Plomelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plomelin
Église paroissiale Saint-Mellon de Plomelin.
Église paroissiale Saint-Mellon de Plomelin.
Blason de Plomelin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Quimper-1
Intercommunalité Quimper Bretagne Occidentale
Maire
Mandat
Jean-Paul Le Dantec
2014-2020
Code postal 29700
Code commune 29170
Démographie
Gentilé Plomelinois
Population
municipale
4 185 hab. (2014en augmentation de 2.15 % par rapport à 2009)
Densité 160 hab./km2
Population
aire urbaine
86 162 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 56′ nord, 4° 09′ ouest
Superficie 26,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Plomelin

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Plomelin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plomelin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plomelin
Liens
Site web Site de la commune

Plomelin [plɔmlɛ̃] est une commune française du département du Finistère, faisant partie de la région Bretagne.

La commune fait partie traditionnellement du Pays Glazik. Elle est située à 10 kilomètres environ de Quimper et de Pont-l'Abbé. Son territoire longe la rive droite de l'Odet vers le sud. Depuis les années 1970, elle s'est profondément transformée sous l'effet d'une forte progression de sa population.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Plomelin

Plomelin est situé en aval de Quimper sur la rive droite de la ria de l'Odet, qui sert de limite orientale à la commune de l'Anse de Kerogan à l'Anse de Combrit. Plusieurs châteaux et manoirs (Keraval, Kerdour, Kerbernez, Keranbleiz, Rossulien, Pérennou, Kerouzien), visibles depuis l'Odet (ou encore celui de Bodivit qui est sur la rive de l'Anse de Combrit), aussi accessibles par la "Route des châteaux" (RD 20), dominent l'Odet.

Le bourg s'est développé à l'écart de l'estuaire de l'Odet dans un vallon (à une cinquantaine de mètres d'altitude) échancrant le plateau formant l'essentiel du finage communal, situé aux alentours du bourg vers 70 mètres d'altitude, mais s'abaissant progressivement vers le sud de la commune jusqu'à une trentaine de mètres seulement. Le territoire communal est délimité au sud-ouest par le ruisseau du Corroac'h[1] qui se jette dans le fond de l'Anse de Combrit. Le ruisseau du Roudou, affluent de rive gauche du Corroac'h, échancre aussi la partie sud de ce plateau ; dans la partie nord de la commune, de petits affluents de l'Odet en font autant ; en conséquence, le relief de la commune est assez vallonné.

La proximité de la ville de Quimper a provoqué la création de nombreux lotissements depuis la décennie 1970, aux environs du bourg d'une part (notamment au nord du bourg jusqu'à Picheri, mais aussi à l'est du bourg), mais aussi aux alentours de plusieurs hameaux de la partie nord du territoire communal comme aux alentours de Croaz Kermel, Kerriou, Ti Lipic, Kerdavid, Pen Ménez, Penker et Porrajen ; les derniers cités, à proximité de l'odet, étant des lotissements formés de propriétés assez aisées.

Située en amont du Pont de Cornouaille (où passe le GR 34), la commune n'est pas soumise à la Loi littoral. La commune est toutefois parvenue à créer, de manière hélas discontinue, des tronçons de sentier pédestre le long de la rive droite de l'Odet, notamment le long de l'Anse de Kerongan, également de part et d'autre de la cale de Rossulien (notamment à hauteur des méandres de Vire-Court) et entre Meilh Mor et Lestremeur le long de l'Anse de Combrit.

Les rives de l'Odet en Plomelin
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Géologie[modifier | modifier le code]

Plomelin est en bonne partie formé de granulite (schisteuse et feuilletée)[2], propice entre autres, comme dans la région de Fouesnant, à la culture de pommiers à cidre[3] (une variété de pommes est la "Douce amère de Plomelin"[4]).

Transports[modifier | modifier le code]

Le bourg de Plomelin est à l'écart des grands axes routiers, mais la commune est toutefois desservie par la voie expresse transbigoudène (D 785, ancienne Route nationale 785) qui traverse la partie nord-ouest du territoire communal (échangeurs de l'Avantage et de Ti-Lipig), ainsi que par la "Route des châteaux" (RD 20), laquelle donne accès aux sites de la rive droite de l'Odet et aux châteaux qui la bordent. L'Aéroport de Quimper-Bretagne est à proximité, mais sur le territoire de la commune de Pluguffan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploemerin vers 1330, Ploemelin en 1574, Plouveil en 1714[5].

L'étymologie du toponyme Plomelin est discutée (grammatici certant). Il pourrait être un hagiotoponyme qui vient du breton ploe (paroisse) et de "Merin" (connu aussi sous le nom de saint Merryn en Cornouailles britannique), un saint gallois [5], disciple de saint Tugdual, également honoré en Bretagne (connu sous le nom de sant Vilin en breton), notamment à Lanmérin (Côtes-d'Armor)[6]. Une autre hypothèse existe : le nom proviendrait de saint Mellon, auquel l'église paroissiale est d'ailleurs dédiée[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les dolmens de Pont-Menhir datent du néolithique[8]. Un tumulus existait à Lezournon : il fut détruit par ses propriétaires dans le courant du XIXe siècle[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un souterrain datant de l'âge du fer a été découvert à Kervéo en Plomelin ; deux vases et des tessons y ont été découverts, datant de l'époque de La Tène[10].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Sur les rives de l'Odet, les restes d'une villa gallo-romaine se trouvent à Gorre Bodivit (découverts en 1834 et ayant à l'époque faits l'objet d'une campagne de fouille par Jean-Félix du Marhallac'h (alors châtelain propriétaire du château de Perennou) ont fait l'objet de nouvelles fouilles à partir de 2008[11] et depuis 2014[12]) et de thermes (qui dépendaient de la villa gallo-romaine précitée) au Pérennou, également fouillés par Jean-Félix du Marhallac'h ; une partie du système de chauffe et des pavements furent transférés en 1873 au musée breton de Quimper ; le site fut nettoyé en 1889 par l'abbé Abgrall ; le site fut acquis en 2006 par le département du Finistère[13]. Des poteries fines, décorées d'ornements en relief et timbrées au nom d'Albinus, des médailles à l'effigie de Tiberius Cæsar, de l'an 14 à l'an 37 après J.-C, d'autres de Victorin, tyran associé en Gaule à Postume entre 264 et 268, avaient été trouvées lors des fouilles réalisées au XIXe siècle[14].

