Tréogat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Tréogan.

Tréogat
Tréogat
La mairie (Ti Kêr).
Blason de Tréogat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Plonéour-Lanvern
Intercommunalité Haut Pays Bigouden
Maire
Mandat
Pierre Le Berre
2014-2020
Code postal 29720
Code commune 29298
Démographie
Gentilé Tréogatais
Population
municipale
584 hab. (2015 en augmentation de 8,35 % par rapport à 2010)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 12″ nord, 4° 19′ 30″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 51 m
Superficie 9,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Tréogat

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Tréogat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tréogat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tréogat

Tréogat [tʁeɔgat] est une commune française, située dans le département du Finistère en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Tréogat.

Situation[modifier | modifier le code]

Tréogat est une commune littorale de la baie d'Audierne dont elle est séparée par un cordon littoral, formé de galets, qui a provoqué la naissance de marais littoraux (paluds) et d'étangs, l'étang de Trunvel principalement (en fait un marais d'une superficie de 150 ha), qui limite la commune au sud, la séparant de celle de Tréguennec, et qui appartient au Conservatoire du littoral et qui accueille la reproduction d'ardéidés des roselières, de passereaux paludicoles et de limicoles notamment et qui a été classé dans le programme "Life-Nature 2004-2008" pour la conservation du phragmite aquatique[1] ; cet étang était menacé comme l'écrit Robert Corillion en 1951 : « Le grand étang de Trunvel, à la limite de Tréguennec et Tréogat, a vu réduire considérablement sa superficie et sa profondeur. La phragmitaie l'a envahi presque complètement »[2].

Un autre étang existe, celui de Kergalan, qui limite la commune au nord, la séparant de celle de Plovan.

Article détaillé : Baie d'Audierne (Bretagne).
Tréogat (baie d'Audierne) : l'étang de Trunvel entouré par des roselières vu du cordon de galets du littoral de la baie d'Audierne.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un décret en date du fixe la limite de séparation des quartiers maritimes d'Audierne et du Guilvinec au point de séparation des communes de Tréogat et de Tréguennec[3].

Relief paysages[modifier | modifier le code]

La commune a un relief relativement accidenté, sa partie la plus élevée atteignant 54 mètres d'altitude au nord-est de son finage, près du château de Minven ; le bourg lui-même, excentré dans la partie orientale du territoire communal, se trouvant vers 45 mètres d'altitude, alors que les deux ruisseaux alimentant les étangs de Trunvel et de Kergalan, coulent à quelques mètres d'altitude seulement (7 m au niveau de l'étang et du moulin de Bondivy par exemple), les deux étangs précités et le cordon littoral en bordure de la baie d'Audierne étant à peine au-dessus du niveau de la mer.

La commune présente traditionnellement un paysage de bocage avec un habitat dispersé en un certain nombre d'écarts formés d'hameaux ou de fermes isolées.

Géologie[modifier | modifier le code]

Des affleurements de schistes verts et de prasinites existent à Tréogat, ainsi que des micaschistes dans la vallée de Trunvel[4]. L'église de Tréogart, notamment son porche sud, la croix de Lesvagnol ainsi que l'ancienne ferme de Lesvagnol (désormais transformée en crêperie) sont bâtis en prasinite[5].

Transports[modifier | modifier le code]

Tréogat est traversée par la Route départementale 2 du Finistère, dénommée touristiquement "Route du vent solaire". Le GR 34 longe le littoral de la commune, contournant notamment les deux étangs de Trunvel et de Kergalan.

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Trefvozgat en 1348, Trevosgat en 1405, Treozgat en 1535 et 1574, Treogat en 1599.

Treogad en breton.

Ce toponyme est formé sur Trev dont le sens primitif signifait une division territoriale (trève), et l'antroponyme Bozkad ; une autre hypothèse, émise par Joseph Loth évoque saint Gouescat (il existe une chapelle de Saint-Treouescat à Guipronvel), connu aussi sous les noms de saint Escat, Ergat ou Boscat, et à l'origine aussi des noms des paroisses de Pouldergat, Tréouergat et Louargat[6].

