Plonéour-Lanvern

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plonéour-Lanvern
Plonéour-Lanvern
Le centre de la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Plonéour-Lanvern
Intercommunalité Haut Pays Bigouden
Maire
Mandat
Josiane Kerloch
2017-2020
Code postal 29720
Code commune 29174
Démographie
Gentilé Plonéouristes
Population
municipale
6 079 hab. (2015 en augmentation de 4,36 % par rapport à 2010)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ nord, 4° 17′ ouest
Altitude Min. 1 m
Max. 90 m
Superficie 48,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plonéour-Lanvern

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plonéour-Lanvern

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plonéour-Lanvern

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plonéour-Lanvern
Liens
Site web Site de la mairie

Plonéour-Lanvern (prononcé [ploneuʁ lɑ̃vɛʁn]) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. C'est la commune la plus étendue du pays Bigouden.

Géographie[modifier | modifier le code]

Site et situation[modifier | modifier le code]

Vue panoramique de Plonéour-Lanvern depuis la route de Tréogat.

Plonéour-Lanvern est située au sud-ouest de Quimper, en Cornouaille et dans la partie centrale du Pays bigouden. La commune se prétend être le "carrefour du Pays bigouden", à défaut d'en être la capitale (qui est Pont-l'Abbé). C'est le chef-lieu du canton de Plonéour-Lanvern. La commune est de vaste dimension.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les altitudes au sein du finage communal varient entre 76 mètres (au nord de la commune, près de Kerriou) et s'abaissent progressivement vers le sud jusqu'à une trentaine de mètres en limite de la commune de Saint-Jean-Trolimon et même moins au sud-est, s'abaissant jusqu'à 4 mètres seulement dans la partie aval de la vallée de la La Rivière de Pont-l'Abbé (la commune est même limitrophe de l'étang de Pont-l'Abbé) et au sud-ouest, où une excroissance du territoire communal (qui coupe en deux le finage de la commune de Saint-Jean-Trolimon, séparant l'enclave de Gorré-Beuzec du reste de cette commune) va presque jusqu'à la Baie d'Audierne, s'abaissant jusqu'à 5 mètres d'altitude dans le marais maritime de Loc'h ar Stang et est limitrophe de l'étang de Saint-Vio. Le bourg est vers 66 mètres d'altitude et est assez central au sein du territoire communal.

Le paysage agraire est traditionnellement un paysage de bocage avec un habitat rural dispersé en de nombreux hameaux et fermes isolées. Le bourg s'est beaucoup étendu pendant les dernières décennies du XXe siècle et le début du XXIe siècle en raison de la création de nombreux lotissements à sa périphérie. Une vaste zone commerciale s'est développée le long de la D 785, rocade de contournement de Pont-l'Abbé, dans le secteur de Canapé et Kerganet, à proximité de la ville de Pont-l'Abbé, mais sur le territoire communal de Plonéour-Lanvern.

La Rivière de Pont-l'Abbé et le plan d'eau du Moulin Neuf[modifier | modifier le code]

La Rivière de Pont-l'Abbé prend sa source près de Kerfioret, à la limite communale entre Landudec et Plogastel-Saint-Germain, passant à l'ouest-sud-ouest du bourg de cette dernière commune. Son bassin versant a une superficie totale de 135 km². Coulant initialement en direction du sud-est, elle s'oriente ensuite plein sud, passant entre Peumerit et Plonéour-Lanvern à l'ouest et Tréméoc à l'est. Son cours (son débit moyen, mesuré à Trémillec, est alors de 504 litres d'eau par seconde) est alors barré par une digue (le barrage en béton, construit en 1976-1977, est d'une longueur de 140 mètres et est haut de 6,8 mètres) qui donne naissance à un étang, le "Plan d'eau du Moulin Neuf", à cheval sur les communes de Plonéour-Lanvern et Tréméoc, alimenté aussi par le ruisseau de Lanvern (dont le débit moyen, mesuré à Ty-Poës, est de 165 litres d'eau par seconde) ; ce plan d'eau, géré par la Communauté de communes du Pays Bigouden Sud, a une superficie de 55 ha et est situé à 13 mètres d'altitude ; il a une capacité de stockage d'un million de m³ d'eau et sert de réservoir d'eau potable pour une bonne partie du Pays Bigouden ; la prise d'eau de Pen Enez alimente l'usine de traitement de l'eau de Bringall.

En aval de ce plan d'eau le petit fleuve côtier reprend un cours en direction du sud-est jusqu'à Pont-l'Abbé. Par le passé, de nombreux moulins se sont établis le long de son cours. Parmi eux, d'amont vers l'aval, le Moulin de Quiliou (le Moulin de Hilguy est situé sur un affluent) en Plogastel-Saint-Germain, le Moulin Trévan et le Moulin Neuf en Peumerit (le Moulin Troyon est situé sur un affluent), le Moulin Maréguez (lui aussi en Plogastel-Saint-Germain), le Moulin de Callac, le Moulin du Fao, le Moulin de Trémillec et le Moulin Neuf ainsi que, situés sur les ruisseaux de Lanvern, les moulins de Lanvern et de Kerbénoc'h en Plonéour-Lanvern, le moulin Hascoet (situé sur un affluent) en Pont-l'Abbé.

Géologie[modifier | modifier le code]

Plonéour-Lanvern est en partie constitué d'affleurements de granite orthogneissique et de leucogranite dit de Pont-l'Abbé, ainsi que de roches vertes (serpentinites, amphibolites, prasinites[a])[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Plonéour-Lanvern est un carrefour routier, desservi par la route départementale no 2 allant de Pont-l'Abbé à Plozévet, la route départementale D 156 qui permet vers l'est de rejoindre la Transbigoudène (laquelle est à 4 voies jusqu'à Quimper) et qui, vers l'ouest, va jusqu'à Tréguennec, et la route départementale 57 qui vers le sud va jusqu'au Guilvinec et vers le nord permet de rejoindre Plogastel-Saint-Germain. La partie sud-est de la commune est traversée par la D 785 (ancienne Route nationale 785), dans sa partie rocade de Pont-l'Abbé.

Toponymie et origines[modifier | modifier le code]

Plonéour, attesté sous les formes Pluen Eneuur en 946, 952 et au XIe siècle, Plueneuor au XIe siècle, Ploeneour en 1368 et en 1386.

Lanvern, attesté sous la forme Languern en 1236)

Le nom Plonéour signifie en breton la plou (paroisse) de saint Enéour, auquel a été rajouté le nom de Lanvern (qui vient du breton lan (ermitage) et du nom Wern ou Guern qui signifie marais d'aulnes) lorsque cette ancienne paroisse a été rattachée à la commune nouvellement créée de Plonéour en 1793. La légende dit que le menhir qui se dresse sur la place centrale de Plonéour-Lanvern serait le mât du bateau qui aurait amené saint Enéour de Grande-Bretagne en Cornouaille[2].

Le nom breton de la commune est Ploneour-Lanwern.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Plonéour-Lanvern : Danse au menhir le jour du pardon (carte postale, début XXème siècle)

Un des trois tumuli de Kerhué-Bras a été exploré par Paul du Chatellier en 1880 qui y trouva 33 flèches, 6 poignards, une épée et deux haches ; celui de Cosmaner contenait 25 flèches et deux poignards et celui de Fao-Youen 32 flèches et deux épées[3].