La villa gallo-romaine de Gorre-Bodivit
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La statue d'un cavalier à l'anguipède, datant de l'époque gallo-romaine, trouvé près du manoir de Kerlot, se trouve dans le parc du château de Keraval[15].

La voie romaine allant de Civitas Aquilonia (Quimper) à Penmarch passait par Plomelin, un embranchement desservant la villa du Perennou[16].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge la paroisse de Plomelin faisait partie du Cap Caval[17].

Une motte féodale existe à Bossavarn ; c'est l'une des mieux conservée du Finistère[18].

La famille du Menguen étaient seigneurs du dit lieu, situé dans la paroisse de Tréogat, mais aussi de Kerozal dans celle de Plomelin ; elle est présente aux réformations et montres entre 1442 et 1536, elle se fondit ensuite par mariage dans la famille de Kerraoul[19]. La famille Moreau, seigneurs de La Forest en Loctudy étaient aussi seigneurs de Keraval en Plomelin ; elle est présente aux réformations et montres entre 1426 et 1562[20]. Un écusson aux armes d'Augustin Moreau et de son épouse Marie Lhonoré (parents du chanoine Jean Moreau), qui fut substitut à la cour de Quimper au milieu du XVIe siècle, est encastré dans le pignon de l'église paroissiale[21].

La maison noble de Kerdour appartenait en 1480 à Yves Le Torcol, sieur de Kerdour, aussi seigneur du Queffros en Plogonnec[22] ; un écusson et le blason de la famille Le Torcol de Kerdour sont encastrés dans le pignon du bas du transept nord de l'église paroissiale[21]. Une autre maison noble existait : le Trémeur[23].

Une stèle érigée en 1990 rappelle la "bataille du Dour Du" ("bataille de l'Eau Rouge") qui se tint le  : des paysans révoltés venus du Poher, après avoir marché sur Quimper qu'ils prirent d'assaut et saccagèrent le [8].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La paroisse de Plomelin[modifier | modifier le code]

Un écusson relevé au pignon de l'église de Plomelin présente les armes d'Augustin Moreau, substitut à la Cour de Quimper vers 1550 et de sa femme Marie Lhonoré, héritière de Keraval, qui furent les parents du chanoine Moreau, l'historien des Guerres de la Ligue en Bretagne[24].

René Mocam, sieur du Perennou, conseiller du roi, magistrat criminel au siège présidial de Quimper, fut pourvu de la charge de sénéchal de Quimper le [25].

Pierre de Jégado, chevalier, seigneur de Kerollain[26], fonda le l'abbaye de Notre-Dame de Kerlot[27], appartenant à l'Ordre de Citeaux, dont sa sœur, Élisabeth, fut la première abbesse[23]. Cette abbaye fut transférée à Quimper dès 1668[28] et les bâtiments de Plomelin furent rasés.

Julien Maunoir prêcha une mission à Plomelin en 1656[29].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Plomelin de fournir 9 hommes et de payer 59 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[30].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Plomelin en 1778 :

« Plomelin, dans un fond, sur la rivière d'Odet ; à une lieue un tiers au sud-sud-ouest de Quimper, son évêché, sa subdélégation et son ressort ; à 40 lieues de Rennes. On y compte 800 communiants[31] : la cure est à l'alternative. (...) Ce territoire est un terrein [terrain] irrégulier, on y voit des terres en labeur et quelques petites landes[23]. »

L'ancienne paroisse de Bodivit[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Bodivit, délimitée par l'Odet et l'Anse de Combrit, est citée pour la première fois en 1405 dans un acte du Saint-Siège. Son nom voudrait dire "résidence de saint David", connu aussi sous le nom de saint Dewi[32]. L'église, qui date du XVe siècle, fut décrite en 1664 par Madame de Sévigné, dont la famille possédait le manoir voisin de Lestrémeur (anciennement "Lestrehentmeur", la "cour au-delà de la grande route" en breton) ; sa muraille est percée de meurtrières et un double portail de style gothique orne l'entrée : le colombier de Lestrémeur, construit au XVIe siècle ou XVIIe siècle, haut de 16,5 mètres et ayant 26 mètres de circonférence, pouvant abriter jusqu'à 1 000 pigeons (il comprend 998 boulins), porte les armes de la famille de Sévigné.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Bodivit de fournir 5 hommes et de payer 32 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[30].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Bodivit en 1778 :

« Bodivit, auprès de la rivière d'Odet ; à une lieue trois quarts au sud-sud-ouest de Quimper, son évêché, sa subdélégation et son ressort, à 39 lieues de Rennes. On y compte 300 communiants[31] ; la cure est à l'Ordinaire. Son territoire est fertile en toutes sortes de grains ; on y voit la maison du Trémeur, avec moyenne justice, qui s'exerce à Quimper[33]. »

Pierre Faroux représenta la paroisse de Bodivit à l'assemblée du tiers état de la sénéchaussée de Quimper en 1789[34].

Thomas-François Compagnon fut le dernier recteur de Bodivit ; il vécut dans le presbytère jusqu'en 1791, puis émigra en Espagne[35]. En 1802, la paroisse est rattachée à celle de Plomelin. La même année, Louis Le Déan du Glascoët[36] (né en 1708 à Quimper, décédé le à Bodivit), receveur des fermes, acheta le manoir de Penanros, alors en paroisse de Bodivit[37] ; un de ses fils Jean-François Le Déan fut maire de Plomelin entre 1800 et 1802 et avec un autre de ses fils François Jérôme Le Déan[38], tous deux rachètent l'église et le presbytère de Bodivit, transformant l'ancien presbytère, remanié et agrandi, en manoir ; l'ancienne église paroissiale, délaissée, tomba progressivement en ruine. Elle a été partiellement restaurée par les propriétaires actuels, des néerlandais.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le cimetière de l'ancienne paroisse devint au XIXe siècle un cimetière privé où fut encore inhumé en 1894 Eugène Le Bastard de Kerguiffinec (né en 1820, décédé le à Quimper), fils de Jean-Marie Pierre Le Bastard de Kerguiffinec et d'Eugénie Félicité Françoise Le Déan (1781-1862), nièce de François Jérôme Le Déan ; une polémique et même un procès eurent lieu car le défunt, sur décision de sa sœur, Mme Gueysse, née Le Bastard, eût des obsèques religieuses à Plomelin bien qu'il ait manifesté le désir d'avoir un enterrement civil[39]. L'ensemble de la presse parisienne de l'époque évoqua cette affaire.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La paroisse de Plomelin, qui comprenait alors 210 feux, élit trois délégués (Franços-Noël Souché de la Brémaudière, François-Louis Guitot, Yves Le Brusque), et celle de Bodivit, qui comprenait alors 45 feux, élit deux délégués (Pierre Farroux, Jacques Le Guillou) pour les représenter à l'assemblée du tiers état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[40].