Bozkad se retrouve comme prénom et est usité jusqu'au XVIIIe siècle. Bozkad signifierait « Victoire au combat » et provient de Bud, la victoire et Kad le combat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pierre sculptée recouvrant une sépulture sous tumulus trouvée en 1886 à Tréogat par Paul du Chatellier

Préhistoire[modifier | modifier le code]

En 1886, Paul du Chatellier trouva, sous un tumulus qu'on venait de raser sur les terres du château de Men-Guen (Minven), une dalle dont la face supérieure était couverte de sculptures formant des cupules, les unes oblongues, les autres rondes, de dimensions différentes, reliées par des rigoles formant un dessin très varié ; la pierre avait un trou central[7].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une voie romaine partait de Pont-l'Abbé et allait jusqu'à la Pointe du Raz en passant par Plonéour, Tréogat, Pouldreuzic et Plozévet[8].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La famille de Minven était « seigneur du dit-lieu » lors des réformations et montres de l'évêché de Cornouaille entre 1442 et 1536. Par la suite, la famille a été fondue (par le mariage d'une héritière avec un homme de cette famille) en 1560 dans la famille de Lanros, puis en 1598 par le mariage de Marie de Lanros de la Boyne avec Charles du Boisguéhenneuc[9] (né le à Caro dans l'actuel Morbihan, et décédé le à Tréogat), dans celle de Boisguéhenneuc[10].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Entre 1592 et 1599, pendant les Guerres de la Ligue, comme de nombreuses autres paroisses de l'évêché de Cornouaille, Tréogat fut victime des « continuelles guerres, courses, demeure et ravaige de l'ung et de l'autre party, tant estrangers, Angloys, Espagnolz, Suisses, Lansquenetz, qu autres, ont faicts esdictes paroesses et en genneral par tout ledict evesché de Cornouaille »[11].

Le père Julien Maunoir prêcha des missions à Tréogat en 1656 et en 1676[12].

La famille du Boisguéhenneuc est chevalier et seigneur de Minven pendant toute l'époque moderne ; parmi ses membres connus Alexandre François du Boisguéhenneuc, né le à Tréogat, écuyer et seigneur de Minven et autres lieux, décédé le à Tréogat et son fils Charles du Boisguéhenneuc, né le à Tréogat, décédé vers 1770 et père de Charles Nicolas du Boisguéhenneuc.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Tréogat de fournir 6 hommes et de payer 39 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[13].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Tréogat en 1778 :

« Tréogan [en fait Tréogat], à 4 lieues à l'ouest-sud-ouest de Quimper, son évêché et son ressort, à 43 lieues de Rennes et à deux lieues de Pont-l'Abbé, sa subdélégation. On y compte 450 communiants[14], la cure est à l'alternative. Le territoire, qui est borné par la mer, est très bien cultivé et fertile en grains de toutes espèces.[15] »

Révolution française[modifier | modifier le code]

La paroisse de Tréogat, qui comprenait alors 45 feux, élit deux délégués, Noël Le Goff et Christophe Le Berre, pour la représenter à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[16].

La loi du « relative à la circonscription des paroisses du district de Pont-Croix » donne à la paroisse de Peumerit comme succursale Tréogat[17].

Charles Nicolas Du Boisguéhenneuc, chevalier de Minven, né le dans la paroisse Saint-Julien à Quimper, chevalier seigneur de La Forêt en Loctudy, de Trémébrit et autres lieux, commissaire de la noblesse aux États de Bretagne émigra en Allemagne pendant la Révolution française et ses biens saisis comme biens nationaux, furent acquis par son régisseur Michel Caoudal grâce à de l'argent qui lui aurait été fourni par Charles Nicolas Du Boisguéhenneuc ; ce dernier récupéra le ceux qui n'avaient pas encore été vendus[18], mais pas ceux acquis par Michel Caoudal qui aurait "oublié" de les rendre par la suite[9].

