Gouarec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gouarec
Gouarec
Mairie de Gouarec
Blason de Gouarec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Rostrenen
Intercommunalité Communauté de communes du Kreiz-Breizh
Maire
Mandat
Jean-Yves Le Guyader (PS)
2014-2020
Code postal 22570
Code commune 22064
Démographie
Gentilé Gouarécain
Population
municipale
905 hab. (2015 en diminution de 3,42 % par rapport à 2010)
Densité 141 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 38″ nord, 3° 10′ 46″ ouest
Altitude Min. 127 m
Max. 210 m
Superficie 6,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Gouarec

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Gouarec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gouarec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gouarec

Gouarec [gwaʁɛk] est une commune française, chef-lieu de canton du département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Ses habitants sont les Gouarécains et les Gouarécaines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Gouarec est situé dans une vallée verdoyante au fond de laquelle coule le canal de Nantes à Brest. Les Anglais l'ont choisi comme l'une de leurs communes bretonnes préférées. Avec des maisons typiques et son environnement presque médiéval, Gouarec ne laisse pas indifférent.

La paroisse fait partie du territoire breton traditionnel du pays Fañch. Gouarec est la commune qui se trouve se trouve la plus au sud de la zone de Dàns Plinn, une gavotte propre à ce pays. Dans la tradition cette ronde avait pour but d'aplanir les aires à battre avant les périodes de moisson.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une villa romaine datée du IIe ou IIIe siècle de notre ère, située à proximité du presbytère de Gouarec, a été fouillée en 2008 ; elle comprenait huit pièces disposées de manière globalement symétrique autour de deux couloirs orthogonaux[1].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Gouarec est mentionnée dès le XIIe siècle. Le bourg est édifié autour du château médiéval des Rohan.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La promotion en commune et chef-lieu de canton date de 1790.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1849, 14 foires étaient organisées chaque année à Gouarec, bien que le préfet des Côtes-du-Nord ait écrit en 1837 : « Ces foires sont en trop grand nombre. Il en résulte un déplacement trop souvent répété des habitants des communes voisines qui pour la plupart n'ont rien à y faire et qui ne s'y rendent que pour boire dans les cabarets. Il serait bien qu'elles fussent réduites : on y ferait les mêmes affaires et il y aurait un bénéfice réel pour l'agriculture »[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Guouarec en 1184, Goarec en 1254, Gouerec en 1280, Goarec en 1373, Gouarec en 1395, Sainct Gilles de Goarec en 1670 [3].

Le nom de la commune provient selon les sources les plus répandues du mot gwareg qui signifie « arc », « arcade » ou encore « courbe » en langue bretonne, désignant ici l'arc décrit par la rivière du Blavet sur la commune[4],[5],[6] Une interprétation différente, moins citée, est proposée par Jean-Marie Ploneis qui perçoit dans Gwareg l'adjectif gallois gwaredog. Ce terme signifie « rédempteur » ou « protecteur » et pourrait être une allusion au château disparu des Rohan[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au poisson d'azur posé en pal, au chef de gueules chargé de trois mâcles d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre1919 mai 1935 Hippolyte Le Moign Droite  
mai 1935 mai 1945 Jean François Le Maoult Droite Agriculteur
mai 1945 février 1965 Hippolyte Le Moign Droite  
mars 1965 mars 1971 Yves Boscher    
1983 2006 Paul Guéguen    
2006 en cours Jean-Yves Le Guyader PS Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
687678640631806792809806678
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
855873871826815811809810782
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
825806690680687628654807704
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7217718191 0121 026952965956947
2013 2015 - - - - - - -
891905-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le canal de Nantes à Brest a marqué l'économie du bourg. On voit encore les vestiges du port fluvial et l'écluse restaurée récemment pour le passage des "houseboats" de tourisme. Une grande maison bourgeoise, près du canal, témoigne de la prospérité des commerçants à l'époque des chalands. L'eau fait partie aussi des malheurs de la ville, lorsque, au moment des crues, on se déplace en barque dans les rues de Gouarec.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Halles de Gouarec
Halles de Gouarec
  • La halle de Gouarec. Véritable monument historique, la halle était à l'origine le lieu du marché, à l'étage se trouvait l'école. Le marché ouvert a été transformé en salle des fêtes. Des travaux terminés fin 2013 ont permis de dégager les arches de la halle et de lui redonner son aspect d'antan[9].
  • Le pavillon de Rohan. Restauré récemment, le pavillon de Rohan est orné sur sa façade du blason de la Maison de Rohan avec les macles "symbole d'une pierre métallifère" exploitée dans la région et transformée notamment aux "Forges des Salles", un site unique créé pour la transformation du métal. Le pavillon de Rohan a connu de nombreux locataires. L'un des plus originaux était un photographe hollandais qui y avait installé son laboratoire photographique. L'instabilité de la fourniture de courant électrique néfaste au bon fonctionnement de la machine de développement l'a découragé.