Le recteur de Plomelin en 1790, Jean Lagadec, fut nommé trésorier de la municipalité de Plomelin et prêta le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé et devint même membre du directoire du district de Quimper ; il fut emprisonné pendant la Terreur pour avoir donné asile à des Girondins en août 1792 ; libéré, il renonça le 15 floréal an II () aux fonctions de prêtre constitutionnel de Plomelin[41].

Le , des Girondins en fuite embarquèrent la nuit de Rossulien (qui appartenait alors à Françpis-Noël Souché de la Brémaudière, qui commandait alors le bataillon des Fédérés du Finistère) afin de s'enfuir en direction de Bordeaux[42].

L'abbaye Notre-Dame de Kerlot servit de lieu de détention pendant la Révolution française. Elle a été démolie en 1972[27].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Plomelin en 1845 :

« Plomelin (sous l'invocation de saint Mellon, évêque de Rouen au XIe siècle et breton) : commune formée de l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui succursale (...). Principaux villages : Kerhuel, Combren, Kerguen,le Rest, Kerlenn, Leheuré, Kerguinou, Kerguel, Kergrenn. Manoirs de Keraval, Kerdour, du Pérennou, de Rossulein [Rossulien], de Bodivit, de Kerouzim. Superficie totale 2608 hectares dont (...) terres labourables 965 ha, prés et pâtures 122 ha, bois 206 ha, vergers et jardins 69 ha, landes et incultes 1173 ha (...). Moulins : 9 (de Corrouac'h, en mer ; de Kerann, Kerdour, Rossulein [Rossulien], Kerun, Kergorantin, Boissarvan, à eau) (...). La route de Quimper à Pont-l'Abbé traverse la commune de Plomelin, du nord-est au sud-ouest. (...) Géologie : constitution granitique. On parle le breton[43]. »

Victor Roussin : Les noces de Corentin Le Guerveur et d'Anne-Marie Kerinvel (1880, musée des beaux-arts de Quimper)

Le peintre Victor Roussin (né le à Quimper, décédé en 1903 à Plomelin), avocat (son père Jean-François Roussin fut brièvement député du Finistère entre 1816 et 1820), époux de Sophie-Catherine Adamson, fille adoptive du général Cambronne, habita à partir de 1880 le château de Keraval en Plomelin. Il a peint toute sa vie de nombreux tableaux représentant la vie paysanne en Bretagne. Son tableau le plus célèbre, Les noces de Corentin Le Guerveur et d'Anne-Marie Kerinvel représente le mariage de son fermier qui ont lieu dans un hangar recouvert d'une tenture improvisée. On reconnait des faïences de Quimper et deux sonneurs animent la fête[44]. Le seul homme en habits sur le tableau pourrait être un autoportrait du peintre[45].

Le vase trouvé à Plomelin en 1875 (photographie de Paul du Chatellier)

La propriété du Perennou appartint à partir du milieu du XVIIIe siècle à la famille du Marhallac'h : Jean-Félix du Marhallac'h, puis son fils Mgr Auguste du Marhallac'h, aménagèrent le parc[46]. Le beau-frère de ce dernier, Louis de Carné, époux de Caroline de Marhallac'h, député du Finistère, en hérita ensuite.

La cale de Rozulien, sur l'Odet, construite en 1883, rendit « de très grands services aux agriculteurs des communes voisines pour le dépôt des engrais marins »[47].

Gustave Flaubert décrit ainsi Plomelin en 1886 dans "Par les champs et par les grèves" :

« Un clocher est sorti d'entre les arbres (...), deux ou trois maisons ont paru : c'était le village de Plomelin. Un sentier fait la rue ; quelques maisons, séparées entre elles par des cours plantées, composent le village. Quel calme ! quel abandon plutôt ! les seuils sont vides, les cours sont désertes. (...) L'église est pauvre et d'une nudité sans pareille. Pas de beaux saints peinturlurés, pas de toiles aux murs, ni, au plafond, de lampe suspendue au bout de sa longue corde étroite. (...) Des piliers ronds supportent la voûte de bois dont la couleur bleue est déteinte. Par les fenêtres à vitrail blanc arrive le grand jour des champs verdi par le feuillage des arbres d'alentour qui recouvrent le toit de l'église. La porte (une petite porte en bois que l'on ferme avec un loquet) était ouverte ; une volée d'oiseaux est entrée, voletant, caquetant, se cognant aux murs ; ils ont tourbillonné sous la voûte, sont allés se jouer autour de l'autel. Deux ou trois se sont abattus sur le bord du bénitier, y ont trempé leur bec, et puis, tous, comme ils étaient venus, sont repartis ensemble. (...)[48] »

En 1875, on déterra à Plomelin, entre les racines d'un chêne séculaire, une coupe en argent de 0,20 m de diamètre et 0,50 mètres de profondeur, en forme de vasque, soigneusement protégée par un pot de grès renversé ; au milieu de la vasque se trouve un bouton à la surface duquel on distingue un suaire entouré d'une légende latine en caractères du quatorzième siècle ; la légende dit (en traduction française): « Voici la face auguste et sainte ». Autour du bouton serpente un rinceau obtenu au repoussoir et d'un style qui rappelle l'orfèvrerie orientale. Au revers de la coupe sot gravés ces mots : « Rion ar druvil le vieu », indiquant peut-être le nom du dernier propriétaire de l'objet. Les archéologues ont sans hésiter reconnu ce vase pour avoir servi, dans le culte catholique, à donner la communion sous l'espèce du vin. Ce rite fut aboli par le Concile de Constance en 1414, mais il subsista assez longtemps dans certaines contrées[49].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Alexandre Massé, Kerbernez et la fondation Massé-Trévidy[modifier | modifier le code]

Alexandre Massé, un philanthrope quimpérois, achète en 1884 un domaine de 210 ha sur les rives de l'Odet ; il fait construire en 1899 un orphelinat agricole et horticole, qui fonctionne à partir de 1901 (en 1911, il accueille 35 orphelins « instruits en agriculture et jardinage »[50]) , mais les bâtiments sont achevés en 1913 par l'architecte Charles Chaussepied. Devenu "Fondation de Kerbernez" en 1910 à la suite du legs effectué par Alexandre Massé[51] , l'établissement est alors reconnu d'utilité publique. Il est devenu en 1984 le Lycée de l'Horticulture et du Paysage de Kerbernez.