« (...) Je reconnus (...) trois tumulus au sommet d'un coteau dominant le petit cours d'eau qui, venant de Plogastel-Saint-Germain, se jette dans le port de Pont-l'Abbé. Deux d'entre eux étaient explorés ; le troisième, grâce à ses imposantes dimensions, avait échappé à toute violation. Ces trois tumulus, placés à l'extrémité est de la commune de Plonéour, (...) sont sur les terres du village de Kerhué-Bras, dans un lieu dont la vue s'étend à l'infini. (...). Le plus grand de ces tumulus, celui que nous venons d'explorer, mesur[e] 60 mètres de diamètre sur 6 mètres d'élévation (...)[4]. »

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La stèle gauloise tronconique et cannelée (ornée de stries longitudinales) située dans l'enclos paroissial, haute de 3,50 mètres, en leucogranite de Pont-l'Abbé, date de l'âge du fer ; la légende prétend qu'il s'agit du mât du bateau qui aurait amené saint Enéour depuis les îles britanniques, raison pour laquelle elle est aussi dénommé "mât de saint Enéour" ou encore "bonnet d'évêque"; cette stèle fit longtemps l'objet de cérémonies superstitieuses. Une autre stèle gauloise, tronconnique et haute de 2,50 mètres, se trouve au Méjou.

Une voie romaine partait de Pont-l'Abbé et allait jusqu'à la Pointe du Raz en passant par Plonéour, Tréogat, Pouldreuzic et Plozévet[5].

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Lescoulouarn, située dans la paroisse de Plonéour, s'étendait aussi sur la trève de Lambour ainsi qu'à l'Île-Tudy et l'Île Chevalier ; elle était possédée par la famille Foucault (ils étaient chevaliers bannerets) avant 1350 (des fleurs de lys, emblématiques de leur blason, sont sculptées dans l'église de Lambour, où ils jouissaient du droit de prééminence) ; Pierre Foucault était seigneur de Lescoulouarn en 1350 et il mourut en 1380. En 1433, Éon (Yvon) Foucault se marie avec Jehanne du Pont, mais la famille Foucault tomba en quenouille peu après, la dernière héritière se mariant avec un Langoueouez[6]. En 1550, Pierre du Coing, armateur à Penmarc'h, mais originaire de Pont-l'Abbé, acquiert la seigneurie de Lescoulouarn[7].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Des habitants de Plonéour participèrent aux troubles liés aux guerres de la Ligue entre 1592 et 1599[8]. Cette paroisse est aussi connue pour des faits liés à la révolte des Bonnets rouges en 1675.

Blason de la famille du Marhallac'h (Maison du sacristain, chapelle de Languivoa).

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plouncour [Plonéour] de fournir 36 hommes et de payer 236 livres et à celle de Lanvern-Saint-Honoré de fournir 9 hommes et de payer 59 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[9].

Jean-Baptiste Ogée présente ainsi Plonéour en 1778 :

« Plonéour ; sur une montagne (sic) ; à 3 lieues un tiers au sud-ouest de Quimper, son évêché et son ressort ; à 42 lieues de Rennes, et à une lieue un tiers de Pont-l'Abbé, sa subdélégation. On y compte 1 600 communiants[b] ; la cure est présentée par le chapitre de l'église cathédrale de Quimper. Ce territoire, pays couvert d'arbres et de buissons, et plein de vallons et de monticules, produit des grains de toutes espèces et du cidre. La maison noble de Lelozet est située dans cette paroisse[10]. »

La seigneurie de Lescoulouarn avait un fief qui s'étendait « jusque sous les murs du Pont, et sur les terres de Tréouguy, Trébéoret et du Séquer, qui touchaient aux murs du château [de Pont-l'Abbé] ; (...) cette terre, après avoir successivement passé, depuis le XIVe siècle, dans la maison des Foucault (Éon Foucaud [ou Foucault], seigneur de Lescoulouarn, fut capitaine de Concarneau en 1425 et chambellan du duc de Bretagne en 1427[11]), dans celle des Rosmadec, dans celle des Penhoat, des Talhoët, des Le Coing de Keraneïzan, des seigneurs de Guengat, des Lesildry, des Marhallac'h, des Le Gouandour et des Visdelou de Bienassis, vint enfin se fondre en 1706 dans la baronnie du Pont »[12].

De nombreux manoirs existaient à l'époque dans la paroisse : Trélivit (possédé au XVIIe siècle par la famille d'Ernothon, alors seigneur de Pont-l'Abbé), Brennanvec (propriété successive des familles Brennanvec et Lescoulouarn), Kermorvan, Kerneizan (acheté en 1426 par un maître de barque fortuné de Kérity, Alain Le Coing[13]), Kerhuel (familles Kerlehuezre, puis Marion [notamment à l'armateur quimpérois Michel Marion], puis Gouin ; vendu comme bien national pendant la Révolution française), Tréouron, etc., tous construits au XVe siècle ou au XVIe siècle[14].

La paroisse de Lanvern[modifier | modifier le code]

Lanvern (écrit "Languern" en 1236) fut à l'origine un prieuré dépendant de l'abbaye de Landévennec[14].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Lanvern en 1778 :

« Lanvern ; à deux lieues trois quarts au sud-ouest de Quimper, son évêché et son ressort ; à 40 lieues trois quarts de Rennes, et à une lieue un tiers de Pont-l'Abbé, sa subdélégation. Cette paroisse, dont la cure est en la présentation de l'abbé de Landevenec, relève du Roi et compte 550 communiants[c], y compris ceux de Saint-Honoré, sa trève. Il s'y tient deux foires par an. Son territoire est irrégulier et fertile en grains de toutes espèces. Les terres en sont très bien cultivées ; on ne néglige que celles qui ne méritent pas les soins du cultivateur. En 1300, on y voyait les manoirs de Penanlen et de Kergambahez[15]. »

Henri Doarinou, recteur de Lanvern et Saint-Honoré, âgé de 60 ans, décéda en 1788 au presbytère de Lanvern[16].

Révolution française[modifier | modifier le code]

La paroisse de Plonéour, qui comprenait alors 303 feux, élit quatre délégués (Nicolas Le Lay, Jacques Le Pappe, Jean Le Corre, Jean Tanneau), et celle de Lanvern, qui comprenait alors 80 feux, élit deux délégués (Jean Péron et René Loussouarn) pour les représenter à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[17].

La loi du « relative à la circonscription des paroisses du district de Pont-Croix » donne à la paroisse de Plonéour comme succursales Tréguennec et Saint-Honoré[18] (la commune de Saint-Honoré fut rattachée à Plogastel-Saint-Germain par ordonnance du )[19].

Henri Mével, vicaire à Plonéour, prêtre réfractaire, fut déporté sur les pontons de Rochefort avant d'être finalement libéré[20].