Le , la frégate Calliope, qui en compagnie des corvettes Diligente et Pélagie, escortait un convoi de navires de commerce fut attaquée par trois frégates et une corvette anglaises, renforcés peu après par d'autres navires de guerre anglais, les frégates Pomone et Astrea, près d'Audierne, et atteinte par leurs boulets. « Le capitaine Deshayes prit le parti d'aller s'embosser[19] aussi près que possible de la côte de Tréogat, commune de Plovant [Plovan] ; mais l'embossure ayant cassé, la corvette évita, le beaupré au large. (...) La mer était houleuse, l'ancre de la Calliope ne tint pas ; la corvette cula et talonna avec une force telle que son grand mât se brisa un peu au-dessus de la hune. Les autres mâts furent coupés, et les canons, moins six, furent jetés à la mer. (...) L'équipage descendit à terre, et [la Calliope] fut livrée aux flammes »[20].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le , le commissaire des classes du quartier de Quimper s'élève contre les pillages affreux qui s'exercent, sur les navires naufragés, par les habitants des communes littorales et notamment « ceux qui se sont exercés sur le naufrage du navire suédois la Jeanne Caroline, survenu le à la côte de Tréogat, et sur celui du navire français la Minerve, arrivé le à la côte de Plovan »[21].

A. Marteville et P. Varin décrivent ainsi Tréogat en 1845 :

« Tréogat, commune formée par l'ancienne paroisse du même nom. (..) Principaux villages : Kerganet Quélern, Lebragnol, Kerguénal, Penhors, Tréonvel, Mouguéroux. Maison importante : manoir de Minven. Superficie totale : 952 ha dont (...) terres labourables 268 ha, prés et pâtures 48 ha, bois 32 ha, vergers et jardins 9 ha, landes et incultes 503 ha, étangs et canaux 57 ha (...). Moulin à eau de Kervahu. Étangs de Kerlan et Traonven [Trunvel]. Cette commune n'a pas de succursale, le desservant de Plovan fait le binage [dessert les deux paroisses]. Géologie : constitution granitique. On parle le breton[22] »

Un rapport de l'inspecteur d'académie signale en 1880 que la commune de Tréogat fait partie des six communes du département du Finistère « encore dépourvues de tout moyen d'instruction »[23].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le journal Le Matin indique dans son n° du qu'« il a été impossible de procéder aux inventaires à Plovan, à Plomeur, à Tréogat et à Plozévet, des groupes compacts de femmes entourant les églises »[24].

Un service de téléphone public ouvre à Tréogat le [25].

Le , les biens ayant appartenu à la fabrique de l'église de Tréogat, qui étaient placés sous séquestre, sont attribués à la commune de Tréogat[26].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Tréogat

Le monument aux morts de Tréogat porte les noms de 32 soldats et marins morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale : parmi eux, deux (Pierre Bonizec et Yves Quiniou) sont morts le même jour le même jour le lors des combats de Maissin[27] en Belgique ; un (Joël Guilly) est mort en Serbie en 1916 dans le cadre de l'expédition de Salonique ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français[28].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Une école des filles est construite en 1924 à Tréogat[29].

La ligne ferroviaire à voie métrique surnommée "train carottes", exploitée initialement par les Chemins de fer armoricains, fut inaugurée le et ferma le , ne fonctionnant donc que 33 ans à peine. La voie ferrée partait de Pont-l'Abbé et desservait les gares de Plonéour-Lanvern, Tréogat, Pouldreuzic, Plozévet, Plouhinec, Pont-Croix, pour aboutir à Audierne ; la ligne desservait aussi des arrêts facultatifs supplémentaires comme celui de Plovan[30]. « C'était un train mixte de marchandises et de voyageurs, qui a eu un impact important sur la vie économique et sociale en pays bigouden et dans le cap Sizun » a écrit l'historien Serge Duigou.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Tréogat porte les noms de six personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale : parmi elles, Corentin Plouzennec[31], marin second maître mécanicien, disparu en mer le lors du naufrage en Manche du paquebot Meknès torpillé par les Allemands ; Daniel Toullec, mort le à Asfeld (Aisne), lors de la Débâcle ; Michel Autret, mort le à Vienne (Autriche)[28].