Parallèlement, la Congrégation des Sœurs de l'Adoration Perpétuelle du Saint Sacrement, responsable d'un orphelinat pour jeunes filles à Quimper depuis 1821, est à l'origine de la création en 1946 de l'association de Trévidy qui a fusionné en 2004 avec la fondation Massé pour former la Fondation Massé-Trévidy[52]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

La société de chasse Le Pic de Plomelin, qui « compte parmi ses membres les meilleurs fusils du Finistère » (dont le comte Charles de Carné et d'autres notables de la région) inaugura un coquet et luxueux pavillon de chasse à Kerpic dans les Montagnes Noires (par exemple, un tableau de chasse de 180 perdreaux, 30 lièvres, 27 grouses est évoqué pour une journée début octobre 1902)[53], y élevant notamment des grouses[54].

En septembre 1902, l'école publique de Plomelin, jusqu'alors tenue par les Sœurs de la congrégation des Filles du Saint-Esprit est laïcisée par décret du préfet du Finistère par application de la Loi sur les congrégations[55].

En mars 1903, le maire de Plomelin fut suspendu pendant un mois par le préfet du Finistère « pour avoir refusé d'assister au tirage au sort des jeunes gens de la commune »[56].

L'inventaire des biens d'église à Plomelin en 1906 fut dans un premier temps empêché par une manifestation assez violente :

« Dans la petite commune de Plomelin, voisine de Quimper, administrée par M. Roussin, maire, et où habitent plusieurs châtelains (MM. de Broc, de Carné, le marquis de Plœuc, etc.), deux gendarmes sans plus étaient chargés du service d'ordre. Ils avaient contre eux 500 personnes résolues à empêcher à tout prix l'inventaire, et qui, en effet, y ont réussi. M. Vavasseur, percepteur à Quimper, chargé de l'opération, a été fort malmené ; voiture et cheval ont été enlevés de terre ; le cheval a été dételé, les harnais coupés, la capote[57] trouée à coups de couteau ; et c'est grâce au sang-froid de Mme Vavasseur, qui accompagnait son mari, que celui-ci put se tirer des mains des paysans[58]. »

Trois jeunes valets de ferme, Germain Levenes, Jean Yeurch et Guénolé Le Nours furent condamnés en mars 1906 à des peines d'amende, et pour les deux derniers cités à 10 jours de prison, pour « violences aux agents et voies de faits envers des particuliers » lors des manifestations pour tenter d'empêcher l'inventaire des biens d'église à Plomelin[59].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plomelin

Le monument aux morts de Plomelin porte les noms de 104 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux sept (Corentin Dénès[60], Alain Gestin, Vincent Hélias, Guillaume Lamy, Jean Pochet, Jacques Quiniou, Jean Tanneau) sont morts sur le front belge dès 1914, un (Michel Quéré) est décédé en captivité en Allemagne, un (François Droval[61]) est disparu en mer en 1918, la plupart des autres sont décédés sur le sol français dont René Trochu[62], décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre[63].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

L'adjudication des travaux de construction de la nouvelle mairie a lieu le [64].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Plomelin porte les noms de 5 personnes (M. Audren de Kerdrel, A. Berrou, Bertrand Kerbrat[65], Germain Le Quéau[66], M. Le Quéau) mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[63].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Trois soldats originaires de Plomelin (Corentin Corai[67], Corentin Le Gall[68], P. Le Yeuc'h) sont morts pendant la Guerre d'Indochine[63].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La cale de Rosulien est une cale bâtie en 1883 ; elle a été utilisée par les Français lors de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). Elle a été restaurée en 1997. Rosulien est le site touristique le plus visité de la commune.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Château de plaisance dans une clairière sur la rive boisée d'une large rivière
Plomelin : le château de Kerambleiz dominant la rive de l'Odet.

Plomelin possède plus de 40 km de sentiers piétonniers. L’étendue de la commune permet aux promeneurs de découvrir un patrimoine naturel très varié : rives de l’Odet que l’on atteint par de petits sentiers aménagés en sous-bois, faune et flore des bois communaux, paysages de bocages dans la campagne. Les amateurs peuvent effectuer tout un circuit sur plusieurs kilomètres sans emprunter les voies communales. Près de l'anse de Combrit, une construction en bois permet quotidiennement d'observer les oiseaux en quête de nourriture, .

Économie[modifier | modifier le code]

Plomelin est devenue une cité-dortoir de l'agglomération quimpéroise. elle dispose cependant de quelques entreprises, dont :

  • La distillerie des Menhirs, qui transforme le blé noir et les pommes à cidre en une large gamme d’eaux de vie et de whiskies de grande qualité. Dès 1986, la famille Le Lay oriente sa production vers la création d’un whisky très original à base de blé noir et non de malt d’orge, vendu sous la marque Eddu. La distillerie propose des visites organisées, à l’issue desquelles une dégustation est proposée[69].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie (Ti-Ker) de Plomelin

