Saint-Gilles-Pligeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Gilles-Pligeaux
Saint-Gilles-Pligeaux
L'église paroissiale Saint-Gilles et la chapelle Saint-Laurent.
Blason de Saint-Gilles-Pligeaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Intercommunalité Communauté de communes du Kreiz-Breizh
Maire
Mandat
Gildas Guyader
2020-2026
Code postal 22480
Code commune 22294
Démographie
Gentilé Saint-Gillois, Saint-Gilloise
Population
municipale
295 hab. (2017 en augmentation de 7,66 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 51″ nord, 3° 05′ 36″ ouest
Altitude 260 m
Min. 183 m
Max. 302 m
Superficie 19,45 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Rostrenen
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Gilles-Pligeaux
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Gilles-Pligeaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles-Pligeaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles-Pligeaux

Saint-Gilles-Pligeaux [sɛ̃ ʒil pliʒo] (Sant-Jili-Plijo en breton) est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Gilles-Pligeaux est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2]. La commune est en outre hors attraction des villes[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pleiaut et Sanctus Egidius en 1156 et en 1166, Pleiau en 1190, Pligeau en 1316, Ploegeau en 1368, Parochia Sancti Egidii an Pligeu en 1371, ecclesia Beati Egidii de Pligeau en 1393, Saint Gille en Pligeaux en 1473, Pligeau en 1516[5], Sainct Gilles en 1535 et en 1536, Saint Gilles in Pligeau en 1574[6].

Pligeaux viendrait de pleiaut (paroisse primitive)[6], de ploe (paroisse) et de Igeau (Saint Ygeaux) ou de plejao, le « plaid », une assemblée médiévale qui se réunissait quatre fois par an à Saint-Gilles-Pligeaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Pligeaux était l'une des anciennes paroisses de l'Armorique primitive. Saint-Gilles-Pligeaux faisait partie de la Cornouaille, donc de l'évêché de Quimper, jusqu'en 1791, où elle fut rattachée à l'évêché de Saint-Brieuc.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Mont-Pligeaux[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1861 1862 André Le Ny   propriétaire
1959 1971 Joseph Jacob DVG  
1971 1977 Noël Jéron DVG instituteur
1977 1983 Arsène Le Bars DVD Retraité
1983 1995 Gilbert Le Lepvrier DVG Agriculteur
1995 2014 Francis Le Moigne DVD Retraité
2014 En cours Gildas Guyader DVG Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2017, la commune comptait 295 habitants[Note 2], en augmentation de 7,66 % par rapport à 2012 (Côtes-d'Armor : +0,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8281 0599761 0731 1421 1351 1571 2111 136
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0881 1241 1641 1181 1221 2211 2211 2291 216
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2261 2301 1991 1101 040957910795693
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
668593491398352299299277280
2017 - - - - - - - -
295--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 8 novembre 2020)
  5. Cartulaire de Redon
  6. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Saint-Gilles-Pligeaux »
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Gilles-Pligeaux », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 1er décembre 2012)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. Notice no PA00089622, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no PA00089621, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Menhir de Kergornec », notice no PA00089626, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Menhir de Kergornec », notice no PA00089625, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Menhir de Crec'h Ogel », notice no PA00089624, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune

. Hervé Mahé, né en 1909 à Saint-Gilles-Pligeaux, décathlonien français, quatre fois champion de France dans les années 1930.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]