Une école existait à Plonéour en 1795 : l'institutrice déclare le 28 prairial an III () que quinze élèves fréquentaient son école, sur lesquels cinq ou sept suivaient régulièrement les classes. « La moitié commençait à épeler, à lire, les autres ne savaient rien ». Elle leur apprenait aussi à tricoter[21].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le début du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, la commune comprend uniquement l'ancienne paroisse de Plonéour. Le , le Conseil municipal de Plonéour demande la suppression de la commune de Lanvern et l'adjonction de tout son territoire à la commune de Plonéour « considérant que depuis 18 ans l'administration de la commune de Lanvern était confiée aux autorités de Plonéour, même si les conseillers de Lanvern savent lire et écrire, ils sont dans l'impossibilité d'organiser la composition de leur Conseil »[22]. C'est par une ordonnance datée du que Lanvern est rattaché à Plonéour pour donner naissance à la commune de Plonéour-Lanvern. Pendant sa brève existence, la commune de Lanvern a connu comme maires : Jean Péron[d] en 1790, Guillaume Péron[e] en 1803, Henry Le Doaré[f] en 1808, puis les maires de Plonéour qui furent en même temps maires de Lanvern : Jean Ronarc'h, Louis Mermet, et enfin Jean Alain Carval, qui fut ensuite maire de la commune fusionnée de Plonéour-Lanvern. La commune de Lanvern avait 181 habitants lors du recensement de 1793, 186 habitants lors de celui de 1800, 296 habitants lors de celui de 1806 et enfin 363 habitants lors de celui de 1821, le dernier avant la fusion communale[23].

En 1824, une fillette de Plonéour âgée de moins de 10 ans, Marie Quéméner, coupable du meurtre de deux enfants, fut condamnée par la Cour d'assises de Quimper à être élevée dans une maison correctionnelle jusqu'à l'âge de 20 ans[24].

L'atelier de broderie de Marc Le Berre à Plonéour-Lanvern vers 1900.

Marie Tanguy et sa sœur Marie-Jeanne accusées d’avoir tué le 11 mai 1893 Jean-Marie Clorennec, mari de la première citée, un ivrogne qui ne travaillait pas, après l’avoir enivré au moulin du Fao, sur le chemin conduisant à leur domicile. Le 20 juillet 1893, Marie-Jeanne Tanguy, qui reconnut avoir étranglé son beau-frère, fut condamnée aux travaux forcés à perpétuité ; Marie Tanguy, qui nia avoir participé au crime, fut acquittée par la Cour d’assises du Finistère[25].

Plonéour-Lanvern vers le milieu du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Enéour, construite en 1847 (façade ouest)

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plonéour-Lanvern en 1845 :

« Plonéour (sous l'invocation de saint Enéour) ; commune formée de l'ancienne paroisse de ce nom, plus la trève [en fait ancienne paroisse] Lanvern qui lui a été réunie ; aujourd'hui succursale ; chef-lieu de perception. (...) Principaux villages : la Poterie, Lestryasc, Kerdech, Tréordo, Kersulec, Kergueff, Lesbervé, le Stanc, Lesboulouarn, Kerfoulard. Superficie totale : 4 850 hectares, dont (...) terres labourables 2 001 ha, prés et pâtures 524 ha, bois 124 ha, vergers et jardins 56 ha, landes et incultes 1 963 ha, canaux et étangs 16 ha (...). Moulins : 21 (de la tour de Kerc'hastel, de Kerignon, de Quélordan, d'Ascat, de Brémeillec, de Kerfoulard, Brûlé, du Frout, à eau). (...) Il y a en Plonéour, outre l'église paroissiale, la chapelle de Bonne-Nouvelle et l'ancienne église de Lanvern, qui sont toutes deux desservies. On remarque aussi en cette commune le bel étang de Saint-Yvi [connu actuellement sous le nom d'étang de Saint-Vio]. Il y a foire le 13 de chaque mois. On parle le breton[26]. »

En 1846, des pièces gauloises (osismes) et des bijoux en or sont trouvés en creusant les fondations de la maison Quéneudec, située dans le bourg.

Dans la décennie 1840 l'état de l'église paroissiale est catastrophique, son toit menaçant de s'effondrer, ce qui oblige à transférer le culte à la chapelle de Languivoa. Une nouvelle église est construite en 1847 et inaugurée le  ; le clocher ne fut achevé qu'en 1877.

En septembre 1854, « un épouvantable incendie vient de détruire presque entièrement le bourg de Plonéour, canton de Pont-l'Abbé. Je vous écris au milieu d'une population désespérée, cherchant à retirer des flammes des débris à demi consumés. Il est impossible de donner une idée complète de ce spectacle de désolation »[27]. Une femme fut victime de l'incendie et « cinq ou six autres habitants ont été brûlés ou blessés plus ou moins dangereusement »[28].

« C'est dans la soirée du 11 [septembre] que le feu paraît avoir été communiqué à une meule de paille par un fumeur en état d'ivresse. Activée par un fort vent du sud, et favorisée par la sécheresse, la flamme s'est propagée de toit en toit ; bientôt vingt-trois maisons ont été embrasées ; la population toute entière, joignant ses efforts désespérés aux pompiers et à la gendarmerie, n'a pu malheureusement triompher du fléau : tout a été détruit. (...)[29] »

Plonéour-Lanvern vers la fin du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Selon les croyances traditionnelles « à Plonéour-Lanvern, les morts visitent (...) leurs parents vivants et s'asseyent à leur table. Pour les fêter, le souper du premier novembre, partout autrefois, consistait en crêpes de blé noir. La part des morts était soigneusement mise de côté, et, pendant toute la nuit, les pauvres et les enfants, sonnant une clochette, allaient, de village en village, quêter la "Crêpe des Trépassés" ("Krampoennik a Annaon") »[30].

Par arrêté préfectoral du , l'école publique de filles de Plonéour-Lanvern est laïcisée. « La supérieure a été prévenue (...) qu'elle avait à quitter l'école le 9 septembre. Les conseillers municipaux ont immédiatement envoyé au préfet une énergique protestation »[31].

En 1899, Plonéour-Lanvern fait partie des dix-huit seules communes du département du Finistère à déjà posséder une société d'assurance mutuelle, forte de 72 adhérents, contre la mortalité des animaux de ferme, qui assure les chevaux et les bêtes à cornes[32].

Alexandre Nicolaï décrit ainsi les pèlerins se rendant au pardon de Plonéour en 1893 :

« (...) Le pardon se célèbre aujourd'hui même, et la route depuis déjà plusieurs kilomètres est sillonnée de familles entières qui se rendent à la belle fête ; ce sont des villages au grand complet qui se déplacent. À peu près tous marchent pieds nus dans la poussière du chemin, portant d'une main les galoches par mesure d'économie, et de l'autre la lanterne, car le retour n'aura lieu que fort avant dans la nuit. Carrioles, chars-à-bancs, lourdes charrettes encombrées de monde font sur cette grande route blanche et poudroyante un courant que nous avons toutes les peines du monde à remonter. Et puis l'éclaircissement se faut petit à petit, nous croisons les derniers traînards[33]. »

Le crime commis en 1893 au moulin du Fao par les trois sœurs Tanguy, qui assassinèrent le mari de l'une d'entre elles, Jean-Marie Clorennec, défraya le chronique à l'époque[34].