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Yves Le Brusque[70]   Cultivateur
1792 1795 Alain Daniel[71]   Cultivateur
1795 1798 François Guitot[72]   Cultivateur
1798 1798 Yves Le Brusque   Cultivateur. Déjà maire entre 1790 et 1792.
1799 1800 Alain Daniel   Cultivateur. Déjà maire entre 1792 et 1795.
1800 1802 Jean-François Le Déan[73]   Receveur des fouages. Acheta le château de Lanroz où il acclimata la pomme de terre et Bodivit[74].
1802 1806 Yves Le Cloarec[75]   Cultivateur
1806 1830 Jean-Félix du Marhallac'h   Châtelain du Perennou
1830 1840 Pierre Daniel[76]   Cultivateur. Fils d'Alain Daniel, maire entre 1792 et 1795 et entre 1799 et 1800.
1841 1850 Yves Le Cloarec[77]   Cultivateur. Fils d'Yves Le Cloarec, maire entre 1802 et 1806.
1850 1859 Jérôme Le Brusque[78]   Cultivateur. Petit-fils d'Yves Le Brusque, maire entre 1790 et 1792 et en 1798.
1859 1876 René-Jean Daniel[79]   Cultivateur. Conseiller d'arrondissement.
1876 1882 Édouard-Olivier de Rodellec du Porzic[80]   Châtelain du Perennou. Ancien officier
1882 1887 Étienne Roussin[81] Conservateur Ingénieur de l'École Centrale, dirigea l'usine de machines à vapeur de Yokohama (Japon), fit construire le manoir de Kerambleiz
1887 1888 René-Jean Daniel   Cultivateur. Déjà maire entre 1859 et 1876.
1888 1912 Étienne Roussin Conservateur Ingénieur. Déjà maire entre 1882 et 1887 et député entre 1885 et 1889[82].
1912 1925 Charles de Carné-Marcein[83]   Châtelain du Perennou. Comte.
1925 1945 Jacques Prigent de Kerallain[84]   Propriétaire. Il habitait le manoir de Lestrémeur.
avril 1945 1965 Pierre Larhant[85]   Cultivateur
mars 1965 1995 Robert Omnes SE Professeur
mars 1995 2008 Yves Rohou DVD Ingénieur
mars 2008 mars 2014 Franck Pichon DVD Professeur
mars 2014 en cours Jean-Paul Le Dantec PS[86] Policier

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 047 1 096 1 038 1 126 1 234 1 272 1 233 1 310 1 316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 341 1 401 1 500 1 501 1 523 1 696 1 779 1 934 1 913
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 008 2 079 2 024 1 938 1 816 1 643 1 520 1 502 1 380
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 278 1 321 2 052 3 041 3 870 3 938 4 053 4 113 4 185
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[87] puis Insee à partir de 2006[88].)
Histogramme de l'évolution démographique


Langue bretonne[modifier | modifier le code]

En breton la ville se nomme Ploveilh.

La commune a signé la charte Ya d'ar brezhoneg le .

Le 25 novembre 2011 a été remis à la commune le label Ya d'ar brezhoneg de niveau 2.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Mellon (saint Mellon[7] fut le premier évêque de Rouen) ; son nom s'est substitué à celui de saint Mérin (sant Viloin en breton)[89], un disciple de saint Tugdual, probablement au XVe siècle ou XVIe siècle)[90] ; cette église est de style néo-roman, édifiée en 1892-1893 (la flèche ne fut achevée qu'en 1896[21]) selon les plans de Jean-Marie Abgrall et est en forme de basilique latine[5].
  • La chapelle Saint-Philibert, dédiée à saint Philibert, située à Kernavenn, en forme de croix latine, a été construite entre 1621 et 1684[69]. Une association créée en 1987 "La sauvegarde de Saint-Philibert" s'est occupée de la restauration de la chapelle jusqu'à sa dissolution en 2014[91].
  • La chapelle Saint-Roch, qui date du XVIe siècle, ancienne dépendance de Bodivit, renferme les sépultures de la famille Prigent de Kerallain. Un pardon y est organisé chaque année au mois d'août[92].
L'église paroissiale et les chapelles de Plomelin
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • D'autres chapelles ayant existé ont désormais disparu : la chapelle Saint-Nic, la chapelle Saint-Connec (dite aussi Saint-Conogan), la chapelle Saint-Tudy, la chapelle du Perennou[5].
  • La cale et le moulin à marée de Rossulien [Rozulien] :
    • La cale, bâtie en 1883, permettait le déchargement des sables et engrais marins. Aujourd'hui elle est essentiellement utilisée par les plaisanciers.
    • Le moulin, quant à lui existait bien avant et compte parmi les 8 moulins recensés sur la commune ; Le moulin à marée est toujours en ruine au bord du ruisseau et n'a plus fonctionné depuis le début du XXe siècle. La partie habitée jusqu'après la Seconde Guerre mondiale, a été restaurée en 1997. Une roue à aubes avait été installée pour avoir de l'électricité après la guerre. Rossulien est un des sites touristiques les plus fréquentés sur la commune.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Les châteaux des rives de l'Odet :
    • Le château de Kerambleiz (son nom signifie en breton "la maison du loup"), de style néo-gothique, construit par Étienne Roussin, ingénieur des Arts et Manufactures, fils de Victor-Marie Roussin, peintre et châtelain de Keraval et ami du grand collectionneur nantais Thomas Dobrée[93]. Étienne Roussin fut dessiner autour de son castel un parc paysager romantique d'une superficie d'une vingtaine d'ha dominant l'Odet, agrémenté d'un temple, d'un bassin, de rochers et desservi par un débarcadère ; des traces d'occupation romaine du site furent découvertes lors de l'aménagement du parc[94]. Devenu maire de Plomelin de 1882 à 1912 (sauf en 1887-1888), il fut aussi député du Finistère entre 1885 et 1889. Il vécut avec son épouse et ses 8 enfants à Kerambleiz jusqu'en 1901, année où il vendit Kerambleiz au marquis René Alexandre de Plœuc pour s'installer au château de Kerdour. Kerambleiz fut revendu après la Première Guerre mondiale à la famille Audren de Kerdrel. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le château abrita des activités clandestines du réseau Johnny. En 1980 Kerambleiz fut acheté par la famille Alterio qui y organise des réceptions et loue des gîtes meublés. Le parc a beaucoup souffert lors de la tempête d'octobre 1987.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
    • le château de Kerdour[95] (en Plomelin) date pour partie du milieu du XIXe siècle et pour le reste de l'extrême fin du XIXe siècle et du tout début du XXe siècle; son style est très éclectique.
    • le château de Kerouzien (en Plomelin) dont le parc est classé par les Monuments historiques (Référence base Mérimée : IA29000340). Des salles du château sont louées pour des mariages ou autres évènements festifs[96].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
    • Le manoir de Kerbernez (en Plomelin), désormais lycée horticole.
    • le château du Pérennou[97], en Plomelin, appartient à la famille du navigateur Bertrand de Broc depuis le mariage en 1891 à Plomelin de Marie de Carné-Marcein (1871-1919) avec le comte Adolphe de Broc[98] (1867-1914). Ce château, qui date du XIXe siècle, domine la vallée de l'Odet, et son parc des cinq continents qui fut aménagé par Félix du Marhallac'h, est dénommé ainsi à cause des espèces de plantes qui s'y trouvent[99] dont des séquoias parmi les plus hauts de Bretagne, des magnolias et un ginkgo biloba. Le jardin fut dessiné dans la décennie 1840 par Denis Bülher, grand créateur de parcs en France au XIXe siècle. Le château, de style classique à l'origine, fut profondément transformé entre 1893 et 1899 en château de style néogothique. Un monument mégalithique (trois dolmens) et des vestiges de bains romains datant du Ier siècle apr. J.-C. se trouvent sur le domaine, ainsi qu'une glacière datant du XVIIIe siècle. En 2008, le Conseil général du Finistère a acheté deux ha situés en contrebas du château du Pérennou incluant les vestiges des thermes romains, qui firent l'objet de fouilles en 1833, puis en 1889 et à nouveau en 2012[100]. Une partie du contenu de ces fouilles (dont des mosaïques) se trouve au Musée départemental breton de Quimper.

