René Kerviler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Kerviler
Description de l'image 100Fi456 René Kerviler (cropp).jpg.
Naissance
Vannes
Décès
Lorient
Nationalité Français
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Ingénieur

René Mathurin Marie Pocard du Cosquer de Kerviler[1], communément appelé René Kerviler, né le à Vannes, mort le à Lorient, est un ingénieur, archéologue et bibliographe français, auteur du monumental, mais inachevé, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après de brillantes études au collège Saint-François-Xavier de Vannes, il entre à l'École polytechnique en 1861, comme son père avant lui, puis à celle des Ponts et Chaussées en 1863. D'abord ingénieur ordinaire chargé de mission en Angleterre, Belgique et Hollande en 1866, puis ingénieur à Tarbes en 1867, à Saint-Brieuc (1869), à Saint-Nazaire (1874), il est enfin affecté comme ingénieur en chef en 1882 à Saint-Nazaire qui lui doit beaucoup de son développement : construction du bassin de Penhoët, entrée du port, etc. On lui doit également le premier pont roulant manœuvré hydauliquement (300 tonnes) qui ait été établi en France, ainsi que le phare des Charpentiers (1887). Il est nommé inspecteur général des Ponts et Chaussées. Retraité en 1903 à Lorient[2], il se consacre à des études littéraires, artistiques et à l'histoire de la Bretagne. Membre actif de nombreuses sociétés savantes, il apporta notamment sa contribution à l'œuvre entreprise par la Société des Bibliophiles bretons. Outre les nombreuses publications faites sous son nom, il a écrit sous l'emprunt de nombreux pseudonymes : L. de Kerpénic, Lawore de Kerpénic, Locpéran de Keriver. N. Leverrierec, Perrin de Kerlovarec, Phillippe Muller.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Bretagne à l'Académie française - Étude sur les académiciens bretons ou d'origine bretonne, t. 1 (Nantes, V. Forest et Grimaud 1877)
  • La Bretagne à l'Académie française au XVIIe siècle - Étude sur les académiciens bretons ou d'origine bretonne Deuxième édition, augmentée de nouveaux documents inédits, (Paris, Société générale de librairie catholique, Palmé, 1879). édition totalement différente de la première.
  • La Bretagne à l'Académie française - Étude sur les académiciens bretons ou d'origine bretonne. Deuxième série : Le XVIIIe siècle, (Nantes, V. Forest et Grimaud 1886)
  • Cent ans de représentation bretonne. Galerie de tous les députés envoyés par la Bretagne aux diverses législatures qui se sont succédé depuis 1789. Première série : Les États-Généraux et l'Assemblée Constituante (1789-1791), (Paris, Émile Perrin, 1890)
  • Cent ans de représentation bretonne… 2e série (1791-1792), (Paris, Émile Perrin, 1892)
  • Le procès de 132 Nantais, avec une relation inédite de leur voyage à Paris par le comte de La Guère, et des notices biographiques, une préface et des notes, (Vannes, Lafolye, 1894)
  • Armorique et Bretagne ; recueil d'études sur l'histoire, l'archéologie et la biographie bretonnes publiées de 1863 à 1892,revues et complètement transformées, (Paris, H. Champion, 1893), 3 vol.
  • Documents pour servir à l'histoire de Saint-Nazaire, (Saint-Nazaire, F. Girard, 1876-1884)
  • Essai d'une bibliographie des publications périodiques de la Bretagne, (Rennes, 1898), 3 fasc.
  • La Bretagne pendant la Révolution (Rennes, Simon, 1912), posthume.
  • Répertoire général de bio-bibliographie bretonne [de A : A à Guépin], (Rennes, J. Plihon) (continué par l'abbé Louis Marie Chauffier), a été publié à Rennes de 1886 à 1908. Cet ouvrage présente une biographie des Bretons illustres, certaines notices étant accompagnées d'une bibliographie abondante. Cependant, René Kerviler n'a pu faire paraître que les biographies des personnages de A à G. Joseph Floch publia, en 1985, 11 volumes in-8. Les lettres H à Z (volumes 9 à 11) ont été retravaillées à partir des manuscrits de René Kerviler déposés aux archives de la Loire-Atlantique.
  • Recherches et notices sur les députés de la Bretagne aux États généraux et à l'Assemblée Nationale Constituante de 1789, Vincent Forest et Émile Grimaud, Nantes, 1885.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par jugement du 9 mai 1901 du tribunal civil de Vannes, le nom patronymique sera désormais Pocard du Cosquer de Kerviler au lieu de Pocard-Kerviler.
  2. Les noms qui ont fait l'histoire de Bretagne - 1000 noms pour les rues de Bretagne, p. 207, Emmanuel Salmon-Legagneur, Coop Breizh, 01/10/1997

Sources[modifier | modifier le code]