La perception d'une surtaxe sur l'alcool, perçue à l'octroi de Plonéour-Lanvern, était régulièrement autorisée par la Chambre des députés et le Sénat, par exemple en 1869, en 1875[35] ou pour la période 1888-1893[36].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Plonéour-Lanvern : Bigoudènes à la sortie de la messe vers 1900 (plaque autochrome de Paul Michels)

Le bureau de poste de Plonéour-Lanvern est construit en 1902 par l'architecte Charles Chaussepied.

L'école libre de filles de Plonéour-Lanvern, tenue par les Filles de Jésus de Kermaria, fermée en août 1902 en vertu de la Loi sur les congrégations, a rouvert en février 1903 « sous la direction de Melle Marie-Louise Péron, de Vannes, assistée de trois jeunes filles chrétiennes »[37].

L'hippodrome de Brénanvec, situé sur le territoire de la commune, servait notamment lors des courses organisées pour les fêtes de la Tréminou (Fêtes de Pont-l'Abbé), mais en raison de sa pente, des accidents se produisaient fréquemment, notamment lorsque le temps était pluvieux comme ce fut le cas par exemple en 1903[38].

Le , Le Férec, curé de Plonéour-Lanvern, fait partie des 31 prêtres du diocèse de Quimper dont les traitements[39] sont retenus par décision du gouvernement Combes « tant qu'ils ne feront pas emploi de la langue française dans leurs instructions et l'enseignement du catéchisme » car ils utilisaient le breton[40].

Le journal La Croix du 3 janvier 1904 annonce la fermeture de l'école congréganiste de Plonéour-Lanvern, qui était tenue antérieurement par les Filles de Jésus, sur décision du gouvernement d'Émile Combes[41].

Un comité d' "Union catholique" fut créé à Plonéour le dimanche 24 mars 1912 : « À l'issue de la grand'messe, 200 paroissiens se réunissaient à l'école libre de garçons. (...). Mr le chanoine Corre, recteur de Saint-Mathieu de Quimper, (...) montra à ses auditeurs les injustices criantes dont sont victimes les catholiques en France, et en particulier l'injustice scolaire ». Plus de 80 adhésions furent immédiatement recueillies. D'autres viendront renforcer le bloc catholique[42].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plonéour-Lanvern, érigé en 1923

Le monument aux morts de Plonéour-Lanvern porte les noms de 209 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux Pierre Bouvet[g] est un marin disparu en mer ; onze soldats sont morts en Belgique (Corentin Le Du, Pierre Rolland et Ambroise Tanniou à Rossignol, tous les trois le , Alain Le Lay le même jour à Maissin et Louis Jaouen le même jour à Ham-sur-Sambre, Pierre Le Tanter le également à Maissin et Corentin Kervevan le même jour à Libin, Alain Gadonna le à Luyghem, Jean Le Pemp le à Zonnebeke, Jean Queffélec le à Nieuport (décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre), Jean Le Corre le à Vierstraat) ; cinq sont morts dans les Balkans lors de l'expédition de Salonique (Jean Le Pape et Henri Le Blévec à Salonique, Hervé Le Loc'h et Yves Volant en Serbie, Guillaume Garo en Bulgarie la veille de l'Armistice de 1918) ; Corentin Peillet est décédé à Douala (Cameroun) ; Jacques Daniel est mort des suites de ses blessures alors qu'il était prisonnier en Allemagne ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français (parmi eux Isidore Guénolé, Corentin Kerdranvat, Corentin Le Gall et Sébastien Lucas ont été décorés de la Médaille militaire et de la Croix de guerre, Michel Kervevant de la Médaille militaire)[43].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Annonce de la vente du mobilier du manoir de Kerhuel (août 1920).

La vente de l'important mobilier du manoir de Kerhuel dura 3 jours du 24 au et se poursuivit pendant trois jours encore du 19 au  ; le manoir lui-même fut mis en vente en mars 1922 et à nouveau en juillet 1925[44] et n° du 29 juillet 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k648081h/f9.image.r=Lanvern?rk=4763972;0.

Un drame survint à Plonéour-Lanvern le , un cultivateur mit par désespoir le feu à sa ferme à Goarem-Goz avant de se suicider[45].

Plonéour est ainsi décrit en 1936 par Paul Nédellec :

« (...) On gagne Plonéour-Lanvern que sa situation au sommet d'un monticule a fait surnommer l'Orgueilleuse. C'est une bourgade quelconque, aux allures de petite ville, dont les marchés concurrencent avec succès ceux de la modeste capitale voisine [Pont-l'Abbé]. L'église principale est de construction récente, mais du haut de son clocher dressé sur la colline, on peut apercevoir toutes les sinuosités du littoral, depuis Concarneau jusques au Raz de Sein. De nombreuses chapelles, où les offices sont célébrés chaque dimanche et qui voient affluer les foules les jours de pardon, parsèment le territoire de cette commune populeuse. Des manoirs ruinés, vides d'habitants, rappellent les histoires sans fin des longues veillées funèbres, d'où les craintifs auditeurs s'en vont, la tête farcie de spectres terrifiants ou de diaboliques farfadets (...)[46]. »

La ligne ferroviaire à voie métrique surnommée "train carottes", exploitée initialement par les Chemins de fer armoricains, fut inaugurée le et ferma le , ne fonctionnant donc que 33 ans à peine. La voie ferrée partait de Pont-l'Abbé et desservait les gares de Plonéour-Lanvern, Tréogat, Pouldreuzic, Plozévet, Plouhinec, Pont-Croix, pour aboutir à Audierne ; la ligne desservait aussi des arrêts facultatifs supplémentaires comme celui de Plovan[47]. « C'était un train mixte de marchandises et de voyageurs, qui a eu un impact important sur la vie économique et sociale en pays bigouden et dans le cap Sizun » a écrit l'historien Serge Duigou.

L'usine Raphalen et la conserverie Larzul[modifier | modifier le code]

À partir de 1926, Sébastien Raphalen[h] se met à produire des conserves de légumes (petits pois, haricots verts, ..) et de poissons (maquereaux, sprats, thon), et à partir de 1929, de pâté. L'essor de l'entreprise est rapide : 15 employés (dont 12 femmes) en 1931, 300 personnes vers 1950. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, l'usine Raphalen, comme d'autres conserveries, met en boîte des produits divers de ravitaillement pour les troupes allemandes. Sébastien Raphalen meurt le . Ses trois fils, Georges, Félix et Daniel Raphalen, poursuivent l'activité de l'entreprise, agrandissant l'usine en 1950, en achetant une autre à Quimperlé en 1956 et en construisant une troisième à Rosières-en-Santerre (Oise). L'entreprise est vendue en 1976 à la "Société des Propriétaires Réunis" de Rosporden, puis en 1989 à la société Exal qui met fin à l'activité quelques mois plus tard en 1990[48] . Le site est racheté par la commune de Plonéour-Lanvern en 1995 : une partie des bâtiments est détruite, les autres sont réhabilités pour former un espace socio-culturel : l'"Espace Raphalen"[49].