« Long de 16 m et large de 7 m, le balneum se divisait en six pièces : un vestibule, le fomix (chaufferie), le caldarium (salle chaude), le tepidarium (salle froide) et l' apodyterium (vestiaire et salle des onguents). Les fondations et le reste de l' hypocauste (système de chauffage par en dessous utilisé par les Romains) qui sont encore visibles ont été restaurés. Les salles froides et chaudes étaient décorées de pavements de marbres de quinze origines différentes et de couleurs variées ainsi que de peintures murales. (...) Une photo aérienne du site a par ailleurs permis de retrouver les traces d'un chemin menant à une villa romaine située à 450 mètres au-dessus, une « villa à portique en "U" »[101]. »

Les thermes de Perennou
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Le château de Perennou
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
    • Le château de Keraval (date en partie des XVIe siècle, construit initialement par Guillaume Moreau, et XVIIe siècle)[102]. Il a été remanié au XIXe siècle et possède désormais des parties de style néo-gothique. Il est situé dans la commune de Plomelin et domine l'anse de Kerogan. Le peintre Victor Roussin l'a possédé au XIXe siècle.
    • Le manoir de Lestremeur (en Plomelin) a appartenu successivement à Guy de Keraldanet (décédé en 1628 ou 1629), seigneur de Rossulien et époux de Marguerite de Coëtnempren (née vers 1599, décédée le à Rennes) ; puis à la famille de Sévigné (en raison du mariage de Marguerite de Coëtnempren avec Charles de Sévigné (1598-1635). Il fut vendu en 1713 à René Le Prestre (1656-1724), seigneur de Lézonnet et de Châteaugiron, qui fut notamment président à mortier du Parlement de Bretagne[5].
Le manoir de Lestremeur et ses dépendances
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
    • Le manoir de Bodivit (en Plomelin)
Le manoir de Bodivit et ses dépendances
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
    • Le manoir de Penanros (en Plomelin)

Légendes[modifier | modifier le code]

Une sage jeune fille, poursuivie par un galant très assidu, préféra se jeter dans l’Odet plutôt que de perdre son honneur. Une main surnaturelle lui fit franchir l’obstacle sans dommages. Le galant sauta à l’eau lui aussi mais trépassa. Dans les Vire-Court, on peut voir un grand rocher marqué de blanc : c’est le rocher du « Saut de la Pucelle », encore appelé le rocher du « saut prodigieux » (« Roc’h lamm ar gast »).

Événements[modifier | modifier le code]

  • Tous les ans, depuis 1985, la commune accueille le Mondial Pupille de football. En mai 2017 a été organisée la 32e édition, réunissant 72 équipes provenant pour certaines d'entre elles de divers pays européens et même du Liban, d'Iran, de Russie, du Canada, du Brésil, etc. Ce tournoi est organisé sur divers sites de Cornouaille, les demi-finales et la finale se déroulant à Plomelin. Plus de 1 000 bénévoles participent à son organisation[103].
  • Le "Trail de plomelin" est organisé chaque année au mois d'octobre. Deux distances de 13 et 26 km superbes balades le long de la rivière "Odet". L'édition 2016 a réuni plus de 600 participants[104].
  • La Fête de la Musique au mois de juin.
  • La Fête de la Bière au mois d'octobre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Les jumelages de Plomelin, en 2013.