Le pavillon de Rohan abrite l'association franco-anglaise AIKB (Association Intégration Kreiz Breizh) dont le but est d'aider l'intégration des habitants anglophones dans la région. En plus, l'Association gère le Point Info Tourisme de la ville. Dans les étages, des salles accueillent des expositions temporaires de peintures, sculptures et photographies.

Chapelle Saint-Gilles.
  • Chapelle Saint-Gilles (XVIe siècle), et son ossuaire dépendait à cette époque de la paroisse de Plouguernével, diocèse de Quimper.
  • Pavillon de Rohan, ancien rendez-vous de chasse, servait également à rendre la justice. Construit en schiste et granite, la façade est inscrite aux Monuments historiques.
  • Ancien presbytère (XIXe siècle).
  • Les Halles construites au XVIIIe siècle étaient tout d'abord la propriété du Duc de Rohan. En 1851, la commune s'en rendra propriétaire et le 1er samedi de chaque mois se déroulera sous ses arcades une foire. La commune percevra de ce fait un droit d'étalage de la part des commerçants participant à ce marché.
  • Château des Forges des Salles.
  • Ancien village sidérurgique des Salles.
  • Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos
  • Chemin de Fer de Bon-Repos, musée.
  • Anciennes maisons autour de halles, construites en schiste (dite pierre de Gouarec) recouvertes d'ardoises également de la région. Maisons du XVIIe siècle également à Kerdélés et au hameau de Launay.
  • Monument aux morts réalisé par Jules Charles le Bozec en 1947 (modèle Emilie Le Coq de Mellionnec)
  • Monastère Sainte-Thérèse d'Avila, communauté de sœurs hospitalières Augustines fondée en 1825, elle appartient à la Congrégation des Augustines de la Miséricorde de Jésus.
  • Église Notre-Dame.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Samson (480-565) : il serait né soit à Gouarec, soit dans le Pays de Galles. Fondateur de l'abbaye de Dol-de-Bretagne et premier évêque de Dol, il est l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne.
  • Yves Marie Audrein (1741-1800): prêtre né à Gouarec le 14 octobre 1741, député à l'Assemblée législative et à la Convention nationale, évêque constitutionnel du Finistère, il vota la mort de Louis XVI et fut assassiné par les Chouans à Kerfeunteun, aujourd'hui un quartier de Quimper (Finistère).
  • Charles Filiger membre de l'école de Pont Aven, avait fréquenté notamment Gauguin et Sérusier à l'auberge du Pouldu. Au mois de septembre 1906, cet homme arrive à Gouarec et s'installe dans une modeste auberge derrière les Halles. Il aime la solitude et après avoir découvert Gouarec, apprécie le bourg ainsi que l'univers verdoyant qui l'entoure. Son séjour s'achéve en juin 1909. Il quitte définitivement Gouarec, après le vol de son tableau préféré. On ne lui connaît aucune œuvre particulière de son passage en Pays Fànch, par contre il décora des écuelles de bois (voir une biographie dans www.charles-filiger.fr).

Vie locale[modifier | modifier le code]

Son camping, son mini-golf, sa galerie d'art contemporain (ouverte de façon ponctuelle).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Ménez et Stéphane Hinguant, "Fouilles et découvertes en Bretagne", éditions Ouest-France, 2010, [ISBN 978-2-7373-5074-0]
  2. Fernand Ruchon, "Rostrenen au XIXème siècle", 1993, [ (ISBN 978-2-9502817-1-5)]
  3. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Gouarec »
  4. Dictionnaire compact du breton contemporain bilingue breton - français F. Favereau éditions Skol vreizh 2005
  5. http://cantondegouarec.pagesperso-orange.fr/gouarec.htm
  6. a et b Gouarec - Découverte du Patrimoine - P. Le Dour et P. Jezequel - octobre 2014
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. « Les Halles, un espace ouvert au cœur de la ville » (consulté le 28 août 2015)