 600 av. J.-C.[4].

Il est découvert en 1890 près du hameau de Nillizien en Silfiac (Morbihan)[1]. Dans le but d'en assurer la préservation[4], la tombe est démontée la même année[5],[2], puis reconstruite à Pontivy l'année suivante par l'archéologue Jérôme Le Brigand[4] à l'est de l'église Saint-Joseph[4]. Elle est de nouveau déplacée en 1906 vers sa position actuelle[4].

L'édifice est classé au titre des monuments historiques par arrêté du [3]. Les 3 urnes funéraires sont conservées au musée d'histoire et d'archéologie de Vannes[2]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]