La conserverie Larzul, qui existe depuis 1906 (malgré une faillite survenue en 1930[50]), restée pendant trois générations un groupe familial (Joseph Larzul, puis Michel Larzul ayant succédé au fondateur Noël Larzul[i], leur père et grand-père), a été reprise en 2010 par la "Française de Gastronomie", filiale alsacienne du groupe belge "Floridienne"[51] mais existe toujours[52], dirigée par la 4e génération de la famille Larzul ; elle a ouvert notamment une boutique d'usine en 2018[53].

Une grève survenue en juin 1931 concerna les 120 ouvriers et ouvrières de la conserve à Plonéour-Lanvern, qui revendiquaient une augmentation de 0,50 franc par heure (les ouvriers étaient payés 2,75 francs l'heure et les ouvrières 1,75 franc). Il n'y avait pas d'heure fixe de travail. Un jour douze, le lendemain vingt-quatre heures, sans compensation aucune[54].

La Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Ploénour-Lanvern porte les noms de 34 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles, à titre d'exemple, deux résistants (Henri Lautredou[j] et René Le Berre), et Yves Quéméner, victime d'un bombardement allemand le à Anglure (Marne)[43]. Clet Jegou[k], dont le nom ne figure pas sur le monument aux morts, est mort en déportation le au camp de concentration de Neuengamme[55].

Plusieurs hommes furent prisonniers, par exemple Corentin Signor et Noël Bleis, tous deux au camp de Kaisersteinbruck, près de Vienne (Autriche)[56].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Quatre soldats (René Bosser[l], Émile Burel[m], Jean Coroller[n], Gustave Cosquer[o]) originaires de Plonéour-Lanvern sont morts pour la France pendant la Guerre d'Indochine, deux (P. M. Riou[p] et L. A. Scoarnec[q]) pendant la Guerre d'Algérie et un (Jean Carval[r]) au Tchad[43].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Plonéour-Lanvern
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1798 Pierre Mermet[s]   Négociant.
1798 1800 Yves Le Pape[t]   Cultivateur.
04/1800 10/1800 Jean Ronarc'h[u]   Cultivateur.
11/1800 02/1805 Pierre Mermet   Déjà maire entre 1789 et 1798.
02/1805 07/1812 Yves Arnoult[v]   Notaire.
07/1812 07/1815 Jean Ronarc'h   Déjà maire en 1800.
07/1815 10/1815 Louis Mermet[w]   Secrétaire de maire, percepteur et négociant. Fils de Pierre Mermet, maire entre 1789 et 1798 et entre 1800 et 1805.
11/1815 01/1816 Yves Arnoult   Déjà maire de 1805 à 1812
01/1816 08/1833 Jean Alain Carval[x]   Cultivateur. Maire de Plonéour (1816-1827). Maire de Lanvern (1816-1827). Maire de Plonéour-Lanvern (1827-1833).
08/1833 1847 Jérôme Kernilis[y]   Notaire. Révoqué en juillet 1847
11/1847 04/1848 Louis Toulemont[z]   Cultivateur propriétaire.
04/1848 1848 Jérôme Kernilis   Réintégré en avril 1848
1848 1853 Michel Quéneudec[aa]   Commerçant. Petit-fils de Pierre Mermet et neveu de Louis Mermet, anciens maires.
1853 1881 Pierre-Jean Daniel[ab] Droite Cultivateur. Conseiller général en 1876. Gendre de Louis Toulemont, maire en 1847-1848. Révoqué en 1881[57].
1882 07/1883 Sébastien Garrec[ac]   Cultivateur. Décès en cours de mandat.
07/1883 05/1884 Laurent Bois[ad]   Cultivateur à Kéréon. Remplace Sébastien Garrec à son décès
1884 1885 Pierre-Jean Daniel Droite Déjà maire entre 1853 et 1882.
1885 1888 Laurent Bois   Déjà maire en 1883-1884.
1888 1929 René Daniel[ae]   Commerçant. Fils de Pierre-Jean Daniel, maire entre 1853 et 1882 et en 1884-1885. Chevalier de la Légion d'honneur[58]
1929 1935 Pierre-Jean Tanniou[af] Radical-socialiste Commerçant.
1935 1944 Louis Mavic[ag]   Cultivateur.
1944 1945 Jean-Marie Thomas[ah]   Cultivateur.
1945 1947 Jean-Louis Quiniou   Commerçant.
1947 1953 Sébastien Toullec[ai]   Cultivateur.
1953 1960 René Diquélou nc Employé.
1960 1965 Louis Canévet nc Cultivateur.
1965 1977 Alfred Jolivet[aj] SFIO-PS Commerçant.
05/1977 04/1992 Armand Pavec[ak] Centre Cadre de banque.Conseiller général entre 1964 et 1982[59].
05/04/1992 30/09/2017 Michel Canévet[60] MoDem, AC puis UDI Cadre supérieur
Conseiller général
Sénateur depuis 28/09/2014
Président de la Communauté de Communes
01/10/2017 en cours Josiane Kerloch[61] UDI  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2010, Plonéour-Lanvern compte 5 825 habitants (soit une augmentation de 21 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 786e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 950e en 1999, et le 30e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Plonéour-Lanvern depuis 1793. L'augmentation démographique constatée en 1831 par rapport à 1821 s'explique pour partie par la fusion survenue avec l'ancienne commune de Lanvern, qui avait 361 habitants en 1821[23]. Le maximum de la population a été atteint en 2015 avec 6 079 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8971 9682 0092 0542 8923 0253 1933 2003 033
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 1013 2383 3083 1473 3603 4203 7173 7803 860
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 7703 9254 1034 2474 5364 3754 2814 1304 040
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
4 2084 0874 3644 5084 6194 8005 2655 8256 079
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[62] puis Insee à partir de 2006[63].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 13,7 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 22,8 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 17,1 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 30,5 %).
Pyramide des âges à Plonéour-Lanvern en 2007 en pourcentage[64]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
7,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
17,4 
20,4 
45 à 59 ans
17,9 
23,1 
30 à 44 ans
21,0 
13,7 
15 à 29 ans
13,5 
19,9 
0 à 14 ans
17,1 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[65]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Naissances et décès[modifier | modifier le code]

Année 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Nombre de naissances 58 51 41 44 47 38 37 39 37 47 50 43 51 50 50 61 56 59 59
Nombre de Décès 41 46 64 56 65 67 -- 71 62 76 -- -- -- -- -- 78 67 55 69
Nombres retenus à partir de 1988. Source : Bulletins d'informations municipaux

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Plonéour-Lanvern dispose de deux écoles. L'école Publique élémentaire et maternelle puis l'école Notre-dame-de-bon-secours. Au-delà de ce niveau élémentaire, il faut se rendre à Pont l'Abbé, à 6 kilomètres du centre du bourg, Pouldreuzic ou Quimper pour trouver collèges et lycées.

Langue bretonne

À la rentrée 2017, 58 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 10,6 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [66].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête
  • Le GRAND marché de Noël le dernier Week-end de Novembre
  • Fête de la Crêpe, une fois par an, à la "Halle Raphalen"
Les pardons

Sport[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Philibert de Lanvern[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Philibert.