La ville de Plomelin est jumelée avec deux villes d’autres pays :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Duigou, L'Odet, Éditions Palantines, Plomelin, 2007.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Paul Joanne, "Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies", tome 2, 1890-1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73390r/f418.image.r=Plomelin?rk=21459;2
  2. Société des sciences naturelles de l'Ouest de la France, "Bulletin de la Société des sciences naturelles de l'Ouest de la France", 1894, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112503n/f311.image.r=Plomelin?rk=2746794;4
  3. "La Cidrerie française", 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122454p/f122.image.r=Plomelin?rk=2682416;4
  4. "La Cidrerie française", 1937, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k122459k/f169.image.r=Plomelin?rk=64378;0
  5. a, b, c, d, e et f infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Plomelin »
  6. http://grandterrier.net/wiki/index.php?title=Sant_Merin
  7. a et b http://nominis.cef.fr/contenus/saint/8671/Saint-Mellon-de-Cardiff.html
  8. a et b http://www.plomelin.com/index.php?option=com_content&view=article&id=82:son-patrimoine&catid=25&Itemid=62
  9. Émile Cartailhac, "Dictionnaire archéologique de la Gaule : Époque celtique", tome II (H-Z), 1875, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9763804h/f435.image.r=Plomelin?rk=21459;2
  10. P.-R. Giot et J.-P. Ducouret, Le souterrain de l'âge du fer de Kervéo en Plomelin, revue "Annales de Bretagne", 1968, consultable http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1968_num_75_1_2439
  11. http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/plomelin-l-appel-de-la-villa-gallo-romaine-04-06-2015-10653289.php et http://www.letelegramme.fr/finistere/plomelin/journees-de-l-archeologie-la-villa-gallo-romaine-ouverte-au-public-15-06-2016-11108949.php
  12. Jean-Charles Arramond et autres auteurs, Villa du Pérennou, "Rapport de fouille programmée. Troisième année de triannuelle 2014-2016", consultable http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/files/original/cbb604ad36aac8081fcb4ad6ccf9b5c1.pdf
  13. http://quimper-tourisme.com/fr/component/content/article/343-les-thermes-de-plomelin.html
  14. Bejamin Girard, "La Bretagne maritime"1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f330.image.r=Plomelin
  15. http://mnesys-portail.archives-finistere.fr/?id=viewer&doc=accounts%2Fmnesys_cg29%2Fdatas%2Fir%2Fserie_fi%2FFRAD029_0000004FI%2Exml&page_ref=93460&lot_num=1&img_num=1&index_in_visu=
  16. René Kerliver, "Étude critique sur la géographie de la presqu'île armoricaine au commencement et à la fin de l'occupation romaine", 1874, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57839621/f92.image.r=Plomelin?rk=1716746;4
  17. Aurélien de Courson, "La Bretagne du Ve au XIIe siècles", 1863, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65691822/f176.image.r=Plomelin?rk=3154522;0
  18. http://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=19980714&article=19980714-4032848&type=ar
  19. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f172.image.r=Plomelin?rk=2446364;0
  20. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f196.image.r=Plomelin?rk=2446364;0
  21. a, b et c http://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/29-Finistere/29170-Plomelin/125068-EgliseSaint-Mellon
  22. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f449.image.r=Plomelin?rk=2446364;0
  23. a, b et c Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", volume 3, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist03og
  24. Séance du 28 juillet 1928, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5786704t/f53.image.r=Plomelin?rk=128756;0
  25. Marie-Thérèse-Armande-Frédérique de Saisy de Kerampuil, comtesse du Laz, "Généalogie de la maison de Saisy de Kerampuil", 1896, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55351888/f261.image.r=Plomelin?rk=2124474;0
  26. Paul Aveneau de la Grancière, "Notes historiques sur la paroisse de Pluguffan", 1896, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5474912f/f145.image.r=Plomelin?rk=236052;4
  27. a et b http://www.infobretagne.com/abbaye_de_kerlot.htm
  28. http://data.bnf.fr/14414347/abbaye_notre-dame_de_kerlot_quimper/
  29. Edm.-M. P. Du V. , "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f187.image.r=Plomelin?rk=1866962;0
  30. a et b "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f6.image.r=Bodivit?rk=21459;2
  31. a et b Personnes en âge de communier
  32. Alexandre Marie Thomas, "Saint Pol-Aurélien et ses premiers successeurs", 1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9739054p/f30.image.r=Bodivit?rk=1008588;4
  33. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist01og
  34. René Kerliver, "Répertoire général de bio-bibliographie bretonne", livre premier, les bretons, 1886-1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58167704/f237.image.r=Bodivit?rk=901292;0
  35. Manuscrit de M. Boissière. Liste des prêtres finistériens réfugiés ou déportés en Espagne, "Bulletin diocésain d'histoire et d'archéologie", 1924, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5729760q/f255.image.r=Bodivit?rk=987129;2
  36. La famille Le Déan a notamment comme ancêtre un sculpteur qui œuvra notamment dans la construction des églises paroissiales de Pleyben et de Pont-Croix
  37. rené Kerviler, " Recherches et notices sur les députés de la Bretagne aux États-généraux et à l'Assemblée nationale constituante de 1789", 1885-1889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5840514s/f106.image.r=Bodivit?rk=600861;2
  38. François Jérôme Le Déan, né le à Douarnenez, décédé le à Bodivit, fit fortune dans la Compagnie des Indes, fut élu représentant du tiers état de la sénéchaussée de Quimper en 1789, devint maire de Quimper en 1791-1792 et à nouveau entre 1800 et 1803 ; il racheta le couvent des Cordeliers dans cette ville. Il fut fait baron d'Empire par Napoléon Ier et fut brièvement député du Finistère pendant les Cent-Jours.
  39. " Bulletin officiel du Ministère de l'intérieur", 1895, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57544970/f25.image.r=Bodivit?rk=21459;2, journal La Lanterne, n° du 4 mars 1895, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7505792t/f2.image.r=Bodivit?rk=450646;0 et journal La Croix, n° du 12 février 1895, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k216021b/f3.image.r=Bodivit?rk=128756;0
  40. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  41. http://www.infobretagne.com/plomelin-revolution.htm
  42. Julien Trévédy, "Essai sur l'histoire de Concarneau", 1908, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1454150/f197.image.r=Plomelin
  43. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwick7HAoMHTAhVH1BoKHahuAO8Q6wEIJTAA#v=onepage&q=Plomelin&f=false
  44. http://www.bretagne.com/fr/layout/set/print/content/view/full/3226
  45. http://www.musee-trochu.com/victor_roussin.htm
  46. Lucien Rossi, "Notice sur Mgr Du Marhallac'h, protonotaire apostolique, vicaire général du diocèse de Quimper, ancien aumônier de mobiles", 1891, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6581136w/f42.image.r=Plomelin?rk=278971;2
  47. Paul Joanne, "Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies", tome 6, 1890-1905, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k733944/f218.image.r=Plomelin?rk=42918;4