Les Allemands construisirent à partir de novembre 1943 une série de blockhaus au lieu-dit Kéryéré, sur une colline située à 800 m de la mer, mais qui permettait de surveiller toute la baie d'Audierne depuis la Pointe du Raz jusqu'à la Pointe de Penmarc'h ; ceux-ci furent construits à partir de béton et de galets provenant du cordon de galets voisins concassés dans l'usine de Tréguennec[32].

Yves Riou, né le à Tréogat, instituteur à Pouldergat, fut arrêté dans sa classe le en raison de ses sentiments anti-nazis ; déporté, il est mort le au camp de concentration d'Oranienbourg-Sachsenhausen ; son nom a été donné à l'école publique de Pouldergat.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1803 1804 Yvinou    
1820 1826 Jacques Billien (Bilien)[33]    
1826 1826 Pierre Le Berre    
1827 1848 Jacques Billien   Déjà maire entre 1820 et 1826
1850 1874 Louis Voquer[34]   Cultivateur.
1874 1888 Jean Marie Bilien[35]   Cultivateur et meunier. Petit-fils de Jacques Billien, maire à deux reprises précédemment
1888 1891 Zéphirin Caoudal[36]   Capitaine d'infanterie
1891 1896 Jean Marie Bilien[37]   Déjà maire entre 1874 et 1888
1896 1908 Yves Le Brun    
1908 1935 Georges Caoudal[38]   Fait chevalier de la Légion d'honneur[39]. Percepteur. Fils de Zéphirin Caoudal, maire entre 1888 et 1891.
1935 1944 Daniel Toullec    
1944 1947 Alain Le Brun    
1947 1948 Péron    
1951 1952 Pierre Le Brun    
1953 1983 François Gloaguen    
1983 1995 Corentin Riou    
1995 mars 2014 Jacques Le Goff    
mars 2014 en cours Pierre Le Berre SE Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
351385359412480482494496509
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
501515589568576592635665684
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
658696711778723700712637602
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
594519416419420398492506519
2013 2015 - - - - - - -
563584-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Croix de Kerguenol, années 1500[44].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Manoir de Minven, XVIe siècle. Ce manoir dont le nom proviendrait de "Mein Vein" ("Pierre blanche" en breton), en raison des affleurements de quartz nombreux dans les environs, possède « une porte en anse de panier encadrés par deux pinacles, à nids d'abeille à la base, et torsadés au-dessus »[45].
  • Lavoir de Ty-Poul.