La chapelle de Lanvern, aussi appelée "Saint-Philibert" car cette ancienne église paroissiale de Lanvern était dédiée à saint Philibert, fut construite au XIe siècle par des moines de l'abbaye de Landévennec. Lors de la révolte des Bonnets rouges en 1675 le clocher de la chapelle fut décapité sur ordre du duc de Chaulnes, alors gouverneur de la Bretagne[67]. L'édifice avait été restauré en 1658, quelques années avant que le clocher ne soit démonté à la suite de la révolte[68].

La toiture s'est effondrée peu après la Deuxième Guerre mondiale (elle était déjà en très mauvais état vers 1930), les municipalités successives n'ayant rien fait pour sauvegarder l'édifice ; le site a été débroussaillé et une chape de ciment coulée sur le faîte des murs pour éviter les infiltrations d'eau en 1967-1968[69]. Les statues, sauf celle de saint Guénolé (à Landévennec), ont été déposées au presbytère et à l'église paroissiale, ainsi que le retable du maître-autel. La chapelle a fait l'objet d'une restauration remarquable depuis 1985, retrouvant notamment un toit et des vitraux[70].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chapelle Notre-Dame de Languivoa[modifier | modifier le code]

Chapelle de Languivoa.

La chapelle fut construite à la fin du XIIIe siècle sur la commune de Plonéour-Lanvern en Bretagne. L'architecture est un mélange des styles roman et gothique avec des influences locales (École de Pont-Croix). La chapelle subit dès le XIVe siècle des dommages liés aux guerres de successions du duché de Bretagne. Elle fut agrandie et réaménagée, avec des influences de style classique, au XVIIe siècle par le recteur L'Honoré de Plonéour. Elle fait partie des six églises et chapelles à avoir subi la décapitation de leur clocher pendant la répression du duc de Chaulnes, gouverneur de Bretagne, contre les Bonnets rouges[71]. Elle abrite l'une des statues les plus anciennes de Cornouaille, datant de la fin du XIIIe siècle, en albâtre polychrome, qui représente Notre-Dame de Languivoa en Vierge allaitante[72], ainsi qu'une groupe statuaire des saints Côme et Damien en bois polychrome, qui date du XVIIe siècle. Une cache médiévale se trouve près du porche ouest[73].

Denis Ménardeau, un professeur de Nantes, a commencé à s'y intéresser pendant l'été 1967 puis, avec ses élèves durant les vacances d'été, année après année, il va sauver le monument de la ruine. Le prix chefs-d'œuvre en péril lui est décerné deux fois. Le Président de la République, Georges Pompidou, vient personnellement en visite à Languivoa et fait un don conséquent. En 1983, le conseil général du Finistère et la commune de Plonéour-Lanvern décident de la restauration totale de la chapelle, charpente, couverture, menuiseries et vitraux, et en confient la maîtrise d’œuvre à Rémi Le Berre, architecte DPLG à Douarnenez. Jean-François Malthête, maître-charpentier à Douarnenez, commence les travaux de charpente en février 1983 ; ils dureront 11 mois et 1/2. Il réalisera également les menuiseries. Son travail lui vaudra la « une » du journal Ouest-France du 3 mai 1983. Des vitraux non figuratifs de l'artiste hollandais Piet-Evers ont été installés en 1985.

La restauration de la chapelle a été achevée en 2017[74], ce qui a permis au pardon d'y être célébré pour la première fois depuis longtemps (il se tenait précédemment sur le placître, par exemple en 2013, année d'arrivée de la nouvelle cloche[75]).

Article détaillé : Chapelle Notre-Dame de Languivoa.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Église paroissiale Saint-Enéour[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Énéour

L'église est consacrée à saint Enéour ; la bénédiction de la première pierre a eu lieu le 2 mai 1847, la consécration de l'édifice le 2 janvier 1848, tandis que le clocher à trois galeries de cloches ne fut achevé qu'en 1877[76].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle[modifier | modifier le code]