  48. Gustave Flaubert, "Par les champs et par les grèves", Club de l'honnête homme, 1973, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26953w/f162.image.r=Plomelin?rk=3025766;0
  49. Paul du Chatellier, Le vase de Plomelin, " Bulletin monumental", 1875, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31060p/f794.image.r=Plomelin?rk=1652368;4 et journal Le Temps, no 5066 du 1er mars 1875, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2260431/f3.image.r=Plomelin?rk=21459;2
  50. Revue Les Annales politiques et littéraires, n° du 23 avril 1911, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57640544/f21.image.r=Plomelin?rk=21459;2
  51. "Recueil des actes administratifs de la Préfecture du département de la Seine", août 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58282405/f17.image.r=Plomelin?rk=85837;2
  52. http://www.lycee-kerbernez.com/fr/historique-masse.aspx
  53. Journal La Presse, n° du 8 octobre 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k550384d/f3.image.r=Plomelin?rk=85837;2
  54. Journal Gil Blas, n° du 19 octobre 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7546294b/f2.image.r=Plomelin?rk=21459;2
  55. 'Journal des débats politiques et littéraires, n° du 7 septembre 1902, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4809342/f4.image.r=Plomelin?rk=107296;4
  56. Journal L'Aurore, no 1984 du 26 mars 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k728679s/f3.image.r=Plomelin?rk=42918;4
  57. Toit repliable en forte toile d'une voiture
  58. Journal Le Figaro, no 73 du 14 mars 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k287285h/f4.image.r=Plomelin?rk=429186;4
  59. Journal Le Figaro, no 84 du 25 mars 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k287297m/f4.image.r=Plomelin?rk=364808;4 et journal Le Temps, no 16349 du 26 mars 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k238568z/f2.image.r=Plomelin?rk=42918;4
  60. Corentin Dénès, né le à Plomelin, soldat au 7e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Arsimont (Belgique)
  61. François Droval, disparu en mer le lors du naufrage du City-of-Athens à la suite de l’abordage de ce bâtiment par le croiseur cuirassé français Gloire
  62. René Trochu, né le à Plomelin, caporal au 118e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Laffaux (Aisne
  63. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29170&pays=France&dpt=29&idsource=44978&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  64. Journal L'Ouest-Éclair, no 9781 du 5 août 1928, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k657535t/f13.image.r=Plomelin?rk=1931340;0
  65. Bertrand Kerbrat, né le à Landerneau, résistant, tué le à Combrit (Finistère)
  66. Germain Le Quéau, né en octobre 1913 à Plomelin, soldat au 27e bataillon de chars de combat, tué à l'ennemi le à Grugies (Aisne)
  67. Corentin Corai, né le à Plomelin, sergent-chef au 1er régiment de chasseurs parachutistes, tué à l'ennemi le à Hotrack (Tonkin)
  68. Corentin Le Gall, né le à Penhars, brigadier-chef au 1er régiment de chasseurs à cheval, mort en captivité le à Bin Lien (Tonkin)
  69. a et b http://www.jplours.fr/plomelin.htm
  70. Yves Le Brusque, né le à Plomelin, décédé le à Plomelin
  71. Alain Daniel, né en 1761 à Penhars, décédé le à Penanguer en Plomelin
  72. François Guitot, né le à Keranguen en Plomelin, décédé le 29 thermidor an VII () à Kergorentin en Plomelin
  73. Jean-François Le Déan, né le en la paroisse de Loctudy (île de Groix), décédé le à Quimper
  74. Il achète l'église, le cimetière et le presbytère de Bodivit, devenus biens nationaux, le
  75. Yves Le Cloarec, né le à Kerveur Huella en Bodivit, décédé le à Plomelin
  76. Pierre Daniel, né le 2 prairial an VI () à Plomelin, décédé le à Plomelin
  77. Yves Le Cloarec, né le à Kerveur en Plomelin, décédé le à Guerveur [Kerveur] en Plomelin
  78. Jérôme Le Brusque, né le au Polhoat en Plomelin, décédé le au bourg de Plomelin
  79. René-Jean Daniel, né le au Rest en Plomelin, décédé le à Kerautret Rest en Plomelin
  80. Édouard-Olivier de Rodellec du Porzic, né le au château de Pennélé en Saint-Martin-des-Champs (Finistère), époux de Marie Félicie Arthémise de Carné-Marcein, ancien commandant du 5e bataillon de mobiles du Finistère, décédé le au château de Perennou en Plomelin
  81. Étienne Roussin, né le à Nantes, décédé le à Plomelin
  82. Journal Le Matin, no 590s du 6 octobre 1885, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5524123/f4.image.r=Plomelin?rk=42918;4
  83. Charles de Carné-Marcein, né le à Noyal (Côtes-d'Armor), petit-fils de Louis de Carné, sous-lieutenant au 271e régiment d'infanterie pendant la Première Guerre mondiale, décédé le à Plomelin
  84. Jacques Prigent de Kerallain, né le à Quimper, fils de Jean René Prigent de Kerallain, décédé le au manoir de Lestrémeur en Plomelin
  85. Pierre Lahrant, né le à Plomelin, décédé le à Plomelin
  86. http://www.letelegramme.fr/finistere/plomelin/municipales-jean-paul-le-dantec-tout-ouie-25-03-2014-10093070.php#
  87. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  88. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  89. L'église de Lanmérin (Côtes-d'Armor) est dédiée à saint Mérin et le nom de cette commune provient du même saint
  90. http://fr.topic-topos.com/saint-mellon-plomelin
  91. http://www.letelegramme.fr/finistere/plomelin/saint-philibert-un-cheque-a-l-amicale-laique-04-02-2014-10020098.php?redirect=true
  92. http://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/29-Finistere/29170-Plomelin/125070-ChapelleSaint-Roch
  93. http://fr.topic-topos.com/chateau-de-kerambleiz-plomelin
  94. A. Serret, "Catalogue du musée archéologique et du musée des anciens costumes bretons de la ville de Quimper", 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6340997f/f65.image.r=Plomelin?rk=386268;0
  95. http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29002800
  96. http://ma-tvideo.france2.fr/video/d4fb38f4724s.html
  97. http://www.passionchateaux.com/ch_perennou.htm
  98. Le comte Adolphe de Broc, né le à Angers, fut maire de Mégrit (Côtes-du-Nord)
  99. http://fr.topic-topos.com/chateau-de-perennou-plomelin
  100. 47° 54′ 47″ N, 4° 08′ 53″ O
  101. Delphine Tanguy, article publié dans le journal Le Télégramme n° 20846 du 10 juillet 2012.
  102. http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA29002786
  103. http://www.mondialplomelin.net/
  104. https://www.ouest-france.fr/sport/running/trail-de-plomelin-retrouvez-tous-les-resultats-4563234
  105. René Kerviler, "Recherches et notices sur les députés de la Bretagne aux États-généraux et à l'Assemblée nationale constituante de 1789", 1885-18889, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5840514s/f277.image.r=Plomelin?rk=1824043;2
  106. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50516r
  107. http://visualiseur.bnf.fr/Visualiseur?Destination=Gallica&O=NUMM-50517
  108. Journal L'Ouest-Éclair, no 4105 du 20 avril 1910, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6425055/f4.image.r=Plomelin?rk=1072966;4
  109. "Généalogie des de La Grandière, 1280-1894", 1894, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55644615/f157.image.r=Plomelin?rk=2103014;4
  110. Journal Action française, no 163 du 11 juin 1936, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k766361w/f3.image.r=Plomelin?rk=64378;0
  111. Journal L'Ouest-Éclair, no 16066 du 21 novembre 1940, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k662166v/f3.image.r=Plomelin?rk=407727;2