Événements[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À la découverte du pays bigouden, Marcellin Caillon, Pont-l'Abbé, 1980.
  • Quand s'essoufflait le train carottes, Serge Duigou, Editions Ressac, 1984. [le petit train à voie étroite Pont-l'Abbé-Audierne qui desservait Tréogat]
  • Châteaux et manoirs en pays bigouden, Serge Duigou, Ressac, 1988. [sur le manoir du Minven]
  • L'Australie oubliée de Saint-Allouarn, Serge Duigou, Ressac, 1989. [sur Charles du Boisguéhenneuc, famille du Minven, qui prit possession des Kerguelen en 1772]
  • Quand les Bigoudens étaient pilleurs d'épaves, Serge Duigou, Editions Ressac, 1985.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.life-moule-perliere.org/l-etang-de-trunvel.php
  2. Robert Corillion, Les progrès de l'assèchement de quelques lagunes et étangs de la région maritime finistérienne. Conséquences sur l'appauvrissement de la flore, "Bulletin de la Société scientifique de Bretagne : Sciences mathématiques, physiques et naturelles", 1951, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6581492j/f85.image.r=Tr%C3%A9guennec?rk=107296;4
  3. Léopold Dor, "Revue de droit maritime comparé", juillet 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5448122g/f419.image.r=Tr%C3%A9guennec?rk=2274689;2
  4. Jean-Jacques Peucat, "Géochronologie des roches métamorphiques", 1983, S. G. M. B., Rennes, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9688180b/f93.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=493564;4 et Michel Ballèvre, 'Histoire géologique du Massif Armoricain : actualité de la recherche, "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 2012, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96871141/f39.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=1695287;2
  5. Louis Chauris, "Pays bigouden : des pierres et des hommes", éditions Skol Vreizh, 2011, [ (ISBN 978-2-915-623-58-1)]
  6. Joseph Loth, Les noms de saints bretons, "Revue celtique", 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6573818q/f302.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=1416316;0
  7. Paul du Chatellier, Pierre gravée recouvrant une sépulture sous tumulus à Tréogat (Finistère), "Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme : revue mensuelle illustrée.", 1886, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4453337/f86.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=622320;4
  8. René Kerviler, Le réseau des voies romaines dans la presqu'île armoricaine, "Armorique et Bretagne : recueil d'études sur l'archéologie, l'histoire et la biographie bretonnes, publiées de 1873 à 1892", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57842440/f295.image.r=Pouldreuzic.langFR
  9. a et b http://decouvrir.othpb.com/Petites-histoires-de-la-noblesse
  10. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f188.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=1609450;0
  11. Anatole de Barthélémy, "Choix de documents inédits sur l'histoire de la Ligue en Bretagne", 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110009t/f236.image.r=Tr%C3%A9ogat
  12. Edm.-M. P. Du V. , "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f187.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=686698;4
  13. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  14. Personnes en âge de communier
  15. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og
  16. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  17. " Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, 1791, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f428.image.r=Pouldreuzic.langFR
  18. http://jose.chapalain.free.fr/pageprin707.htm
  19. Fixer un navire au moyen de câbles et d'ancres mouillées à l'avant et à l'arrière
  20. Onésime Troude, "Batailles navales de la France", tome 3, 1867-1868, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6541322f/f84.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=2231770;4
  21. S. A. Nonus, "Notions historiques sur le Finistère", 1890, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5815783f/f18.image.r=Tr%C3%A9ogat
  22. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj_u6zXpenSAhVLLsAKHXgyCmkQ6wEIHTAA#v=onepage&q=Tr%C3%A9ogan&f=false
  23. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", août 1880, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5668228b/f436.image.r=Kergloff
  24. Journal Le Matin no 8054 du 15 mars 1906, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k567907t/f3.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=128756;0
  25. Journal L'Ouest-Éclair no 4294 du 26 octobre 1910, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6426946/f4.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=1158804;0
  26. "Journal officiel de la République française. Lois et décrets", n° du 19 janvier 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6394113m/f2.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=321890;0
  27. http://www.sambre-marne-yser.be/article.php3?id_article=106
  28. a et b http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=14968
  29. "Procès-verbaux et rapports du Conseil départemental d'hygiène et des commissions sanitaires du Finistère : lois des 15 février 1907 et 7 avril 1903 relatives à la protection de la santé publique 1923", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6497564g/f43.image.r=Tr%C3%A9ogat
  30. https://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-La-ligne-du-Train-Carottes-aurait-eu-100-ans-_29174-avd-20121229-64291986_actuLocale.Htm
  31. Corentin Plouzennec, né le à Tréogat
  32. https://decouvrir.othpb.com/Les-blockhaus-de-TREOGAT
  33. Jacques Billien, né le à Plonéour-Lanvern, décédé le à Tréogat
  34. Louis Voquer, né le à Peumérit, décédé le à Tréogat
  35. Jean Marie Bilien, né le au bourg de Tréogat, fils de Jean-Marie Bilien, né le au bourg de Tréogat, décédé le au bourg de Tréogat
  36. Zéphirin Caoudal, né le à Tréboul, décédé le à Tréogat
  37. Jean Marie Bilien, né le au bourg de Tréogat
  38. Georges Caoudal, né le à Tréogat, décédé en 1967 à Tréogat
  39. « Maire ayant moins de trente ans et décoré à titre exceptionnel », journal Le Petit Parisien, n° du 29 juillet 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k627804m/f9.image.r=Tr%C3%A9ogat?rk=278971;2
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  42. http://1fluences.fr/saint-boscat-architecture.php
  43. http://fr.topic-topos.com/saint-boscat-treogat
  44. http://fr.topic-topos.com/croix-treogat
  45. http://fr.topic-topos.com/manoir-du-minven-treogat