La chapelle actuelle (chapelle de Kelou Mad en breton), dite aussi chapelle de Saint-Julien, date de 1876, mais une chapelle antérieure existait en 1588, et le clocheton de la chapelle actuelle date du XVIIe siècle[77]. Son nom proviendrait, selon la légende, d'un seigneur de Lescoulouarn qui venait à cet endroit pleurer son fils parti à la guerre et, un jour, un de ses serviteurs lui aurait annoncé à cet endroit que son fils était de retour[78].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Enceinte quadrangulaire de Cozmaner dite de Parc ar Hastel située à 50 mètres de la voie romaine de Quimper à Tronoën[79].
  • Manoir de Kerhuel (reconstruit au XIXe siècle, mais la tour et le pigeonnier datent du XVe siècle)[80].
  • Manoir de Trévilit : il date du XVe siècle et est inscrit Monument historique[81].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Plonéour-Lanvern Blason Coupé : au premier d'or aux deux têtes de lion arrachées de gueules, lampassées d'azur, rangées en fasce, au second de gueules à la gerbe de blé d'or, liée d'hermine.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcellin Caillon, À la découverte du pays Bigouden, Pont-l'Abbé, 1980. [sur le patrimoine de la commune]
  • Serge Duigou, Quand s'essoufflait le train carottes, Ressac, 1984. [historique de la petite ligne à voie étroite qui desservait Plonéour-Lanvern entre 1912 et 1935]
  • Serge Duigou, La Révolte des Bonnets rouges en pays Bigouden, Ressac, 1989. [sur les clochers décapités de Languivoa et Lanvern]
  • Serge Duigou, Châteaux et manoirs en pays Bigouden, Ressac, 1988.[sur Trévilit et Kerneizan, deux manoirs de la commune]
  • Pierre-Jakez Hélias, Au pays du Cheval d'orgueil, Éditions Palantines, Paru en 2004. [Livre sur les communes du pays Bigouden avec de nombreuses photos de qualité.]
  • Serge Duigou, Manoirs et châteaux du Finistère, photos de Yannick Le Gall, Palantines, 2008. [sur le manoir de Trévilit]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Anciennes laves sous-marines
  2. Personnes en âge de communier.
  3. Personnes en âge de communier
  4. Jean Péron, né le à Lanvern, décédé le à Lanvern.
  5. Guillaume Péron, né le à Lanvern, décédé le à Plonéour
  6. Henry Le Doaré, né le à Kervéguen en Guengat, décédé le au bourg de Plonéour-Lanvern.
  7. Pierre Durand, né le à Plonéour-Lanvern, second maître canonnier, mort le lors du naufrage du cuirassé Bouvet.
  8. Sébastien Raphalen, né le à Plovan, fit son service militaire d'abord au 115e régiment d'infanterie de Mamers avant de participer comme infirmier militaire à l'expédition de Madagascar entre septembre 1895 et février 1896. De retour à Plovan, il commence une carrière de boulanger et épouse le , Marie Lucas, de Plonéour ; les époux s'installent au bourg de Plonéour, Sébastien Raphalen étant qualifié tour à tour de boucher, de cabaretier, de marchand de beurre et œufs et en 1931 d'industriel. Pendant la Première Guerre mondiale, après une courte mobilisation, il fut renvoyé dans ses foyers car il est père d'une famille nombreuse (7 enfants) et est retenu comme fournisseur aux armées (de beurre et œufs) et eut quelques ennuis judiciaires en 1919 et 1920 pour spéculation illicite.
  9. Noël Larzul, né le à Saint-Jean-Trolimon, décédé le à Plonéour-Lanvern.
  10. Henri Lautredou, né le à Plonéour-Lanvern, mort pour la France le à Fontevrault (Maine-et-Loire).
  11. Clet Jegou, né le à Plonéour-Lanvern
  12. René Bosser, né le à Pouldreuzic, garde républicain, tué à l'ennemi le à An-Luu (Annam).
  13. Émile Burel, né le à Plonéour-Lanvern, maréchal des logis au régiment de marche de Spahis d'Extrême-Orient, tué à l'ennemi le à Thanh Hóa (Viet-Nam).
  14. Jean Coroller, né le à Plonéour-Lanvern, matelot fusilier, décédé accidentellement en service le à Haïphong (Tonkin).
  15. Gustave Cosquer, né le à Plonéour-Lanvern, sergent au 4e bataillon montagnard, tué à l'ennemi le à Cuu An (Annam).
  16. P. M. Riou, mort le .
  17. L. A. Scoarnec, mort le .
  18. Jean Carval, né le à Ergué-Armel, adjudant-chef, mort accidentellement en service le à Faya-Largeau (Tchad).
  19. Pierre Mermet, né le à Quimper, décédé le 13 pluviôse an XIII () au bourg de Plonéour.
  20. Yves Le Pape, né le à Kerfiat en Plonéour, décédé le à Trégalet en Plonéour.
  21. Jean Ronarc'h, né le à Plonéour, décédé le à Plonéour.
  22. Yves Arnoult, baptisé le à Loctudy, décédé le à Pont-l'Abbé.
  23. Louis Mermet, baptisé le à Plonéour, décédé le à Pont-l'Abbé.
  24. Jean Alain Carval, né le à Penmarc'h, décédé le à Kéréon en Plonéour-Lanvern.
  25. Jérôme Kernilis, né le 28 frimaire an XIV () à Pont-l'Abbé.
  26. Louis Toulemont, né le à Plobannalec, décédé le à Pont-l'Abbé.
  27. Michel Quéneudec, né le à Pont-l'Abbé, décédé le à Pont-l'Abbé.
  28. Pierre-Jean Daniel, né le à Pont-l'Abbé, décédé le à Plonéour-Lanvern.
  29. Sébastien Garrec, né le à Kergueoc en Tréguennec, décédé le à Kervouec en Plonéour-Lanvern.
  30. Laurent Bois, né le à Plonéour-Lanvern, décédé le à Penhors en Tréogat.
  31. René Daniel, né le à Tréordo en Plonéour-Lanvern, décédé en 1945. Maire pendant 41 ans.
  32. Pierre-Jean Tanniou, né le à Plonéour-Lanvern, décédé le à Quimper.
  33. Louis Mavic, né le à Kergambaé en Plonéour-Lanvern, décédé le à Plonéour-Lanvern.
  34. Jean-Marie Thomas, né le à Pont-l'Abbé.
  35. Sébastien Toullec, né en 1894 à Plonéour-Lanvern.
  36. Alfred Jolivet, né en 1910 à Plonéour-Lanvern, décédé le à Pont-l'Abbé.
  37. Armand Pavec, né en 1925 à Plonéour-Lanvern, décédé le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Chauris, "Pays bigouden : des pierres et des hommes", éditions Skol Vreizh, 2011, [ (ISBN 978-2-915-623-58-1)
  2. Noëlle Cousinié-Kervennic, "Le pays bigouden", éditions Ouest-France, 1994, [ (ISBN 2-7373-1394-5)]
  3. A. de Mortillet, Les belles pointes de flèches en silex des sépultures morgiennes en Bretagne, "Bulletin de la Société préhistorique de France", 25 novembre 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5606926n/f9.image.r=Lanvern?rk=300430;4
  4. Paul du Chatellier, Exploration du tumulus de Kerhué-Bras en Plonéour-Lanvern, revue Archéologique, volume 39, janvier-juin 1890, reproduit dans https://www.jstor.org/stable/41735485?seq=1#page_scan_tab_contents
  5. René Kerviler, Le réseau des voies romaines dans la presqu'île armoricaine, "Armorique et Bretagne : recueil d'études sur l'archéologie, l'histoire et la biographie bretonnes, publiées de 1873 à 1892", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57842440/f295.image.r=Pouldreuzic.langFR
  6. Hervé Trochet, "Combrit au Moyen Âge", éditions La Pérenne, Paris, 2014 [ (ISBN 978-2-914810-08-1)]
  7. François Quiniou, "Penmarc'h : son histoire, ses monuments", 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k146367f/f92.image.r=Plon%C3%A9our?rk=772536;0
  8. Anatole de Barthélémy, "Choix de documents inédits sur l'histoire de la Ligue en Bretagne", 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110009t/f235.image.r=Plon%C3%A9our?rk=1781124;4
  9. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  10. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og
  11. Julien Trévédy, "Essai sur l'histoire de Concarneau : avec un plan de Concarneau et ses environs au XVIIIe siècle", 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1454150/f128.image.r=Plon%C3%A9our?rk=3304737;2
  12. Armand René du Châtellier, La baronnie du Pont, "Revue des provinces de l'Ouest : Bretagne et Poitou : histoire, littérature, sciences et arts", 1857, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208807q/f640.image.r=Plon%C3%A9our?rk=2918469;2
  13. http://saint-guenole.net/coing-le/
  14. a et b http://www.infobretagne.com/ploneour-lanvern.htm
  15. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og
  16. René Kerviler, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, Les bretons. 12-13, DEZ-DREG , 1886-1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5815966m/f53.image.r=Lanvern?rk=1587990;4
  17. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  18. " Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f428.image.r=Pouldreuzic.langFR
  19. http://www.archives-finistere.fr/medias/medias.aspx?INSTANCE=exploitation&PORTAL_ID=portal_genere_EACCPF_C000274.xml « Copie archivée » (version du 23 août 2015 sur l'Internet Archive)
  20. Eugène Mangenot, "La déportation ecclésiastique de l'an II : (Novembre 1793 - Avril 1795) : sur les pontons de Rochefort", 1934, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9692990w/f32.image.r=Lanvern?rk=2060096;0
  21. Daniel Bernard, L'enseignement primaire dans le district de Pont-Croix en l'an II et en l'an III, "Annales de Bretagne", 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k115337d/f197.image.r=Plon%C3%A9our
  22. http://armandcarval.pagesperso-orange.fr/plonmaires.htm
  23. a et b http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=18717
  24. Annick Le Douget, "Crime et justice en Bretagne", Coop Breizh, 2011, [ (ISBN 978-2-84346-526-0)]
  25. Lénaïg Gravis, "Les grandes affaires criminelles du Finistère", De Borée éditions, 2008 [ (ISBN 978-2-84494-808-3)].
  26. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiqnOaW4cXcAhUJXMAKHRu5DQ4Q6wEIKDAA#v=onepage&q=Plon%C3%A9our&f=false
  27. Journal Le Constitutionnel, n° du 19 septembre 1854, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6704920/f2.image.r=Plon%C3%A9our?rk=193134;0
  28. Journal La Presse, n° du 21 septembre 1854, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4767192/f3.image.r=Plon%C3%A9our?rk=236052;4
  29. Journal des débats politiques et littéraires, n° du 25 septembre 1854, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k450309b/f3.image.r=Plon%C3%A9our?rk=300430;4
  30. "Revue des traditions populaires", novembre 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5832889w/f39.image.r=Lanvern?rk=1781124;4
  31. Journal La Croix, n° du 15 septembre 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2115539/f3.image.r=Lanvern?rk=85837;2 et n° du 9 octobre 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k211574c/f4.image.r=Lanvern?rk=21459;2
  32. Compte-rendu et procès-verbaux, " Association bretonne, Classe d'agriculture", Saint-Brieuc, 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566957m/f68.image.r=Ploudaniel.langFR et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566957m/f91.image.r=Ploudaniel.langFR
  33. Alexandre Nicolaï, "En Bretagne", 1893, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1028265/f304.image
  34. https://www.histoire-genealogie.com/Les-3-soeurs-Tanguy-ou-le-crime-du-moulin-du-Fao-a-Ploneour-Lanvern-en-1893
  35. "Annales de l'Assemblée nationale : compte rendu in extenso des séances, annexes", 1875, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9736465x/f646.image.r=Plon%C3%A9our?rk=3090144;0
  36. "Journal officiel de l'Empire français", n° du 9 avril 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65869010/f5.image.r=Lanvern?rk=987129;2 et "Impressions : projets, propositions, rapports... / Sénat", 13 décembre 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9779180m/f741.image.r=Lanvern?rk=1008588;4
  37. Journal La Croix, n° du 13 février 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219946j/f3.image.r=Lanvern?rk=107296;4
  38. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 2 octobre 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k640113z/f4.image.r=Lanvern?rk=278971;2
  39. En vertu du Concordat, les prêtres étaient alors payés par l'État
  40. Journal La Croix n° 6064 du 18 et 19 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2199243/f1.image.r=Pouldreuzic.langFR
  41. Journal La Croix no 6360 du 3 janvier 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k220217g/f3.image.r=Clohars%20Fouesnant.langFR
  42. Journal L'Univers, n° du 7 avril 1912, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k714752d/f3.image.r=Lanvern?rk=1416316;0
  43. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29174&pays=France&dpt=29&idsource=14965&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  44. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 23 août 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6462806/f6.image.r=Lanvern?rk=686698;4 ; n° du 26 août 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646283b/f6.image.r=Lanvern?rk=944210;4 ; n° du 19 septembre 1920, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646307d/f5.image.r=Lanvern?rk=1545072;0 ; n° du 19 mars 1922, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6468535/f8.image.r=Lanvern?rk=4012895;2
  45. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 2 janvier 1932, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k658781x/f4.image.r=Lanvern?rk=493564;4
  46. Paul Nédellec, Sur les routes bigoudènes, journal La Croix, n° du 2 août 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4427765/f4.image.r=Plovan?rk=171674;4
  47. https://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-La-ligne-du-Train-Carottes-aurait-eu-100-ans-_29174-avd-20121229-64291986_actuLocale.Htm
  48. http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=19961025&article=1275604&type=ar
  49. Mathieu Glaz, Sébastien Raphalen, un entrepreneur méconnu de Plonéour-Lanvern, revue "Le Lien du Centre généalogique du Finistère", n° 145, mars 2018
  50. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 2 avril 1930, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6581409/f11.image.r=Lanvern?rk=5944235;2
  51. https://www.letelegramme.fr/ig/generales/economie/larzul-querelle-d-actionnaires-en-pays-bigouden-24-04-2010-884701.php
  52. https://www.ouest-france.fr/economie/agroalimentaire/finistere-la-conserverie-larzul-prend-un-nouveau-depart-4484142 et http://www.produitenbretagne.bzh/entreprise/larzul-sas
  53. https://www.letelegramme.fr/finistere/ploneour-lanvern/usine-larzul-ouverture-d-une-epicerie-fine-05-07-2018-12018083.php
  54. Journal L'Humanité, n° du 24 juin 1931, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k403939v/f4.image.r=Lanvern?rk=815454;4
  55. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000184032
  56. https://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20051126&article=11103318&type=ar
  57. Journal La Lanterne, n° du 14 septembre 1881, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75447968/f3.image.r=Lanvern?rk=1051507;2
  58. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 14 août 1929, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657909j/f11.image.r=Lanvern?rk=5665264;0
  59. https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/disparition-de-l-ancien-maire-de-ploneour-lanvern-armand-pavec-5602902 et https://www.letelegramme.fr/finistere/ploneour-lanvern/necrologie-armand-pavec-ancien-maire-de-la-commune-decede-a-93-ans-05-03-2018-11875252.php
  60. https://ploneour-lanvern.bzh/michel-canevet-maire-de-ploneour-lanvern-1994/
  61. https://ploneour-lanvern.bzh/josiane-kerloch-maire-de-ploneour-lanvern/
  62. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  63. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  64. « Évolution et structure de la population à Plonéour-Lanvern en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  65. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 21 novembre 2010)
  66. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  67. Histoire de la chapelle de Lanvern
  68. http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLONEOUR.pdf
  69. Association nationale pour la protection des villes d'art, "Sites et monuments : bulletin de la Société pour la protection des paysages et de l'esthétique générale de la France", janvier 1970, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97809655/f50.image.r=Lanvern?rk=150215;2
  70. https://fr.aleteia.org/2017/03/21/les-habits-de-lumiere-de-saint-philibert/
  71. Article sur la chapelle de Languivoa
  72. https://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/ouest-cornouaille/plogastelstger/ploneourlanv/chapelle-de-languivoa-statue-renovee-cloche-posee-14-08-2011-1399540.php
  73. http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLONEOUR.pdf
  74. shttps://www.ouest-france.fr/bretagne/ploneour-lanvern-29720/languivoa-le-pardon-dans-une-chapelle-renovee-5190083
  75. https://www.ouest-france.fr/bretagne/penmarch-29760/notre-dame-de-languivoa-pardon-et-benediction-de-cloche-1326684
  76. http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLONEOUR.pdf
  77. http://diocese-quimper.fr/images/stories/bibliotheque/pdf/pdf-Couffon/PLONEOUR.pdf
  78. https://www.sortir-en-bretagne.fr/visiter-1505/ploneour-lanvern/chapelle-notre-dame-de-bonne-nouvelle.html
  79. L'ouest de la Cornouaille dans les tourments de l'histoire, guide de découverte sur le patrimoine fortifié du Pays Bigouden, du Cap-Sizun et du Pays de Douarnenez, Syndicat Mixte, Pointe du Raz, (ISBN 9782952581004), p. 2, et voir : Plan d'interprétation du patrimoine bâti de l'ouest de la Cornouaille.
  80. https://www.letelegramme.fr/local/finistere-sud/ouest-cornouaille/plogastelstger/ploneourlanv/manoir-de-kerhuel-portes-ouvertes-ce-week-end-27-04-2012-1683754.php
  81. http://www.chateau-fort-manoir-chateau.eu/manoirs-finistere-manoir-a-ploneour-lanvern-manoir-de-trevilit.html